Quand la défense progresse, Dassault cartonne

 |   |  937  mots
Dassault Aviation a déjà livré 3 Rafale à l'Egypte
Dassault Aviation a déjà livré 3 Rafale à l'Egypte (Crédits : Dassault Aviation A. Pecchi)
En dépit d'un marché de l'aviation d'affaires qui patine, l'avionneur profite de la forte dynamique du marché de défense. Et du coup, son chiffre d'affaire et son résultat opérationnel augmentent.

Les résultats 2015 pourraient être exceptionnels pour Dassault Aviation. L'année est déjà historique avec un premier contrat Rafale entré en vigueur en mars (Egypte) au premier semestre 2015, puis un deuxième signé avec le Qatar (24 appareils) qui viendra gonfler le carnet de commandes lors du second semestre. Sans oublier évidemment le premier vol du 8X en février et le roll-out du 5X en juin.

Mais - il y a effectivement un mais - le marché des avions d'affaires n'est "pas extraordinaire", a reconnu le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, qui propose la gamme Falcon. "La reprise du marché d'aviation d'affaires constatée en 2014 n'a pas été complètement confirmée au 1er semestre 2015. La compétition est extrêmement rude et l'environnement politico-économique reste incertain", a expliqué le groupe dans un communiqué.

Dans ce contexte, le chiffre d'affaires consolidé du 1er semestre 2015 s'est élevé à 1,6 milliard d'euros (contre 1,5 milliard au 1er semestre 2014). Soit une augmentation de 11%. Le bénéfice opérationnel consolidé a atteint 144 millions d'euros (contre 107 millions), en hausse de 34%. Enfin, la marge opérationnelle s'est établie à 8,6% du chiffre d'affaires, (contre 7,1%).

Des espoirs sur le marché des avions d'affaires

Pour autant, a-t-il expliqué, rien n'est perdu même si le premier semestre a été décevant sur le plan commercial après une très bonne année en 2014 (90 appareils) : 25 Falcon commandés (contre 38 au premier semestre 2014). En outre la compagnie américaine NetJets, qui propose des jets en propriété partagée, a fini par annuler une vieille commande de 20 Falcon 2000, dont le calendrier de livraisons était reporté d'année en année. Soit un solde net de 5 appareils. Les prises de commandes consolidées de Falcon représentent 610 millions d'euros, contre 1,6 milliard au semestre 2014. Soit une baisse de 62%.

Pourquoi Eric Trappier a-t-il encore des espoirs cette année? Parce que l'avionneur a "beaucoup de discussions" en cours, souligne-t-il. Notamment aux États-Unis, voire en Europe, plus précisément en Russie et en Europe du Nord. En Afrique, il a reconnu avoir "beaucoup de touches". En revanche, le marché est plus difficile dans les pays émergents, notamment au Brésil, en Inde et en Chine, un pays dans lequel Dassault Aviation renforce toutefois ses effectifs. Au second semestre, le marché des avions d'affaires "continuera-t-il d'être mou comme au premier semestre ou sera-t-il aussi dynamique qu'en 2014", où Dassault Aviation avait engrangé 90 commandes de Falcon.

En 2015, le constructeur prévoit de livrer 65 Falcon. Dix-huit ont déjà été remis à leur client au premier semestre (919 millions de chiffre d'affaires), contre 25 sur la même période en 2014 (1,04 milliard). Enfin, il prépare activement le premier vol du 5X, qui devrait obtenir sa certification en 2017. Au 30 juin 2015, le carnet de commande comprenait 108 Falcon, dont des 5X et 8X, contre 121 au 31 décembre 2014.

Le Rafale superstar

Si le marché des avions d'affaires hésite, celui des avions de combat est actif. Le contrat de 24 Rafale pour l'Égypte, qui a reçu lundi ses trois premiers Rafale, est entré en vigueur. Dassault Aviation a signé le 4 mai un contrat avec le Qatar pour 24 appareils, en attente d'entrée en vigueur. Enfin, l'Inde a annoncé le 10 avril dernier une intention de commande de 36 appareils. Le contrat pourrait être mis en vigueur vers la fin du premier semestre 2016. Enfin, Les Émirats Arabes Unis (EAU) pourraient finaliser un contrat pour une soixantaine de Rafale vers la fin de l'année ou au début 2016.

Ce qui pousse Dassault Aviation à anticiper une augmentation des cadences de livraison des Rafale. "La cadence actuelle de fabrication de Rafale permet la livraison des avions prévus dans les contrats signés (Egypte et Qatar, ndlr), et l'anticipation de nouveaux succès, dont l'Inde, nous conduit à débuter l'augmentation de la cadence de production"., a expliqué l'avionneur dans son communiqué. "Nous anticipons d'avoir un troisième contrat, l'Inde, voire un quatrième", a précisé Eric Trappier. A l'origine, la chaine d'assemblage du Rafale avait été prévue pour une cadence de trois Rafale par mois, se souvient un bon observateur du secteur.

Dassault Aviation a livré à la France son 138e Rafale sur une commande de 180 appareils. Dans le cadre de la loi de programmation militaire 2014-2019 (LPM), l'avionneur en a remis 12 au ministère (11 en 2014 et 1 en 2015) sur les 26 Rafale prévus. A la fin de cette LPM, l'avionneur aura encore 28 appareils à livrer. Au total, Dassault Aviation disposait fin juin dans son carnet de commandes 66 Rafale (42 France et 24 Égypte, dont trois ont été livré en juillet), contre 43 Rafale France au 31 décembre 2014.

La défense progresse

Les prises de commandes Défense se sont élevées à 3,7 milliards d'euros au 1er semestre (contre 266 millions d'euros au 1er semestre 2014). "Le niveau exceptionnel de la prise des commandes défense s'explique par la commande de l'Égypte de 24 Rafale, intégrée pour la totalité de sa valeur, y compris les parts de Thales et Snecma. Par ailleurs, nous avons enregistré la prise de commande par les Japan Coast Guards de deux Falcon 2000 de surveillance maritime", qui sont inclus dans les 25 Falcon commandés au premier semestre 2015, a expliqué l'avionneur.

Le chiffre d'affaires dans la défense a atteint 756 millions d'euros, contre 471 millions sur la même période en 2014. Soit une hausse de 61 %. Une hausse dû à l'export (471 millions d'euros). L'augmentation est principalement due au contrat de modernisation des Mirage 2000 indiens. Le chiffre d'affaires France s'est élevé à 285 millions d'euros, en baisse de 19%. Dassault Aviation n'a livré qu'un Rafale au ministère de la Défense au 1er semestre 2015, contre 5 au 1er semestre 2014, en raison de l'adaptation de la cadence de livraison au contrat Égypte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2015 à 8:46 :
Il me semble importants de ne pas nous reposer sur l'exportation de nos matériels militaire... Il y a de nombreux marcher à gagnier par le monde que cela soit au proche orient, en Amérique du Sud, en Australie, au Canada.... Ensuite que cela enrichisse Mr Dassault cela est bien peut vu la contribution de cette societe a la defence de notre pays..
a écrit le 25/07/2015 à 11:38 :
Marchands de mort
Réponse de le 27/07/2015 à 19:29 :
La mort est notre avenir à tous...autant éliminer les nuisibles au plus tot !!!
Réponse de le 27/07/2015 à 23:09 :
Tiens je vais reprendre des pâtes.
a écrit le 25/07/2015 à 10:47 :
Ces chiffres d'affaires semblent bien petit en rapport l'image stratégique qu'à Dassault en France. En comparaison, une société comme Criteo semble bien plus prometteuse en terme de croissance et ce, sans le battage médiatique dont bénéficie Dassault. On dit que l'industrie du numérique est l'avenir de l'Europe, mais dans les fait on reste accroché à l'ancienne industrie car c'est bien celle là que nos politiques connaisse le mieux.
a écrit le 25/07/2015 à 7:03 :
Les guerres font rage, les marchands de mort de régalent...
Réponse de le 26/07/2015 à 7:43 :
Le soleil brille il faut aller à la plage... non l être humain ne change pas, la dissuasion par contre nous protege

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :