Transport : Thales noue avec le chinois CRRC une alliance stratégique

 |   |  555  mots
Cette alliance avec CRRC va être un booster considérable du développement du groupe dans cette activité cœur de métier, explique à La Tribune le PDG de Thales, Patrice Caine
"Cette alliance avec CRRC va être un booster considérable du développement du groupe dans cette activité cœur de métier", explique à La Tribune le PDG de Thales, Patrice Caine (Crédits : Capa)
Le groupe d'électronique s'ouvre un peu plus le marché chinois du transport terrestre en s'alliant avec le leader mondial de fabrication de matériels roulants ferroviaires.

C'est un très, très bon coup stratégique pour Thales, qui a signé mardi au salon InnoTrans un MoU (Memorandum of Understanding) avec le chinois CRRC, qui fabrique du matériel roulant ferroviaire, en vue de former une alliance industrielle et commerciale. "Cette alliance avec CRRC peut effectivement changer la donne dans le secteur ferroviaire, explique à La Tribune le PDG de Thales, Patrice Caine. Et cela va être un booster considérable du développement du groupe dans cette activité cœur de métier". Cet accord doit ainsi permettre à Thales de pénétrer encore plus le marché chinois où il est déjà bien présent.

Concrètement, cette alliance "élargit encore un peu plus la voie à Thales sur le plus grand marché au monde en termes de lignes ferroviaires et de métro, à savoir la Chine. Sur le seul marché du transport urbain, il représente la moitié du marché mondial pour les dix prochaines années à venir", précise Patrice Caine.

Il faut dire que Thales va concrétiser une alliance avec la référence du secteur, soit le leader mondial de la fabrication de matériels roulants qui réalise plus de 30 milliards de dollars de chiffre d'affaires. CRRC représente autant que le chiffre d'affaires réunis de tous les autres acteurs du secteur (Bombardier, Alstom, Siemens, Hitachi....). En outre, Thales devrait bénéficier de la puissance de CRRC et de la Chine sur les marchés internationaux. Le groupe chinois vient de gagner trois très gros contrats à l'international de fourniture de matériels roulants (environ 1 milliard de dollars chacun), deux aux États-Unis (Boston et Chicago) et un en Australie.

Pourquoi les Chinois sont-ils intéressés par Thales.

Ce sont les Chinois qui sont venus chercher Thales, qui jouit d'ailleurs d'une bonne image dans les transports urbains en Chine en raison de la bonne exécution des nombreux contrats gagnés sur place. Surtout, CRRC a choisi Thales en raison de son expertise dans la signalisation, la sécurité et les technologies digitales mais aussi de son absence dans la fabrication de matériels roulants.

"Nous sommes présents dans les métiers de le signalisation et uniquement dans ceux-ci. C'est une grande force de Thales que d'être 100% indépendant des fabricants de matériels roulants. Cela nous permet de focaliser nos efforts de R&D (recherche et développement, ndlr) et d'innovation sur les métiers high tech de la signalisation. C'est à la fois l'ADN de Thales et discriminant puissant vis à vis des autres acteurs conventionnels du ferroviaire", estime Patrice Caine

La signalisation ferroviaire ne sont ni plus ni moins que des systèmes à contenu logiciel prépondérant, qui touche à la sureté de fonctionnement, et qui sont embarqués dans un environnement exigeant (température, vibration, choc, compatibilité électromagnétique...). En outre, une des forces opérationnelles et commerciales de Thales, c'est de marier la compétence métier, en l'occurrence les systèmes de signalisation ferroviaire dans l'activité transport, avec des expertises transverses comme la cybersécurité, le big data ou encore l'intelligence artificielle.

C'est d'ailleurs ce qui va probablement de plus en plus distinguer Thales des autres acteurs dans les domaines civils. Ces expertises transverses confèrent au groupe un discriminant unique par rapport à ses concurrents traditionnels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2016 à 13:17 :
Bon, bientot sur le marche mondial on trouvera des signalisations 100%Chinoises et concurrentes de Thales comme pour le train, l'avion etc....
a écrit le 22/09/2016 à 10:59 :
Je ne paie pas mes abonnements pour me tartiner de la pub !
Réponse de le 23/09/2016 à 20:26 :
Lire qu'une entreprise française prospère...ça énerve...je vous comprends, c'est tellement plus jouissif de lire que tout va mal !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :