L'UFC dénonce les marges des industriels sur le lait et le poulet

 |   |  232  mots
Copyright Reuters
L'association de défense des consommateurs, UFC Que Choisir, dénonce la "cagnotte" que se font industriels et distributeurs sur le dos des consommateurs en prenant comme exemple les produits peu transformés, tels que le lait et le poulet.

Les industriels répercutent systématiquement les hausses des matières premières agricoles mais jamais les baisses. C'est en substance ce que dénonce l'UFC Que Choisir, dans une nouvelle étude.

Selon l'association de défense des consommateurs, le prix agricole du lait est resté stable entre 2000 et 2010, tandis que la brique de lait demi écrémé UHT vendue en rayon a, quant à elle, subi une augmentation moyenne de 17%. La marge brute entre ces deux prix, partagée entre industriels, comme Danone, Lactalis ou Sodiaal, et distributeurs est passée entre temps de 0,28 à 0,38euro par litre.

"L'augmentation cumulée de marge brute sur les neuf dernières années représente une dépense supplémentaire de 1,6 milliard d'euros subie par les consommateurs", explique l'étude. Elle atteindrait 7,7 milliards pour le poulet.

Selon le président de l'UFC, Alain Bazot, les industriels seraient les premiers responsables de cette "cagnotte" indûment prélevée. Ils représentent 70,5 % de la marge brute. Et à les marques nationales se paieraient plus sur la bête que les marques d'enseigne.

L'association appelle donc les pouvoirs publics à ce que l'observatoire des prix et des marges mis en place par le ministre de l'agriculture, Bruno Le Maire identifie les causes réelles de l'inflation des marges brutes. Elle demande aussi l'instauration d'un coefficient multiplicateur sur les prix des produits peu transformés, à la hausse...comme à la baisse.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2011 à 17:12 :
Le lait demi écremé frais en Allemagne est vendu à partir de 70 cts/litre
A Strasbourg, Alsace Lait est vendu 1.37? /litre

Où passe la différence?
a écrit le 25/01/2011 à 20:08 :
Non seulement le lait UHT est franchement dégueulasse au goût mais en plus il est cher. Pourquoi de telles différences de prix avec le lait frais? Certes, on trouve du lait UHT premier prix à 55 cents le litre mais bof, boire ce breuvage est imonde. Seul le lait frais, entier ou demi écrémé est digne de porter le nom de lait. Ce que je ne comprends pas c'est que la France ( avec la Belgique) semble être le seul pays de l'UE voire au monde où l'on ne trouve quasiment pas de lait frais. Allez dans un super allemand, anglais, australien ou néo zélandais, il y a 10 sortes de laits frais à la vente. En France, si on trouve 2 marques ( Bridel et Candia) cela relève du miracle..... faites un tour sur les sites suivants et consastez:
www.coles.com.au, www.woolworths.com.au, tesco.co.uk, www.foodtown.co.nz etc..... bref, partout même sur www.elcampo.es ( Auchan ibère), non seulement plus de choix mais bien moins cher! Alors c'est quoi la réponse devant cette absence d'offre en lait frais en France?
Réponse de le 26/01/2011 à 7:42 :
Oligopole mon cher ami, Bridel et Candia ont la main mise et decident des produits disponibles en rayon (limiter le choix pour canaliser les prix) et surtout du prix. De la a dire qu'il y a une entente sur les prix du lait comme dans le domaine de la telephonie ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :