Le démantèlement de Findus est arrêté

 |   |  887  mots
La Tribune Infographie
La Tribune Infographie
Le groupe scandinave a été divisé en trois zones géographiques distinctes qui seront vendues indépendamment à des fonds d'investissement et des industriels. Pendant ce temps, Iglo passe à l'offensive contre Findus en France.

C'est l'histoire d'un échec. Après avoir mis la main sur Findus en 2008 pour 1,2 milliard d'euros, le fonds Lion Capital voulait devenir un des leaders mondiaux du surgelé. Trois ans plus tard, le fonds britannique en est réduit à vendre Findus par appartement. Deux de ses représentants l'ont confirmé vendredi aux salariés inquiets de l'usine française de Boulogne-sur-Mer. « Oui, on ne se privera pas de vendre Findus au plus offrant » et « le fonds Permira [propriétaire des marques Iglo et BirdsEye, Ndlr] est bien l'un des premiers intéressés », ont déclaré à « La Tribune » plusieurs salariés contactés. Dans le détail, le plan de démantèlement est un peu plus complexe. Pour le comprendre, il faut revenir aux origines du problème. « La stratégie du groupe a été totalement modifiée il y a un an, après l'échec du rachat de Findus Italie à Unilever et plusieurs échecs du même type aux États-Unis », explique le délégué CFTC de Boulogne-sur-Mer, Laurent Prévot. En plus de ces revers, le marché anglais est en crise profonde depuis 2008. Et Findus a perdu de nombreux contrats de marque de distributeur (comme Tesco) sur ce marché qui pèse à lui seul plus de 50 % des 1,26 milliard d'euros de chiffre d'affaires du groupe scandinave. Les dettes se sont donc accumulées sur l'ensemble du groupe et les pertes nettes se sont élevées à 174 millions d'euros en 2010.

Face à cette situation, Lion Capital a divisé Findus en trois zones distinctes baptisées « clusters » : la Scandinavie, l'Angleterre et l'Europe du Sud, comprenant la France et l'Espagne. L'Angleterre n'est donc pas à vendre mais plutôt à renflouer dans un premier temps. La filiale scandinave est la plus profitable car Findus y est leader incontesté. Là, le fonds britannique Permira, déjà acteur majeur européen du surgelé, aurait dû mal à racheter sans être en situation de monopole. Le « cluster » intéresserait donc plutôt des industriels locaux. « Certains sont déjà venus il y a quelque temps visiter notre usine, dont 40 % de la production est destinée à l'Europe du Nord », explique Laurent Prévot.

Après son rachat de Findus Italie à Unilever en octobre 2010, Permira ne serait donc intéressé que par la zone Europe du Sud. En France, Iglo prendrait ainsi le contrôle de son ennemi de toujours Findus (leader avec 8 % de parts de marché). Il n'y aurait aucun risque de monopole car Iglo ne réalise que 1,4 % des ventes, malgré une grosse offensive depuis un an (lire ci-dessous). En Espagne, où Findus vient de récupérer en avril la commercialisation des produits surgelés de Bonduelle et Ardo sous sa marque Findus, le potentiel de développement serait encore très fort.

Droit d'alerte en vue

Malgré les appels du pied de Lion Capital, peu de contre-offres sont en vue. Selon nos informations, ni BC Partners ni PAI ne sont intéressés. De leur côté, les gros industriels, comme Nestlé avec Maggi et LDC avec Marie sont plutôt en phase de désengagement. Reste pour Lion Capital à gérer la colère des ouvriers de Boulogne-sur-Mer, prêts à en découdre pour ne pas perdre les 9 millions d'euros d'investissement promis par le fonds à leur usine, ainsi que les volumes dédiés aux pays scandinaves. Dès cette semaine, un droit d'alerte et une demande d'expertise financière de l'usine seront demandés lors d'un nouveau comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire.
 

"CAPTAIN IGLO" REPART A LA CONQUETE DE LA FRANCE.

La marque du groupe Permira investit massivement en publicité et en promotion pour sortir de sa léthargie.

Iglo s'est lancé dans une guerre contre Findus depuis deux ans. La marque au célèbre « captain » se donne jusqu'à 2015 pour prendre la tête du marché français des surgelés en grande distribution, explique à « La Tribune » son directeur général pour la France, Alain-Dominique Faure. « Nos ventes progressent de 40 % depuis janvier, nous sommes devenus leader des poissons préparés et prenons 25% du segment des bâtonnets de poissons panés », déclare-t-il. « Foutaise, Iglo profite de mon incapacité à prendre la parole en ce moment [du fait des rumeurs de rachat, Ndlr] pour sortir des chiffres malhonnêtes », s'insurge le directeur général de Findus France, Matthieu Lambeaux. Lui rappelle qu'il est leader incontesté du poisson pané dans l'Hexagone avec 54 % de parts de marché, contre 6 % pour son concurrent.

Donné pour mort il y a encore deux ans, Iglo, marque du groupe BirdsEye possédé par le fonds Permira, a, en fait, réinvesti massivement sur le marché français depuis 2010. Ses investissements de 8 millions d'euros feront de lui le premier investisseur média en 2011 et plus de 40 % de ses produits seront poussés par des opérations promotionnelles.

Stratégie offensive
« Après nous être recentrés sur nos fondamentaux du poisson et avoir récupéré en un an les 750.000 foyers acheteurs perdus depuis 2007, nous mettrons la priorité sur la volaille panée surgelée en 2012 », continue Alain-Dominique Faure. Grâce à cette stratégie offensive, sa part du marché des surgelés est passée de 1 % à 1,4 % en un an. Il reste donc du chemin pour faire de l'ombre à Findus, dont les ventes progresseront encore cette année d'environ 8 %. À moins qu'une acquisition n'accélère le processus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2011 à 6:03 :
Yeahhh !! Encontre une démonstration du savoir faire des fonds d'investissement ! Ils sont totalement incompétents a chaque fois qu'ils prennent le contrôle de n'importe quel secteur d'activité. Tout ce qu'ils savent faire, c'est de la grille excel pour compresser les couts... Ils ont le même processus qu'il s'agisse d'une fabrique de pinces a sucre ou de poisson surgelé... Ne pas s'étonner qu'ils finissent par démolir tous les groupes industriels a la longue...
Réponse de le 26/10/2011 à 7:27 :
Certains s'en tirent mieux. Il me semble bien que Picard a été racheté par un fonds d'investissement...
Réponse de le 26/10/2011 à 9:43 :
Picard est dans le même groupe que Findus !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :