L'instabilité devrait continuer de régner sur le marché des matières premières

 |  | 363 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'instabilité devrait caractériser à nouveau en 2012 un marché des matières premières dont les prix, qui se sont envolés en 2011, devraient également rester élevés.

Les prix ne sont pas près de redescendre. Après une nouvelle hausse en 2011, les prix des matières premières devraient rester élevés cette année mais surtout particulièrement instables, d'après les données du rapport annuel Cyclope sur les marchés mondiaux publié ce mercredi. "Mon hypothèse est que 2012 reste marqué par des cours élevés avec des tensions ponctuelles sur certains produits", a estimé Philippe Chalmin professeur à l'Université Paris-Dauphine lors de la présentation du rapport dont il est le coordinateur.

La communauté internationale impuissante

"Mais ce qui me marque particulièrement c'est l'instabilité sur l'ensemble des marchés de la planète, jamais le monde n'a été aussi instable et, malgré des efforts, la communauté internationale est impuissante à réguler. Il n'y a pas de pilote dans l'avion", ajoute-t-il, évoquant ensuite "l'échec du cycle de Doha, de la conférence de Durban et le quasi-échec du G20".

Pour les experts de Cyclope, les marchés sont encore pris dans la tourmente du choc qui a débuté en 2007-2008. "Sur une planète totalement mondialisée, il n'y a aucune instance capable de donner des directives aux marchés", selon Philippe Chalmin. Par ailleurs, cette crise a provoqué un retard sur les investissements que le monde paie aujourd'hui avec en parallèle une demande qui reste forte notamment en provenance des pays émergents. "Nous avions oublié avec la crise que nous avions besoin de nourrir, d'éclairer... une population toujours plus importante", déplore le coordindateur du rapport.

Le poids de la Chine

L'instabilité sur les matières premières est renforcée par le poids de plus en plus proéminent pris par la Chine, "celle qui peut faire la différence sur les marchés". Par exemple, cette dernière est en train de redevenir un importateur majeur de maïs et cela bouleverse soudain tout l'équilibre de ce marché. Le rapport Cyclope rappelle ainsi qu'à l'été 2011 quand Pékin a décidé de nouvelles mesures pour éviter la surchauffe de l'économie chinoise cela a provoqué un effondrement des cours des matières premières (cuivre, coton...).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :