Non, il n'y a pas que la viande de cheval au Salon de l'agriculture !

 |   |  1116  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le 50e Salon de l'agriculture a ouvert ses portes samedi sur fond de scandale de la viande de cheval. Mais les agriculteurs restent d'abord préoccupés par leurs revenus en berne, des normes trop rigides et les comportements souvent imprévisibles du consommateur. Reportage dans les allées du Pavillon 3 de la porte de Versailles, celui des éleveurs bovins.

Même en pleine semaine, mardi, les visiteurs étaient au rendez-vous dans la plus grande ferme de France. En pleine crise de confiance alimentaire, les consommateurs sont venus nombreux à la rencontre des producteurs, dans le pavillon des bovins qui fleurait bon la paille et les pis. Certes le scandale de la viande de cheval est dans toutes les têtes mais d'autres sujets préoccupent davantage les agriculteurs: les prix, des normes environnementales trop exigentes mais aussi le comportement du consommateur. A cet égard, la filière laitière fait figure d'exemple-type. Le président de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) - qui est aussi président du Cniel (centre national interprofessionnel de l'économie du lait) a d'ailleurs interpellé François Hollande deux jours avant l'ouverture du SIA.

La lettre ouverte de la FNPL à François Hollande

Dans une lettre ouverte au président de la République, Thierry Roquefeuil alerte sur la "situation difficile des éleveurs laitiers" dont les revenus sont en berne. "Jamais de mémoire nous n'avons vécu une telle augmentation de nos coûts de production", argue-t-il. "Il est urgent que votre gouvernement propose des solutions concrètes" à la crise de la production laitière. "La LME (loi de modernisation de l'économie) doit être rouverte et améliorée", suggère Thierry Roquefeuil. Le risque étant que les agriculteurs préfèrent se tourner vers la production céréalière, plus attractive. Rappelons à ce titre que selon des chiffres officiels, les éleveurs d'ovins et de bovins gagnent en moyenne 15.000 euros par an, contre 72.000 à 80.000 euros pour les céréaliers et les betteraviers.

Des prix trop bas, des charges trop élevées

Premier problème des agriculteurs: les prix. Au Salon, les éleveurs confirment. "On hésite à se lancer aujourd'hui", reconnaît un stagiaire éleveur laitier. Le prix de base du lait a baissé, à environ 320 euros les 1.000 litres soit le même prix qu'il y a vingt ans. Mais à côté de cela, "les charges ont triplé", explique Yoann Champion, un éleveur de vaches Prim'holstein en Indre-et-Loire. A titre d'exemple, le prix de la tonne de soja -utilisé pour nourrir les bêtes - est passée de près de 200 euros à plus de 500 euros. Difficile donc de faire son beurre dans ces conditions.

Prime "qualité"

Il existe toutefois des primes "qualité", nuance l'éleveur. Celles-ci fonctionnent peu ou prou comme le système des bonus malus de l'assurance auto. La laiterie de Verneuil - coopérative qui compte 115 salariés et dont fait partie Yoann Champion - lui accorde ainsi une prime pour l'encourager à augmenter la matière protéique du lait, contrairement à la matière grasse, qui permet de produire beurre, yaourts et fromage. La laiterie de Verneuil fournit notamment le beurre pour les galettes Saint-Michel. Ce système de primes peut permettre à l'éleveur de gagner jusqu'à 10% de plus. En revanche, sa production peut être taxée si la quantité de "cellules", néfastes pour la santé humaine, est trop importante dans le lait.

Ayrault: "Il faut partir du prix du producteur, de ses coûts réels"

Cette question des prix,  le Premier ministre semble en avoir pris note lors de sa visite au Salon. Evoquant la LME "mal appliquée ou pas appliquée du tout", Jean-Marc Ayrault a assuré que s'il fallait "modifier cette loi, nous y sommes prêts". "Pour arriver à quel résultat ? Pour que lorsque les producteurs négocient avec la grande distribution, qu'on ne parte pas du prix proposé par la distribution mais du prix du producteur. Aujourd'hui, c'est le contraire. Il faut partir du prix du producteur, de ses coûts réels et à partir de là, signer un contrat qui préserve les intérêts du producteur", a fait valoir le chef du gouvernement.

De trop lourdes contraintes

Deuxième problème: les agriculteurs jugent les contraintes environnementales beaucoup trop fortes. "Il y en a moins pour les céréales", lance un éleveur. Les agriculteurs dénoncent ainsi de trop grandes capacités de stockage. La mise aux normes requiert en effet une "surcapacité de stockage pour 6 mois". Ceci a pour conséquence de lourds investissements qui ne s'avèrent pas rentables. "Regardez ailleurs, il n'y'a qu'en France qu'on voit ça", s'emporte Yoann Champion.

Concernant les pesticides, "on est bien obligé de les utiliser", reconnaît Yoann Champion, mais "on n'en met pas à une échelle industrielle, c'est avec parcimonie". "Nos enfants mangent le pain que l'on fait, la viande que l'on produit et notre lait, on ne veut pas les empoisonner ! On ne veut pas empoisonner les gens !", s'insurge l'éleveur.

Où est passé le Bio?

Quant au bio, l'éleveur n'est pas très convaincu. "On produit deux fois moins qu'en agriculture traditionnelle", explique-t-il. De plus, pour produire bio, les vaches doivent brouter de l'herbe. Or, les éleveurs ont constaté que lorsque les bêtes se nourrissent d'encilage de maïs, elles produisent plus. Par conséquent, pour conserver le même niveau de production, il est possible de réduire le nombre de vaches et ainsi de baisser le niveau de pollution. "C'est le serpent qui se mord la queue", conclut l'éleveur. Car côté environnement, les éleveurs sont en effet contraints de respecter une surface minimale et des lieux bien précis pour étaler les déjections animales. "Ce qui est très lourd à gérer puisque tous les deux trois ans, l'Europe en remet une couche", déplore Yoann Champion.

Le consommateur responsable ?

Mais selon lui, plus qu'au niveau de l'Etat, c'est à l'échelle du consommateur qu'il faudrait faire évoluer la situation. "Les agriculteurs représentent 3% de la population active hexagonale", déplore-t-il. C'est donc au consommateur de "faire bouger les choses". En commençant par "boycotter un peu le lait des grandes surfaces. Parce que ce lait-là, ce n'est pas le nôtre", argue-t-il. "C'est comme pour l'élevage des volailles poursuit-il. On croit qu'il vaut mieux de la volaille élevée en plein air plutôt qu'en batterie. Mais si on les garde à l'intérieur, c'est pour éviter qu'elles soient malades, et donc qu'on leur donne moins d'antibiotiques", assure-t-il. "Il faudrait pouvoir faire intégrer ça aux gens. Mais ce n'est pas demain la veille", conclut Yoann Champion.

Et lorsqu'on aborde le thème du scandale alimentaire de saison, l'éleveur laitier monte sur ses grands chevaux. "C'est la faute du consommateur !", s'exclame-t-il. "A force de vouloir du tout prêt pour pas cher, ce qui arrive n'est pas étonnant. Les industriels ont compris le filon. Parce que ce qui les intéresse, eux, c'est de maximiser leurs marges, ne nous leurrons pas".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2013 à 14:31 :
La faute du consommateur, elle est bien bonne, celle-là.
Le consommateur, il achète ce qu'on lui propose. En achetant Findus, il ne s'attend pas à manger autre chose que ce qui est indiqué.
Dans le même style, c'est aussi la faute du gars qui est cambriolé, il a qu'à habiter dans une vieille baraque pourrie ! Ou la fille qui se fait agressée, elle a qu'à être moche et mal attifée, elle aura pas de problèmes !
a écrit le 27/02/2013 à 12:52 :
Même chez les vaches c'est pas si simple : apparemment un éleveur près de chez moi à retrouvé ses "vaches laitières" étiqueté "charolais" chez son acheteur. Gain immédiat 6 euros du kilo pour l'intermédiaire. Et le consommateur passe bien pour une vache à lait.

Honnêtement ça m'est arrivé d'acheter des plats préparés ou de la viande (étiqueté race à viande) sous vide en supermarché. Dans les 2 cas le prix était attractif mais la qualité n'était pas au rendez-vous. Globalement très déçu surtout que l'image sur le packaging était alléchante, on ne m'y reprendra plus.
a écrit le 27/02/2013 à 8:21 :
Est-on bien sûr que les vaches ne seraient pas des vaches modifiées en chevaux ayant l'apparence de beaux bovins comme les vins français contenant des pesticides des fongicides et des herbicides la France est le 3 consommateur mondial de pesticides pour les vins de quoi vous ne plus faire boire du vin dans toute votre vie !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :