Scandale de la viande de cheval : un trader derrière les barreaux

 |   |  365  mots
Des batteries de tests avaient été lancées dans toute l'Europe en 2013 pour vérifier si des préparations ne contenaient pas de viande de cheval à la place de boeuf.
Des batteries de tests avaient été lancées dans toute l'Europe en 2013 pour vérifier si des préparations ne contenaient pas de viande de cheval à la place de boeuf. (Crédits : reuters.com)
Jan Fasen, protagoniste controversé du scandale de la viande de cheval démarré voici plus d'un an, a été mis en examen et écroué début avril.

Il aura fallu plus d'un an. Jan Fasen, l'un des plus mystérieux protagonistes de l'affaire de la viande de cheval qui a emballé l'Europe début 2013, a été mis en examen début avril pour "tromperie aggravée", "faux et usage de faux" et "escroquerie en bande organisée" par le tribunal de grande instance de Paris. Il a également été placé en détention provisoire.

Faux étiquetage

Ce sexagénaire a fondé la société Draap, domiciliée à Chypre, pointée du doigt dès 2013 comme pouvant être à l'origine d'une tromperie sur l'étiquetage de viande en vrac utilisée dans des préparations culinaires. Du cheval avait en effet été substitué à du bœuf pour la confection de plats qui ont ensuite inondé l'Europe.

Deux cadres de la société française baptisée alors Spanghero, qui transformait ces produits, ont déjà mis en examen. Les juges devront déterminer qui est à l'origine du faux étiquetage. 

Condamné pour un trafic de fausse viande halal

 Jan Fasen, s'est présenté volontairement le 8 avril auprès des enquêteurs, selon son avocat.  Peu d'informations sont disponibles à son sujet. En 2013, les médias belges et néerlandais avaient déterré une précédente condamnation. En janvier 2012, selon la chaîne de télévision néerlandaise NOS  et le Financial Times. La cour de justice de la ville de Breda, aux Pays-Bas, a condamné le sexagénaire à 9 mois de prison dont trois fermes pour avoir remplacé des étiquettes. Il s'agissait de viande de cheval achetée en Amérique du Sud et revendue comme s'il s'agissait de boeuf allemand. Cette viande avait ensuite été commercialisée en France sous le nom de "boeuf halal". Le blog Al-kanz avait d'ailleurs couvert cette affaire à l'époque. 

Au sujet du scandale de 2013, l'entrepreneur s'était défendu dans le Guardian en affirmant avoir toujours su qu'il achetait de la viande de cheval, commandée dans des abattoirs roumains. Le nom de sa société, Draap, est formé à partir d'une inversion des lettres du mot paard qui signifie... cheval en néerlandais. 

Pour aller plus loin

>> Sur la piste de la viande de cheval suspect

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2014 à 16:46 :
Ils sont quand même fort ces traders à reconditionner des tonnes de viande de cheval roumain nourri au pneu usagé... quelle énergie!
a écrit le 30/04/2014 à 8:29 :
on fait beaucoup d'histoire pour une petite fraude .La viande de cheval est très bonne à la conso. et le "scandale" n'a rien de comparable avec la vache folle, le sang contaminé, l'hormone de croissance, et plus proche de nous surtout les faux "bio".
Réponse de le 30/04/2014 à 9:02 :
Ça n'a surtout aucun rapport...
Réponse de le 30/04/2014 à 9:25 :
tromperie sur marchandise
Réponse de le 30/04/2014 à 12:27 :
@gc : vous ne semblez rien y connaitre donc merci d'éviter ce type de jugement surtout quand vous vous mettez le doigt dans l'oeil aussi profondemment. Renseignez vous sur la filière chevaline. Vou verrez qu'il n'existe pas en Europe d'élevage de chevaux devant finir dans nos assiettes. D'où proviennent-ils ? Renseignez vous sur l'interdiction faites en Roumanie de conduire des charettes tirées par des chevaux. Si vous êtes allé en Roumanie il y a 10 ans vous savez que c'était le moyen de locomotion le plus utilisé des classes populaires. Maintenant qu'ils n'ont plus le droit d'en avoir, ils refourguent ça à des abattoirs à peine aux normes européennes. Et si vous aviez vu la tête de leurs chevaux vous ne minimiseriez pas ce scandal. Quand aux chevaux "français" ils sont bourrés de médicaments à force de participer à des courses ou bien pour soigner leurs maladies. Médicaments qui ne sont pas fait pour être ingéré par l'Homme. Mais vous avez raison, laissons faire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :