Georges Viana, l'heureux repreneur de la biscuiterie Jeannette

 |   |  187  mots
Le repreneur de la biscuiterie entend relancer la production avec trois ou quatre salariés dès février 2015, avant de passer à une quinzaine de salariés en juin.
Le repreneur de la biscuiterie entend relancer la production avec trois ou quatre salariés dès février 2015, avant de passer à une quinzaine de salariés en juin. (Crédits : Youtube/Ouest-France)
L'offre de reprise de Georges Viana a été retenue lundi 24 novembre par le tribunal de commerce de Caen. L'homme d'affaires franco-portugais a réussi à lever, au dernier recensement, 100.882 euros auprès de 2.076 donateurs pour la relance des madeleines Jeannette via un site de financement participatif, Bulbintown, lancé le 10 septembre.

"C'est merveilleux." Le nouveau propriétaire de la marque Jeannette se réjouit. C'est son offre de reprise, sur les sept déposées pour la biscuiterie liquidée fin 2013, qui a en effet été retenue lundi 24 novembre par le tribunal de commerce de Caen. "C'est une décision historique", a assuré Franck Mérouze, le responsable CGT après avoir dévoilé la nouvelle aux salariés.

Plus de 100.000 euros grâce au crowdfunding

L'homme d'affaires franco-portugais a réussi à lever, au dernier recensement, 100.882 euros auprès de quelque 2.076 donateurs pour la relance des madeleines Jeannette via un site de financement participatif (crowdfunding), Bulb in town, lancé le 10 septembre.

Le nouveau chef de l'entreprise, qui employait 37 personnes au moment de sa liquidation contre 400 dans les années 70, entend relancer la production avec trois ou quatre salariés dès février 2015, avant de passer à une quinzaine de salariés en juin. Encore faut-il réussir à récolter 600.000 euros supplémentaires auprès des banques. Quant aux machines de l'usine, elles ont été vendues à la société bretonne de céréales bio Cereco (marque "Grillon d'or").

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2014 à 19:39 :
Et bien!...Soyons contents d'avoir encore quelque chose à vendre!.. et réciproquement:.. Il y a quelques mois encore Vinci a gagné la concession (pour 30 ans) des aéroports de Lisbonne, Porto et Faro...et personne n'en est morte en France et au Portugal!...
a écrit le 24/11/2014 à 18:15 :
Désormais, après les américains, les britanniques, les russes, les suisses, les chinois, les japonais, les indiens, les qataris, les arabes et j'en passe, c'est le tour des portugais acheter le patrimoine français ! encourageant….
Réponse de le 24/11/2014 à 18:50 :
préférez-vous qu'aucune personne ne rachète?. Mais ceci dit, vous n'avez qu'a l'a racheter cette entreprise et y investir.
Réponse de le 24/11/2014 à 18:57 :
Je suis bien d'accord avec vous filou, ce Monsieur philippe K semble s'être arrêté dans le temps, il faut regarder autour de soi et se rendre compte que notre pays a des investisseur internationaux.. c'est la mondialisation, c'est comme ça et personne n'y peut rien.. Si tout le monde faisait du repli sur soi, notre pays serait encore plus mal aujourd'hui..
Réponse de le 25/11/2014 à 0:59 :
pourvu que des boulanger reviennent dans nos campagnes
étranger ou pas (et pourvu qu'ils soient courageux et accueillant )
Réponse de le 25/11/2014 à 11:46 :
Pour Philippe K il faudrait qu'il sache que mon grand-père (et beaucoup d'autres portugais) sont venus défendre la France (et en plus avec d'autres nationalités) en 1914/18.
C'est triste l'ignorance...Le mal profond de la France c'est le déclin de l'école!!
Réponse de le 25/11/2014 à 21:03 :
A l'école ce que vous dites est tout à fait juste , car les français ne voulaient pas faire le sale boulot

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :