Le Foll à McDonald's : "L'agroécologie n'est pas un slogan commercial"

 |   |  358  mots
Le ministre n'a pas donné de réponse sur son opinion concernant une labellisation du concept d'agroécologie qui recouvre l'ensemble des pratiques agricoles durable d'un point de vue environnemental surtout.
Le ministre n'a pas donné de réponse sur son opinion concernant une labellisation du concept d'agroécologie qui recouvre l'ensemble des pratiques agricoles "durable" d'un point de vue environnemental surtout. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le terme "agroécologie" est utilisé notamment par McDonald's. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll conteste un usage "commercial" du concept. Ce dernier, recouvrant un ensemble de techniques de production agricole respectueuses de l'environnement, est lui-même controversé.

McDonald's cherche à montrer patte "verte". Mais pas question de le laisser reprendre les expressions du gouvernement...  Interrogé par l'AFP deux jours avant l'ouverture du 52e Salon international de l'Agriculture, le ministre Stéphane Le Foll a notamment déclaré :

"L'agroécologie c'est d'abord la question des agriculteurs, une question de technique agricole, ce n'est pas un slogan commercial".

"McDonald's, c'est un sujet sur lequel on a engagé une réflexion. Le concept d'agroécologie pose la question des modèles de production pour combiner la dimension environnementale avec la dimension de production".

Labellisation?

Le ministre de l'Agriculture n'a pas donné de réponse sur son opinion concernant une labellisation du concept d'agroécologie qui recouvre l'ensemble des pratiques agricoles "durable" d'un point de vue environnemental surtout. Le terme divise. Côté agriculteurs, Xavier Beulin, le président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) a exprimé ses doutes, mercredi, quant à ce terme:

"J'ai le sentiment aujourd'hui que tout le monde n'y met pas les mêmes intentions, les mêmes ambitions. J'entends parfois quelques propos qui me font peur parce que c'est plutôt synonyme de décroissance, d'un certain retour en arrière".

Sur la présence de grands distributeurs comme Lidl et Carrefour, il a reconnu, en particulier dans le dernier cas, que celle-ci se justifiait, surtout dans la mesure où ils vendent des marques propres visant la valorisation des marques "locales". Au sujet des grands distributeurs, le ministre a affirmé "exercer une pression afin de lutter contre la déflation". Or, le déroulement des négociations commerciales qui doivent s'achever en même temps que le Salon de l'Agriculture le 1er mars laissent supposer que la déflation devrait se poursuivre. Ce que les producteurs redoutent puisque la baisse des prix contribue à réduire leurs profits.

Agriculture industrielle

Le ministre a enfin défendu le maintien d'un modèle agricole "industriel". La veille, en Conseil des ministres, il exposait des mesures prévoyant des assouplissements dans ce sens, avec un seuil minimum de déclaration pour les grandes exploitations passant de 30.000 à 40.000 têtes pour la production de volaille par exemple.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2015 à 22:29 :
Que l'on ne puisse pas se passer d'une agriculture industrielle, cela semble maintenant acquis dans les pays industrialisés. Néanmoins, au niveau mondial il serait souhaitable de conserver une agriculture à géométrie variable, notamment pour les pays Africains. Les aider à développer une agriculture diversifiée, exploitable par eux, sans avoir recours à l'obligation d'une tutelle de la mondialisation. Un marché propre à l'Afrique.
Et de façon générale l'agriculture industrielle doit pouvoir répondre à la diversité et conserver des méthodes qui ne soient pas de nature à anéantir la diversité. L'utilisation d'écosystèmes sont les garants d'une implantation de cette agriculture qui doit garantir des seuils de production peu couteux par des stratégies de chaînes complètes locales, afin d'éviter une hausse due aux services. Les problèmes environnementaux et de santé doivent structurer cette agriculture industrielle. Ce qui ne semble pas le cas des puissants groupes, Américains, Suisses, Allemands et Français. L'industrialisation et la concurrence ne doivent pas écraser la qualité des produits et être susceptible d'altérer la santé. Si on lève objectivement ces deux grosses contraintes, on peut alors parler de progrès dans le sens réel du terme.
a écrit le 20/02/2015 à 8:14 :
Le Foll n'est pas un nom de ministre
a écrit le 19/02/2015 à 23:47 :
Peut-être faudrait-il être sérieux et raisonnable : le terme "écologie" est comme le terme "bio", une simple façon de se faire de l'argent alors que la planète se meurt. Il est tellement simple de faire du profit sur les agonisants. Pourquoi, donc, une société lambda ne pourrait-elle aussi profiter du filon..?? Maintenant, ce Ministre devrait peut-être aussi essayer de penser à la planète, un jour dans sa vie. (NOUS savons, Bretons, ce que vous autorisez, mon gars). Mais, pas demain la veille...
Réponse de le 20/02/2015 à 0:52 :
mdr
a écrit le 19/02/2015 à 17:53 :
"Le ministre a enfin défendu le maintien d'un modèle agricole "industriel". La veille, en Conseil des ministres, il exposait des mesures prévoyant des assouplissements dans ce sens, avec un seuil minimum de déclaration pour les grandes exploitations passant de 30.000 à 40.000 têtes pour la production de volaille par exemple."
Non seulement il le maintient, mais il le promeut en abaissant les contraintes et les limites de création d'usine à toutes sortes de bestiaux "objets".
a écrit le 19/02/2015 à 16:23 :
le problème vient plutot du fait que Mcdo met des steacks à 25% de matière grasse alors que le terme d'agrobiologie prête une connotation de bon pour la santé à cause du terme "bio" qu'il contient. c'est juste un détournement de signification pour toucher l'inconscient en implantant un message positif (manger Mcdo est bon pour la santé/ou n'est pas si mauvais). Une étude scientifique a pourtant mis en avant que manger régulièrement ce type de nourriture rend débile car elle n'apporte pas les nutriments nécessaires au cerveau, CQFD
Réponse de le 19/02/2015 à 17:19 :
si c'est cela il aurait du laisser ce commentaire à Marisol
a écrit le 19/02/2015 à 14:45 :
très étrange ce comportement du ministre qui s’inquiète de la com des autres.
Est-ce pour faire bien vis à vis d'une partie des éleveurs en cette période de salon de l'agriculture? ( toujours prête à se trouver des boucs émissaires, à tord le plus souvent, comme les grandes surfaces, les chaines alimentaires dont Mc Do, ....)
a écrit le 19/02/2015 à 14:45 :
les pesticides c'est mieux , merci Mr Le Foll .
a écrit le 19/02/2015 à 13:29 :
Ah bon, il faut demander l'autorisation au gouvernement maintenant?
a écrit le 19/02/2015 à 12:23 :
1- le site de mac do parle d'agro ecologie et met une photo avec un joli champs de culture conventionnelle sans aucune trace ni de prés ni de loin du moindre arbre
2- Monsieur Beulin parle d'agroecologie comme d'un retour en arrière et ferait mieux de changer de métier car cela fait 50 ans que l'on nous vend un modèle limité qui pollue à tout va alors même que l'agroécologie et la permaculture montrent que modernité (croissance) et respect de la nature peuvent fonctionner ensemble! Elles en font la démonstration par la pratique et la réflexion et seuls les imbéciles peuvent nier ce qui est montré et démontré!
3- les politiques feraient mieux d'arrêter avec leurs labels et leurs normes industrielles car plus ils se multiplient plus la pollution augmente!!!
a écrit le 19/02/2015 à 10:01 :
qu'il s'occupe de ses affaires, celui là déjà.
a écrit le 19/02/2015 à 9:28 :
lui c'est un slogan permanent à la connerie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :