Fiat signe un accord avec les syndicats pour plus de productivité

 |   |  297  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Sergio Marchionne, patron du groupe automobile italien, salue un accord qui "crée les conditions essentielles pour continuer à investir dans le pays" .

Fiat a signé mardi un accord d'entreprise avec les syndicats - à l'exception de la Fiom, la puissante branche métallurgie de la CGIL. L'accord marque un "tournant historique pour notre société et ses salariés", affirme dans un communiqué Sergio Marchionne, administrateur délégué du groupe automobile transalpin. "Avec le nouveau contrat, nous disposons d'un instrument moderne en adéquation avec la réalité de l'industrie internationale", qui permettra à Fiat (auto) et Fiat Industrial (poids-lourds, matériel agricole et de BTP) "d'être plus efficaces et de créer les conditions essentielles pour continuer à investir dans le pays", précise le dirigeant, qui est désormais également à la tête du partenaire américain Chrysler.

L'accord reprend les grandes lignes celui signé par Fiat et le personnel de l'usine napolitaine de Pomigliano d'Arco. Le groupe turinois avait déjà négocié des accords sur ce site, mais aussi à Mirafiori (Turin), approuvés par des référendums auprès des employés. Cet accord prévoit notamment davantage de flexibilité et une réduction des pauses. Et partant une amélioration de la productivité, souvent faible sur les sites italiens, notamment à Pomigliano. En échange, Fiat promet le versement d'une prime extraordinaire de 600 euros en 2012 à l'ensemble des employés du groupe.

Sergio Marchionne avait exercé un véritable chantage aux investissements, s'engageant à débourser 20 milliards d'euros dans la péninsule à condition que les syndicats acceptent de revenir de revenir sur nombre d'avantages. Il avait aussi annoncé début octobre qu'il quitterait début 2012 l'organisation patronale Confindustria. Il ne sera donc plus tenu d'appliquer la convention collective de la métallurgie. Le groupe emploie plus de 86.000 personnes en Italie. Les plus grosses usines de Fiat sont aujourd'hui hors d'Italie, c'est-à-dire en Pologne et au Brésil.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :