Fin de course pour Saab

 |   |  407  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Swedish Automobiles, propriétaire de Saab, annonce que la firme de Trollhättan a déposé son bilan ce lundi auprès du tribunal de Vänersborg. GM, l'ex-actionnaire, s'est opposé à toute transaction avec des repreneurs chinois.

Swedish Automobiles NV (Swan) annonce ce lundi que Saab Automobile a déposé son bilan au tribunal de Vänersborg, en Suède, lundi matin. "Après avoir pris connaissance de la position de GM sur la transaction envisagée, (le chinois) Youngman a informé Saab Automobile que le financement pour poursuivre et achever la réorganisation ne peut être conclu", affirme le communiqué. Le conseil d?administration de Saab Automobile a fait savoir que " l'entreprise, sans financement supplémentaire, sera insolvable et que le dépôt de son bilan est fait au meilleur des intérêts de ses créanciers".

Le couperet est fonc tombé sur cet emblématique constructeur automobile. Né juste après la guerre, reconnu pour l'originalité et l'innovation technique de ses véhicules, Saab a eu son heure de gloire dans les années 80 avec la 900 Turbo, une berline sportive "chic", qui a donné naissance à une  version cabriolet très recherchée par les collectionneurs. 

En 1990, la famille actionnaire Wallemberg avait décidé de se séparer de la branche automobile du groupe Saab-Scania (camions). GM a d'abord repris la moitié, puis la totalité du constructeur. Las, le groupe de Detroit n'a pas suffisamment investi, a affublé le pauvre constructeur de médiocres plates-formes et moteurs diesel d'origine Opel, la branche allemande de l'américain. Du coup, les ventes n'ont jamais pu s'élever durablement au-dessus de la barre fatidique des 120.000 unités. La firme a perdu de l'argent quasi-constamment. Lors de sa mise sous protection du Chapitre XI (loi américaine sur lers faillites) en 2009, GM a alors liquidé Saab. Sauvé in extremis par Victor Muller, constructeur (confidentiel) des voitures de luxe néerlandaises Spyker, Saab n'a jamis vraiment redémarré depuis, toujours aux prises avec des problèmes de liquidités.

Victor Muller s'est toutefois démené pour trouver un accord afin de sauver Saab de la faillite, principalement auprès de deux groupes chinois, le constructeur Youngman et le distributeur Pang Da. Un accord a été finalement trouvé. Mais, General Motors, ancien propriétaire de Saab, a répété à plusieurs reprises qu'il s'opposerait au nécessaire transfert de brevets technologiques qu'il détient encore aux entreprises chinoises. Décidément, GM aura vraiment enterré Saab!

Saab a été forcé d'arrêter sa production en avril dernier, lorsque les fournisseurs ont cessé leurs livraisons. Saab emploie environ 3.700 personnes à Trollhättan, qui attendent encore leurs salaires de novembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/12/2011 à 10:53 :
Encore une fois les Etats unis auront démontré la faible importance qu'ils accordent à l'économie Européenne et ceci dure depuis 1945.
Fasciné par un pays qui procure plus de pauvreté et de misère dans le monde, y compris chez eux,l'ensemble des élus européens ,concentrés sur leur préocupation de boutiquiers, n'ont pas encore pris conscience de la nécesité de défendre les emplois européens et continue à se prosterner devant un certain nombre d'icones incertaines.
Si l'europe ne réagit pas elle ne sera bientôt plus qu'un champ de ruine industrielle et les champs de ruine attire les états unis qui ne manquerons pas de réinvestir pour nous démontrer leur générosité et ainsi le cycle de l'économie européenne sera reconduit mais dans quelles conditions humaines et sociales et dans quelles dépendance.
a écrit le 19/12/2011 à 14:08 :
Dommage pour le Rafale, apparemment le groupe qui fabrique le Gripen est indépendant du groupe automobile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :