Divorcé de Tata en Inde, Fiat pourrait s'allier à Suzuki

 |   |  447  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le constructeur italien va mettre fin à sa coopération commerciale avec le géant indien. Un rapprochement avec le japonais Suzuki, qui occupe plus de 40% du marché local, est possible.

Fiat et l'indien Tata vont mettre fin à leur coopération commerciale en Inde, vieille de six ans. L'italien n'est pas satisfait des résultats de sa co-entreprise avec le consortium. Celle-ci n'a vendu que 16.000 voitures Fiat sur la dernière année fiscale (-25%) à travers le réseau Tata et 178 points de vente. L'italien préfère ouvrir sa filiale propre. En revanche, Fiat pousuit au moins provoisoirement ses relations industrielles avec l'indien Tata. ils ont fabriqué ensemble 170.000 voitures et 337.000 moteurs en six ans.

Suzuki achète les diesels Fiat

Cette rupture des liens commerciaux avec Tata, qui témoigne d'un net refroidissement des relations entre les deux groupes, pourrait ouvrir la voie à un rapprochement entre l'italien et Suzuki. C'est ce qu'estiment les experts locaux. ?Un mariage avec Suzuki serait gagnant-gagnant pour Fiat et Suzuki?, affirme Deepesh Rathore, directeur général du consultant IHS Automotive en Inde, cité par l'agence Bloomberg. "Les possibilités sont infinies", ajoute-t-il.  D'ores et déjà, une grosse partie des moteurs diesel Fiat fabriqués par la co-entreprise avec Tata est destinée à... Maruti Suzuki, la société commune de Suzuki en Inde qui occupe 42% du marché local.  Fiat et Suzuki avaient en effet annoncé en janvier dernier un accord aux termes duquel l'italien devait fournir lesdits moteurs au japonais en Inde. Fiat doit  livrer jusqu'à 100.000 moteurs 1,3 MultiJet par an. Le contrat a une durée de trois ans. Fiat et Suzuki "continuent à consolider leurs relations fructureuses", affirmait alors le communiqué du turinois.

Alliance plus étroite
 
Un nouveau renforcement des liens en Inde pourrait être un pas de plus vers une alliance plus étroite entre le piémontais et le groupe nippon. Fiat a clairement besoin d'une alliance asiatique pour compléter sa prise de contrôle de l'américain  Chrysler. Le spécialiste japonais de petits véhicules, en froid avec son actionnaire allemand Volkswagen, doit pour sa part pallier ses faiblesses en Amérique du nord et du sud ainsi qu'en Europe, là où Fiat est... bien implanté. Les deux constructeurs coopèrent déjà en Hongrie, où Suzuki produit un 4x4 doté de diesels italiens, que le groupe transalpin commercialise également sous son nom (Fiat Sedici).
Suzuki a d'ailleurs  renouvelé le contrat d'achat de diesels Fiat pour son remplaçant, ce qui a provoqué la colère de Volkswagen,  lequel détient 19,9% du japonais.
Suzuki veut défaire ses liens avec le consortium germanique. Un arbitrage judiciaire est en cours. Mais une éventuelle dissolution des liens risque de prendre du temps! Or, avant que le différend avec Volkswagen ne soit réglé, Suzuki ne peut nouer de nouvelle alliance stratégique avec Fiat... ou un autre constructeur.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2012 à 17:59 :
Une alliance FIAT-SUZUKI sera profitable au deux car ils sont complmentaires. Le pb c'est que la pieuvre VW ne lachera pas sa proie (suzuki) facilement.
Dommage car il est rare qu'une aliance automoblie marche et c'elle là le simple
a écrit le 21/05/2012 à 19:30 :
Bon t'as quoi comme "monture" ... pardon ..voiture ? Une tata rose !

... pas facile à vendre !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :