PSA Peugeot Citroën veut rester en France

 |   |  692  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En Europe, le taux d'utilisation des usines PSA est de 70%. Une voiture fabriquée en Slovaquie et livrée en France coûte 200 euros de moins que la même assemblée dans l'Hexagone. Mais le groupe persiste dans le "made in France".

«En Europe, le taux d'utilisation de nos usines est de 70% avec une équipe et demie, voire de 60% pour les véhicules du segment B (petites voitures)», affirme Denis Martin, directeur industriel de PSA Peugeot Citroën, à La Tribune. L'usine bretonne de Rennes chôme quant à elle «une semaine sur cinq». En pleine tourmente médiatico-politique depuis son annonce, au début de l'été, de la fermeture du site d'Aulnay d'ici à 2014 et la suppression de 8.000 emplois, PSA Peugeot Citroën se débat avec la chute des volumes, les surcapacités et le... coût du travail en France.

Cher de créer une usine

PSA va-t-il quitter, du coup, l'Hexagone? Evidemment pas. Pour au moins une bonne raison: «recréer une usine coûte très cher», souligne Denis Martin. Mais pas seulement. Car, en dépit de toutes les attaques dont il est l'objet, PSA reste une entreprise française... et fière de l'être. 41% de ses véhicules ont été encore assemblés dans l'Hexagone au premier semestre. Soit un niveau relativement élevé. Renault ne fabrique que 21% de ses modèles en France et Volkswagen un tiers en Allemagne. En outre, «tous nos moteurs et boîtes de vitesses pour le marché européen sont réalisés en France. Ils sont aussi largement exportés en-dehors». Les usines de mécanique chinoise, brésilienne, et argentine, travaillent, elles, exclusivement pour les marchés locaux.

Amélioration permanente

Certes, Denis Martin ne s'en cache pas: «une voiture produite à Trnava, en Slovaquie et livrée en France revient 200 euros moins cher que la même fabriquée dans l'Hexagone». Il n'empêche. «Nous sommes engagés dans la transformation de nos usines en France avec des plans pour réaliser des gains de productivité supérieurs à l'inflation». Pour continuer à fabriquer dans l'Hexagone, «il faut des actions d'amélioration permanente. On a encore des pistes de progrès. Il faut accélérer sur le plan 2012 de compétitivité». La semaine dernière, dans le cadre des journées presse du Mondial de l'automobile, Philippe Varin citait l'exemple de l'usine de Sevelnord, dans le Nord, qui, «il y a trois ans, avait un avenir pas très clair». Mais «on a travaillé avec les partenaires sociaux pour signer un accord de développement en juillet dernier. Ces six mois de travail vont permettre de baisser le coût de revient», se félicitait le patron de PSA. Rien n'est donc inéluctable, même en France!

60% des fournisseurs en France

«Il y a aussi un gros travail avec les fournisseurs pour que toute la chaîne logistique soit compétitive», indique Denis Martin, qui précise: «60% de nos fournisseurs sont encore en France». PSA vient d'ailleurs d'annoncer que le futur petit (faux) 4x4 2008 serait assemblé dans l'Hexagone. Les véhicules compacts Peugeot 308, le (faux) 4x4 3008, le monospace 5008, mais aussi les Citroën C4 ou toute la gamme DS sont montés dans l'Hexagone. Tous les modèles hybrides y sont aussi fabriqués. «Oui, on peut produire en France», assure le directeur industriel.

Coût du travail trop élevé

Philippe Varin plaide toutefois vigoureusement  pour une baisse du coût du travail en France. Une diminution des coûts salariaux de 5 à 10% serait "très substantielle" pour le groupe. Philippe Varin déplore en effet le coût du travail en France, "de 35 euros de l'heure, comme en Allemagne, contre 20-22 en Espagne, 10 en Slovaquie". Depuis dix ans, "les coûts ont dérivé de 10 à 15% en France", a-t-il indiqué au Mondial de l'automobile. Du coup, "il y a dix ans, on avait des marges correctes. Mais, aujourd'hui, avec la pression sur les prix, on n'a plus de marge. Et, si on ne fait plus de marges, il est difficile de soutenir la recherche-développement".

Stocks en baisse

En tous cas, grâce à une gestion plus fine de l'outil industriel, les stocks, très élevés fin 2011, se sont beaucoup résorbés, «de 20 à 30%», selon Jean-Philippe Imparato, directeur du commerce Europe de PSA. Une fois fermée l'usine d'Aulnay, «le taux d'utilisation des usines devrait regagner cinq à sept points», souligne Denis Martin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2012 à 23:20 :
Et que dirait ce monsieur si on lui baissait son salaire de la même manière qu'il désire baisser celui de ses ouvriers ? Il est facile de parler de coût du travail (7% dans le prix d'une voiture) mais pourquoi ne parle t-il as du coût de la communication alors (10% dans le prix de la voiture en communication et en publicité)...

Bref, ce qui coute cher chez peugeot ce n'est pas l'humain ce sont les affiches et les spots idiots à la télé.
a écrit le 02/10/2012 à 22:03 :
PSA? les dirigeants n aiment pas les voitures, ils veulent seulement traire une vache. oubliez cette entreprise
Réponse de le 02/10/2012 à 23:24 :
si vous faites allusion aux derniers évennements, je crois que vous faites erreur. Le groupe a été puni de n'avoir pas assez délocalisé, et d'avoir préféré essayer de preserver des emplois par l'usage du chomage partiel. Quand à l'action de montebourg et ses déclarations intempestives, elle n'a fait qu'enfoncer encore un peu plus le groupe dans les difficultés.
a écrit le 02/10/2012 à 19:44 :
Après l'acharnement politique et médiatique sur PSA depuis le mois de juillet, voici un bel éclaircissement...

Alors Mr Montebourg... Qu'en dites-vous ?
On ne vous entend plus !
a écrit le 02/10/2012 à 17:21 :
Mais qui donc a payé la Villa de LAMU (KENYA) de Domitilla & Robet PEUGEOT (design de Claudio MODOLA ), l'enrée de gamme à 3000? vendu en réseau à 10.000 ?, le haut de gamme à 5000? vendu en réseau à 20.000 ? ?, les pressions sur le réseau ultra-dépendant ? Celle sur les usines restructurées ? Les holding FFP, ORPEA et Etablissements Peugeot Freres donnent 38.1% des droits de vote (minorité de blocage) et 5 fauteuils sur 14 au CA. Protégé, entretenu, sauvé par l'Etat, les guerres ... ça aide ?
a écrit le 02/10/2012 à 15:16 :
Révons !

Révons d'un gouvernement saluant un actionnariat (surtout familial) qui cherche à maintenir la valeur ajoutée et surtout les emplois en France.
Révons d'un gouvernement qui trouve des idées pour l'encourager plutôt que l'en dissuader.
Révons d'un état actionnaire ayant autant de fibre nationale pour donner du travail à ceux qu'ils l'ont élu.
a écrit le 02/10/2012 à 13:55 :
Qui a fermé Boulogne Billancourt? Qui va fermer Fessenheim? Personne sinon un état actionnaire socialo et incompétent. Que fait Monte et bourre? Il rabat son caquet le roquet. Voire sa sortie sur les hauts fournaux...
Réponse de le 03/10/2012 à 10:13 :
Pour Fessenheim, c'est un tout autre débat! Et vous parlez de ces fermetures, vous voulez parler aussi des plans sociaux repoussés par le précédent gouvernement pour ne pas salir encore un peu plus un bilan affligeant? Et pour en revenir au sujet, qui était a la tete de l'Etat depuis des années et qui a ainsi assisté a une délocalisation grandissante mais inassumée de Renault?
a écrit le 02/10/2012 à 13:53 :
Pour ma part je roule en Toyota fabriqué à Valenciennes. La mondialisation c'est ça , tu as le choix, des prix compétitifs...La France à au moins deux TGV de retard( d'habitude on dit, un train de retard, mais la c'est plus que du retard, c'est astronomique). les taxes augmentent de toute part depuis 30 ans, le système est à bout de souffle...Un changement radical s'impose, mais lequel....Plus on s'éternise, plus ce sera douloureux...Il faut changer rapidement...Les taxes, c'est étrangler les citoyens...
a écrit le 02/10/2012 à 13:40 :
Si comme dit varin les constructeurs n'ont plus de marge les concessionnaires eux en ont
sur les voitures (environ 25% avec les différentes primes et bonus constructeur) et surtout sur
les pièces détachées (de 50 à 60 %)
si vous ne croyez pas ces chiffres allez vérifiez
a écrit le 02/10/2012 à 12:20 :
Etonnant, les 200 euros sont certainement au tarif peugeot ou que pour les slovaques... La différence que j'ai entendu était plutot de 1200-1500, surtout si on considère la bonne productivité des tcheques et hongrois.
Réponse de le 02/10/2012 à 13:25 :
Exact, différence à la production (sortie d'usine) de 1300? entre une CLIO IV produite à Flins et une produite en Turquie. La différence PSA de 200 euros est peut être pour des voitures livrées en concession (en incluant les frais de logistiques)?
Réponse de le 02/10/2012 à 13:49 :
Il faut une grande stupidité pour négliger les couts logistiques dans les débats sur les couts. Et nos politcards menteurs à 2 sous sont-ils aussi stupides pour n'avoir jamais redresé le discours malsain et malhonnete des enteurs Ghosn Pelatta Tavarez.
Réponse de le 02/10/2012 à 14:19 :
Paulo ,PSA a des usines en république Techc et en Slovaquie mais pas en Hongrie!!
a écrit le 02/10/2012 à 12:18 :
De quoi parle t'on ? De 200 euros pour un prix de vente de 14000 euros en moyenne!! De qui se moque t'on ? La compétitivité ce n'est pas que faire moins cher mais faire aussi autrement avec des standarts de qualité. Ce n'est pas baisser ses coûts pour en donner toujours plus à ces actionnaires ( qui vivent en Suisse). Personne ne réagit. Cette situation devient agacante...
Beaucoup d'entre nous lorsqu'ils achetent une voiture n'achetent pas qu'un prix. Ils achetent du reve. Or sur le sujet nos constructeurs français sont à la traine. Sans doute que leurs problemes de compétitivité vient en grande partie de leur incapacité à nous vendre du reve.
Réponse de le 02/10/2012 à 13:57 :
200 euros par voiture multiplié par 300.000 vehicules produits par an en Slovaquie ca fait quand meme 60 millions d'euros d'economie sur une année par rapport a 300.000 vehicules produits en France. Un peu de bon sens et de mathematiques ...
Réponse de le 02/10/2012 à 19:48 :
Laurent, si nous sommes tous prêt à payer nos voitures plus cher parce-qu'elle sont produites en France, l'industrie automobile Française est sauvée !
Réponse de le 03/10/2012 à 10:17 :
@Viking: Sauf que dans votre calcul, vous ne considérez pas que la voiture qui va etre vendue en France sera plus chere que la meme voiture vendue en Slovaquie par exemple. Du coup, on manque d'information pour connaitre la marge réelle, en fonction du lieu de fabrication.
a écrit le 02/10/2012 à 12:09 :
Le coût du travail doit être mis en parallèle avec la productivité horaire et annuelle. Raisonner en simple cout brut n'a pas vraiment de sens. Combien de voiture produit un ouvrier français, allemand ou slovaque?
Réponse de le 02/10/2012 à 13:54 :
comparer la productivité d'un ouvrier français ou slovaque ne veut pas dire grand chose. En fait la productivité horaire et annuelle est fonction du cout du travail. Avec un faible cout vous n'avez pas forcement besoin d'optimiser la chaine de production, ce qui ne veut pas dire que les ouvriers concernés travaillent moins bien ou moins longtemps.
a écrit le 02/10/2012 à 12:04 :
Tout ce la pour 200? par voiture...???!!!!
Réponse de le 02/10/2012 à 12:30 :
Je suis d'accord, c'est stupide de délocaliser. Il faut multiplier le LEAN et l'innovation.
Réponse de le 02/10/2012 à 13:57 :
200 euros par voiture multiplié par 300.000 vehicules produits par an en Slovaquie ca fait quand meme 60 millions d'euros d'economie sur une année par rapport a 300.000 vehicules produits en France.
Réponse de le 13/04/2014 à 12:12 :
franchement, qu est ce qu on en a foutre du cochon dans les assiettes à l école.
les francais ont d autres preocupations, chômage, inflation, domination sionistes portée par manuel valls, liberté d expression, respect de la famille.
Marine devrait plutôt se focaliser sur ces questions et appeler à manifester, plutot que nous saouler avec les musulmans ou les immigrés.

l ennemi de la France , MAnuel Valls l a dévoilé grace à Dieudonné. et c EST certainement pas le petit ouvrier immigré qui a une influence sur nos pensées et nos portefeuilles ou sur la condition économique de la France.
Réponse de le 13/04/2014 à 12:24 :
les écoles qui ne distribue pas de cochons sont sans doute des écoles dans des quartiers ou il y a une majorité de musulmans. après je pense que c EST pour des raisons économiques. si l école commande du cochon et que seulement 5 % en mange, ils ne vont pas faire du facho et jeter le reste.
après il est vrai que ces 5% ne doivent pas être privé de leurs droits de manger du porc, au nom de la majorité islamique.

sinon je pense que ce n est toujours pas le sujet qui preocupe les francais.
deja que le gouvernement fasse en sorte que les francais aient déjà les moyens de payer les cantines, le porc ça vient après
a écrit le 02/10/2012 à 10:58 :
Une voiture fabriquée en Slovaquie coûte 200 euros de moins mais pour combien de temps ???? Les ouvriers slovaques et roumains des usines PSA et Renault ont obtenu l'année dernière une revalorisation de leur salaire de 20%...
De plus, rien n?empêche PSA de récupérer ses 200 Euros en misant sur la productivité française qui est bien meilleure que celle des pays de l'EST...
Et enfin, un client français achetant une Peugeot à 9.000 Euro, serait à mon humble avis, prêt à payer 9200 Euros si l?intérêt national est mis en avant !!!
a écrit le 02/10/2012 à 10:40 :
Mauvaise gestion pour plus de 20? de l'heure d'ecart entre la production hors frontiéres le surcout de la voiture ne pése que de 200? apres importation, on peut en déduire que la notion de cout horaire n'a peu ou pas d'incidence sur le cout du produit, si le prix est trop éleve pourquoi ne pas réduire la marge bénéficiaire des concessionnaires qui est de plus de 15%
Réponse de le 02/10/2012 à 11:14 :
Demo pensez vous que les concessionnaires de marques étrangères travaillent avec des marges inférieures ? bien au contraire et c'est meme en offrant de meilleurs conditions qu'ils se constituent des réseaux de distribution sur notre sol .
Quand Kia annonce qu'il va doubler le nombre de ses points de ventes il débauche des garagistes à la concurrence avec de meilleures commissions !!!.
Réponse de le 02/10/2012 à 13:44 :
Les remises collaborateurs sont de 21% sur un modèle qui se vent bien et près de 25%
sur les autre modèles alors les concessionnaires .............(surtout quand il n' y a pas
de reprise)
a écrit le 02/10/2012 à 10:00 :
Le groupe PSA a t'il les moyens de fabriquer du Made In France qui n'est pas compétitif ...à l'export ...?
Réponse de le 02/10/2012 à 10:35 :
Pour l'export, ca dépend ou, pour des pays comme la Chine ou les pays d'Amérique du Sud, PSA y construit actuellement des usines (en plus de celles existantes, preuve que tout ne va pas si mal), pour justement etre compétitif sur ces marchés la (sans parler de logistique). Construire ailleurs n'a jamais été un probleme tant que ce n'est pas pour remplacer les emplois en France.
Réponse de le 02/10/2012 à 11:41 :
Loic, c'est bien là le problème ,les Dacia fabriquées à Tanger seront exportées à 90% vers la France et l'Europe alors qu'elles devraient destinées en priorité au marché africain .Sans un semblant d'équilibre par zones économiques l'Europe est vouée au déclin .
Réponse de le 03/10/2012 à 10:19 :
Effectivement c'est la le probleme, et Renault est en premiere ligne sur les délocalisations...
a écrit le 02/10/2012 à 8:59 :
Les stocks ont baisé ....pour Psa mais le monsieur oublie de préciser qu'il a refilé le bébé aux concessionnaires qui sont de ce fait envahis de bagnoles qu'ils ne savent où stocker ....et qu'ils doivent payer !!!
Réponse de le 02/10/2012 à 11:13 :
Dans le monde idéal de la "supply chain", les stocks de pièces détachées sont chez les sous-traitants et dans les camions et les stocks de voitures dans les camions ou wagons et chez les concessionnaires.
Le minimum dans l'usine! et des milliers de camions sur les routes...
a écrit le 02/10/2012 à 8:51 :
Renault fait mieux avec son usine turque: une CLIO IV produite en Turquie coûte 1300 euros de moins que celle produite à Flins (dixit le DG de Renault).
Est ce qu'un journaliste de la Tribune pourrait nous expliquer pourquoi PSA a un différentiel de 200 euros et Renault de 1300 euros entre la production française et celle de l'étranger (Europe de l'Est, Turquie)?
Réponse de le 02/10/2012 à 9:08 :
Renault annonçait il y quelques temps que les couts de revient étaient plus bas Au Maroc qu'en Turquie qui étaient eux memes plus bas qu'en Roumanie .
Pour ma part les 1.300 ? de différence sont trés exagérés de la part de Carlos Ghosn .
Le problème vient du fait que rares sont les constructeurs mondiaux qui gagnent de l'argent sur le marché européen qui n'est plus un marché d'équipement mais de renouvelement où il est trés difficile de maintenir ses positions face à l'agressivité commerciale de la concurrence la seule planche de salut étant les pays émergeants .
Réponse de le 02/10/2012 à 10:42 :
il y a une différence entre prix à la production et prix livré, à savoir le coût de transport !
C Ghosn est friand d'effet d'annonce, mais l'écart de prix livré en France est nettement moins important...
Réponse de le 02/10/2012 à 11:08 :
@ berti49: "Carlos Tavares, Directeur général délégué de Renault, avait souligné récemment qu'une Clio IV produite à Flins coûterait 1.300 euros de plus que son homologue turque, 30% dudit écart étant imputable aux fournisseurs." Les fournisseurs (sous-traitants) sont les mêmes à Flins et en Turquie ?
En admettant, reste un delta de 700 euros (1300-400-200), cela fait cher pour le transport/logistique...
Réponse de le 02/10/2012 à 11:36 :
Les fournisseurs sont peut etre les memes sauf que le donneur d'ordre leur impose de se délocalisés .C'est ainsi que Valéo et les autres installent des usines en Turquie,Roumanie et Maroc ..
a écrit le 02/10/2012 à 8:27 :
Un tel raisonnement n'est pas tenable, les pertes astronomiques de Peugeot sont essentiellement dues au fait que la marque aux chevrons n'a pas compris ou n'a pas voulu comprendre ou fait fi de comprendre que l'on peut faire fi de la mondialisation, que nenni on en voit le résultat : la faillite. Considérant que les coûts représentent plus des 50 à 60% de tous les produits et que le coût de la main d'oeuvre oscille entre 10 et 15 euros en Europe alors qu'elle est de 35 euros en France soit 3x plus chers, il ne faut pas s'étonner que je ne donne pas cher de l'avenir de la marque aux chevrons.
Réponse de le 02/10/2012 à 10:34 :
peugeot n'est pas la marque aux chevrons, mais bon...
Réponse de le 02/10/2012 à 10:42 :
Vous n'avez pas du lire l'article, car il est dit que l'on a une différence de 200 euros sur le prix de revient d'un véhicule fait en France et un véhicule assemblé en Slovaquie, ce qui est loin d'etre alarmant.
Leur tort a été de ne pas se développer assez a l'étranger, notamment en Chine, mais cependant si vous etes pret a travailler en France pour 3x moins cher et par conséquent, vivre comme en europe de l'est (qui s'est cependant bien développé), je ne pense pas que nos concitoyens le veuillent, eux. (et ils ont bien raison)
a écrit le 02/10/2012 à 8:09 :
Deux cent euro, c'est tellement dérisoire au regard du prix de la voiture et de son cout d'usage sur sa durée de vie, qu'il est dérisoire pour les Varin et Ghosn dont les salaires sont indécents, de polémiquer sur le cout du travail en france pour justifier des fermetures. Les syndicats n'ont qu'à organiser des voyages dans les pays de l'esclavage pour libérer les peuples esclaves en oraganisant avec eux des grèves pour remonter les salaires au niveau de la moyenne européenne... AINSI SOIT IL mis fin à l'esclavage et le modèle économique Dacia s'effondrera sur lui même.
Réponse de le 02/10/2012 à 10:22 :
Ben voyons ! Mais oui c'est une excellente et lumineuse idée ! Exportons le seul modèle dont la France peut se prévaloir, à savoir le modèle de la GREVE ! Exportons nos grévistes, ça c'est une bonne idée, exportons la CGT et compagnie et faisons en sorte qu'ils ne reviennent pas !!
Réponse de le 02/10/2012 à 10:33 :
totalement d'accord avec vous, 200 c'est rien, en plus plein d?études montrent que la majorité des français est prête a payer un peu plus pour du made in france, et on n'a pas d?idées sur l'impact écologique des allers-retours de marchandises (matières premières, pièces, voiture finie) entre la france et la slovaquie!
Réponse de le 02/10/2012 à 12:00 :
Il faut surtout STOPPER l'importation des produits venant de l'esclavage, l'esclavage est un crime au regard des Lois Internationale. Il suffirait que les citoyens de bon sens et les syndicalistes de bon sens poursuive les patrons voyous qui se rendent coupables d'esclavage humain au Maroc par exemple.
a écrit le 02/10/2012 à 6:54 :
Psa vend gefco au chemin de fer russe cela lui ouvre tout le reseau pour importer demain ses voitures directement de chine...il faut taxer tous ses biens avec ses pays ou l'on peut pas lutter. Alors seulement on produira en france
Réponse de le 02/10/2012 à 7:03 :
YAKA oublier les règles du commerce international.
Commençons d'abord à régler la fiscalité et les charges sociales au niveau des pays de l'EURO pour se trouver dans les mêmes conditions.
Réponse de le 02/10/2012 à 9:28 :
@ lolo: pas d'inquiétude pour une invasion de voitures PSA venant en train de Chine via la Russie, l'écartement des voies ferrées russes et ex républiques soviétiques n'est pas le même qu'en Europe (1 520 mm au lieu de 1 435 mm écartement standard).
Ceci pour des raisons historiques et pour éviter les invasions d'armées occidentales.
Réponse de le 02/10/2012 à 10:57 :
pour info, la ligne de chemin de fer Saint-Petersbourg - Moscou a été ouverte en 1851, avec l?écartement de 1524 mm défini en 1842 au lancement du chantier, tandis que le premier accord sur l?écartement de voie au Royaume Uni date de 1845 et seulement 1886 au niveau européen...
Réponse de le 02/10/2012 à 21:59 :
Et avez-vous entendu parler du transport par camion à plusieurs étages :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :