PSA Peugeot Citroën peine au Brésil où il fête sa millionième voiture

 |   |  377  mots
Copyright Reuters
Les ventes de PSA au Brésil reculent 3,5 fois plus que le marché total. Mais le groupe, qui investit dans des hausses de capacités, promet de nouveaux modèles qui manquent cruellement.

PSA Peugeot-Citroën est à la peine au Brésil. Ses ventes y ont encore baissé de 18% en septembre à 10.986 unités. Soit une chute 3,5 fois plus forte que celle du marché total. Et ses volumes ont fléchi de 16,2% sur neuf mois à 103.727, selon les statistiques de l'Anfavea (associations des constructeurs brésiliens). Un marché sur lequel PSA perd de l'argent, alors que Renault y réalise de coquettes marges! Triste anniversaire, donc, pour le groupe français, qui fête actuellement la production de son millionième véhicule sur le centre de production de Porto Real, dans l'Etat de Rio, onze ans après son inauguration.

Investissements en cours

PSA ne déclare pas forfait pour autant. Les travaux en cours à Porto Real, qui ont pris du retard, devraient permettre de passer d'un potentiel de 29 à 40 véhicules à l'heure, dans un premier temps. Cette augmentation s'inscrit dans le cadre du plan d'investissements de 530 millions d'euros en 2010-2012, puis de 240 millions d'ici à 2015. Ces investissements comprennent le lancement de nouveaux véhicules, dont une nouvelle C3 et bientôt les Citroën C-Elysée et Peugeot 301 destinées aux pays émergents. Porto Real produit actuellement des vieilles berlines Citroën C3, les C3 Picasso et C3 Aircross (dérivé faux 4x4 du Picasso), ainsi que des Peugeot 207 (une ancienne 206 restylée et rebaptisée), 207 quatre portes à coffre séparé et break SW ainsi que pick-up Hoggar. Le site industriel, qui comprend aussi une usine de moteurs, emploie environ 4000 salariés.

Pas assez de nouveaux modèles

Sur l'ensemble de l'Amérique latine, PSA a vu ses ventes chuter de 21% au premier semestre. L'usine de Porto Real n'a produit du coup que 39.800 véhicules sur six mois. Soit bien moins que les 56.600 véhicules assemblés à Palomar (Buenos Aires, Argentine), qui fabrique aussi des 206 et 207, mais également des 308 et son dérivé quatre portes à coffre séparé 408, des Citroën C4 ainsi que des utilitaires Partner et  Berlingo. Implanté depuis les années 60 en Argentine où la marque Peugeot est réputée, PSA n'est venu que tardivement au Brésil. Mais, le groupe n'est jamais parvenu à s'imposer avec une gamme de produits pas toujours adaptée aux goûts locaux, disparate, et une trop grande rareté de nouveaux modèles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2013 à 19:19 :
Ben, ici au Brésil, les Peugeot ont la réputation d'avoir une maintenance très chère. J'avoue que je m'arrache les cheveux avec les coûts de ma 206 actuelle qui a 10 ans (nombreuses réparations).
J'avais la même en France pendant 8 ans et n'avait aucun souci. J'avoue ne pas bien comprendre pourquoi une telle différence. Sauf erreur, il s'agit en plus d'un modèle importé.
Dur de convaincre mon épouse (brésilienne) d'acheter français à présent !
a écrit le 10/10/2012 à 22:17 :
PSA existe encore, ah bon, je ne savais pas.
Réponse de le 10/10/2012 à 22:35 :
encore la 5ème colonne !!!
a écrit le 10/10/2012 à 13:22 :
C'est vraiment la cata, les ventes de PSA chutent dans toutes les régions, Europe, Amérique du Sud...plus présent en Afrique, peu présent en Chine, absent aux US. A ce rythme, l'action va sortir du SBF 120 !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :