Renault exige plus de flexibilité pour produire plus en Espagne

 |   |  406  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Renault demande des concessions aux syndicats pour plus compétitivité en Espagne. A la clé: 1.300 nouveaux emplois et des hausses de production à Palencia, Valladolid et Séville.

Etre plus compétitif pour produire plus. Renault annonce clairement la couleur aux syndicats... en Espagne. Le constructeur auto français exige une limitation des salaires, une augmentation du nombre d'heures de travail annuelles et une réduction des rémunérations spécifiques durant les samedis, les jours de fête ou la nuit, avec à la clé davantage de flexibilité. En échange, Renault s'engage à créer 1.300 nouveaux emplois dans la péninsule ibérique et à augmenter la production de ses sites locaux. Une négociation cruciale, l'Espagne générant 30% de la production des moteurs et boîtes de vitesses ainsi que 10% des véhicules du groupe au losange. 

280.000 voitures par an

L'usine de "Palencia pourrait augmenter ainsi sa production de 190.000 unités annuelles aujourd'hui à 280.000  à l'horizon 2016", nous explique un porte-parole de Renault Espagne. L'usine, qui fabrique actuellement des Mégane compactes, recevrait la production de "quatre carrosseries différentes" sur une toute nouvelle plate-forme, ainsi que sur une deuxième dérivée de la première et commune avec l'allié Nissan. Les véhicules devraient être les successeurs de la gamme Mégane actuelle. Renault affirme toutefois que Palencia n'est pas en concurrence avec le site français de Douai, qui produit aujourd'hui le Scénic, dérivé monospace de la gamme Mégane. Douai devrait en effet, pour sa part, fabriquer cinq futurs modèles sur les mêmes plates-formes que Palencia. 

Futur petit 4x4 à Valladolid

Par ailleurs, l'usine de moteurs de Valladolid et celle de transmissions de Séville passeraient "d'un million d'unités environ chaque année à 1,4 million chaque à l'horizon 2014-2015". Par ailleurs, l'usine d'assemblage de Valladolid (Modus, Twizzy) doit "démarrer en 2013 la fabrication d'un nouveau véhicule (futur petit 4x4 dérivé de la Clio IV)". Pour des cadences de "90.000 unités annuelles".

Coûts salariaux inférieurs

Une réunion entre la direction de Renault et les organisations syndicales en Espagne doit se tenir lundi 15 octobre. Une autre est prévue le mercredi 17. Le terme des négociations est prévu pour le "9 novembre". Logique: car c'est le mois prochain que Renault doit prendre un certain nombre de décisions sur l'allocation des nouveaux modèles aux usines... Renault est présent industriellement en Espagne depuis les années 50. Les coûts salariaux en Espagne sont de 20-22 euros de l'heure, contre 35 en France, soulignait dernièrement au Mondial de l'automobile parisien, Philippe Varin, président de... PSA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2012 à 12:53 :
La production sera au mieux à volume constant pour 2013/14, si les usines espagnoles augmentent les cadences, cela se fera au détriment de Flins, Douai, Sandouville et Cléon.
a écrit le 11/10/2012 à 12:26 :
Avec 25 % de taux de chômage en Espagne et une économie en difficulté c'est le bon moment pour Renault de négocier de la flexibilité sorte de dumping social contre de l'emplois... Les Espagnols sont aussi soumis à la concurrence en devenir de l'usine de Tanger au Maroc appelé à produire 450000 véhicules par an en pleine charge...La plus grande partie de ces voitures étant à destination de l'Europe et exempt de toutes taxes...Le lodgy en voiture familiale ne peut que grignoter le marché du scénic..Les syndicats Espagnol ont ils le choix dans ce simulacre de négociation peu probable....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :