Les grévistes de PSA feraient "régner la terreur" (sic) à Aulnay

 |   |  397  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Denis Martin, directeur industriel de PSA Peugeot Citroën dénonce les "méthodes totalement inacceptables" des grévistes de l'usine d'Aulnay, restée fermée ce lundi. Ayant constaté des dégradations, le groupe a déposé plainte contre X.

Le ton monte à Aulnay... Le directeur industriel du groupe PSA Peugeot Citroën, Denis Martin, a dénoncé lundi auprès de l'AFP les "méthodes totalement inacceptables" de certains grévistes de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Environ 170 grévistes ont pénétré vendredi dans l'enceinte d'une usine du groupe "par effraction en cassant un mur à coups de masse et de barre à mine", selon la direction, qui a déposé plainte contre X. Par ailleurs, depuis le début de la grève mercredi dernier à l'appel de la CGT, "il y a eu de nombreuses dégradations" dans l'usine d'Aulnay-sous-Bois, souligne Denis Martin.

"Menaces de mort"

"Tous les extincteurs, dont certains ont été vidés, enlevés, doivent être remplacés. Il y a eu beaucoup de dégradations de locaux, des peintures et graffitis avec des propos tout-à-fait injurieux et des dessins irrespectueux", précise le directeur industriel. Denis Martin ajoute que les grévistes font "régner la terreur, il y a beaucoup de pression (...) jusqu'à des menaces de mort" contre les non-grévistes. "Je nie formellement que tout ça est arrivé", a rétorqué le délégué CGT, Jean-Pierre Mercier, interrogé par l'AFP. "Nous sommes pacifiques, rien ne nous empêche d'aller discuter avec nos collègues d'une autre usine", a-t-il ajouté.

Usine fermée

L'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) est restée fermée ce lundi matin. La direction argue d'une avarie électrique dans un atelier et de la neige qui interdit la circulation des camions en raison d'un arrêté préfectoral. Mais la CGT l'avait accusé en début de matinée de vouloir "désorganiser" la grève. La CGT s'en prenait aux "méthodes de la direction face à la mobilisation des salariés. La direction revient 30 ans en arrière dans ses méthodes de dialogue social". Le syndicat affirme que "le gouvernement doit sortir de son silence face à de telles méthodes". Il a d'ailleurs fait parvenir à la presse des photos censées représenter des "groupes de cadres soutenus par des vigiles qui interdisent l'entrée du parking à tous les salariés".

Le site d'Aulnay doit fermer en 2014

Considéré de longue date par la direction du groupe comme un site à problèmes à la productivité faible et la qualité médiocre, Aulnay, qui emploie 3.000 personnes, doit fermer en 2014 pour réduire les surcapacités du groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2013 à 18:00 :
ça fait des années que PSA voulait se débarrasser de cette usine completement verolée par les syndicats qui a noyauté le personnel à 90% d'origine etrangere ! cette boite est ingérable ! pour PSA , plus question de développer de la production en France , ils vont continuer à reduire fortement et prefererons ouvrir de nouvelles usines dans les pays de l'Est , sinon c'est la mort annoncée
a écrit le 28/01/2013 à 21:09 :
Oui il est temps de degager ces syndicats honteux qui mettent notre pays sur la paille et nous memes!!! Le but d'un syndicaliste aujourd'hui avoir un poste de planquer et un emploi intouchable car protegé!!!! Ils sont pires que nos dirigeants du cac 40 avec leurs parachutes dorés, car eux en plus prétendent defendre les ouvriers!!!! DEHORS!!!!!!
a écrit le 22/01/2013 à 14:35 :
les médias trainent dans la boue les entreprises, les politiques, même s'il y a présomption d'innocence et aucune preuve en cours, ou a sens unique à charge, mais jamais effectivement de reportage sur le terrorisme syndical dans les entreprises. Car certains sont extrémistes et travaillent pour l'idéologie politique, pas pour les travailleurs, mais jamais la moindre allusion, c'est à sens unique. Enfin un premier article qui dément, bravo, c'est exceptionnel
a écrit le 22/01/2013 à 13:12 :
le droit de greve ne devrait pas s'accompagner du droit à empecher les autres de travailler
a écrit le 22/01/2013 à 12:49 :
Direction,syndicats, ouvriers à chacun son pouvoir de nuisance et pendant ce temps les soldes continuent !
a écrit le 22/01/2013 à 12:45 :
en 1968 je travaillai chez Peugeot la garenne, à l'entrée un gréviste tenait une barre à mines dans ses mains et m'a dit que je pouvais rentrer en me faisant comprendre que c'était à mes risques et périls, on voit que les méthodes n'ont pas changés
a écrit le 22/01/2013 à 12:15 :
La France se meurt de ses syndicats prédateurs. Leur état d'esprit est tel que leur volonté n'est pas de faire gagner l'industrie mais de détruire le patronat, sans penser un seul instant que sans patrons, il n'y a pas d'entreprises et donc pas d'emploi.Les uns ne peuvent pas gagner sans les autres. C'est que les syndicats allemands ont bien compris, eux.
Tant qu'on aura des syndicats aussi destructeurs et un - grand - patronat aussi dominateur, la France ne s'en sortira pas, et ceux qui trinqueront, c'est nous malheureusement.
Réponse de le 22/01/2013 à 14:36 :
+1, vérités de fond
Réponse de le 28/01/2013 à 13:45 :
le pire la dedans c est qu il ne represente qu une tres petite minorité des travailleurs et nuisent à ceux qui ne demandent qu a bosser c est pas ca qu on appelle le totalitarisme? une minorité qui impose sa volonté à la majorité
a écrit le 22/01/2013 à 11:16 :
Sans vouloir être méchant et les exemples aidant; force est de constater que les casseurs ou les nervis des syndicats durs sont souvent prompts à détruire leur outil de travail comme exutoire à leur non droit et à leur détresse morale.
Réponse de le 22/01/2013 à 12:06 :
c'est pour cela que nous avons 10 millions de chômeurs et de précaires.
Et cela ne va pas s'arranger,car les travailleurs sont moulés dans un stalinisme pur et dur des années 1940
a écrit le 22/01/2013 à 10:39 :
Menaces et dégradations effectuées par des éléments syndiqués sont hélas assez courant en France dans ce genre de situation. La non représentativité des syndicats est certainement en partie expliquée par la présence de telles personnes, c'est au pouvoir public d'agir pour amener les syndicats à se réformer afin d'avoir un syndicalisme responsable et utile aussi bien aux salariés qu'aux employeurs. On a les syndicats que l'on mérite.
Réponse de le 22/01/2013 à 13:10 :
nos syndicats representent surtout l'extreme gauche pourtant tres minoritaire à chaque election meme dans le milieu ouvrier. Il faudrait effectivement pour changer cela, rendre l'adhesion à un syndicat obligatoire ou au moins y etre fortement incité.
a écrit le 22/01/2013 à 10:29 :
les syndicalistes CGT d'Aulnay ont une longue tradition de violence et pas seulement verbale.
Après quand on a une usine en trop ce critère peut être pris en compte sans le dire bien sûr.
a écrit le 22/01/2013 à 9:53 :
Il a parlé de méthodes innaceptables (ce qui me semble la vérité) A-t-il vraiment parlé de terreur comme vous l'affirmez ?
a écrit le 22/01/2013 à 9:34 :
Ce n'est pas le moment d'acheter francais a Aulnay, les voitures sont boulonnees a moitie entre deux greves et deux prieres musulmanes . Dommage car PSA doit vendre pour remonter la pente.Le syndicat communiste de la CGT ne va pas arranger les choses car le sabotage est le mot d'ordre. Bon courage.
a écrit le 22/01/2013 à 4:01 :
Syndicats mafieux+gouvernement complaisant+juges rouges+opinion publique nostalgique de la lutte des classes+matraquage fiscal = désintérêt des investisseurs et fuite des entrepreneurs.
a écrit le 22/01/2013 à 2:47 :
Voici pourquoi plus personne n'investit dans les usines en France: parce qu'une minorité de salarié peut décider à tout moment de neutraliser les efforts de tout le reste et de l'employeur pour montrer sa désapprobation. Quand VW a mis 103.000 personnes au chômage partiel il y a trois ans, aucun incident n'a été décelé. En France, l'outil industriel aurait été saboté et le patron de l'entreprise convoqué à l'Elysée. Le jour où on aura compris qu'on prend le chemin de la Grèce, un grand chemin aura été parcouru. Il n'y a point de salut pour les fumistes, sauf en France où ils peuvent commettre leurs crimes économiques en toute impunité...
Réponse de le 22/01/2013 à 8:23 :
Il est évident que d'un point de vue capitaliste la meilleure organisation du travail est celle de l'Egypte ancienne: un Pharaon et des esclaves.
Sérieusement, au lieu de débiter des lieux communs sur les 'rouges' à l'assaut des gentils patrons, il vaudrait mieux s'interroger sur le mécanisme syndical français qui n'a rien à voir avec la cogestion allemande. Les syndicats n'étant que consultatifs, seule, in fine, l'action de terrain permet de se faire entendre. Il est bien sur regrettable que des dégâts soient commis sur du matériel mais qu'est ce en comparaison de ceux sur les hommes que l'on licencie? Pour les afficionados de VW il serait bon d'aller consulter les conditions salariales des employés en cas de chômage partiel et à les comparer avec celles ayant cours en France. Qui plus est en Allemagne les Länder ont leur mot à dire dans la politique salariale des entreprises, ce qui, pour ceux qui ont des salaires, est plutôt plus sympathique d'en France.

Auf wiedersehen Kameraden
Réponse de le 22/01/2013 à 9:31 :
d un autre cote, les methode de management allemande et francaise c est pas tout a fait pareil
en france c est tout a l epreuve de force (valable aussi bien a la cgt qu au medef). on va aller le plus loin possible pour ecraser l autre. alors evidement il faut pas s etonner qu il y a des retour de flamme
Dans le cas de VW, il y a cogestion avec les syndicats et les länder. et il y a une difference netre mettre des gens a la porte et les mettre en chomage partiel
Réponse de le 22/01/2013 à 10:37 :
Oui sauf que la flexibilite la CGT la refuse..... meme on mettais au chomage partiel, ils feraient greve et detruiraient tout
Réponse de le 22/01/2013 à 12:14 :
Oui la CGT est toujours extreme, la par exemple on parle de 170 "idiots", mais le MEDEF peut l'etre aussi d'une maniere différente. Mais Trotsky et cdf, j'adhere tout a fait a vos propos tout a fait justes. Je crois me souvenir de primes d'environ 7000 ou 8000 euros dans les usines VW l'année derniere. En France, ce genre de prime n'existe pas, meme lorsque les entreprises automobiles tournaient bien. (On se contentait chez PSA de 20 euros donnés car la loi l'exige)
a écrit le 21/01/2013 à 23:01 :
C'est sûr que virer 7500 employés, ce n'est pas faire règner la terreur hein... Ce petit monsieur directeur ferait bien de réfléchir un peu avant de parler !!!
a écrit le 21/01/2013 à 22:49 :
Superbe, cette action terroriste syndicale toujours menée par les plus nantis du syndicalisme (propriétaire d'un château) mais l'avenir de ces contestataires invétérés ne m'inquiéte pas du tout, car mon véhicule actuel, comme futur, est estampillé made in DEUTSCHLAND
Réponse de le 22/01/2013 à 1:00 :
Euh oui...reste à déterminer combien de made in France il y a sous le capot de votre made in Deutschland, entre les moteurs/boite de vitesse fourni par Peugeot/Renault à BMW/Daimler, les équipementiers tels que Faurecia, Valéo, Plastic Omnium et Michelin... le made in Deutschland devient vite discutable ;).
Réponse de le 22/01/2013 à 2:52 :
euhh... ce que vous oubliez de dire, c'est que ces sociétés ont investi en Allemagne. Valeo compte plusieurs usines et centres de R&D en Allemagne, Faurecia fournit les garnitures intérieures du haut de gamme allemand, mais à partir de ses usines allemandes. C'est triste à constater, mais nos industriels semblent avoir préféré créer des filiales de l'autre côté de la frontière, quand les constructeurs allemands restent bien sagement chez eux, et exportent ensuite leurs produits chez nous.
Réponse de le 22/01/2013 à 9:28 :
@fred
les constructeurs allemand ont aussi des usines en hongrie ou en republique tcheque (une partie de la TT d audi est faite en hongrie)
et les equipementiers allemands aussi: continental est present en france (r&d a toulouse et rambouillet je crois) , bosch a une usine vers lyon et en auvergne ...
Réponse de le 22/01/2013 à 10:37 :
pour compléter mon propos : Il ne faut pas résonner de la même manière pour les fournisseurs que pour les constructeurs. Les fournisseurs ont des centres de r&d et de production éclatés, gravitant autour des clients (constructeurs). Les centres en Allemagne dont vous parlez sont vraissemblablement dédiés â des clients allemands, ou du moins produisant en allemagne ou alentour. être proche du client : meilleur condition logistique et relation client facilité. Il n'empêche que ces centres reportent tous au central, en France.
Réponse de le 22/01/2013 à 12:16 :
Je vous trouve dur pour le coup, PSA conservant encore beaucoup de production en France, la plupart des véhicules vendus en France y sont fabriqués. Pour Renault par contre...
a écrit le 21/01/2013 à 22:38 :
ils ne vont pas etre poursuivis, vu que selon la gauche ' c'est la faute a sarkozy', ce qui rend mecaniquement les actes non delicteux et passibles de rien ( cf jurisprudence)..... par contre on espere que les gens dont ils coulent le travail et qui sont souvent de bon bougres pas trop futes vont leur reserver un traitement ' facon syndicalistes', a eux, et a leurs famille, biens personnels, et consors
a écrit le 21/01/2013 à 21:33 :
Ils veulent en decoudre; fastoche, envoyez-les au Mali en soutient des Forces Francaise !
Réponse de le 21/01/2013 à 23:03 :
En tous cas TG, on ne va pas vous envoyer soutenir l'équipe de France de grammaire... ni celle d'orthographe !!!
a écrit le 21/01/2013 à 21:11 :
Je plains les gens qui vont recevoir les véhicules qui sortent actuellement des chaînes de montage... Comportement vraiment pas professionnel !
Réponse de le 21/01/2013 à 22:39 :
le francais a arrete de commander ces bagnoles... a juste titre! d'ailleurs je crois que psa ne ft pas de pub pour les vehicules sortant de la, si?
a écrit le 21/01/2013 à 19:35 :
L'ambiance détestable des grandes entreprises, non merci. J'ai toujours privilégié la PME familiale.
Réponse de le 21/01/2013 à 20:00 :
@Fma44....je vous filerai l'adresse d'une PME familiale dans le Nord, vous allez aimer la famille !!!
Réponse de le 21/01/2013 à 22:42 :
dieu merci, cabu va vous offrir un poste dans sa pme, on travaille pas trop, on gagne 6000 euros par mois ( quand on est syndique) retraite a 40 ans, que du bonheur... dieu merci des gens genereux comme cabu offrent encore ca, parce que sinon la france n'interesse plus personne, et on se demande bien qui va financer les syndicats dans 10 ans sans lui !
Réponse de le 22/01/2013 à 2:55 :
Les allemands ont fait des PME l'épine dorsale de leur industrie, elles embauchent, permettent à la sécu d'être excédentaire (11 milliards) et aux retraites d'être financées. En France, on les pourchasse ! Le résultat est là !
Réponse de le 22/01/2013 à 7:51 :
la création de grosses pme prend des dizaines d'années et n'est possible que si certains individus compétents (précision : compétent ne veut pas dire issus des castes aristocratiques dirigeantes dont sont issus les fameux "grands patrons") peuvent s'enrichir. ces deux conditions ne laissent strictement aucun espoir à la france dans ce domaine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :