10.000 dollars : c'est la perte sur chaque Fiat 500 électrique vendue en Californie

 |   |  322  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Sergio Marchionne - Photo Reuters)
Sergio Marchionne, PDG de Fiat et Chrysler, estime que produire des voitures électriques à grande échelle "relèverait du masochisme industriel".

10.000 dollars de pertes par voiture! D'après Sergio Marchionne, c'est ce que coûte chaque Fiat 500 électrique vendue en Californie. "Nous perdons 10.000 dollars par voiture. Le faire à grande échelle relèverait du masochisme industriel", a-t-il déclaré dans un discours au banquet annuel de la société des ingénieurs de l'automobile. La commercialisation d'un véhicule en Californie est une obligation dans cet Etat américain. Or, il s'agit du premier marché automobile aux Etats-Unis, ce qui le rend incontournable pour Chrysler, le constructeur américain, filiale du groupe automobile italien Fiat.

Scepticisme

Ainsi, si Chrysler commercialise des voitures électriques pour satisfaire la réglementation, il n'en fait pas pour autant la promotion. Tout juste, espère-t-il, ne pas en vendre davantage que quelques centaines.
Le patron de Fiat ne semble pas encore convaincu par la motorisation électrique. "Il y a dix ans, l'hydrogène était annoncé comme une véritable révolution. Maintenant, ce sont les véhicules électriques (...) Nous ne pouvons pas anticiper tous les cas de figures possibles", a-t-il déclaré demandant aux régulateurs de rester "neutre vis-à-vis des choix technologiques".

Lutte contre les émissions de gaz à effet de serre

D'après lui, le véritable problème de la voiture électrique est qu'elle reste encore un segment très confidentiel, ce qui ne permet pas de dégager des économies d'échelle. "Je pense que pour dégager un bénéfice substantiel, un constructeur doit produire (...) au moins un million de véhicules par plateforme de production" a-t-il dit.

Il a toutefois rappelé que son groupe restait engagé dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Il a ainsi souligné que Fiat "était reconnu comme étant le constructeur le plus éco-performant d'Europe". En réalité, Fiat est spécialisé dans les petites voitures (Punto, 500, Panda), ce qui lui permet effectivement de s'inscrire parmi les constructeurs les plus économes du Vieux continent.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2013 à 12:34 :
Il est clair que l'avenir de la voiture (et moto) électrique sera tranché par les gouvernements. Eux seuls ont la capacité de mettre de l'ordre dans le chaos que constitue les circuits de commercialisation de ces véhicules, ainsi que les moyens de mettre en place les très nombreuses bornes de recharge rapide nécessaires. Les matériels existent. Le courant nécessaire est disponible (avec un minimum de réduction du gaspillage), les réseaux de distributions électrique (hors bornes) sont suffisants.
a écrit le 20/04/2013 à 10:42 :
Il a raison le bougre, jamais compris le consensus mou et ambiant des médias pour le véhicule électrique...
a écrit le 20/04/2013 à 7:08 :
m royale est la mere des voitures electrique mais elle n'est pas au courant que ca ne peut pas fonctionner je prefere et de loin les moteurs a air de Guy Negre dont on enttend pas du tout parler
a écrit le 19/04/2013 à 17:09 :
Il y a encore 6 mois Montebourg nous promettait que l?avenir de l?industrie française était dans la voiture électrique. Depuis il nous fait croire que c?est la voiture 2 litres l?avenir alors que les allemands continuent a faire et vendent comme des petits pains des monstres de 500ch. Il faudrait se poser des questions sur la répression routière qui empêche nos constructeurs de faire des voitures puissantes, certes polluantes mais qui se vendent.
La Peugeot Ion, la farce de la Megane elec, l?échec de Heuliez, l?échec de la Nissan elec nous démontrent que ce n?est pas vendable. Et le pitoyable Ghosn est toujours patron de Renault et a mis une fortune dans Zoé.
Réponse de le 07/06/2013 à 13:54 :
ile vendent des 500 cv comme des petits pains? Vous rêvez!.... Les ventes sont archi confidentielles.
a écrit le 19/04/2013 à 14:14 :
Sergio est le seul qui dit la vérité dans cette industrie...
Il y a vingt ans déjà lors d'une réunion en France ou j'étais présent, un de ses prédécesseurs disait déjà et de manière très clairvoyante :
« On doit faire des voitures pour les vendre et pas pour s?amuser? »
Chez Renault on ne comprends pas l'italien!!
a écrit le 19/04/2013 à 13:43 :
Il y a 15 ans, l'électrique promettait déjà l'eldorado. Utopique, On recommence aujourd'hui. On aura les mêmes désillusions. Jamais un véhicule électrique ne remplacera, du fait de son autonomie, un véhicule à pétrole. L'hybride rechargeable est la solution d'avenir. Le tout électrique a un avenir très limité, comme son marché !
Réponse de le 19/04/2013 à 15:31 :
L?électrique est complémentaire au pétrole en usage urbain. D'ailleurs, personne n'a jamais dit que l'électrique remplacerait un véhicule pétrole.
Réponse de le 19/04/2013 à 17:23 :
Non! L'hybride rechargeable n'est pas l'avenir car c'est une usine a gaz. L'electrique est simple et fiable mais est trop cher et l'impossibilité de le recharger en ville rend son usage public impossible. Imaginez vous en train de recharger votre Zoe au centre de Paris sur la prise de votre appartement et vous comprendrez. Et une borne publique avec 2 ou 3 prises coute 30 000E alors qui payera?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :