Fin du bras de fer CGT /PSA à Aulnay-sous-Bois

 |   |  585  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un accord passé ce 17 mai entre les représentants de la CGT et la direction de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois acte la fin du mouvement. Tous les salariés doivent reprendre le travail normalement mardi, les poursuites contre certains grèvistes sont abandonnées. De son côté, la CGT annule son recours en justice contestant le plan national de restructuration décidé par la direction du constructeur automobile français.

Coup de sifflet final à Aulnay-sous-Bois. La CGT vient officiellement de mettre fin à la grève à laquelle elle encourageait sur le site de PSA depuis le 16 janvier dernier. Le travail reprendra normalement à l'usine mardi prochain, a assuré le leader de la CGT Jean-Pierre Mercier, à Reuters vendredi. Le conflit social se termine suite à un accord conclu ce vendredi 17 mai entre les représentants syndicaux et la direction du constructeur automobile.

Les grévistes ne seront pas poursuivis

Dans cet écrit est actée la renonciation par la CGT de son recours en justice contre le plan de restructuration du groupe PSA Peugeot-Citroën en France. "Cet accord prévoit notamment la reprise du travail pour tous (et) la levée par la CGT et par les salariés concernés de toute contestation du plan social. A cet égard, la CGT renonce à la procédure d'appel engagée contre le plan de restructuration du groupe", se félicite PSA dans un communiqué publié ce vendredi. En échange de cette reprise du travail et de l'annulation de poursuites judiciaires, le syndicat a obtenu l'annulation des poursuites pénales et disciplinaires contre certains grévistes et l'assurance que les jours de grève ne seront pas décomptés notamment dans le calcul de la prime du treizième mois.

La fin de quatre mois d'affrontements

Le mouvement de grève de quatre mois - qui concernait 130 personnes sur 2.500 salariés travaillant à Aulnay selon la direction - avait  été particulièrement violent à ses débuts, le groupe automobile avait même déposé plainte contre X dès le mois de janvier à la suite de dégradations.

>> Les grévistes de PSA feraient "régner la terreur" (sic) à Aulnay

"Tous les extincteurs, dont certains ont été vidés, enlevés, doivent être remplacés. Il y a eu beaucoup de dégradations de locaux, des peintures et graffitis avec des propos tout-à-fait injurieux et des dessins irrespectueux", précisait à l'époque le directeur industriel du site de production. La direction avait même complètement fermé l'usine pendant quelques jours suite à ces incidents.

"On ne marche pas au chantage"

Après plusieurs semaines de grèves et divers rebondissements,  des salariés continuaient à faire grève fin avril. Le directeur financier du constructeur avait alors mis la pression sur ces personnes en laissant présager une fermeture de l'usine dès cette année plutôt qu'en 2014. "Le fait qu'un petit nombre de personnes continue à perturber notre usine pourrait nous y obliger", avait-il déclaré lors d'une conférence d'analystes le 24 avril dernier. Ce qui n'avait pas manqué de faire réagir la CGT. "Qu'ils la ferment cette usine, on ne marche pas au chantage", avait alors réagi Jean-Pierre Mercier.

Ce 17 mai marque donc la fin de quatre mois de  bras de fer. "Si la direction avait été plus intelligente, elle aurait cédé avant. Ça lui a coûté 30.000 véhicules non fabriqués", a commenté le secrétaire général de la CGT de l'usine, Philippe Julien ce vendredi. Il concède toutefois: "on n'a pas réussi à empêcher la fermeture, il aurait fallu un mouvement plus large".

Le plan social toujours contesté en justice

Le plan social de PSA, qui prévoit 8.000 suppressions d'emplois en France, reste contesté en justice par des représentants de salariés d'un site de la filiale Faurecia. Le tribunal de grande instance de Paris doit rendre sa décision sur cette plainte le 6 juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2013 à 9:55 :
Je devais acheter une peugeot, je me souviens d'avoir acheter un véhicule aprés des
greves, que des problémes. Ce sera une autre marque.
Réponse de le 20/05/2013 à 13:07 :
Vu que plus aucun véhicule n'a été produit récemment a Aulnay et que tous les autres sites tournent normalement, il n'y a pas de raison de craindre quoi que ce soit.
a écrit le 18/05/2013 à 14:10 :
Tout ce que l'on retiendra c'est l'absence de sanctions cinglantes contre la CGT et des sabotages dans l'usine, aussi le laxisme de PSA ainsi que des compromis pourris . A vomir
a écrit le 18/05/2013 à 12:39 :
Toute dégradation devrait être sanctionné un point c est tout
a écrit le 18/05/2013 à 10:01 :
La CGT va desormais pouvoir s'attaquer a d'autres sites. Elle a deja un beau palmares.
a écrit le 18/05/2013 à 2:13 :
Heureusement, il reste des syndicats responsables, qui ont fait évolué leur vision, parce que le monde a changé autour de nous... en bien ou en mal, ceci est est une autre histoire, mais être persuadé que les positions radicales Françaises peuvent faire changer celle des autres est une utopie, il suffit de voyager un peu pour s'en apercevoir...
a écrit le 18/05/2013 à 0:07 :
Le nombre de rappels sur les C3 va recommencer à exploser !!!
Réponse de le 20/05/2013 à 13:08 :
Vous pouvez citer vos sources?
a écrit le 17/05/2013 à 23:37 :
Il est temps qu'Aulnay ferme pour arrêter de plomber un fleuron de l'industrie française
a écrit le 17/05/2013 à 23:19 :
il y a trop peu d'industries en france et celles qui restent sont malades...trop de taxes = cout du travail elevé =peu de marges = moins de R&D , moins de qualité = chaines et ventes en panne ( bagnoles trop en plastoc ) = fermeture de sites = GCT qui casse... la boucle infernale... avec une politique de socialiste , ca ne va pas s'arranger ...l'inversion de sa courbe il va se la mettre ou je pense car il n'a rien compris , plus il taxe , moins il aura de recette , ce n'est pas compliqué pourtant Mr Sapinou...
a écrit le 17/05/2013 à 21:21 :
20.000? à chaque greviste CGT pour arrêter la grêve! c'est un vrai racket! tu leur donne du fric et ils te laissent tranquille! c'est ça la défense des travailleurs?
a écrit le 17/05/2013 à 19:45 :
De toute façon ça fait moins d'invendu chez PSA, cette grève à été contrôlée par la direction!
la CGT malgré tout "ces excès" c'est fait manipuler, mais ça il ne le savent pas officiellement, mais ceux qui on participé au négociation doivent au moins s'en douter. Mais il ne faut pas que le syndicat perde la face!
Il fallait aussi que les colères et rancoeurs puissent s'exprimer rien de mieux qu'une grève de plusieurs mois pour vider son sac ;) Car ce qui se passe reste un drame pour les personnes qui malheureusement vont être licencier sur l?hôtel de la rentabilité, merci qui merci GM!!!
Réponse de le 19/05/2013 à 23:56 :
la vie est beaucoup plus cher ici qu'en ASIE ou Turquie il est donc normal que les salaires soient plus eleves -
a écrit le 17/05/2013 à 19:27 :
Bravo aux 220 femmes et hommes qui sont allés au bout de ces quatre mois de grève. Bravo pour leur courage, leur détermination et leur gentillesse, leur solidarité. Ils ont prouvé qu'on n'est pas obligé de subir, de se laisser virer comme des merdes au nom du fric et du saint-esprit. Honte -définitive- à tous les membres d'un gouvernement prétendument "socialiste" qui ont voulu les faire passer pour des violents et des casseurs. Tout en accordant à la famille Peugeot 7 milliards d'euros de garanties pour sa banque PSA Finances, des millions d'euros encore au titre du chômage partiel, du CICE....Quand va -t-on mettre le nez dans toutes les filiales du groupe PSA implantées dans des paradis fiscaux?
Réponse de le 19/05/2013 à 5:04 :
@Voltaire +1
a écrit le 17/05/2013 à 18:50 :
exilée fiscale, la famille Peugeot fait du ski en Suisse, où elle coule des jours heureux...
Réponse de le 19/05/2013 à 21:27 :
est bien exilée fiscale en Suisse

http://www.journaldunet.com/economie/dirigeants/plus-riches-francais-en-suisse/1.shtml
Réponse de le 22/05/2013 à 2:40 :
Ils ne sont pas les seuls... dès que les gens gagnent beaucoup ils partent, ce n'est pas nouveau. La plupart de nos grands sportifs, grandes vedettes, grands patrons sont des exilés fiscaux.
a écrit le 17/05/2013 à 18:43 :
Un syndicalisme hors d'age, dont la lutte des classes est la raison d'etre, sait exceptionnellement dire oui. Chez Goodyear la CGT a si bien montré son vrai visage qu'aucun repreneur n'a pris de risque. Le déclin de l'industrie hexagonale passe aussi par eux. Une grande estime pour les autres qui ont signé l'accord de flexibilté.
a écrit le 17/05/2013 à 18:41 :
En ce moment là, nous n'avions pas besoin d'adopter une loi qui va avantager seulement 0,0002% de la population . Après avoir adopté cette loi, on avait l'impression d'avoir parcouru l'Océan Atlantique à la nage et d'avoir trouvé de cet autre côté 10% ou plus de la population active qui était au chômage. Nous n'avons rien fait pour le diminuer, à part parler. C'est vrai que c'est plus facile à dire qu'a faire. Les syndicats accusent les dirigeants de la MEDEF. Après avoir entendu un responsable, d'une usine fabriquant des camouflages pour PSA, en France, et avec toutes ses autres expériences acquises au cours de cette responsabilité, nous avons compris que, toutes les industries Françaises (petites ou grandes) qui ferment ou qui sont sur le point de fermer, qui ont été délocalisées ou qui vont l'être, tout est de la faute de la plupart des syndicats C'est la même chose pour le chômage. La plupart des syndicats, ressemblent à des alligators.. Pour les petits poissons ils ne restent rien à mange. Quand il faut aller voir cet alligator, ils ont besoin d'un escabeau. Puis quand ils vont les voir, les alligators vous disent « si tu veux obtenir ton droit, tu dois me donner un gros poisson ». Si ils ne peuvent pas le leur donner, ils sont privés de leurs droit. Si ils en sont capables, il reste encore un problème. Si le propriétaire de la rivière donne 10x plus que la demande, alors tout est fini. D'autre part, quand ces syndicats appellent le mouvement social (Leurs droits n'est pas seulement d'appeler les grèves, il pouvait aussi appeler la solidarité. C'est une valeur de la République. Les syndicats peuvent amener un dialogue avec le gouvernement, au lieu de faire grève, on devient solidaire pour deux ans pour développer les industries, augmenter les productions avec qualité, ce qui pourrait sécuriser les ventes au marché international. Bien sûr, on a droit de faire grève, mais la solidarité est aussi un devoir à accomplir pour le pays), souvent, les médias font de la discrimination. Ils prennent sont en faveur des syndicats. Les syndicats ne représentent que 4% de la population, et le reste, à cause de mouvement social est privée d'aller travailler. Donc, 1) Les salariés perdent leur salaire et 2) Les dirigeants des Industries sont privés de faire marcher leur machines. Donc globalement on pousse les industries vers la fermeture.Or c'est toujours l'alligator qui gagne.
a écrit le 17/05/2013 à 18:15 :
Voila comment une minorité lamine une entreprise qui emploi des milliers de salariés et qui plus est, fait face a une concurrence féroce. La famille Peugeot se bat tous les jours afin de préserver le maximum d'emplois en France, voilà comment un syndicat, soit disant de salaries peut livrer a des fonds purement financiers ou à des predateurs son outil de travail et les exemples sont très nombreux avec l'appui de certains politiques irresponsables !

a écrit le 17/05/2013 à 17:51 :
Bah, cette usine sera fermée et l'ultra-gauche pourra y loger ses potes roms (pas les SDF, ils ne votent pas) avec BALASKO en cuisine.
a écrit le 17/05/2013 à 17:46 :
Ce syndicat est un regroupement de personnes serviables, gentilles et honnêtes, cela se voit au premier coup d'oeil, tout le monde le dit.
a écrit le 17/05/2013 à 17:29 :
Douce Franceeee, cher pays de mon enfanceeeee...
En échange de cette reprise du travail et de l'annulation de poursuites judiciaires, le syndicat a obtenu l'annulation des poursuites pénales et disciplinaires contre certains grévistes et l'assurance que les jours de grève ne seront pas décomptés notamment dans le calcul de la prime du treizième mois
Réponse de le 19/05/2013 à 23:53 :
Je deplore la fermeture de l'usine d'AULNAY car de tres nombreuses familles vont se trouver sans emploi , je comprends leur colere mais dela a casser je dis non ! croyez-vous que les habitants de cette ville sont ravis de voir cette fermeture ils vont payer eux aussi beaucoup plus leurs taxes foncieres - IL faut s'en prendre a nos gouvernements -

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :