L'industrie auto tricolore accélère sa désindustrialisation... en France

Michelin annonce de nouvelles suppressions d'emploi. PSA et Renault réduisent très fortement la voilure. En sept ans, la production des deux constructeurs dans l'Hexagone a chuté de moitié. Les effectifs des usines françaises d'équipements pour véhicules sont passés de 114.000 à moins de 80.000 personnes entre 2007 et 2012. Inquiétant.

6 mn

Le site PSA-Peugeot Citroen à Aulnay-sous-Bois. Copyright Reuters
Le site PSA-Peugeot Citroen à Aulnay-sous-Bois. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Michelin annonce 730 suppressions d'emplois à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire). La Française de Mécanique (FM), filiale de Renault et PSA employant quelque 3.400 personnes à Douvrin (Pas-de-Calais), pourrait supprimer « plus de 1.000 emplois » d'ici à 2016, affirme la CGT. En attendant, le groupe PSA a prévu de réduire ses effectifs de 11.200 personnes entre 2012 et 2014 en France ainsi que de fermer son usine d'Aulnay-sous-Bois, en région parisienne.

Renault procédera pour sa part à 7.500 suppressions nettes d'emploi dans l'Hexagone d'ici à fin 2016.  Aïe. Du côté des usines françaises d'équipements automobiles, c'est tout aussi désastreux. Leurs effectifs globaux ont chuté de 7,3% l'an dernier à 79.000 personnes, selon la Fédération des fabricants d'équipements pour l'automobile Fiev, contre 114.000 en 2007 ! Une vraie Bérézina de l'emploi.

Chiffre d'affaires en berne

Certes, PSA Peugeot-Citroën et Renault incriminent la chute du marché auto européen. Le chiffre d'affaires de la branche automobile de PSA a ainsi reculé de 10,3% à 8,7 milliards d'euros au premier trimestre. Renault a vu ses ventes reculer de 11,8% à 8,27 milliards. Quant aux équipementiers automobiles, le chiffre d'affaires de leurs sites français a fléchi de 13,4% l'an passé à 16,15 milliards, d'après la Fiev. En corollaire, la balance commerciale des composants pour véhicules a vu son excédent fondre à 1,7 milliard d'euros à peine l'an dernier, contre... 2,5 milliards en 2010. Et les perspectives pour l'année 2013 ne sont pas vraiment réjouissantes.

Plongeon de moitié

Toutefois, la crise en Europe n'explique malheureusement pas tout. Car les deux constructeurs tricolores sont engagés dans une spirale structurelle de désindustrialisation en France, entraînant logiquement dans leur sillage celle de leurs fournisseurs. PSA a ainsi vu sa production de voitures particulières et d'utilitaires baisser de 35,7% dans l'Hexagone à 230.337 unités au premier trimestre. De son côté, Renault a reculé de 23,7% à 118.060. Sur l'ensemble de l'année 2012, PSA avait déjà réduit ses fabrications françaises de 16% à 1,11 million et Renault de 17,6% à 532.571 exemplaires... soit à peine moins que l'ensemble de la production de son allié japonais Nissan dans sa seule usine britannique de Sunderland.

Des niveaux quasi-dérisoires, qui témoignent d'un mouvement de fond. Les sites français de PSA ont en effet fabriqué 41% de véhicules en moins l'année dernière par rapport à... 2005. Les usines de Renault dans l'Hexagone ont réduit, elles, de presque 60% leurs volumes en sept ans. Du coup, la production cumulée de Renault et PSA en France a plongé exactement de moitié par rapport au milieu des années 2000. Cela va au-delà d'une crise du marché européen.

Effectifs en pleine chute

Dans ces conditions, les usines voient leurs effectifs fondre. Le site PSA de Rennes a produit 129.600 unités à peine l'an dernier.... contre plus de 360.000 au milieu des années 2000, pour un potentiel installé qui était alors de 400.000 ! A cette époque, le site employait 10.000 personnes, le double d'aujourd'hui. Sacrée dégringolade.

Et ce n'est pas fini. Rennes, où la suppression de 1.400 emplois est prévue, sera d'ailleurs à l'arrêt durant six semaines cet été en raison de nouvelles mesures de chômage partiel. L'usine de Renault à Flins (Yvelines) a assemblé l'an passé 115.500 Zoé et Clio avec 2.600 salariés, contre 270.000 voitures avec 4.750 personnes en 2004. A Sandouville, le site phare de Renault en Seine maritime voué jusqu'ici à la gamme moyenne et au haut de gamme comme celui de PSA à Rennes, a vu ses effectifs passer de 5.300 employés en 2004 à 2.150 aujourd'hui seulement.

Des produits qui se vendent moins

La baisse d'activité des usines tricolores reflète celle de la popularité des modèles. Le fameux monospace compact Scénic (et son dérivé Grand Scénic) a été  produit à une cadence réduite des deux-tiers à 132.760 unités l'an passé par rapport à il y a dix ans. La familiale Renault Laguna a atteint péniblement les 27.700 unités en 2012, contre plus de 145.000 dix ans auparavant. Quant à l'Espace, longtemps considéré comme le fleuron du génie français, il n'était plus assemblé l'an passé qu'à raison de 12.900 véhicules, soit six fois moins. Quant à PSA, il assemblait certes encore 566.000 petites Peugeot l'an dernier. Mais la production était répartie entre trois modèles (206, 207, 208), dont une grosse part construite hors de l'Hexagone.

Il y a dix ans, en revanche, PSA fabriquait 816.500 Peugeot 206, pour l'essentiel en France. Dans la gamme moyenne supérieure, PSA produisait 259.000 Peugeot 407 en 2005 (à Rennes). En 2012, PSA n'assemblait plus que 116.400 Peugeot 508, son successeur, dont une moitié environ seulement dans l'Hexagone...

Les gros véhicules n'ont plus la cote

La chute de production en France de Renault et PSA s'explique en partie par la délocalisation vers des pays à bas coûts, surtout au sein de l'ex-Régie. Mais pas seulement. Le plongeon des volumes en France reflète aussi la désaffection des clients pour les véhicules de gamme moyenne et supérieure à fortes marges potentielles des deux constructeurs tricolores, traditionnellement fabriqués dans les usines hexagonales.

Les modèles vendus à des prix élevés sont logiquement moins sensibles au différentiel de coûts en France par rapport à l'Europe de l'est que les véhicules d'entrée de gamme devenus la spécialité de Renault et PSA, sous la pression en particulier des pouvoirs publics dont la politique fiscale favorise les petites voitures. Dans le même temps, l'industrie automobile allemande a, elle, globalement maintenu ses volumes de production outre-Rhin grâce au succès de ses véhicules en général mais surtout de son haut de gamme!

710. 000 voitures en 2016?

Alors, cette descente aux enfers de l'industrie automobile dans l'Hexagone est-elle irrémédiable ? Pas forcément. PSA, qui vient d'industrialiser des modèles nouveaux comme le « Crossover » 2008 en France, négocie avec les syndicats un accord de compétitivité pour améliorer sa productivité en France. Il souhaite conclure un accord du même genre que celui paraphé à la mi-mars par Renault, lequel prévoit notamment une augmentation de 6,5% du temps de travail, une refonte des comptes épargne temps, un gel des salaires en 2013.

Le constructeur au losange s'est engagé en échange à ne fermer aucune de ses usines dans l'Hexagone à court terme et à leur assurer une activité minimum de 710.000 véhicules par an: 630.000 Renault et 82.000 Nissan (à Flins à partir de 2016). Formidable, non ? Bof. En 2004, Renault ne produisait-il pas en France plus d'1,3 million d'unités ? On sera loin du compte...

Douai, espoir de Renault

Carlos Ghosn, PDG de Renault,  est très fier de l'annonce fin mai par le groupe de solides perspectives pour l'usine de Douai (Nord). Le plus important site du constructeur au losange en France doit lancer à partir de 2014 toute une série de nouveaux modèles sur une nouvelle plate-forme modulaire commune Renault-Nissan. Premier jalon : le futur remplaçant du fameux Espace. Viendra ensuite le successeur de la Laguna de gamme moyenne supérieure.

Douai espère produire jusqu'à 250.000 voitures par an d'ici à la fin 2016, grâce au lancement de cinq nouveaux véhicules. Cocorico ? Non, pas vraiment. Car Douai ne fabriquait-il pas plus de 450.000 véhicules au milieu des années 2000 ? Au fond, dans le meilleur des cas, tout juste peut-on espérer que Renault et PSA maintiennent globalement leurs niveaux actuels de fabrication dans l'Hexagone. Auxquels on peut heureusement ajouter les 200.000 Toyota produites annuellement à Valenciennes (Nord) et les 100.000 Smart (Daimler) environ à Hambach (Moselle)... Piètre consolation.


 

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 92
à écrit le 11/06/2013 à 20:24
Signaler
Monsieur Verdevoye ètes vous sur de votre analyse ! Quand un salarié gagne 80, son salaire brut est de 112, avec les charges pratronales on est à 168/170, si l'on tient compte des treizième mois, des congés, des jrtt des tikets restau ou de la cantin...

à écrit le 11/06/2013 à 17:57
Signaler
Avec un gouvernement qui a un ministre aussi incompétent que Mr Monbourg, je crains la fin de la production industrielles en france. de toute façon, il y aura tj des voitures fabriques en chine, pas chers , comme leurs jouets

le 11/06/2013 à 20:08
Signaler
Sortez du socialisme et du tout état. L'Etat n'a rien a voir avec le secteur privé qui gère comme il veut ses affaires. Si les marchés du futur sont en Asie il est normal de construire ses usines en Asie plutôt que de fabriquer en France pour vendre...

le 11/06/2013 à 20:25
Signaler
oui, si les marchés sont ailleurs il faut fabriquer ailleurs, mais pour l'Europe on pourrait fabriquer en France si les charges sociales ne portait pas que sur les produits fabriqués en France !

à écrit le 11/06/2013 à 15:53
Signaler
A force de cogner sur les automobilistes français, il ne faut pas s'étonner qu'ils n'achètent plus de voitures. Le racket routier produit ses effets. Politiques et fonctionnaires totalement incompétents. Du balai ! les fossoyeurs de la France.

le 11/06/2013 à 20:11
Signaler
Le problème n'est pas la pression fiscale qui ferait que les français n'achètent plus de voitures. C'est surtout qu'ils préfèrent acheter des voitures pas forcément moins chères mais d'un meilleur rapport qualité/ prix.

le 12/06/2013 à 8:46
Signaler
On voudrait nous faire acheter des voitures mais ensuite il ne faudrait pas les utiliser parce qu'elles polluent ni les laisser dans la rue parce que ça encombre...donc on achète plus de voitures et puis c'est tout.

à écrit le 11/06/2013 à 15:41
Signaler
Les français n'achètent plus français car ils savent pertinemment que le social plombe nos produits, notre productivité et même notre créativité. Dans les services comme dans l'industrie nous perdons sans cesse du terrain. Ce mouvement est là depuis ...

le 11/06/2013 à 19:29
Signaler
foutaises... les français achètent allemand comme les autres. des véhicules plus chers. Tout ça n'a rien à voir avec le coût du social. Ca a à voir avec la piètre créativité, dont font preuve PSA et Renault, la qualité de l'encadrement et la structur...

le 11/06/2013 à 20:30
Signaler
pour retrouver notre compétitivité, il faut alléger l'appareil d'état et collectivités locales générateur de projets mégalo et inutiles, générateurs de postes de fonctionnaires électoralement payant, et transférer les charges sociales sur une TVA so...

à écrit le 11/06/2013 à 15:25
Signaler
Les traités européens interdisent d'interdire la libre circulation des capitaux. Tout le reste n'est que gesticulation. Pour voir le dessous des cartes de cette prétendue construction européenne et ses conséquences : http://www.u-p-r.fr/videos/confer...

le 11/06/2013 à 16:42
Signaler
et après? le troc?

le 11/06/2013 à 16:57
Signaler
Débile votre commentaire. Et avant on faisait comment ? Et la Suisse, la Norvège et les autres ? Comment ils font ? Allez visionner le lien indiqué et après vous me direz avec des arguments (si vous en avez) en quoi sortir de l'UE serait néfaste pour...

à écrit le 11/06/2013 à 15:15
Signaler
quelle connerie que l on va encore faire on ne sait que faire cela aussi je pense que si les industries s envont et bien on doit les laisser partir car nous sommes que pas des gens frèquentables et je suis outré d etre français quand on me demande d...

à écrit le 11/06/2013 à 14:26
Signaler
plus la consommation et le pouvoir d'achat baisseront,moins les entreprises seront suceptibles de venir s'installer chez nous

le 11/06/2013 à 16:47
Signaler
Tout a fait d'accord avec vous, Pour l'instant nous avons encore un pouvoir d'argent, mais pour combien de temps. Je me pose une question, lorsqu'un pouvoir communiste vient au pouvoir dans le pays, (Russie, Chine, Cuba etc) c'est une baisse du nivea...

le 11/06/2013 à 16:47
Signaler
Tout a fait d'accord avec vous, Pour l'instant nous avons encore un pouvoir d'argent, mais pour combien de temps. Je me pose une question, lorsqu'un pouvoir communiste vient au pouvoir dans le pays, (Russie, Chine, Cuba etc) c'est une baisse du nivea...

à écrit le 11/06/2013 à 14:03
Signaler
ça s'appelle suivre les marchés là où ils sont depuis les bases les plus efficaces ! Si nos constructeurs locaux avaient maintenu leurs capacités de production inchangées en France ils auraient déjà fait faillite depuis longtemps en supprimant enco...

le 11/06/2013 à 14:19
Signaler
Non, on doit suivre les marchés en ajoutant des capacités ailleurs, mais en préservant celles qu'on a chez soi. C'est le modèle allemand! La production de PSA et Renault a chuté de moitié en France en sept ans. Le marché européen, lui, n'a certaineme...

le 11/06/2013 à 14:53
Signaler
Il ne faut pas confondre conséquences et actions: la production automobile allemande a été gérée suivant une bonne stratégie de diversification mondiale, de production haut de gamme dans un nombre de segments croissant, et de production délocalisée y...

le 11/06/2013 à 15:42
Signaler
Nous sommes d'accord. N'en déplaise aux politiques français

à écrit le 11/06/2013 à 13:57
Signaler
Auto-destruction. Le pib se réduit, la dette va cavaler. La consommation ne cesse de se réduire et on n est pas au bout de nos peines avec le déficit et la compétitivité. L industrie allemande fonctionne très bien. Dans la tête y a quoi ?

à écrit le 11/06/2013 à 13:57
Signaler
Là se trouve la solution ! et s' il le faut pendons les patons qui licencient..

à écrit le 11/06/2013 à 13:10
Signaler
L'enfer fiscal qu'est devenu la France sur les 30 dernières années explique ce phénomène , charges patronales monstrueuses , charges salariales affolantes (qui paupérisent fortement le franchouille moyen) , produits bas de gamme tendance pacoule , et...

le 11/06/2013 à 14:43
Signaler
...sans oublier le tout diesel cancérogène imposé depuis 30 ans par ces technocrates qui croient mieux savoir (et qui font discrètement machine arrière maintenant). Pendant que les allemands faisaient tout pour soutenir leur industrie (y compris auto...

le 11/06/2013 à 20:10
Signaler
Les particules liées au transport routier ne représentent que 14% contre 40% environ pour celles émises par l'habitat ( chauffage au fioul par exemple). Quand aux derniers diesel, vous respirez plus de particules en fumant une cigarette!

à écrit le 11/06/2013 à 13:09
Signaler
On a détaxé le gazole il y a trente ans pour subventionner en douce Renault et Peugeot, qui vendaient ainsi leurs voitures diésel plus cher en France, puisqu'elles coûtent moins cher à l'usage. Pendant des années aussi, Renault et Peugeot se sont van...

le 11/06/2013 à 14:17
Signaler
Le diesel a été subventionné car on avait du mal à fournir toutes les voitures en essence, du fait que le parc automobile Français était exclusivement à l'essence.

le 11/06/2013 à 15:38
Signaler
@Précision je doute que ca soit pour des pb pour fournir de l essence. sinon ca aurait ete fait ailleurs qu en france ca devait eter au debut juste une faveur pour les camionneurs (dans les annees 70 une auto diesel c etait vraiment une merde) puis ...

à écrit le 11/06/2013 à 13:04
Signaler
les contructeurs français ont toujours joué petits bras (depuis les années 1950...), sans ambitions de grandeur et conquête; petites voitures, petits moteurs, 'petite' finition, 'petits' équipements, petite gamme... En plus pas aidé par des dirigeant...

à écrit le 11/06/2013 à 12:54
Signaler
On a tout fait pour ! Tout pour le transport en commun, des radars partout, des primes à lma casse qui ont davantage servies aux voitures étrangéres, les assurance proches du racket ? les 35 heures ? les charges sociales sans oublier les syndicats qu...

le 11/06/2013 à 15:05
Signaler
Continuez comme ça : on verra si les "étrangers" continueront à financer votre retraite Ponzi !

le 11/06/2013 à 16:58
Signaler
Exact la prochaine est une Dacia Duster. Les voitures ne se font pas en an, Ceux qui ont dirigé la Régie sont aussi responsables. J'ignore si l'accueil est toujours le même chez renault, mais là où je vais c'est ++++ OK. J'ai une une GS, qui a roui...

à écrit le 11/06/2013 à 12:09
Signaler
Très franchement, à quoi me servent toutes les "modernes" innovations des voitures pour rouler à 10 km/h sur des voies dites "rapides" totalement blindées parce que les transports en commun ne desservent pas ou mal une bonne part des lieux de travail...

le 11/06/2013 à 15:01
Signaler
@vitevu : merci pour ce commentaire clairvoyant qui résume tout ce qu'il faudrait viser pour avoir un produit fiable à prix imbattable. Ah mais il est vrai que l'automobile doit (qui l'a décrété ?) être objet de plaisir.

le 11/06/2013 à 16:01
Signaler
Cette voiture existe! J'en suis à ma deuxième Dacia, sans gadgets et 10000? moins chère que l'équivalent... Enchanté et la prochaine sera encore une Dacia. Je précise que je suis un client lambda qui paie sa voiture.

le 11/06/2013 à 17:50
Signaler
Et les roumains payeront votre retraite ...

le 11/06/2013 à 20:34
Signaler
Vous avez raison, les voitures même françaises sont fabriquées en grande à l'étranger, d'où la fermeture des usines...A force de produire à l'étranger nous n'aurons plus de pouvoir d'achat. Donc à qui vont ils pouvoir vendre leurs belles voitures, bo...

à écrit le 11/06/2013 à 12:01
Signaler
Très bon article. Le record de production en France date de 89 avec près de 4 million de voiture. Au niveau mondial, la France est passée du 6ème rang (2005) au 10ème et en Europe, l'Espagne est devant nous à la 2ème place, les Anglais se rapprochent...

à écrit le 11/06/2013 à 11:41
Signaler
Le plongeon des volumes en France reflète aussi la désaffection des clients pour les véhicules de gamme moyenne et supérieure à fortes marges potentielles Comme le dit Voltaire, l'autophobie est bien une cause importante de la désaffection des frança...

le 11/06/2013 à 12:50
Signaler
Jaloux d'un tas de tôles ruineux ? Ben pourquoi ?

à écrit le 11/06/2013 à 11:39
Signaler
On se demande encore ce qui a pu frapper le dirigeant français lors de son voyage au Japon qui lui fasse proférer de telles énormités économiques au point d'embarrasser sa suite et tout le gouvernement. Outre différentes compensations données par le ...

à écrit le 11/06/2013 à 11:35
Signaler
On pleure de ne plus produire ni vendre des voitures en France mais toutes les politiques, qu'elles soient nationales (vignette écolo, malus) et locales (exclusion de l'auto des villes, automatisation des amendes [radars], re-taxes diverses et variée...

le 11/06/2013 à 11:54
Signaler
+1

le 11/06/2013 à 12:15
Signaler
Bien vu. Et pendant ce temps la les Allemands ont bien pris garde de ne pas trop taxer les vehicules de societe et d'en faire un element de la remuneration de leurs cadres. BMW serie 5, Mercedes classe E, Audi A6 sont produites en grandes series auss...

à écrit le 11/06/2013 à 10:53
Signaler
Il y certes moins de consommation, mais moins 30 % d'effectifs en 5 ans c'est énorme! Alors merci les lois sociales, merci la CGT, merci SUD , merci FO, merci Martine Aubry,Lionel Jospin et Jacques Chirac pour leurs 35 heures assassins, merci l'Educa...

le 11/06/2013 à 11:40
Signaler
Assez d' accord. Une mention speciale a Borloo et ses bonus/malus ecologique qui a frappe les Limousines familiales produites en France (Laguna et autres) au profit des petits vehicules (Twingo-C1) construits a l'etranger.

le 11/06/2013 à 13:25
Signaler
@ burnouf et ben voyons: + 10

à écrit le 11/06/2013 à 10:49
Signaler
Voici le résultat de l?autophobie de ces dernières années, vignette écolo à Borloo dès 2008 (bonus écologique ? malus économique). Et maintenant une taxe écolo-carbone menace. Cet article est courageux et honnête, en montrant la baisse du moyen et ha...

le 11/06/2013 à 12:58
Signaler
@ Voltaire: Votre analyse ne tient pas la route puisque les premium et haut de gamme allemandes voient leurs ventes progresser chaque année en France !

à écrit le 11/06/2013 à 10:49
Signaler
On est désagréablement surpris d'une telle analyse de la part d'un observateur attentif du marché de l'automobile. C'est oublier que les constructeurs français ont effectué un saut qualitatif important sur la période concernée. Il serait dans la même...

le 11/06/2013 à 13:13
Signaler
Pourquoi personne n'a pensé à tout ça?

à écrit le 11/06/2013 à 10:42
Signaler
Mis à part l'automobile allemande, où est l'innovation l'avance technologique de l'automobile européenne? Pour moi, elle est aux Etats-Unis avec la nouvelle marque automobile 100% électrique et haut de gamme TESLA. Ce lien raconte l'histoire du fonda...

le 11/06/2013 à 10:58
Signaler
Des véhicules tout électrique sont vendus en France depuis de nombreux mois, @Panpan. Renault Alliance via Nissan vient d'équiper la totalité des taxis de New-York, preuve d'une expérience certaine. Personne là-bas n'a même songé à consulter le peti...

le 11/06/2013 à 11:32
Signaler
Evidemment qu'il y en a en France. En voici la liste: http://bit.ly/12CBPMX Par contre comparer la gamme des véhicules TESLA à celle de Renault Nissan ou des Autolib relève de la mauvaise foi. Ce que j'affirme, est que la même erreur de positionnemen...

le 11/06/2013 à 12:38
Signaler
Les ventes de Tesla sont essentiellement à but publicitaire pour leurs très chics acheteurs avec quelques suiveurs. Il s'agit de construction privée d'ingénieurs visant le dream car de collection à quelques exemplaires plus qu'une industrialisation r...

à écrit le 11/06/2013 à 10:40
Signaler
Et oui, on délocalise car ça coute moins chère à fabriquer ailleur. On enrichi le pays qui accueil nos usines et on appauvri la France. Faut pas s'étonner d'une perte de pouvoir d'achat en France puisque notre gouvernement fait fuire les entreprises ...

le 11/06/2013 à 10:56
Signaler
et c'est quoi qui nous autorise à délocaliser ??? réponse : l'article 63 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne. merci l'europe merci

le 11/06/2013 à 11:19
Signaler
On délocalise car produire en France coute cher, or notre cher consommateur n?achète pas la production française.. je vous rappelle que le rapport GALLOIS, dit tout simplement, sur une voiture vendue en France 15 000 euros et produite en France est t...

le 11/06/2013 à 11:38
Signaler
à toto, L'europe n'y est pour pas grand chose mon ami (sauf que l'Euro est fort et cela gène l'exportation mais on achète moins chèr à l'étranger en même temps), c'est les profits qui dirigent ce monde. Les échanges étant mondiaux, on ne peut pas int...

le 11/06/2013 à 11:56
Signaler
+ UN EU = CANCER!

le 11/06/2013 à 12:00
Signaler
produire en france coûte cher car nous avons un smic et des acquis sociaux qu'il faut à tout pris conserver. si nous ne nous faisons pas racketter par l'europe et si on règlait le problème de la dette l'état taxerait moins. A hmhm, oui mais acheter à...

le 11/06/2013 à 13:24
Signaler
A toto, si vous croyez que l'article 63 empéchait les entreprises de se délocaliser, vous êtes bien candide. vous voudriez emprisonner ou prendre en otage les entreprises? Vous dites aussi: Si on réglait le problème de la dette (baguette magic trouve...

le 11/06/2013 à 14:32
Signaler
avant l'article 63 il n'y avait pas de délocalisation avec retour en france de la matière, de la production ou des capitaux et c'est encore comme ça dans tout les pays souverains. j'ai dit la dette comptable ce qui veut dire que les sommes annoncé n'...

le 12/06/2013 à 8:37
Signaler
Un truc simple serait de reprendre l'ancienne façon de procéder : Abroger la loi "scélérate" de POMPIDOU - GISCARD et redonner son rôle à la Banque de FRANCE et ne plus emprunter sur le marché ET même rembourser de cette façon les X milliards emprunt...

à écrit le 11/06/2013 à 10:27
Signaler
Je suis tout à fait d'accord pour penser que l'industrie de la bagnole a atteint son zénith en EUROPE. A mon avis les ouvriers allemands de l'auto ont du souci à se faire à leur tour.

le 11/06/2013 à 10:45
Signaler
Non pas l'Allemagne, qui a un avantage compétitif sur tout le monde car elle propose des véhicules les plus hauts de gamme du marché et a encore de nombreux marchés à attaquer: Brésil, Inde etc... Le jour ou les allemandes proposeront des véhicules c...

le 11/06/2013 à 10:58
Signaler
l'allemagne a un parc auto haut de gamme qui subit moins l'euro fort, les constructeur allemand sont moins en concurrence avec les constructeurs koreen ou autre

le 11/06/2013 à 14:18
Signaler
Les constructeurs allemands investissent dans des pays émergents!. non seulement pour: "gouverner c'est prévoir", Macchiavell = valable aussi pour l'économie, ce que les Français refusent, surtout pas investir ailleurs!

à écrit le 11/06/2013 à 10:22
Signaler
Pas de surprise à ce constat. Nous recueillons là les fruits de politique haineuse de nos gouvernements successifs vis vis de l'automobile.

le 11/06/2013 à 11:00
Signaler
la politique haineuse qui tue notre automobile c'est un euro trop fort alors que si on avait gardé 1 franc pour un dollar tout irait mieux et si nous avions refusé l'europe on aurait pas le souci de délocalisation

le 11/06/2013 à 11:58
Signaler
il n'y a pas que l'automobile qui est tué par cette fouteuse de M.RDE qu'est l'EU !!

à écrit le 11/06/2013 à 9:57
Signaler
La solution à la délocalisation, puisque le gouvernement est si avide de recevoir des immigrés, serait de les employer en France aux mêmes conditions que celles qu'ils trouvent dans leur pays d'origine. Ainsi ils seraient occupés, participeraient à l...

le 11/06/2013 à 10:25
Signaler
rien de plus à ajoueter...

le 11/06/2013 à 11:59
Signaler
++ 100000 !

à écrit le 11/06/2013 à 9:32
Signaler
L'usine de PSA à Vigo, Espagne, compte produire 400.000 véhicules en 2013 contre 300.000 en 2012. Production maxi 500.000. L'usine vient d'emabucher 1000 personnes pour faire face à la demande. Espérons que les accords de compétivité vont permettre ...

à écrit le 11/06/2013 à 9:23
Signaler
le pays s'appauvrit, on achete bcp moins de voitures moyennes et les petites sont trop cheres a fabriquer chez nous ....alors c'est la cata pour une grande partie de notre industrie .La seule solution est d'avoir des couts bas pour les petites voitu...

à écrit le 11/06/2013 à 9:17
Signaler
Montebourg, encore un ministre qualifié du titre de"ministre du redressement industriel" qui ne redresse rien du tout et devrait donner sa démission pour incapacité notoire !!!

à écrit le 11/06/2013 à 8:58
Signaler
bravo à nos frimes de conquérir le monde Holland ea choist de tuer les consommateurs en france les riches les pauvres les créateurs ceux qui le peuvent consomment , les autres thésaurisent pour leur retraite , si non afin de payer l'isf dépensosn en...

à écrit le 11/06/2013 à 8:42
Signaler
Bravo à nos industries tricolore de s'adapter au monde tel qu'i est et d'en capter les opportunités qu'il présente. Un carton rouge aux français sclérosés qui se réfèrent encore à un passé glorieux imaginaire d'il y a dix ans. Car les délocalisations...

à écrit le 11/06/2013 à 8:31
Signaler
Les écolos vont être contents, on va pouvoir fermer sans problème les centrales nucléaires vu qu'il n'y aura bientôt plus d'usine en France, le problème va se régler tout seul.

à écrit le 11/06/2013 à 8:29
Signaler
les ecolos sont ravis, car il s'agit de decroissance, conformement a leurs souhaits... et les syndicalistes sont ravis aussi car les gens qui se font virer ou ne trouvent pas d'emploi ne sont font pas ( ou plus!) ' exploiter sur leur dos ultra labor...

le 11/06/2013 à 9:55
Signaler
Acheter un véhicule fabriqué en Turquie lorsque l'on habite Paris n'est pas plus écolo qu'un véhicule fabriqué à Flin, bien au contraire. La décroissance n'implique pas le chômage et la désindustrialisation, au contraire, si elle est bien menée. Lise...

le 11/06/2013 à 10:35
Signaler
ah ben on est d'accord! vous voulez que tt le monde ait un emploi bien paye ou on travaille pas trop, ou tt le monde est riche, mais sans croissance; relisez vos cours de macroeconometrie vous vous souviendrez de plein de choses... moi je suis ravi q...

à écrit le 11/06/2013 à 7:37
Signaler
Pépère, européiste et atlantiste, supplétif des banquiers, a choisi l'euro mais il n'ose pas trop le claironner car il sait que ça va passer par de très douloureuses réformes et une baisse de niveau de vie pour la majorité de la population. A côté de...

le 11/06/2013 à 7:56
Signaler
ce n'est que le debut du desastre qui arrive au galop................ les socialistes doivent se pencher de ce qu'ils vont faire des 5 ,7 millions de fonctionnaires et de tous ces minables de politiques que l'on a des communes au sommet de l'etat e...

le 11/06/2013 à 8:33
Signaler
Si ton boulot ne te plait pas, t'a qu'à en changer......si tu en as les capacités bien sûr.

à écrit le 11/06/2013 à 7:33
Signaler
Très bon article et les socialistes nous font les emplois d'avenir on a les dettes et les chômeurs Ça parait évident qu on doit changer certaines choses avant que l Europe explose. Ce sera peut être bien finalement de revenir au franc sans pou...

à écrit le 11/06/2013 à 6:23
Signaler
pour les Fans de l'? et de l'UE...n'hésitez pas à lire cet article http://www.lesechos.fr/03/12/2012/LesEchos/21325-072-ECH_--hollande-devra-choisir-entre-l-auto-et-l-euro--.htm Dans dix ans, si l'euro demeurait, nous ne produirions plus de voitures ...

le 11/06/2013 à 7:35
Signaler
Ça va pas tenir 10 ans il faut être énarques pour croire que ça va repartir que c est conjoncturel

le 11/06/2013 à 7:55
Signaler
Excellent article, nos dirigeants n'ont pas de courage.

le 11/06/2013 à 20:51
Signaler
Rien vu dans cet article sur le courage des dirigeants !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.