Renault-Nissan fête sa 100.000ème voiture électrique sur un marché en basse tension

 |   |  546  mots
Copyright Nissan
Copyright Nissan (Crédits : Reuters)
La 100.000ème voiture électrique de Renault-Nissan, en l'occurrence une Nissan Leaf, a été livrée. Nissan a vendu 71.000 unités, Renault 30.000. Mais le marché tarde à décoller et reste microscopique.

L'Alliance Renault-Nissan a dépassé les 100.000 livraisons de véhicules électriques. La 100.000ème unité,  une Nissan Leaf, a été livrée au début du mois de juillet à Allison Howard, une étudiante en Master à l?Université Kennesaw d?Atlanta, en Géorgie (Etats-Unis), annonce ce mardi un communiqué. L'Alliance, qui affirme avoir investi 4 milliards d'euros dans cette technologie, se targue d'être le plus gros constructeur de véhicules "zéro émission" du monde.

Plus de 71.000 Leaf ont déjà été vendues à ce jour, indique Nissan. C'est le modèle électrique le plus vendu. Les principaux marchés de cette berline compacte sont les États-Unis, avec environ 30.000 exemplaires, le Japon (28.000) et l?Europe (12.000). Aux États-Unis, cette Leaf figure parmi les dix véhicules les plus vendus à San Francisco, à Seattle et à Honolulu. Elle s?inscrit également parmi les dix meilleures ventes en Norvège.

61% d'un micro-marché

Renault a écoulé pour sa part environ 30.000 véhicules électriques depuis la sortie fin 2011 de son premier modèle, l'utilitaire Kangoo Z.E. Le quadricylce biplace Twizy, produit en Espagne, est actuellement le modèle électrique Renault le plus populaire, avec environ 11.000 unités vendues depuis sa sortie, début 2012. Quant à la petite Zoé, produite à Flins et  lancée au printemps, elle cumule 5.000 ventes, selon le communiqué du constructeur au losange... mais 6.000 d'après Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan!

Cette Zoé  est vendue en France à partir de 13.700 euros (location de batteries non incluse) , compte tenu de la prime de 7.000 euros accordée par le gouvernement. Renault affirme détenir 61 % de part de marché sur le microscopique créneau de l'électrique européen.. Les premiers débouchés de  Renault sont la France, l?Allemagne et l?Italie. En France, les immatriculations de voitures électriques ont  certes été multipliées par plus de huit en juin et ont doublé sur l'ensemble du premier semestre à 4.779 unités, selon des chiffres publiés par l'Avere (Association nationale pour le développement de la mobilité électrique). C'est néanmoins 0,5% du marché  à peine.

Autonomie très faible

Le décollage du véhicule électrique est beaucoup plus lent qu'escompté par Renault, de l'aveu même des dirigeants. Car, ces véhicules à usage très spécifique souffrent d'une autonomie très faible et d'un temps de recharge extrêmement long... la Zoé n'est même pas rechargeable sur une simple prise. A part pour des flottes ou au titre de deuxième ou troisième voiture de ménages archi-aisés, le véhicule électrique reste encore marginal.

Mais, les nouveautés vont l'aiguillonner. BMW va ainsi lancer son i3 à partir de 27.990 euros (bonus inclus), que l'on pourra réserver sur internet. On attend aussi des Volkswagen Up électriques ainsi que de nouvelles Smart (Mercedes) "zéro émission". Toutefois, pour faire décoller les voitures électriques, il faut des bornes de recharge et savoir où elles sont. La Caisse des dépôts, Renault, EDF et sa filiale ERDF ainsi que la Compagnie nationale du Rhône ont ainsi créé dernièrement une société commune baptisée Gireve, qui constituera une plate-forme commune de localisation des bornes d'accès public via les services de navigation sur GPS, Smartphones, ou interne. Elle informera sur leur disponibilité et la possibilité de les réserver...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2013 à 8:04 :
Aussi longtemps que les Allemands sont un peu à la traine sur ce marché, les clampins moutonniers vont se montrer sceptiques et ressortir les vielles arguties anti électrique, comme d'habitude, Il n'est bon bec que d'outre Rhin !
a écrit le 23/07/2013 à 22:14 :
Tant que l'on n'aura pas trouver un système efficace de stockage de l'électricité , la voiture électrique restera d'usage limité mais très utile pour un certain intervalle de besoin .De même pour les éoliennes qui produisent assez souvent de l'électricité au moment où on n'en a pas besoin mais, aussi, quand on en a besoin .Il ne faut donc pas mépriser ces types de technologies ,mais savoir leur faire occuper la place, limitée mais utile, qui leur revient.
a écrit le 23/07/2013 à 18:37 :
Pas de quoi se réjouir !
On est bien loin des prévisions annoncées par Carlos Ghosn lors du déploiement de gamme électrique au sein de l?Alliance Renault/Nissan.
Il avançait que le marché électrique allait représenter 10 % du marché mondial à horizon 2020 et annonçait 500 000 unités vendues dans le monde avant 2015?

On sera encore très très loin de ce volume à l'horizon 2015.
Réponse de le 23/07/2013 à 23:18 :
@Claude87 : oui les objectifs annoncés sont peut être ambitiuex ... Mais souvenez-vous du temps qu'il a fallu à Toyota pour faire adopter ses hybrides. Les consommateurs trouveront certainement leur compte et leur satisfaction a travers le VE. Mais cela nécessitera du temps. Retenez tous qu'un nombre incalculable de 2éme véhicule ne parcourent jamais plus de 50km d'une seule traite. Preuve en est : j'ai une fiat 500 en deuxième véhciule, et je me dis que vu les 6000 km qu'elle fait par an .. je vais commencer à regarder du côté d'une ZOE. Pour finir, oublions les 500 000 unités cumulées en 2015. NISSAN + RENAULT en est à 100 000 à fin Juin (sur 2 ans). Aller, un 300 000 VE vendus à fin 2015 semble jouable ...
a écrit le 23/07/2013 à 16:02 :
.... avec ses batteries de toute sorte d'accumulateurs, ce n'est pas le type de véhicule de la transition énergétique. Son empreinte écologique est aujourd'hui catastrophique et peut-être plus que le thermique. Qu'on arrête donc de ne regarder qu'à l'intérieur du périmètre de la voiture !... Il faut lever les yeux sur tout le contexte industriel et environnemental. Trop tôt pour aller dans cette voie. Il y a mieux à faire SANS chambardement.
Réponse de le 23/07/2013 à 20:43 :
du puits à la roue , une ZE consomme 70 G de co2 par km (en comptant le co2 dégagé pendant la construction du véhicule), bien moins qu'une thermique qui pollue toute sa vie
Réponse de le 23/07/2013 à 23:21 :
@ De toutes manières : quelles sont sources pour avancer ce que vous dites ? Une empreinte écologique plus catastrophique que le thermique ... je suis curieux d'avoir une argumentation construite et factuelle de votre part.
a écrit le 23/07/2013 à 14:06 :
Toujours aussi encourageant. C'est vrai qui vaut meiux faire l'eloge de Bentley Pour ce qui est des "ménages archi-aisés" qui seraient le soutien de la voiture electrique on aimerait savoir sur quelle donnees ce base ce constat blabla. Bref il n'y a pas que la voiture electrique qui soit en basse tension
a écrit le 23/07/2013 à 13:59 :
En effet ce n'est pas cher si on s'en sert peu ou en 2eme véhicule. Perso si je devais m'équiper en second véhicule je prendrais une zoé (produite en France !). Comme le dit Mario peu de véhicules parcourent 100 km/jour c'est donc amplement suffisant.
Réponse de le 23/07/2013 à 19:56 :
@ bbr: +1, le kilométrage annuel moyen est de 8500 km pour une voiture essence et de 12000 km pour un diesel, les Français ne sont pas tous des road runners !!!
a écrit le 23/07/2013 à 13:55 :
L'achat d'une voiture électrique est un acte rationnel alors que l'achat automobile est un acte irrationnel, peu de gens connaissent le coût réel au km de leur voiture, le kilométrage journalier, le coût d'une location etc..... Il en est donc comme de l'hybride a son démarrage, démarrage qui fut pour le moins laborieux vu le coût des véhicules et les critiques assez négatives de la presse. Tant que le véhicule électrique ne se sera pas inséré dans une mode et une image porteuse, il restera une alternative spécialisée pour personnes disposant d'une prise dans leur habitation, ce qui enleve le gros des habitations en immeuble sans parking donc des citadins, gros utilisateurs potentiels après les habitants des couronnes des villes vivant en maison individuelle. Il est donc excellent pour le produit que les marques renommées s'y mettent et beaucoup n'hésiteront pas devant une BMW ou une Mercedes électrique plus chère si elle permet d'affirmer son originalité écologique , comme a Seattle San Francisco et Los Angeles !
a écrit le 23/07/2013 à 11:56 :
Comme tout nouveau marché; il doit se heurter aux inerties ambiantes mais quand il décollera ce sera à l'instar d' AIRBUS fulgurant. N'en déplaise aux VROUM VROUM.
a écrit le 23/07/2013 à 11:33 :
Payer si cher pour si peu d'autonomie ....
Réponse de le 23/07/2013 à 12:50 :
Payer si cher? Ce n'est pas plus cher que bien des voitures équivalentes, (la Zoé est moins cher qu'une Clio), et beaucoup moins cher a l'usage. Après si l?autonomie est suffisante pour ce qu'on veut en faire, et beaucoup de citadine ne font jamais plus 100 km dans une journée, je ne vois pas en quoi la faible autonomie est un probléme?
Réponse de le 23/07/2013 à 13:14 :
Vous pouvez très bien avoir une Zoé pour l'usage quotidien et louer une berline à essence lors de vos déplacements longue distance (week-end, vacances...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :