Pourquoi la « grande alliance stratégique » avec GM a conduit PSA dans les bras de Dongfeng

 |   |  1412  mots
Le constructeur amérciain est un habitué des mariages ratés
Le constructeur amérciain est un habitué des mariages ratés (Crédits : AFP)
La mirifique « alliance stratégique mondiale » franco-américaine n'empêche pas PSA, à court d'argent, de chercher d'autres investisseurs en la personne notamment du chinois Dongfeng. Son mariage avec GM est resté cantonné à l'Europe, au grand dam du groupe tricolore. Et, sur le Vieux continent, les parts de marché des deux alliés continuent de chuter.

Annoncé fin février 2012 comme une « alliance stratégique mondiale », le mariage PSA-GM n'a pas vraiment porté ses fruits. Un an et demi à peine après la publication triomphale des bans, le constructeur tricolore se voit en effet contraint de négocier un autre rapprochement... Avec le chinois Dongfeng, cette fois. Un retournement jamais vu dans l'automobile.

Il est vrai que le milliard d'euros levé en mars 2012, dont plus de 300 millions déboursés alors par GM pour prendre 7% de PSA, a vite été englouti. Le groupe automobile français a en effet brûlé trois milliards d'euros de cash l'an dernier et devrait en avaler encore 1,5 milliard cette année. Le retour à l'équilibre promis initialement pour la fin 2014 n'est même plus évoqué par Philippe Varin, le président du constructeur tricolore.

Un besoin urgent d'argent frais

D'où l'impérieuse nécessité pour PSA de trouver à nouveau de l'argent frais. Or, l'allié américain a réitéré à plusieurs reprises qu'il ne souhaitait pas a priori remettre au pot. S'il ne bouge pas, le groupe de Detroit risque même de se trouver dilué lors de la prochaine augmentation de capital de PSA qui se profile.

 Les négociations tournent désormais autour d'une éventuelle entrée de Dongfeng, le partenaire de PSA en Chine, dans le capital du groupe hexagonal - accompagnée d'une possible entrée de l'Etat français. Fini donc les envolées lyriques sur la grande alliance prometteuse avec GM. Un revers de plus pour Philippe Varin, le patron de PSA qui avait échoué dans sa précédente tentative d'alliance avec le japonais Mitsubishi.

Il est vrai que la situation de PSA s'est dégradée depuis les accords PSA-GM du début 2012. Or, l'état de PSA inquiète GM, qui ne veut plus trop se mouiller et craint pour les projets de coopération entre Opel, sa filiale allemande structurellement déficitaire, et la firme française.

Rien de concluant hors d'Europe

Mais, plus structurellement, l'alliance franco-américaine n'a pas répondu  aux espoirs nourris initialement par PSA, celui-ci ayant entre-temps réduit la voilure de ses coopérations  historiques avec Ford et BMW... Cette alliance se cantonne tout d'abord bel et bien aujourd'hui à l'Europe. En Chine, les deux alliés n'ont pas les mêmes partenaires - Dongfeng pour PSA, et son rival traditionnel SAIC pour GM. Pas question donc que l'américain, qui est le numéro un en Chine, aide le français, dont la part de marché reste inférieure à 4%. SAIC veille sur ce point.

Mais, ailleurs, GM n'est pas non plus plus enclin à donner un coup de main à PSA. Au Brésil, où GM figure traditionnellement parmi les trois grands constructeurs locaux, aucun accord n'a été conclu à ce jour. Malgré les assurances répétées de Philippe Varin sur des discussions en cours concernant l'Amérique du sud.

Seul résultat concret de l'alliance : un manque à gagner pour le français...

Pourtant, PSA, dont les ventes chutent au Brésil et qui y détient une part de marché tout juste supérieure à 4%, aurait bien besoin de GM, notamment pour sortir enfin un « Carro popular », c'est-à-dire une petite voiture à bas coûts et moteur de faible cylindrée rentrant dans une catégorie fiscalement favorisée qui représente environ la moitié du marché local. Ce projet de petit véhicule conjoint pour l'Amérique latine devait pourtant être l'un des programmes phares de l'alliance franco-américaine…

En Inde, où GM est présent mais où PSA avait reporté ses projets sine die faute de moyens, on ne voit pas non plus poindre de soutien de la part de GM… Rien non plus en Russie à ce jour. En revanche, à la demande pressante de GM, PSA a dû abandonner l'Iran, son deuxième débouché mondial derrière la France avec 472.800 unités en 2010. L'Iran était un marché historique pour Peugeot. Mais GM, qui veut se conformer à la stricte politique d'embargo des Etats-Unis, a fait pression. Le seul résultat concret de l'alliance hors d'Europe a débouché sur... un manque à gagner pour le français.

Chevrolet, le trouble-fête

L'alliance se cantonne de facto à une alliance entre PSA et Opel. Problème : GM pratique sur le marché européen la concurrence interne entre Opel, d'une part, et sa marque Chevrolet de l'autre. Celui-ci écoule effectivement sur le Vieux continent des modèles pour l'essentiel produits en Corée à des coûts moindres que ceux d'Opel.

GM clame certes haut et fort que les marques ne se cannibalisent pas, les Chevrolet étant plus bas de gamme qu'Opel. Il n'empêche. La rivalité interne existe. Chevrolet n'est d'ailleurs pas concerné, du moins à ce stade, par les accords entre PSA et Opel.

 Une première voiture commune en 2016

L'alliance se borne donc à des petits moteurs conjoints à l'étude et trois projets de plate-formes  communes avec, à la clé, la production de véhicules en collaboration, selon les derniers accords paraphés en décembre dernier.  Les trois projets communs de véhicules seront tous développés sur une plate-forme du constructeur français.

Ce qui prouve d'ailleurs la faiblesse de l'apport technologique de GM à l'alliance. PSA et General Motors ont annoncé début octobre qu'ils allaient produire la prochaine génération de leurs petits monospaces dans l'usine… GM de Saragosse, en Espagne Les premières voitures issues de cette collaboration doivent être lancées...  fin 2016. C'est normal vu les délais de développement, mais bien long vu la mauvaise situation des deux sociétés.

Rien n'est prévu dans le haut de gamme

En revanche, et contrairement à ce qui avait été évoqué à la fin du mois d'octobre 2012, les deux entreprises ne parlent plus de travailler ensemble dans le haut de gamme. Et les projets industriels ne vont pas sans heurts. L'étude un temps d'une remplaçante de la Citroën C5 de gamme moyenne supérieure sur une base Opel a finalement été abandonnée. Du coup, le successeur de cette C5 a déjà pris un an de retard !

 

PSA et Opel ont de sérieux problèmes de surcapacités

Et puis. Et puis... le rapprochement  PSA-Opel apparaît comme celui de deux constructeurs malades. General Motors a enregistré l'an dernier un déficit d'exploitation (Ebit) de 1,8 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros) en Europe, après 747 millions en 2011. Le consortium de Detroit, qui perd de l'argent sur le Vieux continent depuis plus de dix ans, vise l'équilibre... d'ici à 2015.

L'an dernier, Opel (avec la marque Vauxhall sur le marché britannique) a poursuivi sa dégringolade des ventes à 1,05 million d'unités en Europe, qui absorbe la quasi-totalité de ses ventes puisqu'il est pratiquement absent hors du Vieux continent, contre 1,22 million un an auparavant. Peu glorieux.

PSA et Opel  sont confrontés tous deux à des problèmes de surcapacités. PSA doit d'ailleurs fermer son usine d'Aulnay et Opel celle de Bochum (Allemagne) fin 2014. Les deux groupes affrontent des chutes de parts de marché en Europe. PSA a vu ses immatriculations dans l'Union européenne reculer de 12,3% sur huit mois, GM de 8,3%. Leur pénétration dans l'Union n 'est plus que de 11,2% (12;1% il y a un an)  pour PSA et 8,1% (contre 8,3%) pour GM.

Le constructeur américain est un habitué des mariages ratés

GM a, de toutes façons, toujours raté ses alliances dans l'histoire. Il a en effet fini par céder progressivement toutes ses participations dans les constructeurs japonais comme Fuji Heavy (Subaru), Suzuki, Isuzu. Il a dû aussi liquider la marque suédoise Saab qu'il avait rachetée au début des années 90, faute d'avoir su la faire vivre. Et sa grande alliance avec Fiat au début des années 2000 s'est soldée par un fiasco, l'américain ayant même dû verser 1,5 milliard d'euros au groupe italien pour prix de la rupture.

 Le constructeur du Michigan, qui n'a dû son salut qu'aux 50 milliards de dollars injectés par l'Etat fédéral américain en 2009 alors qu'il était près de la faillite, a même longuement négocié la cession d'Opel à ce moment-là. Les discussions avec l'équipementier canadien Magna allié à des intérêts russes étaient même presque conclues, quand GM a fait volte face in extremis, décidant de ne pas vendre. Au grand dam de la chancelière allemande Angela Merkel, qui a peu apprécie ce coup de théâtre.

 

 

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2013 à 10:29 :
LE MARCHE DE L AUTOMOBILE EST MAINTENENT DANS LES PAYS EN VOIE DE DEVELOPEMENT mais il n y pas que la chine il y a l assi; et l amerique du sud; et l inde meme l afrique du nord mais lavenir reste dans les petite voiture moins consomatrisse d energie , ???
a écrit le 23/10/2013 à 0:38 :
Mitsubishi, Iran, GM = echec echec echec
Ou est la meritocratie en France ?
a écrit le 19/10/2013 à 18:08 :
Les américains n'ont jamais été des gens fiable. Voir l'alliance avec Alcatel, jadis fleuron français qui est en train de crever par leur faute.
a écrit le 17/10/2013 à 21:43 :
Une alliance avec un groupe US ? Si il y avait un doute il suffisait de demander A Alcatel , on vous aurait expliquer le principe.
a écrit le 17/10/2013 à 7:44 :
Et la retraite de Peugeot en Iran (au profit de Chevrolet en embuscade depuis l'Adzerbaïdjan) ?
a écrit le 16/10/2013 à 23:05 :
la famille Peugeot prépare ses skis pour glisser dans les descentes des Alpes suisses où elle est exilée fiscale...
a écrit le 16/10/2013 à 8:47 :
je voulais juste vous dire, que l'écriture est une belle chose!
faut-il encore l'utiliser à bon escient!
a écrit le 16/10/2013 à 1:46 :
Après le Qatar qui rachète tout ce qui "fait luxe" en France, voilà les chinois qui se payent des entreprises françaises. Ne pleure pas bon peuple! Des choses resteront en main française: 1) La classe politique la plus inefficace du monde 2) Des dettes abyssales après plus de 30 ans consécutifs de budget de l'état déficitaire 3) Des fonctionnaires et des syndicats égoïstes, jaloux de leur privilèges, prêt à tout pour préserver ses acquis au détriment du pays 4) Des chômeurs sans perspective 5) Des troupeaux d'assistés de provenance non-hexagonale qui profitent des largesses de l'état
a écrit le 15/10/2013 à 23:52 :
Perte du contrôle à terme
Une montée au capital de PSA à une telle hauteur par Dongfeng est très dangereuse.
Si par la suite des actionnaires ou des membres de la famille Peugeot vendent leurs actions, on risque de perdre progressivement le contrôle du capital de PSA Peugeot Citroën ? avant de voir partir toutes les usines ?
Il ne faut surtout pas reproduire la catastrophique passivité qui nous a laissé déposséder des fleurons industriels qu étaient PECHINEY et ARCELOR - avec les résultats que l on connaît.
L état US a mis 50 Md de $ chez GM pour lui permettre de se redresser - avant de revendre très progressivement en bourse en fonction des résultats. GM est donc resté entièrement américain et s est même permis de prendre 7% de PSA ...
Pourquoi ne propose t on pas - comme les Américains l ont fait pour GM - une aide massive au groupe français pour lui permettre de se passer de ces dollars (billets de Monopoly émis chaque mois en quantité phénoménale par la FED) et de ces yuans qui l asservissent ?
Pourquoi ne pas faire monter davantage l État au capital de PSA via le FSI et obliger au rapprochement avec Renault Nissan par prises de participation croisées ?
a écrit le 15/10/2013 à 17:55 :
Beaucoup d'inexactitudes et d'erreurs dans cet article. Tout d'abord, GM ne s'est pas plus investi car il y avait deux conditions à l'approfondissement des relations dès la prise de participation de l'américain, à savoir entreprendre une réelle et profonde restructuration du constructeur français. PSA n'en a jamais réellement montré le souhait (la fermeture d'Aulnay et le plan de départ sont loin d'être suffisant et on le sait depuis le départ). Et ensuite que la famille Peugeot s'éloigne de la gestion de l'entreprise, décision prise trop tard à la fin du printemps 2013.

Les surcapacités évoquées ne sont pas uniquement du fait de l'absence de rationalisation pour l'un comme pour l'autre. C'est aussi du à un marché européen toujours contracté et un plan produit trop pauvre pour Opel comme pour PSA. D'ailleurs, la perte de parts de marché vient également de là.

Pour les partenariats avec BMW et Ford, ce n'est pas PSA qui a mis fin, mais les deux autres parternaires, contrairement à ce que vous laissez penser. PSA a commis un certain nombre d'erreurs dues parfois à une absence de stratégie (maladie française du management sans leadership et de l'automobile sans car guy).

Quant à la faillite qu'à connu GM avec ses marques et ses finances, lisez un peu (Maynard, Lutz ou Yates) et vous comprendrez mieux pourquoi et comment tout cela est arrivé.
Réponse de le 17/10/2013 à 0:42 :
Beaucoup d'inexactitudes et d'erreurs dans ce commentaires
La réduction de la collaboration avec FORD et BMW est bien du fait de PSA et n'est qu'indirectement lié à l'Alliance avec GM. PSA n'avait plus les moyens de suivre BMW dans les Hybrides . Meme chose pour la nlle gamme de moteur conçue par BMW trop chere pour PSA. Idem pour les nouveaux gros moteur Diesel que FORD voulait développer en commun mais PSA n'a pas voulu participer au développement de ce moteur .Le Panther nom de ce moteur sera développé par FORD tout seul tandis que PSA reconduira le DW actuel.
a écrit le 15/10/2013 à 16:14 :
grodev est-il apparenté à la gaudriole?
le droit à l'écriture n'est heureusement pas une prérogative!
votre logorrhée me laisse pantois, cette succession de mot aligné comme de petits soldats, voulant assignés aux quidams leurs valeurs désuètes et non fondées sur quelconque étude sérieuse permettant d'ouvrir la voie sur un dialogue plutôt qu'un discours de soliloque
Réponse de le 15/10/2013 à 17:49 :
Votre phrase est longue, sans respiration, reprenez voulez-vous, je n'arrive pas à vous comprendre, voudriez-vous reformuler.
a écrit le 15/10/2013 à 15:47 :
vous enterrez bien vite psa!
ensuite à moins que vous disposiez d'un don pour la voyance
pourriez-vous me donner les n° gagnant du loto
merci
a écrit le 15/10/2013 à 14:56 :
Je ne pense pas que cela aurait changé la donne, mais une boite automatique de BMW sur une 508, cela serait plus efficace, et pas de toit en verre imposé.
C'est secondaire ? C'est à voire !
Réponse de le 16/10/2013 à 14:08 :
BMW ne fabrique pas de boites automatiques. Ils les achètent che ZF, comme Audi, Land Rover, Jaguar, Volvo, Chrysler, PSA et bien d'autres constructeurs...
a écrit le 15/10/2013 à 13:34 :
Ôoooh! Comme l'on dirait à un attelage qui s'emballe. Partant d'un postulat adossé à des rumeurs, les déductions s'enchaînent ici façon défoulement. Penser que la France, laisserait partir, hors accords stratégiques à son avantage, 30% de capital d'un de ses fleurons parce qu'il manquerait 1 seul petit milliard, est tout simplement hors de pensée et pointe une méconnaissance des structures de décision. Que les désidératas des uns et des autres interfèrent, oui, que l'on glisse vers le n'importe quoi, non. La description du parcours de GM est toute aussi inexacte car elle gomme la dimension stratégique et les accords secrets. GM est souvent intervenu pour soutenir des constructeurs, passer des brevets comme avec Fiat pour un transférer vers l'URSS ou Volvo pour soutenir les pays du Nord afin de créer l'Europe. Les grandes entreprises sont pleines de ces missions d'état. Les ignorer revient à fournir une analyse tronquée. PSA a fait preuve de rigidité, s'est laissé embobiner par le gouvernement comme je l'ai exposé déjà mais fondamentalement le groupe a joué une stratégie de coeur Europe quand Renault a joué la périphérie. Il se trouve que la zone ciblée par le premier s'est avérée très friable et que celle visée par le second a donné son meilleur. Bien entendu les alliances et les dirigeants ont été pour leur part dans ces destinées respectives. Toutefois, concernant PSA la dimension du problème a été détourée et des mesures adaptées mises en place depuis plus de 2 ans. Tardivement, certes, mais pertinentes. Il n'aura échappé à personne par ailleurs que le segment automobile est en pleine restructuration sociologique comme technologique et financière puisque de ce point de vue les investissements demandés par la mondialisation à marche forcée sont colossaux. Quant est-il ? PSA joue actuellement les pauvres pour réussir sa fermeture en cours avant le 15 décembre et d'autres accords pour en maintenir l'enveloppe financière. L'expérience de la fermeture permettra de réussir celle envisagée chez nos voisins et de poursuivre, ce qui serait souhaitable, avec celle de Poissy. En contrepartie des postes sont créés en Moselle chez Daimler-Renault d'autres le seront à Flins, ce qui prouve que l'essentiel est la gestion harmonieuse du secteur sur ses besoins réels correspondants à ses marchés. PSA opère un vaste mouvement qui consiste à reprendre Opel tout en gardant les identités et les ventes de chacun. Ceci afin que l'ensemble Fiat couplé à Chrysler puisse être repris à son tour par GM. Ces choses ne se font pas en 3 jours. d'autre part les constructeurs français restent à devoir être compensés des contraintes imposées par différentes manoeuvres importantes de leurs grands homologues étrangers. L'affaire Opel n'en est pas un axe puisqu'il s'agit d'un cycle profitant à tous. Sur ce point Renault trouve satisfaction dans ses accords avec Daimler et d'autres accords en Russie. Pour PSA il n'est pas écarté que puisse avoir lieu une opération sur Continental en situation délicate. Il est en effet nécessaire pour les allemands de restructurer leurs équipementiers et pour le constructeur français de se détacher de sa structure Faurecia. Cette piste prend plus de sens si l'on envisage comme il est probable la reprise de Volvo Trucks par Airbus et son attribution à la part allemande lors de la séparation des actifs entre ses deux grands actionnaires. Ces schémas sont complexes et réclament des valorisations fines. S'agissant des chinois, ils se proposent de jouer les teneurs de bougie si les occidentaux acceptent dans un second temps d'aider à la restructuration de leur propre industrie. Des options qui ne s'apprécient qu'à la fin du mouvement.
Réponse de le 15/10/2013 à 14:35 :
Dans cette partie de monopoly mondial, il semble bien que les perdants soient Opel, Peugeot, Continental, Volvo trucks (dont une part vient de Renault RVI). Et ces derniers ne forment pas ensemble un champion européen, justement parce qu'ils sont trop européens. Mais qui sait? Il est aussi possible que GM ne soit entré dans Peugeot que pour arrêter les opérations en Iran. C'est pas si mal payé. Ces reflexions montrent que la théorie socialiste des champions nationaux est obsolète en ce qui concerne la grande industrie.
Réponse de le 15/10/2013 à 14:38 :
Continental: capitalisation boursière 27 milliards, bénéfice 2 milliards en 2012. Je vous laisse juger si c'est Conti ou PSA qui est "en délicatesse" et quelle est la probabilité d'une opération de PSA sur Conti.
Réponse de le 15/10/2013 à 15:26 :
remarque inutile. Sachez que les Corso, Godrev et autres Ivanleterrib font parti de ses oiseaux rares qui sont convaincu de la pertinence de leurs analyses. Ne les contredisez pas car ils ne se rendent pas compte qu'ils racontent des âneries.
Réponse de le 15/10/2013 à 16:00 :
Alors abreuvez nous de vos connaissances, pour changer un peu. J'ai hâte de vous lire. (remarque inutile également)
a écrit le 15/10/2013 à 13:07 :
quand on voit le dividende versé en 2011 aux actionnaires. dividende payé avec nos impots via des subventions bonus/malus. tout ça en pleine crise.





a écrit le 15/10/2013 à 12:54 :
LT, svp, comptablement, vous roulez en quelle marque ?
Réponse de le 15/10/2013 à 16:38 :
alors moi comptablement je roule en Opel. Pour moi c'est la marque qui offre la meilleure valeur nette comptable ( après déduction des amortissements et provisions).
Réponse de le 15/10/2013 à 18:11 :
La société Continental appartient pour 46 % à un ensemble nommé Schaefler dont le dirigeant vient de démissionner. Des parts complémentaires sont entre les mains de la Commerzbank en faillite dont un établissement bancaire français vient de déclarer ne pas vouloir reprendre. Cette masse est entre les mains finalement du pouvoir fédéral via la Deutsche Bank avec une masse de dette qui est titrisée sur la place européenne. Il s'agit donc d'un dossier à tiroir qui ne reflète pas que la seule présentation de Continental. Les allemands comme tous les états d'Europe peuvent porter ponctuellement assistance à leurs entreprises à la condition de trouver des solutions à court terme. Les options ne sont alors plus si nombreuses. Nous verrons ce qui adviendra.
Réponse de le 15/10/2013 à 18:31 :
Dépêchez vous de le vendre, quel mauvais choix, mon fils avait fait le même, injecteurs, l'un 500 E, le démarreur, 900 E sur une Corsa ! Je le remplace par une 2008.
Réponse de le 15/10/2013 à 19:41 :
On s'en cogne un peu de ton fils. Mais enfin puisque tu aimes les histoire de familles. Moi ma grand mère elle avait une Laguna et bien c'était une pure merde. Ça t'intéresse? Non. Ton post c'est pareil.
Réponse de le 15/10/2013 à 20:45 :
@@godrev
Alors là, pardon?, j'ai une Laguna que j'ai arrêté à 320 000 kms, essence, elle roulait tjrs, seulement qqes points de rouille, par ailleurs, malpoli.
Réponse de le 16/10/2013 à 10:10 :
Oui et alors? Qu'est qui nous dit que tu nous raconte pas des cracks?
Réponse de le 16/10/2013 à 13:23 :
@godrev 10.10
Donnez moi une adresse e mail, je vous adresse photo du compteur et de l'auto. Ma femme voulu la conserver, pas pu s'en défaire comme la pub.
Réponse de le 16/10/2013 à 14:05 :
Continental se porte très bien et pourrait facilement acheter PSA s'ils étaient suffisament fous. Schaeffler est surendetté suite à un OPA raté sur Continental. Pour réduire cette dette, il y a une solution simple: Vendre une partie de leur participation dans Conti, les acheteurs ne manqueront pas. Ce serait certainement pas PSA qui est au bord de la faillite.
a écrit le 15/10/2013 à 11:54 :
Ben non, GM n'a pas raté son mariage. Ils ont réussi à dégager un concurrent en Iran et maintenant ils peuvent commencer à discuter avec Téhéran pour s'assurer d'une bonne place au soleil quand l'embardgo sera levé...
Sur le plan de la gestion, je crains que ce ne soit une faute impardonnable. Le patron de Peugeot a donc un avenir assuré dans le sérail politico-économique français.
a écrit le 15/10/2013 à 11:11 :
Varin, a son arrivé avzit certes hérité d'une situation déjà très dégradée, mais on peut légitiment se demander si c'est bien l'homme de la situation. Personnellement j'en doute de plus en plus.
Réponse de le 15/10/2013 à 15:57 :
Au même titre que Ghosn... Merci pour Nissan, tant pis pour Renault.
Réponse de le 15/10/2013 à 21:47 :
Il y a peu de faiseurs de miracles dans un héritage difficile, j'ai en tête l'exemple Serge Tchuruk, polytechnique, fabuleux chez TOTAL, à la peine lors du regroupement ALCATEL LUCENT.
a écrit le 15/10/2013 à 10:54 :
Preuve flagrante de l'incompétence de nos pseudos patrons. On ne peut pas payer ses impots en Suisse et croire que les salariés francais peuvent s'offrir des voitures neuves. De 1998 à 2003 la durée de vie d'une voiture en France est passée de 5 à 7 ans et ce n'est pas la fiabilité qui a provoqué cette situation, c'est le manque de moyens et qu'ont ils fait pour contrecarrer cette tendance. RIEN. Nous n'avons pas aimé l'empire américain, nous allons haïr l'empire du milieu.
Réponse de le 15/10/2013 à 12:52 :
Votre propos est intéressant qui témoigne d'une vraie lucidité, que préconisez vous ?
Réponse de le 15/10/2013 à 15:23 :
@ Godrev
Arrêter de ne RIEN faire.
La construction automobile est à un tournant. En fait c'est toute l'industrie de la construction de moyens de transports à pétrole qui est dans la tourmente. Avec un baril de pétrole à 100 $ qui ne va cesser d'augmenter à cause de la demande et du Peak Oil qui se profile, l'économie en général va stagner et plus probablement régresser. L'illusion d'une croissance à plus de 2% à fait long feu. Nous allons devoir changer et c'est effectivement à nos Pseudos-Patrons de voir ce changement et d'agir en conséquence en construisant peut-être autre chose que des voitures. Peugeot a produit dans le passé des cycles, des moulins à café, à poivre... à eux d'inventer et produire les produits du futur.
a écrit le 15/10/2013 à 10:43 :
Les salariés seront encore les dindons, les chomeurs qui viendront augmenter le pourcentage des chomeurs en France.
Et l'industrie française continuera de disparaitre.

a écrit le 15/10/2013 à 10:34 :
Certes l'analyse sur GM est correct, mais on ne base pas un article sur quelque chose qui n'est qu'une rumeur actuellement.
Réponse de le 15/10/2013 à 11:04 :
Les négociations avec DONGFENG ne sont pas une rumeur mais une REALITE. Qu'elles aboutissent ou pas, ça on verra... mais les négociations ont bien lieu!
Réponse de le 15/10/2013 à 15:23 :
Ah bon? vous y etes invités? vous avez des documents? et meme si elles ont lieu, comment savez-vous sur quel point elles portent? DOngfeng et PSA étant partenaires en Chine, rien ne dit que ce n'est pas pour un meilleur partenariat la-bas, non? vous savez bien que le titre utilisé sous-entend que c'est déja fait, alors que rien n'est fait. On demande des faits dans la Tribune, pas des suppositions. D'ailleurs, la seule info est venue d'un journal chinois, et depuis toute la presse a repris l'info sans vérifier quoi que ce soit. Ce serait pas la premiere fois que plusieurs journaux colportent des fausses infos.
a écrit le 15/10/2013 à 10:09 :
incroyable... quand on voit la liste des partenariats de GM ayant capoté on se demande pourquoi les peugeot ont voulu faire affaire avec eux...

Réponse de le 15/10/2013 à 10:42 :
Parce qu'ils sont tellement en detresse qu'ils mangent à tous les rateliers
Réponse de le 15/10/2013 à 12:25 :
Hélas non Snocky, ils attendent une solution à leur avantage, plusieurs sont dans les tuyaux, vous n'êtes pas informé,comme jamais d'ailleurs....
Réponse de le 15/10/2013 à 12:57 :
Quel homme ce godrev!pro de l'automobile, psychologue,economiste, conseiller spécial chez psa,marchand de frite.Ca doit être épuisant, non?En tout, pour nous ca l'est.Mais merci!
Réponse de le 15/10/2013 à 13:28 :
Sncoky, vous n'avez pas répondu à mon interpellation du matin, quelle posture endossez-vous aujourd'hui, avez-vous rassemblé les morceaux ? J'imagine que multi pseudo nécessite d'occuper le terrain mais ce n'est pas facile... Je veux croire qu'on vous soigne et que vous n'aurez pas droit à l'entonnoir sur la tête ? Quant à la baraque à frites, c'est destiné à celui qui endosse le pseudo erratique et promeut les 12 marques -sans doute vous dans votre dédoublement de personnalité- et qui nous amuse tant. Non, rassurez moi, dites moi que vous n'en êtes pas là... Quant, à moi, toujours et modestement spécialiste ès automobile, BTP, PL, le monde n'a pas encore changé...
Réponse de le 15/10/2013 à 14:13 :
Allez "godrev", encore un ptit verre pour la route !
Réponse de le 15/10/2013 à 15:32 :
Je vois que note encarté de l'UPR est en pleine forme aujourd'hui. Alors vous avez dénoner combien de conspiration aujourd'hui?
Réponse de le 15/10/2013 à 17:44 :
@@godrev

Ho Monsieur, des conspirations, j'en pressens plein autour de vous, on intrigue, on veut votre place, restez sur la défensive !
Réponse de le 15/10/2013 à 19:03 :
arrêtez avec godrev, cet homme souffre, c'est un fait.
Réponse de le 15/10/2013 à 19:48 :
Faut pas prendre la mouche comme ça Mr Godrev. Tout le monde sait que jouer avec les peurs des gens est le fond de commerce de l'UPR. Bref vous faites votre job ici, désinformation, harcèlement, analyses douteuses. Les coups moisi a la UPR quoi. Machin truc Dessalineau il vous renumère au moins?
Réponse de le 15/10/2013 à 20:49 :
Ah, Monsieur, l'UPR, vous avez tout dit, dans le prolongement du général... Seul l'UPR peut vous sauver... Vive le général mes petits, prenez de la graine, garde à vous ! Snocky, ce soir, ça va mieux, on arrive à recoller les pseudos/morceaux ?
Réponse de le 16/10/2013 à 0:26 :
Ne vous revendiquez pas du Général ( ou alors un autre ) vous faites insulte a sa mémoire et à son ?uvre. Merci. Ps je ne suis pas snocky.
Réponse de le 16/10/2013 à 0:40 :
miséricordes pour godrev, il me voit partout!Si seulement il pouvait voir son anerie partout également ca soulagerait tout le monde
Réponse de le 16/10/2013 à 9:46 :
@@godrev 20.40 Snocky 0.40
Oh si je me revendique du général et il y en a d'autres qui devraient le faire plutôt qu'avancer masqués, dénués de la forme la plus élémentaire de ce qu'on appelle le courage, collabos de la première heure... Garde à vous ! Quant à vous Snocky, vous avez à mûrir une réflexion argumentée, vous demeurez en l'état le vil contempteur de l'automobile française.
Réponse de le 16/10/2013 à 13:36 :
@@godrev
Ce qu'il faut faire, être vigilant, sur ses gardes, réinformer, comprendre les enjeux et la finalité, le hasard m'a fait connaitre le journaliste Michel COLLON, un must, je ne veux pas dévier sur la politique mais c'est un must, comme l'UPR. Ensuite, ramener une entreprise allemande à ce qu'elle est, à ce qu'elle vaut, un journal économique à ce qu'il est, à ce qu'il vaut est un acte d'indépendance, ne brouillez pas un échange qui peut être intéressant...
a écrit le 15/10/2013 à 9:54 :
l/association avec G.M.est néfaste !
a écrit le 15/10/2013 à 9:27 :
Les Dirigeants de Peugeot ont fait preuve d'une très grande naïveté, et se sont fait "rouler dans la farine" par GM.
GM est sans doute prêt à sortir de cette alliance insensée, et à sortir du capital la tête haute avec une plus-value financière.
a écrit le 15/10/2013 à 9:26 :
Avouez que c'est quand même terrible, faire les meilleures autos du monde, que la planète entière nous envie, au top de la qualité et de l'image et pas les vendre!!
Alors, un piège peut etre, un complot nous verrons!
A moins evidemment que la première partie du commenatire ne soit cru que par l'armée de chauvins qui defend PSA, et qui, dans un déni absolu, se refuse de voir la vérité en face!
Allez attention, le show de godrev, le mec qui se la joue pro de l'automoibile comme une secretaire médical se prendrait pour un médecin, un employé du mc do pour un grand chef, va commencer!!Ah oui, j'oublie, il se murmure même qu'apparement je suis un collabo des marques teutonnes!(alors que j'ai déjà critiqué plusieurs fois ici même la qualité allemande, mais bon)Papa godrev devait boire et maman godrev l'a bercé trop prêt du mur.
Attention, ca va commencer!
Réponse de le 15/10/2013 à 9:57 :
Parce que la France et les Français préfèrent garder ces meilleurs autos du monde pour eux même et refusent les partager avec le reste de la planète. Evident!
Réponse de le 15/10/2013 à 10:04 :
Ah, revoilà l'excellent comptempteur compulsionnel des françaises, dimanche, il ne savait plus comment il s'appelait, confusionnel au possible, à mélanger tous les pseudos, il s'était appelé Godrev, si, si . C'était hier sur LT plus précisément dans le billet "le chinois Dongfen pourrait rafler" c'est à 12.27, il s'appelle tout d'un coup Godrev, si, si et il ...s'en excuse à 12.57. Dédoublement de la personnalité, troubles multipolaires ? Evidemment, un sous marin de la com VAG ! LT, il faut svp faire un effort pour qu'à un pseudo correspond une réalité, tangible. Deux jours après le biag bang, je réitère ma question Snocky, qui êtes vous...?
Réponse de le 15/10/2013 à 10:34 :
Ils préfèrent également payer les impôts pour soutenir ce trésor national que représente PSA. L'état français serait donc prêt à s'engager à parité avec Dongfeng (si jamais cela se produirait) au capital de PSA. Une nationalisation pour subventionner des véhicules qui sont déjà vendu à perte depuis des années! J'avais entendu qu'il y avait un raz-le-bol fiscal dans ce pays? La nouvelle voiture socialiste échapperait à cette mauvaise humeur?
Réponse de le 15/10/2013 à 10:43 :
Godrev viendra plus tard Snocky. En ce moment il nettoie la friteuse de sa roulotte.
Réponse de le 15/10/2013 à 10:44 :
Vous radotez godrev, ca devient pénible.Je suis MOI un vrai pro de l'autombile, qui encore une fois se fout totalement des allemandes
Réponse de le 15/10/2013 à 10:46 :
Mais si Snocky, leurs auto, ils les vendent, elles sont attendues comme le messie, si vives, si alertes, si ...françaises. Pour nous résumer et s'il en est besoin, parmi les plus petites émissions de la planète auto, une fiabilité bien au dessus des allemandes, un hybride air des plus prometteurs, enthousiasmant Snocky, enthousiasmant... Les Français ont une confiance absolue en leurs voitures, sauf vous, peut-être...? NB. : je propose que vous donniez 100 E pour recapitaliser PSA et pour vous faire pardonner, pour ma part, je commande une 2008... !!!
Réponse de le 15/10/2013 à 10:50 :
J'aime quand Godrev parle d'un pseudo qui doit correspondre a une réalité, tangible. Par exemple lui il a choisi gode de rêve. Ca laisse songeur non?
Réponse de le 15/10/2013 à 11:00 :
CA vole haut par ici, Godrev et Snocky vous voulez pas aller voir ailleurs? Ca ferait du bien a tous les lecteurs.
Réponse de le 15/10/2013 à 11:56 :
L'ahuri, c'est godrev, dsl des hors sujets
Réponse de le 15/10/2013 à 13:24 :
snocky vous n'etes pas mieux, vous etes tous les deux aveuglés, mais d'une maniere différente. (un par le soit-disant lustre de PSA, l'autre par la soit-disante médiocrité de PSA)
Réponse de le 15/10/2013 à 13:56 :
Détrompez-vous Eh bien je ne suis pas aveuglé par PSA, je ne qualifie pas de lustre sa position actuelle, je défends un constructeur français qui fait d'excellentes voitures, fiables et qui les vend, développe et renouvelle se gammes avec talent et dont la position actuelle tient à un marché compliqué sur le milieu de gamme. Sa gamme DS est et demeure une formidable perspective à transposer chez Peugeot, il lui reste à accompagner un haut de gamme et se recapitaliser. Je n'ai aucun doute pour ma part que ce sera fait. Pour mémoire, d'autres constructeurs souffrent en ce moment et pour des raisons diverses et variées. Volkswagen n'était-il pas au bord du dépôt dans les années 90 et GM plus près de ns, en 2008 ?
Réponse de le 16/10/2013 à 0:43 :
Psa n'est ni VW et encore moins GMC!Godrev, vous qui savez tout, pouvez nous, nous expliquer avec des mots simples, en quoi psa vend des autos???
a écrit le 15/10/2013 à 9:16 :
Pour info GM a fait faillite (sur le papier), qd aux marques Fiat, Saab, Subaru etc... ce n'etait pas des allainces mais des rachats. GM est un mauvais partenaire car il sacrifie tjs ses rachats au profit de Chevrolet (sa marque phare). PSA n'echappe pas a la regle GM ne leur a apporté que des pb (surout l'Iran) et n'offrira jamais rien.
a écrit le 15/10/2013 à 9:15 :
La stratégie des alliances est purement est simplement une fantasque idée, toutes ces alliances de Peugeot se finissent mal tôt ou tard ... elles ont brouillé l'image de Peugeot, les clients ne savent plus ce qu'ils achètent, GM, Mitsubishi, Bmw, Fiat, Ford, Volvo, Renault, etc ... de surcroît ces alliances créent des pertes de contrôles des technologies et ajoutent des contraintes de propriété industrielles ... et de confidentialités ...
Réponse de le 15/10/2013 à 12:23 :
Hélas non, @alliances, les alliances d'un européen ne fonctionnent pas non plus, voyez plutôt Volkswagen et ses 12 marques, 6 perdent de l'argent, pour la gloire, le reste est pour la gloire...
Réponse de le 15/10/2013 à 14:12 :
Vous avez vos infos où? C'est FAUX!!! Voyez le bilan annuel de VW! Arrêtez de polluer le site avec vos absurdités !
Réponse de le 15/10/2013 à 17:05 :
On appelle ca un Troll Mr AGV.
Réponse de le 15/10/2013 à 17:46 :
@réponse
Mais non, cher Monsieur, 6 perdent de l'argent, allez au plus près des comptes.
Réponse de le 15/10/2013 à 19:52 :
Dans un bilan consolides vous arrivez a voir ca vous? Chapeau l'artiste.
Réponse de le 15/10/2013 à 20:50 :
@@godrev Au plus près, Monsieur, au plus près, vous ne m'avez pas écouté.
a écrit le 15/10/2013 à 9:01 :
Philippe Varin n'avait pas échoué dans la fusion envisagée avec Mitsubishi, c'est la famille Peugeot qui a refusée de perdre le contrôle de PSA, c?était début 2010.
Au contraire c'était la dernière chance!
Bravo les descendants Peugeot, on ne peut pas passer ces journée au Golf et acquérir l'expérience pour diriger une entreprise!
On dit que la première génération créé, la deuxième gère, la troisième bouffe !
a écrit le 15/10/2013 à 7:57 :
Beaucoup d'arrogance
Peu d'ambitions a l?étranger
Une image de marque catastrophique
Des idées de voitures surprenantes (1007, etc...)

Les employés de Peugeot vont en payer le prix

Réponse de le 15/10/2013 à 9:58 :
c'est sur que le rapprochement de psa et mitsu etait plus complémentaire- gm va recupérer les 2 familles des 3 cylindres essence et les 2 platformes modulaires de psa et en échange aucune aide- dongfeng peut etre un bon allié pour psa -idealement placé etil a de l'argent pour financé l'expansion de psa - le passé est derriére avec ces erreurs ,psa doit ce tourné vers son futur et son redressement- regardons tata et land rover le redressement est la
Réponse de le 16/10/2013 à 16:01 :
Il me semble que la remarque de RIZOTO est très juste : "Beaucoup d'arrogance, peu d'ambitions à l'étranger, image de marque catastrophique et idées de voitures surprenantes". C'est bien résumé. Hélas ! Hélas !
Réponse de le 16/10/2013 à 17:41 :
vous roulez en quoi? ne vous plaignez pas des impôts.... et du chômage!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :