Volvo sort son moteur à tout faire

 |  | 839 mots
Lecture 5 min.
La Volvo S60 diesel émettra moins de 100 grammes de CO2
La Volvo S60 diesel émettra moins de 100 grammes de CO2 (Crédits : DR)
Le constructeur suédois commercialise ses premières voitures dotées de la toute nouvelle gamme unique de moteurs, annoncés très sobres, allant de 120 à 306 chevaux. Histoire d’abaisser drastiquement les émissions et de réaliser des économies d’échelle.

Une première. Volvo commercialise actuellement ses premiers modèles dotés d'une toute nouvelle gamme de moteurs très sobres, unique à terme pour l'ensemble des véhicules de la marque suédoise et déclinée dans toutes les puissances. Les premières livraisons auront lieu fin novembre-début décembre.

Cette gamme unique remplacera d'ici à 2015 les huit architectures de moteurs actuelles offertes par la marque de Göteborg. Avec de sacrées économies d'échelle à la clé pour un constructeur qui reste un « petit » à l'échelle mondiale, avec des séries forcément limitées.

Des moteurs de 120 à 306 chevaux

C'est la première fois qu'un constructeur automobile fait le pari révolutionnaire de remplir tous ses besoins avec une seule architecture de moteurs. Cette gamme baptisée « Drive-E » couvrira des puissances de 120 à 230 chevaux en diesel, de 140 à 306 en essence ! Au départ, seuls sont disponibles trois moteurs plutôt haut de gamme, dont un diesel de 180 chevaux.

Ces mécaniques ont été développées en interne et sont fabriquées à Skövde, en Suède. Une S60 diesel (l'équivalent d'une BMW 320d) n'émet ainsi que… 99 grammes de CO2 au kilomètre. Des émissions de mini-citadine qui constituent un record pour une voiture de cette catégorie. Cette S60 coûte 34.660 euros en version de base.$

"Les gains de consommation se situent entre 10 et 30%"

Sont concernées dans un premier temps les Volvo « moyennes supérieures » S60 et sa version break V60 ainsi que le dérivé 4x4 compact XC60, des véhicules produits à Gand en Belgique et à Göteborg (Suède). « Les technologies sophistiquées « Drive-E » se traduisent par des performances élevées, des réductions importantes de la consommation et des émissions », explique Derek Crabb, vice-président en charge de l'ingénierie groupes motopropulseurs du groupe suédois.

« Nos 4 cylindres offriront des performances supérieures à celles des 6 cylindres d'aujourd'hui avec des niveaux de consommation inférieurs à ceux des 4 cylindres de la génération actuelle », précise Derek Crabb. « Si l'on met en parallèle le moteur 4 cylindres Drive-E et un bloc 6 cylindres, on s'aperçoit que les différences de poids et de taille sont énormes. Les gains de consommation se situent entre 10 et 30% en fonction du moteur auquel on le compare ».

Hybrides rechargeables prévus

Les moteurs « Drive-E » sont aussi prévus pour devenir hybrides à travers une électrification. Les principaux composants de puissance comme l'alterno-démarreur sont facilement raccordables et, en raison de la compacité des blocs, le moteur électrique pourra être installé aussi bien à l'avant qu'à l'arrière du véhicule, explique la firme.

Les batteries seront pour leur part installées au centre du véhicule. Au dernier salon de Francfort, la marque scandinave exposait un concept de coupé équipé d'un hybride rechargeable de 400 chevaux !

Évidemment, l'agrément de ces moteurs reste à démontrer, par rapport aux très plaisantes motorisations à cinq cylindres traditionnelles de la firme suédoise. Il faudra aussi vérifier la longévité de ces blocs hyper-sophistiqués. Mais, jusqu'ici, les Volvo se sont plutôt distinguées par leur grande fiabilité.

Des pertes enregistrées au premier semestre

Avec ces économies d'échelle, Volvo Car Group (rien à  voir avec les poids-lourds d'AB Volvo), qui a annoncé un programme d'investissements lourds pour onze milliards de dollars (8,5 milliards d'euros), espère devenir plus compétitif. Le célèbre constructeur a affiché un déficit au premier semestre. La perte nette s'est montée à 778 millions de couronnes (89 millions d'euros), tandis que le chiffre d'affaires reculait de 13%. Le résultat d'exploitation est négatif de 66 millions d'euros. Soit une marge opérationnelle de -1%.

Ce ne sont certes que des pertes assez légères. Mais Volvo avait déjà accusé en 2012 une perte nette de 530 millions de couronnes (61 millions d'euros), alors qu'il était encore bénéficiaire en 2011. Le second semestre 2013 devrait toutefois générer des volumes de vente et des marges plus élevées pour le groupe, assurait toutefois Volvo récemment.

Sur neuf mois, Volvo a vendu 310 .717 unités, soit un niveau quasi-stable, avec une baisse de 3,6% en Europe, laquelle génère plus de la moitié des ventes. S'il recule aussi aux Etats-Unis, Volvo affichait en revanche une croissance de 41% en Chine à 43.400 unités.

Objectif: la Chine

Le constructeur suédois cherche  à mieux s'implanter en Chine, patrie de sa maison-mère. Après avoir longtemps appartenu à Ford, le suédois est en eftet aujourd'hui la propriété de Geely. Il a annoncé en août dernier qu'il avait  reçu de Pékin le feu vert pour  ouvrir deux nouvelles usines en Chine. Et ce, alors qu'il procède actuellement au démarrage en série de la production de la S60L dans une première usine de Geely à Chengdu.

La  présence de Volvo est encore bien faible en Chine. Mais il compte sur la légitimité « nationale » de son actionnaire pour y prendre rapidement des parts de marché, notamment auprès de la « Nomenklatura » chinoise qui roule aujourd'hui en Audi.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2013 à 0:08 :
Volvo pour les voitures= Saab= Game over.
Réponse de le 02/11/2013 à 10:18 :
Vous n'y comprenez pas grand chose au monde de l'automobile, passez votre chemin... Saab et Volvo, rien à voir, mis à part leur nationalité.
Réponse de le 02/11/2013 à 10:47 :
@Spip
Je comprends que Volvo n'a plus les moyens de son développement technique, commercial, faute de rentabilité...je comprends qu'il est obligé de s'appuyer sur un concurrent Chinois et que ça ne présage rien de bon. Je passe mon chemin, Volvo trépasse le sien et il y aura suffisamment de constructeurs de voitures pour les (peut-être..) 50 ans de pétrole qu'il nous reste à consommer.
a écrit le 01/11/2013 à 21:25 :
Volvo, un constructeur Suédois, plus maintenant, cette entreprise appartient à une société Chinoise donc elle est sous la coupe du gouvernement Chinois.
Réponse de le 03/11/2013 à 14:53 :
Encore une belle preuve que ce sont des économistes et en aucun cas des connaisseurs du monde automobile et c'est bien dommage car il s'agit en fin de compte d'économie!
Chacun à sa place dans ce cas!
Et que faites vous de JAGUAR/LAND ROVER rachetés par TATA (indien)? Comble de l'ironie une ancienne colonie...Mais c'est ça le monde aujourd'hui! Et Jaguar ne s'en porte que mieux, cartonne en sorties, la gamme s'élargit, bref pour le rachat de VOLVO (réveillez vous ça fait 3 ans), et dommage que SAAB n'est pas bénéficié des chinois...car franchement c'était une très belle marque, sécurité, confort, fiabilité, j'en possède une de 20 ans...increvable et ligne indémodable!
a écrit le 01/11/2013 à 17:59 :
L'art de transformer la contrainte d'une petite marque en soi disant argument technique. Volvo, malgrè un réel talent n'a pas les reins pour s'offir plus qu 'un seul moteur décliné en long, large et travers, c est cela la réalité !
a écrit le 01/11/2013 à 14:41 :
Je ne peux m'empêcher d'être dubitatif quant à l'agrément de conduite de ces nouveaux moteurs. J'en suis à ma troisième Volvo, chaque fois en 5 cylindres, actuellement le D4 de 177ch. Souplesse épatante, plein â tous régimes, silencieux, râle typique des 5 cylindres en cas de forte accélération, et Conso mesurée (6,5 l en parcours mixte). Pourquoi avoir choisi un 4 cylindres de 2 litres, alors que les D3 et D4 actuels, 5 cylindres, sont déjà des 2 litres? Va falloir que j'essaye, mais au niveau de l'agrément/sonorité, je ne crois pas au miracle...
Réponse de le 20/03/2014 à 16:30 :
LA CONSO EST BIEN DE 6.5 L /100 SVP ?
a écrit le 01/11/2013 à 12:03 :
C'est le numérique qui est fragile et non l'électronique qui, une fois à 80% au point (puisqu'il y a des évolutions de versions) est très fiable. Pourquoi ? parce que l'électronique ne peut être aisément modifiée. Tous les éléments qui la composent sont fixés en dur. Le numérique reproduit une très grande partie de la logique de ces circuits grâce à des microprogrammes que l'ont peut, à loisir, changer, modifier, arranger le plus simplement du monde pour le spécialiste donc le constructeur. Et c'est là que les tentations sont grandes. Une évidence très actuelle, la maintenance des voitures ne peuvent pratiquement être faites que par les concessions car il faut les ordinateurs pour cela. Si vous gardez votre voiture un peu longtemps, que se passera-t-il de l'entretien régulier quand les ordinateurs spécifiques seront obsolètes ? Le but c'est d'obliger les gens à ferrailler un véhicule en bon état mécanique de marche. Est-il interdit de suspecter alors la génération artificielle de pannes qui n'entament pas la sécurité mais qui obligent à passer chez le concessionnaire à coup de bons euros ?...
a écrit le 31/10/2013 à 20:02 :
Ah, les hybrides rechargeables... Ca commence à ressembler à l'Arlésienne, ce truc. Des années qu'on nous promet ça pour l'année prochaine. Moi, je changerais pas ma voiture actuelle avant que ça sorte sur le marché.+
a écrit le 31/10/2013 à 18:27 :
Il est rassurant pour le consommateur de disposer mécaniquement d'un moteur qui peut être poussé de 90KW à 225KW. Mais il reste inquétant de dépendre d'une électronique inviolable pour déterminer la puissance, alors que l'électronique reste fragile et contient des programmes occultes.
a écrit le 31/10/2013 à 17:10 :
Et pendant ce temps là le gouvernement Français, lui, met des taxes supplémentaires. Cherchez l'erreur.
Réponse de le 31/10/2013 à 17:29 :
Heu... où est le rapport ?
Réponse de le 01/11/2013 à 17:39 :
Est ce que le moteur de cette voiture lave le linge ma machine à laver est en panne.
Réponse de le 02/11/2013 à 11:02 :
Pas assez de couple à bas régime les moteurs thermiques, donc pour l'essorage ça va être un peu dur.
Réponse de le 02/11/2013 à 11:02 :
Pas assez de couple à bas régime les moteurs thermiques, donc pour l'essorage ça va être un peu dur.
Réponse de le 02/11/2013 à 15:59 :
Merci pour le tuyau, un peu d'humour dans ce monde de brute.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :