Philippe Varin a payé son échec à imposer PSA hors du continent européen

 |   |  1500  mots
La Citroën C-Elysée s'adresse aux pays émergents
La Citroën C-Elysée s'adresse aux pays émergents (Crédits : <small>DR / Salon de l'Automobile</small>)
Arrivé en sauveur en 2009, Philippe Varin, a tenté de négocier vainement avec le japonais Mitsubishi. Il a paraphé une alliance décevante avec l'américain GM. Et il négocie actuellement avec le chinois Dongfeng. Son successeur, Carlos Tavares, devra impérativement "intercontinentaliser" la firme tricolore trop européocentrée.

PSA est toujours en mal d'intercontinentalisation. Et c'est son talon d'Achille. Après deux ans d'une tumultueuse et quelque peu anarchique présidence de Christian Streiff, l'arrivée de Philippe Varin à la tête du groupe PSA en juin 2009 avait été unanimement saluée. Cet homme réputé affable, courtois, rigoureux, jouissant d'un profil de manager international suite à la fusion de Corus et de Tata Steel, semblait idéal pour intercontinentaliser enfin le groupe PSA Peugeot-Citroën. Las, après plus de cinq ans de mandat, Philippe Varin n'a toujours pas réussi à construire la véritable alliance internationale qui permettrait à la firme tricolore de mettre fin à son isolement et son européocentrisme excessif !

Une défiance depuis au moins un an et demi

L'homme a indéniablement déçu la famille Peugeot. Et ce n'est pas un phénomène nouveau. L'actionnaire de référence du constructeur automobile, « n'est pas satisfait du fonctionnement et des résultats de Philippe Varin », écrivions-nous dès juin 2012. Et, au-delà du président lui-même, la famille Peugeot - le groupe familial détient 25,2% du capital et 37,9% des droits de vote - n'était déjà pas non plus satisfaite de l'ensemble de l'équipe dirigeante.

 

Ce qui a sauvé Philippe Varin à ce jour, c'est qu'aucun remplaçant n'avait pu lui être trouvé… jusqu'au providentiel limogeage, en août dernier, du numéro 2 de Renault, Carlos Tavares. Dès lors, les choses n'ont pas traîné, en dépit d'un renouvellement à la fin de l'hiver dernier du mandat de Philippe Varin pour une… durée il est vrai non précisée.

 

Stratégiquement, le groupe PSA a certes réussi dernièrement à décoller en Chine, mais sa part de marché y est toujours marginale (3,8% au premier semestre) et les profits demeurent très faibles. Sinon, PSA pâtit toujours d'une pénétration insuffisante au Brésil (4,2%), faute de modèles vraiment adaptés, et plus encore en Russie (2,4%) pour les mêmes raisons. Le projet indien, tant vanté, a fait long feu.

 

A la demande de l'allié GM pour se conformer à la stricte politique d'embargo des Etats-Unis, PSA s'est en outre retiré de son deuxième marché mondial, l'Iran, et reste totalement absent d'Amérique du nord. Conséquence: l'Europe absorbe encore 58% des ventes du groupe. C'était certes 66% en 2009, année d'arrivée de Philippe Varin. Mais c'est surtout la forte chute des ventes de PSA en Europe qui a fait automatiquement baisser le poids relatif du Vieux continent dans ses volumes totaux !

Echec avec Mitsubishi Motors

On ne peut reprocher à Philippe Varin de n'avoir pas immédiatement travaillé à forger des alliances stratégiques. Le président du directoire a en effet repris rapidement à son compte un vieux projet en sommeil depuis la présidence de Jean-Martin Folz au milieu des années 2000, celui d'un éventuel mariage avec le japonais Mitsubishi Motors (MMC), esseulé depuis son divorce avec ce qui était alors le groupe Daimler-Chrysler. Au-delà des coopérations ponctuelles portant sur l'achat par PSA de 4x4 et de voitures électriques Mitsubishi, tout juste rebaptisées, Philippe Varin discute donc longuement avec Osamu Masuko, président de MMC, d'une alliance stratégique plus profonde, avec échange de participations.

 

Las, les négociations finissent par achopper, en particulier sur la disparité des valorisations respectives des deux groupes. Le 2 mars 2010, lors d'une interview exclusive à La Tribune, alors un quotidien, au salon de Genève, Osamu Masuko annonce qu'une alliance capitalistique avec PSA « n'est pas à l'ordre du jour ». Des déclarations qui obligent PSA à concocter d'urgence, dans une chambre d'hôtel, un bref communiqué reconnaissant… benoîtement que « les conditions d'une alliance capitalistique ne sont pas réunies ». Fin alors des perspectives caressées avec le japonais, complémentaire de PSA du point de vue géographique et des produits.

Alliance avec General Motors

Alors que les ventes et les finances du groupe français se dégradent dangereusement, Philippe Varin négocie alors dans le plus grand secret avec l'américain GM, sous perfusion des 50 milliards de dollars injectés par le Trésor américain pour lui éviter la banqueroute. Philippe Varin se rend notamment dans le Michigan, siège de GM, au moment du salon de Detroit en janvier 2012. Ces discussions sont révélées par latribune.fr le 21 février 2012. Une « alliance stratégique mondiale » est in fine annoncée officiellement dans l'euphorie le 29 février de la même année.

 

Cette alliance avec le premier constructeur de Detroit, qui a raté tous ses rapprochements passés (avec les japonais Isuzu, Suzuki, Subaru, l'italien Fiat, sans parler de la reprise du suédois Saab tué finalement par l'américain…), soulève dès le départ un certain scepticisme. Mais Philippe Varin se montre enthousiaste et balaye les critiques. GM participe à l'augmentation de capital de PSA en prenant une participation de 7%.

Un mariage  partiellement raté

En dépit des promesses, force est de constater aujourd'hui que la mirifique alliance franco-américaine n'a pas répondu  aux espoirs nourris initialement par PSA. Cette alliance se cantonne bel et bien jusqu'ici à la seule Europe, où GM veut enfin résoudre le problème-clé des pertes récurrentes enregistrées depuis plus de dix ans par sa filiale allemande Opel.

 

Au Brésil, où l'américain figure traditionnellement parmi les trois grands constructeurs locaux, aucun accord n'a été conclu à ce jour pour faire bénéficier PSA de la plate-forme GM de petits véhicules d'entrée de gamme, une catégorie de modèles indispensables car fiscalement favorisés. En Inde, où GM est présent, on ne voit pas non plus poindre de soutien de la part de GM… Rien non plus en Russie.

 

Même en Europe, tout ne baigne pas, loin de là. Le projet phare de la coopération PSA-GM est remis en cause! C'est au bas de son communiqué sur le chiffre d'affaires trimestriel que le groupe auto français indiquait, le 23 octobre dernier, que « le projet de développement d'une plate-forme commune du segment B (petites voitures) avec GM fait actuellement l'objet d'un réexamen, de même que les dispositions correspondantes de l'accord de développement ». Un réexamen qui « pourrait conduire à une révision à la baisse du montant annoncé de synergies annuelles à moyen terme ».

 

Cette plate-forme "EMP1" d'origine PSA pour futurs petits véhicule était pourtant le programme phare de la collaboration entre les deux groupes. De quoi nourrir les inquiétudes et la déception de la famille Peugeot. Et ce d'autant plus que, dans le même temps, cette alliance avec GM a entraîné un relâchement des coopérations traditionnelles avec Ford (moteurs diesel) et la fin du projet avec BMW sur le développement conjoint des futures technologies hybrides ! Coup d'arrêt également sur les moteurs à essence communs avec le bavarois, puisque la prochaine génération ne fera plus l'objet d'une étude et d'une production communes. Dommage, car, contrairement à GM, BMW est réputé comme l'un des meilleurs motoristes mondiaux.

Négociations avec le chinois Dongfeng

L'alliance avec GM s'étant révélée nettement insuffisante pour assurer l'avenir du groupe français, Philippe Varin a du coup entamé des négociations avec le chinois Dongfeng, qui est déjà son partenaire traditionnel dans l'ex-Empire du milieu. En quête désespérément d'argent frais alors qu'il doit encore brûler 1,5 milliards d'euros de trésorerie cette année, PSA Peugeot Citroën espère lever jusqu'à 3 milliards environ, grâce à une nouvelle augmentation de capital - la deuxième en deux ans - par laquelle l'Etat français et Dongfeng prendraient chacun une participation de 20 à 30% dans le constructeur français, selon l'agence Reuters. L'Etat interviendrait pour permettre à la partie française de conserver le contrôle de PSA. Selon nos informations, «  une lettre d'intention entre PSA Peugeot Citroën et Dongfeng pourrait être signée avant Noël". On est là actuellement.

 

Malheureusement, entre-temps, la situation de PSA s'est singulièrement dégradée et ce qui aurait pu être une alliance entre égaux il y a trois ou quatre ans risque de devenir un mariage profondément inégalitaire. Le temps presse. Parmi les constructeurs généralistes de sa taille (autour de 3 millions de véhicules annuels), PSA est le seul à rester plus ou moins seul à l'heure actuelle, si l'on excepte les japonais.

 

Il est en tous cas quelque peu paradoxal que la famille Peugeot laisse Philippe Varin négocier toujours une alliance, alors que ce dernier vient de subir un cruel désaveu - en dépit d'un communiqué officiel de PSA lénifiant et quelque peu hypocrite. Fin connaisseur des rouages de l'Alliance Renault-Nissan et de ses liens (capitalistiques) avec l'allemand Daimler (Mercedes), le futur patron de PSA, Carlos Tavares, aura notamment pour tâche essentielle de réellement intercontinentaliser enfin le groupe PSA Peugeot Citroën. Rude gageure. Mais il en va de sa survie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2013 à 8:39 :
PSA, Mr Varin: comment conduire un vaisseau quand il faut obtenir l'avis de trop de monde qui ne voient pas arriver la tempête. des clans cousins à la fois salariés et actionnaires !!
Mr Varin et ses prédécesseurs ont réussi à nouer des partenariats en Europe, en Chine et au Japon, en Russie, en Amérique Latine, et au Brésil là où Mr Thierry Peugeot fut directeur général de Peugeot do Brazil de 1991 à 1997, période où la société aurait dû évoluer sur ce continent.
Alors Mr Tavares se rendra vite compte que PSA est un casino où quelques petits cousins décideurs, jetons en main, exigent de gagner à chaque coup de dés, sans se soucier du tour de table
a écrit le 30/11/2013 à 8:37 :
PSA, Mr Varin: comment conduire un vaisseau quand il faut obtenir l'avis de trop de monde qui ne voient pas arriver la tempête. des clans cousins à la fois salariés et actionnaires !!
Mr Varin et ses prédécesseurs ont réussi à nouer des partenariats en Europe, en Chine et au Japon, en Russie, en Amérique Latine, et au Brésil là où Mr Thierry Peugeot fut directeur général de Peugeot do Brazil de 1991 à 1997, période où la société aurait dû évoluer sur ce continent.
Alors Mr Tavares se rendra vite compte que PSA est un casino où quelques petits cousins décideurs, jetons en main, exigent de gagner à chaque coup de dés
a écrit le 29/11/2013 à 14:38 :
Je suis Libéral, universaliste (de culture française donc) mais je ne suis pas un gogo , donc je lutte contre les anti libéraux ;donc CONTRE les protectionistes par nature . Trés logiquement donc je n'achète pas de produits allemands et particulièrement pas ceux du groupe VW.
a écrit le 28/11/2013 à 10:46 :
C'est la raison pour laquel je n'achetes rien au pays non libéraux (comme l'Allemagne et les pays du Bord) qui eux par principe ne nous achetent rient .. mais.. adire fourguer leurs camelotes (souvent de mauvaise qualité eg: Auto) à des gogos français ..
a écrit le 28/11/2013 à 9:37 :
Aprés les sites auto il semble que le groupe VW est prit le contrôle ici aussi ( toute critique est censurée).
a écrit le 27/11/2013 à 20:29 :
Sarko voulait aussi taxer les francais residents hors de France au mepris des regles internationales.
a écrit le 27/11/2013 à 16:56 :
Les ,nouveaux modèles de PSA cartonnent! 2008, 308, C4 Picasso etc... Tout marche du tonner au point que les cadences de productions sont augmentées et que les équipes vont travailler le samedi.
GM par contre n'est qu'un parasite avec de mauvais produits. PSA n'a pas besoin de cette mauvaise alliance voulue par Varin.
a écrit le 27/11/2013 à 15:32 :
Comment peut on payer un loser aussi cher ? Les pratiques françaises sont totalement déconnectées de la réalité. Un patron touche un salaire qui est censé rémunérer à la fois son talent et sa motivation. Qu'il y ait un bonus en cas de succès reconnu de l'entreprise, soit mais uniquement dans ce cas. On ne paye pas quelqu'un parce qu'il s'est planté, ça c'est de l'administration publique, ou du communisme ce qui revient au même..
a écrit le 27/11/2013 à 15:17 :
Il a certes payé pour son échec à imposer PSA hors d'Europe mais il est aussi cher payé pour partir avec sa retraite chapeau de 21 millions d'euros. C'est bien échec très bien payé. Pas besoin d'organiser une quête pour son départ.
a écrit le 27/11/2013 à 14:52 :
Pour les ouvriers de Peugeot c'est gestion de stock et pour le PDG c'est retraite chapeau plus un gros chèque de départ il ne faut pas l'oublier. Ah l'Union européenne que du bonheur pour certains bien entendu.
a écrit le 27/11/2013 à 14:37 :
Il a payé son échec!!!!!! Pas très cher, puisqu'il "reçoit" 21 000 000 euros.
a écrit le 27/11/2013 à 14:19 :
Dans plusieurs pays de l'Union européenne le chômage dépasse les vingt cinq pour cent comme en 1929 aux Etats-Unis et pourtant point de révolte. Les grecs les portugais les espagnols et d'autres crèvent de faim ne sont plus soignés et le système tient encore. Les institutions sont solides et le point de rupture ne sait pas encore produit. Quand se produira t-il je ne le sais pas mais je suis certaine qu'il se produira car que tout lasse tout casse et la goûte d'eau qui fera déborder le vase sera d'une violence que l'on n'imagine même pas.
a écrit le 27/11/2013 à 14:03 :
Je suis Libéral, universaliste (de culture française donc) mais je ne suis pas un gogo , donc je lutte contre les anti libéraux ;donc les protectionistes par nature . Trés logiquement donc je n'achète pas de produits allemands et particulièrement pas ceux du groupe VW.
a écrit le 27/11/2013 à 13:04 :
On devrait mettre sa tête sur un piquet devant l usine d aulnay pour exemple et redistribue les 21 millions aux familles des licencies....ça c'est de la justice
a écrit le 27/11/2013 à 13:02 :
Sur les 21 millions DEUX coupables: le président du Conseil de Surveillance de PSA (Thierry Peugeot) et le président de son Comité de Nomination (Geoffroy Roux de Bézieux vice président du MEDEF)
a écrit le 27/11/2013 à 11:40 :
SVP, je peux venir payer mon échec ? (même à moins de 20 Millions je suis preneur !)
a écrit le 27/11/2013 à 11:27 :
Au lieu de faire porter le fardeau à P. VARIN, serait-il possible de s' interroger sur l'actionnaire conservateur et complètement "has been" qu'est la famille Peugeot? Qu'ils se retirent dans leur château ...
Réponse de le 27/11/2013 à 12:27 :
Oui l'actionnaire les héritiers Peugeot sont responsables...

mais un carriériste de la caste des Varin aussi parce qu'ils ne sont animés que par leurs salaires énormes disproportionnés abusifs pour leurs très médiocres potentiels personnels et collectifs avec leurs équipes de cadres subalternes prétentieux imbus d'eux mêmes mauvais à tout bons à rien.
a écrit le 27/11/2013 à 11:13 :
En bon oligarque que les médias complaisants osent encore appeler "patron" ou "entrepreneur" le capitaine Varin saute en premier dans le canot de sauvetage du Concordia-Peugeot en prenant soin d'embarquer la caisse !
a écrit le 27/11/2013 à 11:07 :
Si PSA vire Varin , c'est pour insuffisance professionnelle , voire faute lourde . Il ne peut pas perdre ses droits contractuels à retraite . Mais leur nature et leur montant ne peuvent se comprendre sans remboursement préalable des aides d'Etat accordées à PSA .
a écrit le 27/11/2013 à 10:59 :
Il a ruiné PSA et laisse l'entreprise exsangue.
a écrit le 27/11/2013 à 10:58 :
a payé son échec ? Faute de rédaction, il faut comprendre a été payé pour son échec !
Et 21 millions d'euros de prime pour le plantage, c'est correct !
Réponse de le 27/11/2013 à 11:04 :
D'accord: mauvais choix des mots! Mais à ce tarif là, les ministres limogés (c'est rare...) passent pour des minables.
a écrit le 27/11/2013 à 10:42 :
La seule variable constante dans les difficultés de Peugeot depuis quelques années, ce n'est pas le CEO mais bien l'actionnaire majoritaire ...
a écrit le 27/11/2013 à 10:31 :
Ce mec a pratiquement coulé la boite, il a mis beaucoup de travailleurs au tapis, a pris des orientations hasardeuses pour l'entreprise, et il se barre avec 21 millions, net d'impôt !
Cherchez l'erreur, on marche vraiment sur la tête ...
Un type comme ça, on devrait le mettre sur une unité de montage pendant six mois à 1200 euros/mois; ça le fera redescendre sur terre !
Réponse de le 27/11/2013 à 11:14 :
c'est marrant vous etes bien au courant de tout ce qui se passe chez psa , continuez a lire le journaux ,hihihiihihih
a écrit le 27/11/2013 à 9:55 :
En fait il n'a pas payé grand chose, il a plutôt coué cher et il réclamen encore une retraite chapeau. A ce prix là c'est vraiment du luxe...
a écrit le 27/11/2013 à 9:36 :
C'est PSA qui paye l'échec de Varin en lui accordant une retraite chapeau de 21 millions...
C'est PSA qui a choisi Varin, lequel a choisi son entourage qui a fait de mauvais choix marketing et, c'est une litote
a écrit le 27/11/2013 à 9:27 :
21 millions d'euros, en chiffres, ça donne: 21 000 000 € un smic environ 1 200 €
En francs: environ 137 760 000 F et en ancien francs....
Ou encore plus de 5000 lingots d'or d'1 kg, soit plus de 5000 kilos d'or...
Etc.
a écrit le 27/11/2013 à 9:16 :
J’aimerais tellement bosser 4 ans dans une boîte, échouer dans mon travail et toucher 21 millions !!
a écrit le 27/11/2013 à 9:13 :
Super Peugeot c'est l'euromillions !
Réponse de le 27/11/2013 à 9:48 :
Justement, un gagnant de l'euromillions peut se faire 120 millions avec moins d'impôts que lui et ses 21 millions sur 21 ans, imposés au passage en plus, et le tout avec zéro mérite. Bon après, il a échoué, donc bof, mais je ne vois pas pourquoi on est "choqué" au nom du "mérite" ...
Réponse de le 27/11/2013 à 11:30 :
Et ça se dit "libéral"... Parlons plutôt de néo conservatisme !
a écrit le 27/11/2013 à 8:53 :
J’aimerais tellement bosser 4 ans dans une boîte, échouer dans mon travail et toucher 21 millions !!
Réponse de le 27/11/2013 à 9:13 :
une honte pour PSA qui n'a pas besoin de cela pour redorer son image,quand on pense aux ouvriers licencies qui parte avec 4000 euros !
a écrit le 27/11/2013 à 8:49 :
Le problème de PSA n'est pas Philippe Varin mais la famille Peugeot.
a écrit le 27/11/2013 à 8:48 :
21 millions d euros pour ne pas avoir réussi a imposer PSA hors d Europe , combien aurait il touché s il avait réussi
a écrit le 27/11/2013 à 8:44 :
j'ai mal lu. Il a payé l'échec? OU "Il s'est payé l'échec de la société"? Car pour LUI c'est un nouveau succès ....
a écrit le 27/11/2013 à 8:25 :
le smic est trop chère
a écrit le 27/11/2013 à 8:18 :
PAR CONTRE J'AIMERAIS BIEN ETRE PAYE COMME LUI LORS D'UN ECHEC -------!
a écrit le 27/11/2013 à 8:14 :
Il est certain qu'avec 21 M€ de retraite chapeau il doit considérer cela comme un échec retentissant....sans rire....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :