Mazda, un "petit" constructeur japonais qui veut survivre seul

 |   |  729  mots
La Mazda 3 est la nouvelle compacte du constructeur de Hiroshima
La Mazda 3 est la nouvelle compacte du constructeur de Hiroshima (Crédits : DR)
Design distinctif, technologies évoluées, réputation de fiabilité, multiplication des implantations industrielles hors du Japon, devraient permettre à Mazda de survivre seul. Le constructeur de Hiroshima affirme ne pas vouloir d'alliance. Pourtant, il produit 2,5 fois moins que PSA.

Mazda ? La marque, qui fut la plus diffusée des firmes automobiles japonaises en France dans les années 80-90, y est aujourd'hui un peu oubliée. Il est vrai que le label de Hiroshima ne devrait vendre que  6.500-7.000 voitures dans l'Hexagone cette année, ce qui est certes davantage qu'en 2012 mais moins que dans ses meilleures années (près de 20.000).

Plus d'1,3 million de voitures

Pourtant, après plusieurs années de difficultés consécutives notamment à son divorce avec Ford, qui fut longtemps son actionnaire dé référence, ce (petit) constructeur nippon revient sur le devant de la scène. Avec des produits originaux et sortant de l'ordinaire, ce qui est rare pour une marque japonaise !

La firme devrait  vendre plus d'1,32 million de véhicules cette année (exercice fiscal japonais du 1er avril 2013 au 31 mars 2014), en progression escomptée de 8% sur 2012. Les ventes en Europe (hors Russie) devraient bondit de 25% sur l'année 2013 (calendaire) autour de 150-155.000.

2,5 fois plus petit que PSA

Mazda est l'un des plus petits constructeurs généralistes mondiaux. Puisqu'il est 2,5 fois plus petit que PSA, par exemple. Pourtant, "nous ne cherchons pas d'alliance avec un autre constructeur. Il n'y a pas de projets dans ce sens à ce jour", explique dans le cadre du salon de Tokyo à latribune.fr Yuji Nakamine, Directeur des opérations internationales (sauf Amérique) du constructeur.

La nouvelle Mazda 6Mazda 6

"Mazda peut survivre seul. Nous visons 1,7 million de ventes en 2016", ce que la firme considère comme la bonne taille pour affronter ses rivaux. "Mais nous sommes ouverts à des coopérations, comme celle que nous avons avec Alfa Romeo".  Le constructeur  "développe sur une plate-forme Mazda un cabriolet qu'il produira à Hiroshima" pour le compte de la célèbre marque transalpine, au termes des accords signés début 2013 avec le groupe Fiat. Seuls "les moteurs et les carrosseries seront différents" entres les versions Alfa Romeo  et  Mazda. Les véhicules sortiront en 2015. Quelle consécration pour la firme nippone de fabriquer les décapotables Alfa de la "dolce vita"

Usine au Mexique début 2014

Avec un design distinctif, une ingénierie reconnue en particulier dans les diesels, une solide réputation de fiabilité des véhicules, Mazda développe les implantations industrielles à l'étranger.  "Nous démarrerons la production dans une nouvelle usine au Mexique début  2014", indique Yuji Nakamine. Ce site spécialisé dans les petits modèles  d'une capacité de "230.000 unités à terme" exportera "vers les Etats-Unis et l'Europe". Il  était temps, puisque la fin des accords avec Ford a fait  cesser sa production aux Etats-Unis mêmes.

Par ailleurs, Mazda partage toujours un gros site de pick-ups avec son ex-actionnaire américain en Thaïlande. Il a aussi des usines d'assemblage en Russie, Malaisie, au Vietnam. Et il devrait produire "200.000 véhicules cette année en Chine". Mais "il n'y a pas de plans pour fabriquer en Europe", où Mazda  avait naguère produit une éphémère petite 121 chez Ford en Espagne.

Le nouveau 4x4 compact CX-5MAZDA CX 5

Bénéfices après cinq ans

Le constructeur a nettement relevé fin octobre ses prévisions de résultats annuels pour l'année fiscale en cours, à la faveur de la dépréciation du yen et d'une progression de ses ventes aux Etats-Unis et en Europe. Pour l'exercice  allant du 1er avril 2013 au 31 mars 2014, le constructeur a élevé de 43% sa prévision de hausse de bénéfice net à 100 milliards de yens (780 millions d'euros au taux de change prévu par le groupe). Ce n'est pas beaucoup, mais il avait dégagé l'an dernier son premier profit net depuis... cinq ans.

Mazda a aussi augmenté d'un tiers sa prévision de bénéfice opérationnel à 160 milliards de yens, le triple de celui de l'exercice précédent, et ce, grâce notamment à son nouveau "SUV" (4X4 compact) CX-5 et sa berline de gamme moyenne supérieure Mazda 6 entièrement revue. Le constructeur vient de lancer par ailleurs une nouvelle berline compacte, la Mazda 3, commercialisée depuis début novembre en France. Une version hybride sera lancée au Japon. Sur le premier semestre fiscal (avril-septembre 2013), le constructeur affirme avoir accru de 9% ses ventes en Amérique du nord et de 14% celles en Europe. Son bénéfice net a plus que quadruplé à presque 25 milliards de yens (190 millions d'euros).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2013 à 19:46 :
Même commentaire que pour Jaguar il y a quelques jours. Mieux vaut une "petite" marque dynamique et finalement rentable qu'un mastodonte sclérosé. Pour ma part, ma Mazda à 6 ans, 85 000 km et vient de passer son second contrôle technique: zero défaut. Et les nouveaux modèles sont diablement séduisants, il y a peu de chance à, l'avenir, que je craque pour une Peugeot et aucune pour que j'achète Renault.
Réponse de le 29/11/2013 à 6:23 :
Vous changez les piles tous les combien ?
Réponse de le 29/11/2013 à 9:49 :
Les mêmes blagues depuis 40ans :)
Je n'en dirai pas plus :D
Réponse de le 29/11/2013 à 9:49 :
Ma vieille BX a 450000 kms, roule tous les jours et passe toujours au contrôle technique.
Malgré mes 77 ans, je n'ai pas à ma connaissance encore vu de véhicule aussi fiable, solide, confortable, agréable à conduire, et aussi économique que cette voiture.
J'ai la conviction que je ne serais plus de ce monde que ma BX roulera encore, peut-être ne passera t-elle plus le contrôle technique?.
a écrit le 28/11/2013 à 15:16 :
Comme quoi, il n'y a pas de formule magique! Un petit constructeur généraliste peut être rentable... comme PSA l'était au début des années 2000. Cependant, pourvu que ça dure, et surtout ne pas s'endormir sur ses lauriers.
a écrit le 28/11/2013 à 11:08 :
En voilà un bon partenaire pour PSA pour une alliance fructueuse. Une alliance pour "vivre" c'est mieux que "survivre seul". Pas de "projets d'alliance à ce jour", mais Tavares saura peut être les convaincre !
a écrit le 28/11/2013 à 9:47 :
de retour d'Amérique du Nord, j'ai pu vérifier que Mazda est bien présent Canada et USA compris, on en voit partout, si Mazda cherchait par hasard à s'implanter en France faisons lui savoir que l'usine PSA d'Aulnay est libre et qu'elle peut l'accueillir.
Réponse de le 28/11/2013 à 10:53 :
Je pense que cela est du domaine du réalisable Psa comme Renault pourraient etre amener à louer leurs châines de montages avec ou sans leurs salariés .
Réponse de le 28/11/2013 à 11:02 :
Pas très Réaliste de proposer Aulnay à Mazda !!! Faudrait qu'il soit FOU ! La réputation d'Aulnay est trop FUMEUSE ! Il retomberait VITE dans le ROUGE !!!
a écrit le 28/11/2013 à 8:52 :
Mazda est une tres bonne marque, mais il lui faudra forcement un partenaire pour ammorcerle virage de l'hybride/hydrgene/electrique car cela génere bien trop de frais pour un seul constructeur. En attendant c'est une bonne nouvelle que la marqque soit revenue positive.
Réponse de le 29/11/2013 à 2:49 :
Il y a longtemps que des RX-8 expérimentales mais réussies font tourner leur moteur Wenkel à l'hydrogène.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :