Jeep, le roi du 4x4, affiche des ventes record... mais pas en France

 |   |  801  mots
Le gros Jeep Grand Cherokee est le plus vendu de la célèbre marque de 4x4
Le gros Jeep Grand Cherokee est le plus vendu de la célèbre marque de 4x4
Le premier constructeur mondial de 4x4 a réalisé des volumes record l'an dernier. Il lancera, au printemps 2014, en Europe un modèle compact sur une plate-forme du groupe Fiat, puis, en fin d'année, un tout-terrain de poche fabriqué en Italie. En France, les ventes sont toutefois dérisoires, pour cause de malus

Heureusement que la France ne compte pas vraiment pour Jeep! Plombées par le super-malus prétendument écologique frappant les gros véhicules, les ventes du spécialiste américain du 4x4 ont chuté de 40% dans l'Hexagone l'an dernier à 2.317 unités à peine. Les mauvais scores hexagonaux n'ont pas empêché, toutefois, le pionnier du 4x4 civil d'afficher des ventes record en 2013.

Héritière du célèbre tout-terrain de la Seconde guerre mondiale, la marque a réalisé 731.565 ventes l'année dernière (+4 %). Son modèle le plus gros et le plus huppé, le Grand Cherokee, a été le plus vendu  (255 005 unités), suivi du très rustique Wrangler (210.715 unités) - aux marges très élevées -, lequel descend en droite ligne de la bonne à tout faire de l'armée américaine lors du débarquement de juin 1944.

Jeep WranglerJeep Wrangler

Un petit véhicule est prévu

Cette année, Jeep, qui appartient au groupe Chrysler lui-même contrôlé par l'italien Fiat, devrait encore faire mieux. Et ce, grâce à  l'arrivée d'un modèle relativement compact et beaucoup moins rustaud que le Wrangler, le Cherokee, dont les ventes ont démarré à la fin du mois d'octobre 2013 outre-Atlantique.

Doté de diesels d'origine Fiat (140 et 170 chevaux avec possibilité de boîte automatique à neuf rapports), ce modèle développé sur une base d'Alfa Romeo Giulietta arrivera en Europe en avril prochain. Le Cherokee est la première voiture à vocation mondiale de l'alliance Fiat-Chrysler. Ce véhicule de 4,62 mètres de long, produit à Toledo (Ohio), devrait aussi être fabriqué en Chine l'an prochain.

Nouveau Jeep CherokeeJeep Cherokee 2013

En octobre-novembre 2014, Jeep va frapper un grand coup avec, cette fois, un mini-4x4, connu sous le nom provisoire de "Baby Jeep". Celui-ci devrait être dévoilé au Mondial de l'auto à Paris début octobre. Ce mini-4x4 sera, lui, produit à Melfi, dans le sud de l'Italie. Développé sur une plate-forme de petits véhicules du groupe Fiat,  il sera exporté d'Italie, y compris vers les Etats-Unis.

Un demi-frère, baptisé Fiat 500X, devrait arriver dans la gamme du constructeur transalpin juste après, avec une commercialisation cette fois fin 2014-début 2015. La "Baby Jeep" - dont la marque américaine assure que ce sera un vrai 4x4 -  rentrera dans le segment de plus en plus populaire en Europe des "SUV" de poche.

Une histoire très complexe

Tout n'est pas rose toutefois, chez Jeep, premier constructeur mondial de 4x4. Tout d'abord, la firme reste traditionnellement beaucoup trop centrée sur le marché nord-américain, pour lequel ses véhicules sont prioritairement conçus. Les seuls Etats-Unis ont absorbé 490.454 Jeep l'an dernier. Soit 67% du total. La dépendance est trop forte. En outre, les différentes enquêtes auprès des consommateurs américains démontrent une satisfaction toujours mitigée. La qualité des produits du groupe Chrysler est depuis longtemps à la traîne par rapport aux Ford et aux véhicules de GM.

Jeep a une histoire compliquée, avec des hauts et des bas. Alors qu'elle semblait en deshérence, la marque a été relancée dans les années 80, avec le Cherokee de 1983, concocté sous la houlette des ingénieurs de... Renault. Car la firme au losange avait repris le groupe américain AMC (détenteur de Jeep à l'époque) à la fin des années 70. Las. L'ex-Régie s'est in fine piteusement retirée du marché américain en 1987, revendant alors AMC, dont Jeep, à Chrysler!

Jeep Cherokee (1985)Jeep Cherokee 1983

Fiat sauvé par Chrysler

Jeep a participé ensuite à l'alliance ratée entre Chrysler et l'américain Daimler (Mercedes). Puis, il a subi la quasi-banqueroute du groupe Chrysler en 2009, placé sous la sauvegarde de la loi américaine sur les faillites (Chapitre XI). Celui-ci a été sauvé ensuite, in extremis, par Fiat. Le turinois, qui détenait, fin 2013, 58,5% de la firme automobile d'Auburn Hills (Michigan), a annoncé début janvier qu'il allait racheter les 41,46% de parts qu'il ne possédait pas encore.

Un rachat auprès du  fonds d'assurance santé pour retraités du syndicat de l'automobile américain United Auto Workers (UAW). Ce fonds avait hérité d'actions Chrysler au moment du sauvetage du groupe par l'Etat fédéral américain. Sergio Marchionne, patron opérationnel de Fiat et Chrysler, souhaite une fusion prochaine des deux entreprises.

C'est désormais Chrysler, aiguillonné par le boom du marché américain, qui sauve d'ailleurs les résultats du groupe Fiat, malmené en Europe. Sur les neuf premiers mois de l'année dernière, le groupe italien a ainsi affiché dans son ensemble un bénéfice d'exploitation quasi-stable de 2,51 milliards d'euros. Le bénéfice net a légèrement baissé à 655 millons. Mais, sans Chrysler, Fiat affiche un tout petit profit d'exploitation à peine supérieur à 200 millions, ainsi qu'une... perte nette de 729 millions!

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2014 à 0:12 :
Le malus malus condamne les français aux petites voitures fabriquées en Europe de l'est ou du sud. Personne n'achètera une jeep avec 8000€ de malus.
a écrit le 08/01/2014 à 15:49 :
Il faut arrêter de croire que les américains se préoccupent de l'Europe, ils ont rien à faire de nous. A eux tous seuls ils sont 330 millions de consommateurs.
Il faut arrêter de se regarder le nombril ici chez nous. FIAT ne reviendra plus en Italie et cesse de parler italien. On n'achète plus de Jeep, et alors, la belle affaire.
On est des minus folkloriques pour eux.
J'ai de la famille là bas, et il faut arriver avec du champagne et pas avec nos bagnoles!
Même avec une Bugatti de mille CV, ils ont des mille CV aussi...et ils rigolent.
a écrit le 08/01/2014 à 15:12 :
C'est logique, la Jeep est un voiture chère donc elle ne peut pas se vendre bien en France dont le marché automobile ne comporte que des petite voitures made in France ! c'est logique!
a écrit le 08/01/2014 à 13:17 :
Pour vendre des voitures,n il faut disposer d'un réseau de distribution. C'est d'ailleurs ce qui sauve Renault et PSA.
pour Jeep et Chrysler, quand Fiat a pris le contrôle de Chrysler, les italiens n'ont rien trouvé de mieux que de résilier la totalité des concessionnaires Jeep pour réattribuer les plaques sur de nouvelles bases.
Résultat : les clients des concessions résiliés se sont détournés de Jeep et surtout il es ensuite plus difficile dans ses conditions de retrouver des concessionnaires fiable et faisant du bon travail car les gens sérieux ne veulent plus travailler avec Fiat/Jeep de peur de se faire résilier dans le futur ....
Réponse de le 08/01/2014 à 14:15 :
C'est vrai, vous avez raison.
Réponse de le 10/01/2014 à 11:10 :
bonjour je suis distributeur Jeep depuis 1992 le probleme et un manque de communication marketing les vehicules Jeep sont pas plus mangeur de petrole que d autres 4x4 de marques diverses commercialisee en france le reseau des anciens CJD sous mercesdes et chrysler france sont des passionnees de la marque Jeep
Réponse de le 05/02/2014 à 9:58 :
L'ancien réseau était sous la houlette de Mercedes, qui ne désirait pas continuer à commercialiser les produits de la concurrence.D' ou la creation d' un nouveau reseau de vente.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :