Carlos Ghosn veut croire, malgré tout, à un avenir radieux pour l'électrique

 |   |  319  mots
Nissan Leaf
Nissan Leaf (Crédits : DR)
Lors de la signature d'un accord pour livrer des Nissan Leaf électriques au Bhoutan, le double PDG de la firme nippone et de Renault a reconnu les retards dans le décollage du marché. Mais il espère que l'installation d'infrastructures permettra enfin aux voitures "zéro émission" de s'imposer.

L'Alliance Renault-Nissan a du mal à percer avec ses voitures électriques, le décollage tant espéré n'étant pas au rendez-vous. Heureusement, il y a un pays très intéressé. Ca, c'est la bonne nouvelle. La mauvaise, c'est qu'il est minuscule!  Le Bhoutan, petit pays himalayen, a signé en effet vendredi un accord avec Nissan portant sur l'achat de modèles électriques Leaf, afin d'équiper ses taxis et ses services publics, pour réduire ses importations de pétrole. Aucun chiffre de ventes n'a été donné.

Le Premier ministre du Bhoutan, Tshering Tobgay, a affirmé que son pays se tournerait vers des agences internationales pour obtenir des financements, chaque Nissan Leaf coûtant environ 29.300 dollars hors subventions.

Vitrine pour pays émergents

"Je perçois le Bhoutan comme une vitrine pour les économies émergentes qui voudraient emprunter ce chemin", a déclaré avec un brin d'emphase Carlos Ghosn, PDG de Nissan et Renault, qui avait fait le déplacement. "Je veux appuyer la volonté du Premier ministre d'y implanter les véhicules électriques", a-t-il insisté.

La monarchie constitutionnelle du Bhoutan dispose depuis 1979 d'un indicateur propre, celui du "bonheur national brut" (BNB) qu'elle utilise pour évaluer le bien-être de ses quelque 740.000 habitants... La protection de l'environnement est l'une des pierres angulaires de cet indice du BNB.

Objectifs reportés

"On avait fixé 1,5 millions d'unités vendues en cumulé pour Renault et Nissan d'ici 2016, on l'a repoussé à l'horizon 2020",  a indiqué Carlos Ghosn à l'AFP, ajoutant: "on admet tous que le développement des ventes est plus lent qu'on ne le pensait mais les chiffres continuent d'augmenter".

La Leaf a passé "les 100.000" et atteint un rythme de "pratiquement 60.000 par an". Du côté de Renault, "le volume de ventes des Zoé va augmenter en 2014". Tout est "très corrélé au développement des infrastructures, mais les concurrents arrivent, c'est un signe qui ne trompe pas", veut croire le double PDG..

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2014 à 23:41 :
Dans 2 ou 3 ans Tesla Motors ouvrira une usine géante de batteries dont le cout (à puissance égale) sera entre 30% et 50% moins cher que celui des batteries actuelles de la Leaf et de la Zoé. Ou bien les autres constructeurs baisseront aussi leurs prix, soit ils achèteront la technologie de Tesla. Dans tous les cas la voiture électrique va prendre le dessus sur la voiture au pétrole. La baisse de cout des batteries des VE bénéficiera aussi à l'énergie solaire: il deviendra possible de faire du stockage d'électricité à la maison pour un cout raisonnable avant 2020.
Réponse de le 27/02/2014 à 1:45 :
Pensez que des brochettes sur une Tesla seront bonnes pour la santé? Les batteries de Tesla n'ont rein de révolutionnaire, c'est la même techno que Renault et Nissan, la différences est dans la densité, d'ailleurs Tesla s'enflamme un peu trop vite et ne se révèle pas fiable du tout.
a écrit le 25/02/2014 à 9:35 :
Le principal défaut de l'électrique, c'est le coût de la location de la batterie. Avec 90€ par mois de gas-oil, un véhicule moyen et une conduite adaptée parcourt environ 1000Km. Largement de quoi satisfaire la majorité des automobilistes.
Réponse de le 25/02/2014 à 12:06 :
l’électrique de Renault est rentable par rapport à un diesel à partir de 20000km par ans. Avec un L à 1.4€
Réponse de le 25/02/2014 à 12:10 :
Je rajouterais qu'au contraire la location de la batterie n'apporte que des bénéfices!
-cout à l'achat beaucoup plus faible -garantie à vie -remplacement en cas de nouvelle technologie -dépannage gratuit etc...
a écrit le 24/02/2014 à 16:40 :
Quand on voit la foire d'empoigne actuellement pour garer sa voiture dans un parking de supermarché ,j'ai du mal à imaginer la queue aux bornes de recharge si d'aventure un jour le park de voitures électriques approchait les 10%....
Réponse de le 24/02/2014 à 19:42 :
Pourquoi, tu vas généralement faire tes courses à plus de 100 km de chez toi? C'est pas parce que tu as une voiture électrique qu'il faut ce charger à tout bout de champ. L'essentiel des charges ce fait à domicile.
Réponse de le 25/02/2014 à 9:24 :
@Poupou
...A domicile et la nuit.
a écrit le 24/02/2014 à 16:06 :
je jour ou on arretera d importer du petrole pour faire du diesel grand consommateur de petrole brut. on sera moins dependant en attendant que l electrique se generalise
a écrit le 24/02/2014 à 15:04 :
En France, il y aurait environ 38 200 000 voitures, admettons que la moitié du parc soit remplacé par des véhicules électriques, comment produirions nous l'énergie suffisante pour les alimenter ?
Déjà qu'ils ne veulent pas installer des panneaux solaires (performants) sur tous les toits de manière à se passer en partie d'EDF...
Réponse de le 24/02/2014 à 15:23 :
personne ne pense que 50% du parc va passer à l'électrique mais 10% c'est largement envisageable.
Réponse de le 24/02/2014 à 19:45 :
De plus la recharge d'un VE se fait la nuit, quand le réseau électrique est le moins sollicité.
Réponse de le 24/02/2014 à 20:35 :
38 millions de voitures x 12000 km / an x 0.25 Kwh / km = 110 TWH
Production annuel France : 550 TWH environ, pour un facteur de charge de 50% (=notre capacité dimensionnée pour les pics de production est utilisé à 50% de ses capacités)
Le tout électrique nécessiterait soit :
1. d'économiser 20% sur le reste, ce qui est largement faisable
2. d'augmenter le facteur de charge de nos installation de 50% à 60% : les recharges de voiture se font la nuit qui sont justement les période de plus faible consommation
3. d'augmenter nos capacités de production
Je pense que les solutions 1 et 2 sont à privilégier.
Pour 10% du parc, on a besoin de 11TWH, la solution 2 est largement suffisante, mais tout le monde ne pourra pas recharger son véhicule en même temps à 17h en hiver quand il fait -20° dehors.
Et les solutions permettant de "stocker" l'électricité seront d'une grande aide.
Réponse de le 24/02/2014 à 21:46 :
Vous voyez qu'il faut poser les bonnes questions pour obtenir de bonnes réponses.
Réponse de le 26/02/2014 à 23:48 :
Attendez que l'état (et EDF) impose les compteurs "intelligents" pour limiter le gaspillage nucléaire en heure creuse ou plutôt adapter la production à la consommation alors le coût du kilowatt-heure va rapidement enterrer la voiture électrique.
a écrit le 24/02/2014 à 15:02 :
Pour l'instant le marché des véhicules électriques est essentiellement constitué des communautés locales et de quelques bobos parisiens. Cela dit il y a une vraie volonté politique d'imposer l'électrique à moyen terme : la limitation récente des vitesses sur le périphérique parisien (70), et celles envisagées sur autoroute (110) et sur national (80), sont là pour réduire la différence de performance entre les moteurs traditionnels et électriques dans le but de rendre ces derniers plus compétitifs.
Réponse de le 24/02/2014 à 15:10 :
Il est clair qu'à 110 sur autorOute, à 70 sur les nationale, 10 à 30 jms dans les moindre village et villes...
la France perd entre 20% et 50% de compétitivité pour TOUS les métiers de la route : commerciaux, dirigeants qui se déplacent, techniciens de maintenance, installateurs d'équipements, taxi, médecins, transporteurs, livreurs, etc ... bref 30 % de la population active perd entre 20% et 50% de compétitivité ...

alors le très grossier et absurde pack compétitivité, quelle rigolade ! o)
a écrit le 24/02/2014 à 14:57 :
Proprietaire d'un Kangoo ZE depuis 2 ans et1/2 : 40 000 km / 7400 kWh.
Je divise ma facture carburant par 7 (charge en heures creuses) ce qui eponge largement la location de batteries, sans compter que certains parkings proposent la charge gratuite. De plus la vraie economie se fait sur l'entretien : pas d'echappement, pas de refroidissement, pas de boite de vitesse, utilisation des freins limitee, conduite intrinsequement plus cool.
Ma seule attente : enfin des batteries qui permettent 200 km d'autonomie.
Réponse de le 24/02/2014 à 16:29 :
@steph Et ce jour là viendra, à mon humble avis à échéance assez proche et là, jackpot pour RENAULT.
a écrit le 24/02/2014 à 13:54 :
Mais pourquoi les électriques et Hybrides sont elles si affreuses ? qui peut avoir envie d'acheter une Nissan avec un arrière aussi laid...tout le monde ne peut pas s'acheter une Tesla ou un Bmw ie....encore un effet collatéral des comex où les grands managers pensent tout savoir...ben nan. laissez vos designers prendre des risques et en plus dispensez vous de l'avis des utilisateurs...toutes les voitures se ressemblent, quant à la couleur ...gris blanc noir...au secours!!!
Réponse de le 24/02/2014 à 14:51 :
Trouvez-vous la Bmw i3 esthétique ? Pour ma part, je préfère de loin la Nissan Leaf. Voyez vous, tous les goûts sont dans la nature donc le fait que vous englobiez tout le monde dans votre analyse vous décrédibilise.
Réponse de le 24/02/2014 à 15:24 :
Et moi j'ai une zoé que je trouve magnifique sans doute selon moi la plus belle de toutes :-)
a écrit le 24/02/2014 à 13:12 :
Question, ils la produisent comment l'électricité au Bhoutan ?

Sinon, le coup des infrastructure c'est une blague, surtout si elles sont payés par la collectivité.
Ce qui fera le sucés de la voiture électrique c'est l'augmentation des prix du pétrole. Pour la plus part des gens l'autonomie est largement suffisante a condition de pouvoir recharger chez eux.

Carlos a loupé la transition qui passait par l'hybride, hybride rechargeable et électrique a prolongation d'autonomie, solutions les plus intelligentes aujourd’hui"hui et encore pour quelques années...
Réponse de le 24/02/2014 à 15:25 :
Au Bhoutan c'est de l'hydroélectricité
a écrit le 24/02/2014 à 12:18 :
Mais, que n'annonce t'il pas une gamme hybride (dont le présent est radieux), et des véhicules électriques dotés d'un prolongateur thermique, à l'image de la BMW i30, qui a de bonnes chances d'être le premier vrai succès dans cette technologie.
Actuellement, la technologie tout électrique ne permet pas de produire une automobile au plein sens du terme. Quand donc, cette réalité sera t'elle reconnue.
Réponse de le 24/02/2014 à 20:37 :
Vous avez vu son prix et son autonomie en électrique ?
a écrit le 24/02/2014 à 12:00 :
a regarder cette Nissan Leaf, l'on doit bien faire le constat qu'il est difficile de proposer une voiture d'une plus grande laideur. Quel mauvais gout.
Réponse de le 24/02/2014 à 14:54 :
Qui êtes vous pour qualifier quelque chose d'une grande laideur ? Ce genre de commentaire me fait bien rire.
a écrit le 24/02/2014 à 11:57 :
Il faudrait demander à Ghosn ce qu'il pense des accumulations sur les 4 derniers exercices de profits records par VW Group, BMW Group, et Toyota

au regard des résultats pitoyables en pertes de Renault
Réponse de le 24/02/2014 à 16:32 :
@certitudes Oui mais c'est...derrière vous ami Trollwagen, faites une photo, derrière...!!!
Réponse de le 24/02/2014 à 21:43 :
Oui godrev, les pertes de Renault elles perdurent derrière depuis 8 ans, et elles persisteront encore devant pour 10 ans si Renault ne disparait pas entre temps, ce qui est une hypothèse.
a écrit le 24/02/2014 à 11:44 :
Il a raison d'y croire. Il n'y a qu'a voir la reussite insolente de Tesla pour s'en convaincre. Le seul pb est que nous sommes dans une societe du court terme ou une decade parait etre un siècle.
Réponse de le 24/02/2014 à 15:40 :
Le modèle économique de Tesla n'a rien à voir avec celui de Renault. Tesla est sur un marché de niche, Renault sur un marché de masse. La seule possibilité de l'électrique pour percer sur le marché de Mr. Tout le monde est de disposer d'un réseau de recharge disponible partout et/ou de pouvoir recharger sur sa prise standard (en espérant que le réseau électrique tienne la charge...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :