Thierry Peugeot débarqué du conseil de surveillance de PSA pour son opposition à Dongfeng

 |   |  288  mots
Thierry Peugeot, 58 ans, fait les frais de son opposition au rapprochement avec le Chinois Dongfeng
Thierry Peugeot, 58 ans, fait les frais de son opposition au rapprochement avec le Chinois Dongfeng (Crédits : reuters.com)
La famille Peugeot a décidé de ne plus être représentée par Thierry Peugeot au conseil de surveillance de PSA en raison de son opposition à la stratégie d'alliance avec le chinois Dongfeng, monté au capital du groupe automobile français.

Divergences stratégiques en famille. Thierry Peugeot, 58 ans, fait les frais de son opposition au rapprochement avec le Chinois Dongfeng. L'ancien président du conseil de surveillance de PSA sera remplacé par sa soeur Marie-Hélène Roncoroni, qui reprendra également la vice-présidence qu'il occupait.

Le conseil de surveillance a par ailleurs annoncé que Frédéric Banzet sera proposé pour remplacer Jean-Philippe Peugeot comme censeur.

"On ne peut pas avaler ce discours sans réagir"

"C'est la conséquence des prises de position de Thierry Peugeot contre la stratégie adoptée, alors qu'elle a été validée par l'ensemble des actionnaires. Au-delà des questions de personne, l'important, c'est que les trois branches de la famille restent représentées", a déclaré à Reuters une source proche de la famille.

Il regrettait notamment que la participation de la famille soit "passée à 14%, au même niveau que les deux autres actionnaires", Dongfeng et l'Etat. "Je veux bien entendre ceux qui disent que l'on ne se désengage pas. Mais, lorsqu'on est premier actionnaire depuis deux cents ans, on ne peut pas avaler ce discours sans réagir" ajoutait-il.

Une participation identique entre l'Etat/Dongfeng et PSA

L'entrée de Dongfeng et de l'Etat au capital de PSA est intervenue fin avril au terme de deux augmentations de capital, pour un montant cumulé de plus d'un milliard d'euros. Les deux partenaires sont devenus des actionnaires clés du groupe à hauteur de 14,1%, participation identique à celle, diluée, de la famille Peugeot. Le constructeur a achevé le 21 mai son renflouement massif en bouclant une seconde augmentation de capital de 1,953 milliard d'euros auprès du public.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2014 à 21:16 :
Merci à la famille Peugeot d' avoir osée un jour qui dur depuis 200 ans ! Et ça va continuer respect M' Thierry
a écrit le 04/07/2014 à 17:15 :
Ce super Grand monsieur est un levier de croissance pour ce superbe pays qu'est la France avec son passe riche, PSA et la famille peugeot ont grandement contribué à faire rayonner la France et son industrie dans le monde entier. Bravo à PSA qui va remonter la pente.
a écrit le 04/07/2014 à 16:43 :
Ce qui est en cause, c'est le manque de vision stratégique. On peut faire des affaires en chine, sinon personne n'irait. Si peugeot est dans cette situation, c'est à cause du management stratégique : ouverture à l'international tardif, manque de capitalisation sur leur savoir faire, savoir innover et mettre en application les brevets, travailler la qualité (moteur hdi 1.6 ont été de vraies calamités en terme de fiabilité), faire du stylistique en oubliant les fondamentaux du marketing (regardez la gueule infame des 3008/308/407 de première génération, pas de calandre pourtant c'est une partie identitaire du produit), etc etc bon la coupe est pleine...peugeot ne pouvait qu'aller au casse pipe
Réponse de le 04/07/2014 à 19:00 :
Corso nous a habitué a rabâcher des contre vérités, VW n'a jamais été en déconfiture, VW Group continue d'engranger des profits énormes 10 à 12 milliards d'euro par an et dipspose de 20 milliards d'euro de trésorerie CASH après avoir racheté Porsche, Man, Scania, Lamborghini, Benthley, Ital Design, Karmann, et Ducati auxquels il faut ajouter la prise de participation à hauteur de 19,9 % de Suzuki ..
De surcroit, VW PROSCHE AUDI distribuent depuis plus de 3 exercices 7 500 à 8 600 euro à leurs salariés, et construisent de nouvelles usines en Allemagne pour acroître les capacités de production tant leurs usines historiques sont saturées ...
pendant ce temps Renault et PSA ferment des capacités, pleurent les aides de l'Etat
a écrit le 04/07/2014 à 16:37 :
On ne plaindra pas ce changement de personne. La famille Peugeot a trop longtemps fait preuve d'une rigidité toute protestante, certaine d'avoir raison car adossée aux stratégies supposées géniales des gouvernement successifs. On sait ce qu'il en est, ces derniers naviguaient à courte vue et même souvent sans vue. Un certain Fabius porte pour sa responsabilité en son temps une lourde charge dans cet aveuglement. Toutefois l'on ne peut se satisfaire de ces manipulations stratégiques qui voient l'Etat s'emparer des commandes d'une entreprise sans raison. Il est souhaitable que la nouvelle génération des Peugeot revienne prochainement à la tête de l'entreprise, chinois ou pas. On constatera tout autant que lorsque les magouilles stratégiques allemandes fondent avec les actionnaires de Porsche la reprise de VW en déconfiture, c'est la famille que les allemands choisissent de placer à la tête. Chacun son métier.
a écrit le 04/07/2014 à 14:52 :
C'est faux, dans l'itw dans le Echos, T. Peuget dit l'inverse , il est pour l'entrée de Dondfeng mais a la question " Vous avez le sentiment que la famille
se désengage ?"
T. peugeot : Regardez les faits. Avant l’augmentation de capital, la famille avait encore 25 % du capital et 38 % des droits de vote. Notre participation est passée à 14 %, au même niveau que les deux autres actionnaires
a écrit le 04/07/2014 à 11:59 :
je vous rappelle que le problème vient à la base de générale motor (les américains) qui a retirer peugeot du marché Iranien qui représentait 25% de sa production en rentrant dans son capital, mais bon pas un mot dans l'article.
A long terme peugeot va se faire piller en Chine c'est impressionnant faire des études pour ne pas comprendre cela !!!! sure du long terme aucunes entreprises ne gagnent de l'argent en Chine
Réponse de le 04/07/2014 à 12:39 :
< je > vous signale que vous dites une annerie, General Motors est entrer au capital de Psa aprés que celui-ci exangue ait demander de l' aide, le cours du titre ayant flancher de 95 %.. non rentable.
A la suite de l' entrée de GM au capital ( à 7.80 de tête ), afin de respecter ce que bnp n' a pas fait, il fallait se retirer des pays sous embargo Us.. il me semble que ceci a été approuver par le Peugeot en question..
Si Psa peut revenir en iran ce sera donc gräce aux méchant chinois.. votre commentaire est donc disqualifié de fait. pas facile d' être français..
Réponse de le 04/07/2014 à 15:10 :
Etes-vous sur que Peugeot avait le choix de contester l'ambargo américain en Iran?
a écrit le 04/07/2014 à 10:02 :
L'ogre chinois croque Peugeot !.... sauce tomate c'est fait .... voitures maintenant !! vive les 35H !!!!!!!!!!!!!!! Merci Martine !!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 04/07/2014 à 10:50 :
Si la stratégie de la famille Peugeot avait été efficace, la société n'aurait pas eu besoin de faire appel à des capitaux extérieurs.
On peut dire merci Martine, Francois, Nicolas ...Ce n'est pas du baratin, les faits sont cruels mais bien là !
Réponse de le 04/07/2014 à 10:55 :
Quel rapport, sérieux vous êtes lourds à faire toujours référence à la politique.
Réponse de le 04/07/2014 à 12:34 :
Si la stratégie des Peugeot ( de lui ) avait été la bonne, peugeot gagnerait de l' oseille et n' aurait pas friser le dépôt de bilan.. Que psa ait 14 % de capitaux chinois, 50 % ou 100 % ne change pas plus que si c' était des capitaux indien, américain, ou breton.. quantités de salariés en france travaille pour des boites à capitaux étranger, une grande quantité de la dette française est achetée par des capitaux étranger ( dont chinois ), c' est rigolo 2 secondes le nationalisme mais c' est lassant.. enfin si vous ètes si fort vous avez le droit de monter une opa sur psa ou acheter leurs mazout qui puent en solidarité..
a écrit le 04/07/2014 à 9:57 :
en fait c'est lui qui a raison,car il a fini par s' apercevoir que les socialistes et leur enarques n'ont eu de cesse que de demarcher pour plumer une famille capitaliste francaise,d'ou le montage avec le chinois et l'etat,et la mise en place d'un des leurs Gallois (72 an!!!!) a la tete du conseil.
Réponse de le 04/07/2014 à 11:51 :
tout à fait... les autres membres de la famille finiront aussi par s'en rendre compte. cette affaire n'est pas seulement économique elle est aussi politique et même géopolitique.
Réponse de le 04/07/2014 à 12:43 :
il y en a combien des mal comprenant ici ?
privatiser les bénéfices et collectiviser les pertes c' est çà le credo du peugeot et des intervenants commentateurs ineptes ?
Ce n' est pas l' état ou les chinois qui ont dépecer peugeot ni appeler à l' aide mais au cas ou vous auriez manquer une partie du film, le contraire..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :