"2017 sera déterminant pour l'avenir du diesel en Europe", Hadi Zablit (BCG)

Hadi Zablit, directeur associé au Boston Consulting Group, fait un bilan positif du marché automobile européen en 2016. Il estime que de nombreuses incertitudes pèsent néanmoins sur la poursuite de la dynamique en 2017. Cette année pourrait être, selon lui, une année structurante pour l'avenir du diesel en Europe.
Le marché a été tiré par la dynamique des marchés italiens, espagnols et français, mais également par le fait que le Royaume-Uni a mieux tenu le coup que prévu.
Le marché a été tiré par la dynamique des marchés italiens, espagnols et français, mais également par le fait que le Royaume-Uni a mieux tenu le coup que prévu. (Crédits : BCG)

LA TRIBUNE - Quel bilan tirez vous de l'année 2016 du marché automobile européen ?

HADI ZABLIT - La dynamique du marché a encore été soutenue par une conjoncture particulièrement favorable. Les grands indicateurs macroéconomiques ont été meilleurs que prévus, et les taux d'intérêts étaient très faibles. Il y a aussi le fait que les entreprises ont des bilans plus positifs, ce qui leur a permis de maintenir des politiques de flottes assez offensives. Certains marchés ont également été plus dynamiques que d'autres, c'était le cas de l'Italie et l'Espagne avec des hausses de 16% et de 11%, mais également de la France et de l'Allemagne avec 6% et 5%. Le Royaume-Uni n'a pas reculé, comme on a pu le craindre, soutenu par les flottes.

Est-ce que toutes les marques ont pu profiter de cette dynamique, ou constate-t-on des disparités ?

La dynamique des flottes société est favorable aux marques premiums, l'année 2016 n'a pas échappé à cette règle. Ces marques ont d'ailleurs profité des taux d'intérêts faibles leur permettant de concevoir des offres de financement particulièrement compétitives. D'autres marques ont, elles, bénéficié de leur offensive produit cumulée avec leur performance commerciale. C'est particulièrement le cas de Renault qui est devenu le deuxième groupe automobile en Europe.

Vous attendez-vous à une poursuite à cette dynamique en 2017 ?

La dynamique restera positive en 2017 mais son intensité dépendra notamment des incertitudes macro-économiques et politiques. La macroéconomie sera notamment dépendante des décisions de politiques monétaires. Parmi les autres inconnues qui impacteront la conjoncture macroéconomique pour l'année 2017, il y a toujours l'inconnue Brexit, mais également l'arrivée de Donald Trump à la présidence américaine, les élections présidentielles en France, et législatives en Allemagne, et bien sûr, le cours du pétrole. Le rythme de croissance du marché automobile pourrait également s'essouffler avec la fin de l'effet de rattrapage qui a jusqu'ici bien soutenu le marché depuis la crise.

Si les taux d'intérêts remontent, pensez-vous que cela peut gripper le marché ?

Les constructeurs automobiles ont pas mal assainis leur assiette de coûts et leur capacité de production et la situation est plutôt saine. Cela va leur permettre de rester dynamiques sur les offres commerciales et de financement. Ils pourraient compenser la hausse des taux pour soutenir le marché, même s'ils risquent d'impacter leur taux de marge.

Les constructeurs seraient prêts à sacrifier leurs marges pour continuer à faire du volume ?

Ils ont une bonne marge de manœuvre et misent sur l'innovation et l'offre produit. Ils ont accéléré leur cycle d'innovation, et facturent davantage avec des équipements innovants comme la connectivité, les assistants à la conduite ainsi que des offres produits attractives tels que les SUVs. Ils le font d'autant plus facilement que les offres de financement permettent de diluer le surcoût de ces équipements dans le temps. D'ailleurs, on le voit, le prix de vente moyen d'une voiture a augmenté en 2016, et c'est en grande partie grâce à cette mensualisation de l'achat.

Cela fait plusieurs années que le marché est tiré par les flottes d'entreprises, cela va continuer d'après vous ?

Le particulier ne reviendra pas. Pas tout de suite en tout cas. Les statistiques montrent que l'âge moyen d'achat d'une voiture particulière ne cesse d'augmenter. D'un coté, les jeunes sont de moins en moins attirés par la voiture. De l'autre, les acheteurs particuliers se rabattent sur le marché de la voiture d'occasion qui est lui-même nourri par les flottes. La voiture d'occasion a gagné en réputation grâce à des voitures réputées plus fiables. Enfin, les politiques publiques ne cessent de faire la promotion des transports en commun ou des mobilités alternatives. La tendance est là : sur les trois plus importants marchés européens, Allemagne, France, Royaume-Uni, ce sont effectivement les flottes qui ont fait l'essentiel du marché. Cette tendance est structurante. Si bien, que les marques devront s'interroger sur les canaux de distribution. Le concessionnaire traditionnel n'est pas le meilleur moyen de s'adresser à des gérants de parcs. Autre point à noter, les constructeurs vont de plus en plus s'intéresser aux produits destinés aux flottes. Le segment A risque ainsi d'être négligé au profit des segments supérieurs.

L'année 2017 pourrait être particulièrement structurante d'après vous ?

L'année 2017 sera l'année du diesel et de l'électrique, c'est-à-dire qu'elle sera déterminante. Si la baisse du diesel se poursuit au même rythme que ces deux dernières années, cela aura de fortes répercussions sur les capacités industrielles des constructeurs et leur plans futurs. On ne sait pas à quel point le rééquilibrage de la production sera facile à calibrer et à anticiper. Ce qui est en jeu ce sont des logiques d'approvisionnements de stocks en pièces différentes entre les moteurs diesels et essence. Si un constructeur rate son anticipation, il risque de se retrouver avec des stocks invendus de l'un, et une rupture d'approvisionnement de l'autre, grippant toute la chaîne de production. Cela pourrait coûter très cher aux constructeurs automobiles. Pour l'électrique, nous nous attendons à ce que les offres à 300 à 400km en autonomie aident à accélérer le marché.

Vous pensez que le diesel vit ses dernières heures en Europe ?

Jusqu'à présent, le diesel a bénéficié partiellement d'achats irrationnels avec des offres largement subventionnées, notamment par des dispositifs publics directs et indirects. Or, les gouvernements ont décidé de réduire ces subventions et de réglementer davantage la dépollution. A moyen terme, le coût de la dépollution va devenir trop élevé. Il faut s'attendre à ce que le diesel sorte du segment B comme il est sorti du segment A. Il sera encore rentable pour des modèles destinés à de gros rouleurs, ou des modèles réputés lourds comme les SUV. Ce phénomène pourrait bien commencer en 2017...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 20/01/2017 à 21:45
Signaler
@bruno_bd Ben voyons, continuons à se voiler la face pour continuer à polluer impunément afin d'économiser quelques centimes! Déplorable, ouvrez les yeux! Et quand j'entends des réactions du genre "on nous a poussé à acheter du diesel en nous disa...

à écrit le 02/01/2017 à 23:50
Signaler
on cherchait un prétexte pour faire cracher au bassinet les utilisateurs de gazole autant que ceux d'essence qui il faut dire commençaient à se faire rares. on l'a trouvé en exhumant le vieux rapport (plus de 20 ans) de l'OMS, d'après des données qui...

à écrit le 02/01/2017 à 20:43
Signaler
Comment ne rien dire ou, en tout cas, rien que nous ne sachions déjà, de façon adroite ...

à écrit le 02/01/2017 à 19:49
Signaler
@BONSOIR A TOUS : Donc en toute logique il faut aussi supprimer : les avions nous avons déjà le ZEPPELIN la navigation fluviale et de haute mer pas de panique avec le retour des voiliers bateaux magnifiques ! supprimer les camions remplac...

à écrit le 02/01/2017 à 17:39
Signaler
encourager la politique diesel des flottes de vehicule parceque les constructeurs francais sont"bons" sur le diesel et craignent la concurrence etrangere sur l'essence est tres nocive un diesel meme neuf meme de petite cylindree polue quand il v...

à écrit le 02/01/2017 à 16:18
Signaler
Et TOTAL qu'est ce qu'il en pense de tout ça ?

le 02/01/2017 à 18:38
Signaler
Tout comme Engie il investit dans les énergies renouvelables (Sunpower etc) le stockage, les batteries, y compris pour le réseau, les bâtiment en plus des véhicules afin de faire la jonction recharge etc Ces groupes font leur transition comme la plup...

à écrit le 02/01/2017 à 15:12
Signaler
EXCUSEZ l'orthographe :volte-face...ronds-points...

à écrit le 02/01/2017 à 14:58
Signaler
C'est dingue de rouler encore au diesel ou à l'essence dans des véhicules encore lourds dont rendement est lamentable et qui est en plus très polluant même avec filtre alors que l'on a plein d'aides pour l'électrique beaucoup plus efficient qui décol...

le 02/01/2017 à 16:11
Signaler
C'est encore plus dingue de rouler dans des voitures dont l’énergie est produite à partir du nucléaire, produisant des déchets que l'on ne sait pas quoi faire, et qui pour le coup ont (déchets nucléaires) une durée de vie bien supérieur a celle de h...

le 02/01/2017 à 18:35
Signaler
@ Dudul : Mareva a entièrement raison, les fossiles sous forme combustible sont une erreur totale des 150 dernières années alors qu'il a fallu quelques 250 millions d'années dans au moins 4 conditions spécifique pour former du pétrole. Bonjour la gab...

à écrit le 02/01/2017 à 13:48
Signaler
Ce qui agaçant ce sont les voltes-face des autorités :prime au filtre à particules diesel(moins de CO2),puis les constructeurs programment des down sizing pour réduire les consommations d'essence; oui mais ils rejettent aussi des particules,d'...

à écrit le 02/01/2017 à 13:32
Signaler
Les constructeurs français n'ont pas su anticiper l'arrivée inéluctable du 4x4 qui devrait arriver rapidement à 50% des volumes, c'est le résultat des limitations de vitesse aberrantes qui nous arrivent sans arrêt, portions d'autoroutes à 90 kmh, vil...

à écrit le 02/01/2017 à 12:16
Signaler
Le diesel vit ses dernières années tout comme les véhicules thermiques essence. L'avenir est à l'électrique c'est assez simple à comprendre au regard des avancées technologiques et de l'efficience maximale de l'électrique qui bat largement toutes ses...

le 02/01/2017 à 23:01
Signaler
Tant que l'autonomie de l'électrique n'atteindra pas les 800km avec une charge complète en une dizaine de mn l'électrique restera cantonné à l'urbain. La bonne solution actuellement c'est le bioethanol E85. Paradoxalement il n'y a que très peu de mod...

à écrit le 02/01/2017 à 11:58
Signaler
"Jusqu'à présent, le diesel a bénéficié partiellement d'achats irrationnels avec des offres largement subventionnées, notamment par des dispositifs publics directs et indirects" : la vérité finit toujours par sortir du puits. Et on a bien déconné av...

à écrit le 02/01/2017 à 11:45
Signaler
Avenir impossible de revendre le diesel? conclusion les amener à leur belle fin vers 400000 km. L'après, d'ici là il y aura un peu plus de clarté surtout pour l'élec qui devra avoir une autonomie bien plus importante qu'actuellement avec attention u...

à écrit le 02/01/2017 à 10:24
Signaler
Il est certain que l'avenir du diésel est le sujet qui préoccupe le plus les Français en 2017. Comme par le passé, SUPER !!

à écrit le 02/01/2017 à 10:20
Signaler
"Le particulier ne reviendra pas." Merci pour cette vérité que l'on constate sur nos routes, il y a de moins en moins de voitures neuves et c'est pas avec la baisse des salaires que cela devrait s'améliorer c'est un fait. Donc à chaque fois q...

à écrit le 02/01/2017 à 10:08
Signaler
Quelle belle arnaque cette histoire de COP21 et de l'interdiction des diesels. Il faut savoir que depuis 2003, tous les diesels sont équipés de filtre à particules...Et surtout ils oublient de dire que les navires commerciaux (et militaires) et autre...

le 02/01/2017 à 12:26
Signaler
@ Jakepote : Tout ce que vous dîtes est faux. Les filtres à particules sont polluants au delà de la sortie du pot d'une part du fait que les MP 2,5 vont profondément au fond des poumons contrairement au MP 10 et qu'il y a par ailleurs transformation ...

le 02/01/2017 à 16:35
Signaler
@Autotech Les foyers ouvert ....mort de rire...c'est vrai qu'a Paris 99% des appartements ont une cheminée a foyer ouvert !!! la semaine dernière pic de pollution a Paris avec un tiers des véhicules qui roulaient !!! mais c'est a cause des feux de...

le 02/01/2017 à 18:19
Signaler
@Autotech Vu votre prose et la technicité évoquée, vous devez travailler pour le gouverneMENT. Car voyez vous nous n'avons pas du tout les mêmes données. Puisque fatalement les véritables informations iraient à l'encontre du système. Qu'est ce qu'on...

le 02/01/2017 à 19:18
Signaler
EXAT/ LES PARISIENS RESPIRENT LA POLLUTION ALLEMANDE ET AUCUN MEDIAS LE DENONCE???

à écrit le 02/01/2017 à 9:10
Signaler
c'est beau la lachete chez les polititiens en guerre contre diesel mais rien sur le fioul lourd des navires et autre avion ou des central des hlm qui pollue beaucoup plus ont il des pourcentages pour ne rien dire et arrondir leur budjet via l'ev...

le 02/01/2017 à 12:30
Signaler
Pour les navires il y a entre autres la convention Marpol et idem des directives pour les avions afin de réduire leur pollution. Les avancées technologiques sont d'ailleurs régulières donc le secteur n'est en rien oublié.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.