BMW relance sa gamme électrique face à une concurrence très agressive

 |   |  532  mots
L'i3 a récemment doublé son autonomie mais sera également renouvelée à l'occasion du salon de Francfort.
L'i3 a récemment doublé son autonomie mais sera également renouvelée à l'occasion du salon de Francfort.
Le groupe a présenté une nouvelle stratégie produit dans la voiture électrifiée qui doit doter la marque de 25 modèles (dont 12 cent pour cent électriques) d'ici à 2025. BMW avait été pionnier dans les voitures électriques avec son i3 mais a tardé à réagir face à la montée en puissance de Tesla mais également face aux ambitions de Mercedes et Audi.

BMW revient dans la course à l'électrique ! Harald Kruger, PDG du groupe automobile allemand, a divulgué jeudi, un très ambitieux plan produit autour de la voiture électrique. D'ici 2025, BMW commercialisera 25 voitures dites électrifiées dont 12 seront 100% électriques. Ces derniers disposeront d'une autonomie de 700 km, tandis que les hybrides rechargeables seront dotés d'une autonomie de 100 km.

BMW veut maintenir son leadership dans le domaine de la voiture électrique premium, domaine dans lequel il a été pionnier en lançant dès 2013 son i3, là où ses principaux concurrents s'en défiaient.

Le virage de la concurrence

Mais depuis l'i3 en 2013, BMW n'a lancé aucun nouveau modèle et n'a pas anticipé le changement de braquet du marché au lendemain du scandale Volkswagen et de l'avènement de Tesla. En deux ans à peine, Mercedes et Audi ont opéré un virage à 180 degrés en présentant des programmes électriques extrêmement ambitieux. Au salon de Paris de septembre 2016, le groupe Daimler a levé le voile sur le concept car EQ censé préfiguré la gamme de voitures électriques qu'il compte lancer entre 2020 et 2025. 10 voitures en tout ! De son côté, Audi a présenté un concept car au salon de Francfort 2015 autour d'un puissant SUV doté d'une importante autonomie (500km au moins).

Pour BMW, la voiture électrique a donc changé de dimension puisqu'elle est devenue stratégique chez tous les constructeurs, y compris chez Toyota qui avait jusqu'ici fait l'impasse sur cette technologie. BMW pourrait avoir laissé passer quelques trains alors qu'il avait été le premier à se présenter sur le quai. Ainsi, Tesla a d'ores et déjà préempté le domaine de la voiture électrique premium grâce à sa gamme puissante et innovante. BMW veut donc reconquérir sa légitimité dans ce domaine.

L'autonomie, principal enjeu des marques premium

Le doublement de l'autonomie de l'i3 (300km en norme NEDC) mais également son renouvellement doit permettre à la marque de reprendre l'initiative. A Francfort, le groupe présentera également une première étude d'une Mini (sa filiale britannique) 100% électrique en vue d'une commercialisation en 2019. Un autre concept car cinq portes signé BMW devrait également permettre de prendre la mesure des réelles ambitions du leader mondial du premium, dans cette technologie. Car c'est bien sur la question de l'autonomie que BMW devra se montrer ambitieux s'il veut rivaliser avec les autres marques premium notamment Tesla qui a lancé une Model S P100D avec 600 km d'autonomie. Ainsi, l'objectif de 700 km d'autonomie annoncé par Harald Krüger parait comme un véritable challenge technologique.

Mais BMW ne veut pas faire de la voiture 100% électrique l'alpha et l'oméga de sa stratégie. La marque allemande veut également être beaucoup plus offensive sur toute la partie hybride rechargeable, une technologie qui remporte davantage les suffrages des clients qui apprécient sa polyvalence et s'affranchissent de la contrainte de l'autonomie limitée.

Le plan électrique de BMW va coïncider avec ceux de ses concurrents directs. Mais le leader mondial de la voiture premium veut croire qu'il bénéficiera d'une légitimité grâce à son i3. À condition que la Model 3 de Tesla dont la commercialisation est imminente ne lui fasse pas de l'ombre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2017 à 17:36 :
1ere voiture électrique en 1930 conçue par Ford pour les femmes. Il faut savoir que 90% des batteries des voitures électriques seront fabriquées et Chine. Il faut aussi savoir qu’un véhicule électrique n’émet pas de CO2 à l’usage, mais mobilise plus d’énergie primaire. Ce véhicule produit toujours des particules fines à cause de l’abrasion des pneus et des plaquettes de frein. Consommation d’électricité. Si nous prenons comme hypothèse, un parcourt moyen de, 15 000 km (9 300 miles) par an, pour une consommation d’électricité de 0,2 kWh par kilomètre parcouru, chaque année, cette voiture électrique consommera donc 3 000 kW. À comparer à un climatiseur de 2500 W qui fonctionne 8 h par jour pendant 6 mois, il consommera lui, entre 1000 et 1 600 kW par an, cela sera 1 000 kW pour un four cuisinière, et 1 500 kW pour un chauffe-eau , il va donc falloir produire cette électricité, lire l'article de @bernard jomard assez bien documenté:
http://bernard-jomard.com/2017/10/29/voitures-electriques-electrochocs-a-venir/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :