Comment l'industrie automobile tente de désamorcer la bombe Trump

Un à un, les grands groupes automobiles mondiaux donnent des gages à Donald Trump pour relocaliser ou maintenir leur production aux Etats-Unis. De Ford à Toyota, en passant par Fiat et Volkswagen... le futur président américain est parvenu à mettre au pas une industrie pourtant puissante et influente. Celle-ci tente surtout d'anticiper des décisions qui pourraient être dévastatrices pour elle...
Nabil Bourassi

6 mn

Les tweets de Donald Trump ont valeur d'avertissement pour les constructeurs automobiles qui craignent que celui-ci les empêche de commercer librement avec le reste du monde.
Les tweets de Donald Trump ont valeur d'avertissement pour les constructeurs automobiles qui craignent que celui-ci les empêche de commercer librement avec le reste du monde. (Crédits : Reuters)

10 milliards de dollars ! L'investissement annoncé par Toyota ne manquera pas de conforter la future administration Trump. Celle-ci a engagé, depuis l'annonce de sa victoire à l'élection présidentielle, une redoutable campagne médiatique contre les groupes qui produisent en dehors du territoire américain.

"Fabriquer au Mexique? Pas question !"

Donald Trump, qui ne sera président qu'à partir du 20 janvier prochain, n'a reculé devant aucune outrance verbale pour menacer les constructeurs de représailles s'ils persistaient à sous-traiter une partie de leur production, notamment au Mexique. Le revirement de Toyota est une victoire puisque c'est un groupe non-américain qui a décidé de courber l'échine devant la déferlante Donald Trump.

La semaine dernière, le milliardaire américain avait ainsi tweeté : "Toyota Motor dit qu'il va construire une nouvelle usine à Baja au Mexique, pour fabriquer des Corolla pour le marché américain. PAS QUESTION ! Fabriquez une usine aux Etats-Unis ou payez d'importantes taxes douanières."

Jusqu'ici, ce sont surtout des groupes américains qui se sont soumis aux tweets injonctifs du prochain président américain. Ford avait ainsi renoncé à son usine mexicaine de 1,6 milliard de dollars. General Motors est également dans le collimateur puisqu'il a également eu droit à un tweet ponctué par cette même sentence : "Fabriquez une usine aux Etats-Unis ou payez d'importantes taxes douanières."

Les groupes allemands se justifient

Les groupes allemands, eux, sont sur la défensive. Lundi 9 janvier, alors que s'ouvrait le salon automobile de Détroit, ils ont dû se confondre en justifications pour rappeler l'impact vertueux de leur présence sur le sol américain. Matthias Wissman, le président de VDA qui représente l'industrie automobile allemande, a ainsi déclaré que les groupes allemands ont "quadruplé leur production aux Etats-Unis entre 2009 et 2016, de 214.500 unités à 850.000". Pour appuyer sa démonstration, il a chiffré à 110.000 le nombre d'emplois créés aux Etats-Unis.

Sergio Marchionne, patron du groupe italo-américain Fiat Chrysler Automobile (FCA) s'est également rangé du côté de la nouvelle ligne Trump. Le groupe a ainsi décidé de rapatrier la production de pick-up jusqu'ici affectée au Mexique. Cette opération devrait créer 2.000 emplois côté américain. Sergio Marchionne a voulu brossé le milliardaire américain dans le sens du poil en qualifiant "d'irresponsable" tout nouvel investissement au Mexique. Il a même envisagé qu'il était "tout à fait possible" de fermer une usine au Mexique, "si les conditions économiques imposées par l'administration américaine sont telles qu'une production au Mexique n'a plus de sens économique".

Chez Volkswagen, on promet d'étendre les capacités de son site de Chattanooga en y ajoutant ses futures voitures électriques.

Même Carlos Ghosn, en tant que patron de Nissan, a tenté d'anticiper un éventuel tweet dévastateur de l'imprévisible Donald Trump : "Ce que nous entendons jusqu'ici de l'administration Trump, c'est « l'Amérique d'abord, des emplois aux Etats-Unis ». Ce que vous entendez de notre part, c'est « pas de risques liés aux changes », ce qui veut dire construire aux Etats-Unis ce que nous vendons aux Etats-Unis."

Sauver le libre-échange

Pour Donald Trump, c'est une véritable victoire idéologique. Celui qui n'est toujours pas président de la première économie du monde est parvenu à mettre au pas une industrie reconnue pour la puissance de son lobbying au seul moyen de ses tweets. Sa menace ? Elever des barrières douanières avec le Mexique, dénoncer les accords de libre-échange (Alena, Traité transpacifique, Tafta...), voire se retirer de l'OMC qualifié de "véritable catastrophe" dans un de ses célèbres tweets.

Pour les constructeurs automobiles, il faut priver Donald Trump d'arguments s'ils veulent éviter un tel recul dans le libre-échange, historiquement promu par les Etats-Unis-mêmes. Le VDA a ainsi rappelé que, si l'industrie allemande est un gros pourvoyeur d'emplois aux Etats-Unis, c'est aussi grâce au libre-échange :

"Plus de la moitié des emplois que les constructeurs allemands ont créé aux Etats-Unis dépendent des exportations", a indiqué Matthias Wissmann. "Nous espérons que le nouveau président sera ouvert à cette politique de libre-échange dans l'intérêt de sa base industrielle", a-t-il ajouté.

Le Mexique: 44 pays sans droits de douane

Et pour cause, rompre avec le Mexique serait une véritable catastrophe pour l'industrie automobile américaine. Pas seulement parce que ce pays permet d'importer des voitures moins chères, ce qui permet de lui confier la production des petits véhicules les plus concurrentiels et les moins rentables. Pas seulement non plus parce que cela permet d'importer des pièces détachées moins chères pour approvisionner les sites industriels américains. C'est aussi parce que le Mexique, fort de ses nombreux accords de libre-échange, permet d'exporter vers 44 pays sans aucun droit de douane. S'installer dans ce pays d'Amérique Latine est donc un véritable gage de compétitivité pour les groupes automobiles. Cette position doit être préservée à tout prix. Avec ces annonces, les constructeurs espèrent donc amadouer Donald Trump pour vider de sa substance l'argument selon lequel le Mexique détruit des emplois aux Etats-Unis.

     Lire aussi: L'industrie auto mexicaine rêve d'un grand marché domestique

Cet argument est d'autant plus faux que jamais les Etats-Unis n'avaient autant produit de voitures sur leur territoire national. Si le pays a fermé des dizaines d'usines après la crise, la plupart d'entre elles ont été réouvertes, et fabriquent 12 millions de voitures par an (contre 10 millions avant la crise). Si Donald Trump mettait en œuvre sa politique protectionniste, tout le paysage industriel automobile américain serait chamboulé. Il faudrait réorienter la part de la production destinée à l'export au marché national. Elle devra également revoir sa chaîne d'approvisionnement puisque acheter au Mexique des pièces détachées reviendrait trop cher.

Pour Xavier Mosquet, l'arrivée de Donald Trump à la présidence américaine pourrait être une rupture dans la tradition industrielle des Etats-Unis. Aux questions sur le libre-échange, "il faut ajouter les incertitudes sur les relations avec la Chine, mais également sur les réglementations sur les système anti-pollution", explique l'analyste, directeur associé au Boston Consulting Group. "L'arrivée de Donald Trump pourrait signifier la fin d'une période où l'interventionnisme étatique était de moins en moins la règle. C'est assez nouveau. (...) Le niveau d'incertitudes a nettement augmenté", explique à La Tribune celui qui avait fait partie de la task force de Barack Obama pour restructurer l'industrie automobile.

Un secteur qui coûte cher à l'économie américaine

La stratégie des constructeurs ne pourrait toutefois pas suffire à convaincre car même si la production automobile américaine atteint des niveaux record, que les constructeurs nationaux enregistrent des bénéfices record également, elle reste un énorme foyer de déficit commercial pour l'économie américaine. Entre janvier et novembre 2016, l'automobile a grevé la balance commerciale de 200 milliards de dollars de perte...

Nabil Bourassi

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 25/05/2017 à 19:16
Signaler
Voici une solution d'avenir réaliste pour l'industrie auto : https://youtu.be/ppNidV4ScSA

à écrit le 12/01/2017 à 10:34
Signaler
Avant de réagir à un commentaire qui fait référence à une information identifiée et consultable sur la webradio webtv indépendante AWI, il n'est sans doute pas inutile de prendre connaissance de cette dernière dans son intégralité. A bon entende...

à écrit le 11/01/2017 à 22:35
Signaler
Je n'y crois pas une seule seconde

à écrit le 11/01/2017 à 16:13
Signaler
Dans l'une de ses dernières chronique intitulée : "REGARD SUR LA MOBILITE DU FUTUR GRACE A L’ARRIVEE PROCHAINE DU « TRANSPORTER XXI », la webradio webtv indépendante AWI dresse le portrait de l'automobile de demain. L'occasion de s'interroger sur l...

le 12/01/2017 à 7:30
Signaler
Je crois que vous avez zappé une étape : Trump ne se positionne pas en constructeur d'automobile , mais en ...constructeur d'emplois !

à écrit le 11/01/2017 à 15:49
Signaler
Le revirement des Fabricants d'automobiles vient d'un deal passé avec le futur President Américain : relocalisation de la production aux États Unis contre baisse drastique des impôts (50 % pour l'impôt sur les Sociétés) ce qui donne quand même à réfl...

à écrit le 11/01/2017 à 13:59
Signaler
Point besoin de mafia pour écarter le Donald les Républicains savent très bien faire. Pour le reste pour les effets d'annonce du Donald n'empêchent pas de dormir grand monde. Vu que sur le fond tout le monde s'en moque. Pour ce qui est d'Eltsin...

à écrit le 11/01/2017 à 13:54
Signaler
L'automobile étant un grand pourvoyeur de travail, un emploi direct pour quatre emplois indirects une usine employant en moyenne 4000 salariés plus les fournisseurs, il me semble que Mr Trump a raison de vouloir avec ce secteur relocaliser du travail...

le 11/01/2017 à 20:30
Signaler
@Marcel: sans compter que l'on oublie de comptabiliser les coûts indirects, à asavoir par exemple que les travailleurs turcs ou chinois ne paient pas d'impôts, ni ne participent aux dépenses sociales, en France. Si on prenait tout en compte, on verra...

le 13/01/2017 à 11:23
Signaler
Certes, en admettant qu'il soit possible de taxer lourdement les produits fabriqués à l'étranger (voir les accords commerciaux signés avant quand même ...) et donc de forcer la main aux industriels qui relocaliseraient en France. Reste un petit détai...

à écrit le 11/01/2017 à 8:53
Signaler
Hé oui il n'aura pas fallu longtemps à Trump pour mettre au pas l'oligarchie, comme quoi les politiciens ont donc bel et bien des moyens d'actions afin de contraindre les puissants de ce monde, c'est juste qu'ils ne les utilisent pas, ils préfèrent u...

le 11/01/2017 à 9:47
Signaler
je demande à voir. La vision Trumpienne est très nini et à long terme ça ne marche pas. Trup est entrain d'enfermer les USA sur elle même et ça signifie qu'il va couler le pays, rien d'autre. Des économies fermées il en existe mais ça ne donne ri...

le 11/01/2017 à 10:18
Signaler
Il n'a rien mis au pas du tout. Etant l'un des pires représentants de l'oligarchie il faudrait qu'il commençât par se mettre au pas lui-même. De toutes façons il y a tout à parier qu'il sera destitué très vite par sa propre majorité républicaine. Il...

le 11/01/2017 à 10:32
Signaler
Trump c'est l'homme de la phynance qu'il veut complètement déréguler (en faisant sauter les garde-fous mis en place par Obama pour tenter de conjurer le retour d'une crise comparable à celle de 2007-2008) et de la spéculation immobilière, un oligarqu...

le 11/01/2017 à 10:37
Signaler
Vous prenez vos désirs pour la réalité. Le premier véritable geste de M.Trump a été de nommé de vieux loups wall-street, des financiers pour ensuite placer son gendre. Une véritable ploutocratie se met en place, c'est à dire la prise du pouvoir par...

le 11/01/2017 à 11:00
Signaler
"La vision Trumpienne est très nini et à long terme ça ne marche pas." Elle ne change pas de la vision économique néolibérale ce qu'ont défendu tous les présidents américains jusqu'à présent, les leurs ne marchaient pas, la sienne on va attendre ...

le 11/01/2017 à 14:32
Signaler
Entierement d'accord avec votre analyse. La perte de volonté politique avec une vision a donné ce resultat. Desindustrialisation de la France à vitesse grand V avec perte de valeur ajoutée dans le pays sans compensation (les starts up quelques emploi...

le 11/01/2017 à 17:13
Signaler
@jeanluc : la désindustrialisation de la France a une cause unique, la perte de compétitivité (et non un marché trop ouvert, ce qui serait reconnaître que la France ne PEUT plus être concurrentielle) ; nombre de pays d'Europe, à commencer par l'Allem...

le 11/01/2017 à 17:15
Signaler
à Jean-Luc: Moi aussi je le pense de plus en plus, si Trump n'arrive pas à remettre un peu d'ordre au sein de l'oligarchie ce sont les vrais populistes qui finiront par prendre le pouvoir et là nous serons tous perdants et nous n'aurons même pas le t...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.