Le patron de Volkswagen démissionne

 |   |  574  mots
Martin Winterkorn devait théoriquement être prolongé de deux ans à son poste vendredi, jusqu'à fin 2018.
Martin Winterkorn devait théoriquement être prolongé de deux ans à son poste vendredi, jusqu'à fin 2018. (Crédits : © Wolfgang Rattay / Reuters)
Annonçant sa démission mercredi, Martin Winterkorn assure ne s'être rendu coupable "d'aucun manquement" mais dit "prendre la responsabilité" du scandale sur les moteurs diesel dans lequel est embourbé Volkswagen.

Il n'aura pas résisté longtemps au scandale sur les moteurs diesel qui touche de plein fouet Volkswagen depuis vendredi. Martin Winterkorn, patron du géant automobile allemand, a annoncé mercredi 23 septembre sa démission.

Il a affirmé ne s'être rendu coupable "d'aucun manquement", mais dit "prendre la responsabilité" du scandale.En présentant sa démission aux cinq membres d'un comité restreint du conseil de surveillance, réuni mercredi en urgence au siège de Volkswagen à Wolfsburg, il a dit vouloir permettre à Volkswagen "un nouveau départ", selon un communiqué du groupe.

Une éviction annoncée

S'exprimant devant la presse à Wolfsburg, le président du conseil de surveillance Bertold Huber a lui aussi évoqué la nécessité pour le groupe de prendre "un nouveau départ crédible". Il a néanmoins affirmé que Martin Winterkorn "'n'avait connaissance d'aucune des manipulations" visant à fausser les résultats de tests antipollution.

Aux manettes depuis 2007,  Martin Winterkorn était sorti victorieux au printemps dernier d'un duel avec le patriarche du groupe Ferdinand Piëch, et avait assis sa main mise sur le groupe. Il devait théoriquement être prolongé de deux ans à son poste vendredi, jusqu'à fin 2018.

Dès mardi,  le journal allemand Tagesspiegel  avait rapporté qu'il serait poussé à la porte vendredi par le conseil de surveillance. En citant des sources non identifiées proches de l'organe de contrôle, le journal expliquait que Martin Winterkorn n'avait plus la confiance du conseil de surveillance, expliquait le quotidien berlinois.

Le patron de Porsche comme successeur?

Le comité restreint du conseil de surveillance, dit presidium, instance toute puissante au sein de l'organe de contrôle, a par ailleurs déclaré dans un communiqué séparé que "d"autres changements dans la direction" seraient annoncés dans les prochains jours, et qu'une réunion du conseil dans son ensemble prendrait une décision sur un successeur à Martin Winterkorn vendredi 25 septembre. Le nom du patron de Porsche Matthias Müller a circulé cette semaine pour prendre ce poste de patron le mieux payé d'Allemagne.

Le présidium a aussi décidé mercredi de porter plainte auprès du parquet de Brunswick. Celui-ci avait annoncé déjà dans la journée l'ouverture d'une enquête préliminaire, suite au dépôt d'autres plaintes.

Aux Etats-Unis, où la fraude a été découverte, Volkswagen s'est par ailleurs adjoint les services du cabinet d'avocats qui a défendu BP dans l'affaire de la marée noire de 2010, révèle l'AFP, qui affirmé avoir appris l'information mercredi auprès du constructeur. Il s'agit du cabinet Kirkland & Ellis. Outre-Atlantique, le géant allemand est visé par deux enquêtes pénales ainsi que par une plainte en action collective. Il risque aussi de subir une amende de 18 milliards de dollars de l'agence de protection de l'environnement américaine qui a révélé la tricherie vendredi dernier.

L'action Volkswagen remonte un peu

A Francfort, mercredi soir, l'action Volkswagen était en tête du Dax, rebondissant de 4,86% à 111,15 euros, mais affichait toujours plus de 30% de pertes par rapport à son cours de clôture de vendredi soir.

Entraînée par Volkswagen, la Bourse de Francfort terminait en hausse. L'indice Dax des trente valeurs vedettes a pris 0,44% à 9.612,62 points. Les autres constructeurs auto, très malmenés ces derniers jours, profitaient notamment par ricochet du retour en grâce de leur pair: l'action Daimler a pris 0,26% à 66,42 euros et BMW s'est apprécié de 0,59% à 79,79 euros.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2015 à 8:53 :
Peu surpris, en tant qu'ancien technicien de maintenance on s'est retrouvés souvent avec du matériel Allemand la qualité etait rarement au rendez-vous et sous calibrée d'ou des prix moins élevés.
C'est un pays ou la triche reste la norme pour vendre à tout prix.
a écrit le 24/09/2015 à 8:36 :
comparaison l'allemagne soutient son industrie auto et autre
la France coule ses dernieres industrie Alstom prive pour son industrie charbon
donc se sont bien les dirigeant politique qui detruise le pays
de son principale atout ecconomique
a nous de detruire tout ces politicard en exercise depuis plus de 40ans
a écrit le 24/09/2015 à 8:23 :
la mondialisation c'est de renflouer par tout les moyens
les caisses des usa
y compris la lachete de nos dirigeants face a cette ecconomie a un seul sens
a écrit le 24/09/2015 à 6:06 :
pensez vous que tous les produits allemands sont de si bonne qualité. La tricherie est la même, on se sert d'une image bien installée et super markétée pour vendre des produits chinois estampillés allemands par une manip européenne bien rodée (assemblage final). le "Deutch Kalitat" est un slogan mais je vous assure que beaucoup de produits français notamment leur sont bien supérieurs.
a écrit le 24/09/2015 à 5:55 :
Moi ce que je regarde c est qu ils nous ont gazzzeerrr !!
Combien de mort ?
a écrit le 24/09/2015 à 0:18 :
On sait désormais comment les entreprises allemandes font pour être aussi performantes... Il serait temps aussi pour nous autres français d'apprendre à tricher !
a écrit le 23/09/2015 à 23:00 :
Le fusible saute, mais c'est à l'actionnaire de payer, amendes, dommages et intérêts plus indemnités pour préjudice moral pour chaque client. Et oui on ne gagne pas à tout les coups, il faut accepter de perdre et de payer. En espérant qu'une armée d'avocats s’engouffrent dans la brèche.
En préjudice moral, je propose l'équivalent du préjudice de Bernard Tapie pour chaque client, 45 millions d'euros par client.
a écrit le 23/09/2015 à 19:12 :
Où est M. Verdoye ?
Réponse de le 24/09/2015 à 7:52 :
je me posais la même question...

A priori, face au scandale, écrire une ode à VW accompagné d'un pamphlet contre les autres constructeurs (français en particulier) relevé tout de même de l'impossible !

Pourtant j'aimerais bien lire sa prose sur le sujet ! ça compléterait bien la matinale de rire et chansons...
Réponse de le 24/09/2015 à 9:33 :
AGV n'est plus à la Tribune mais c'est nettement mieux ainsi car son successeur M. Nabil Bourassi connait infiniment mieux son sujet (vous allez me dire " par rapport à AGV c'est pas bien dur ...") mais c'est vrai et de plus M. Bourassi est impartial .. lui ! AGV sévit dans un autre journal mais je ne lui ferai pas de pub
a écrit le 23/09/2015 à 19:10 :
Cette entreprise qui voulait écraser le reste du monde... Le mammouth va s'écrouler,
Je souhaite que les constructeurs qui ont investis en r&d pour passer les normes antipollution vont se tailler la part du gâteau....m
a écrit le 23/09/2015 à 18:31 :
"coupable d'aucun manquement" c'est tout de même difficile à avaler ... dans ce cas pourquoi donc sa démission ?

C'est comme nos chers politiques " responsable mais pas coupable " !
Réponse de le 23/09/2015 à 19:45 :
C'est pas lui l'ingénieur qui écrit les programmes et impossible qu'il soit au courant de tous les détails, surtout si ceux ci sont cachés. Logique non ?
Réponse de le 24/09/2015 à 13:02 :
à Réponse de @pmxr: Pour moi il y deux possibilités:
1- Il savait et donc c'est un fraudeur.
2- il ne savait pas et dans ce cas c'est un incompétent.
Comme j'ai du mal à croire qu'il soit incompétent je penche pour la première.
a écrit le 23/09/2015 à 18:00 :
Et après Volkswagen, c'est Total qui se trouve maintenant dans le collimateur des USA. Les patrons de Hollande n'ont pas apprécié les démarches du fleuron français en Russie ni en Iran, paraît-il, et ils on trouvé un moyen de punir notre géant national.

Selon la Federal Energy Regulatory Commission (Ferc), l'autorité américaine de régulation de l'énergie, Total a procédé à des transactions sur le marché physique du gaz naturel, je cite, "destinées à faire évoluer des prix de marché indexés dans un sens qui profite aux positions afférentes de la société". Total nie en bloc.

Bien sûr que les inconditionnels défenseurs du socialisme vont tenter de relativiser l'affaire, comme ils l'ont fait pour BNP/Paribas, mais le procès est déjà en marche et cela peut coûter cher, très cher.

Il n'est pas donc étonnant que le scandale de VW ait préoccupé la presse internationale. Les principaux titres allemands, français, italiens, autrichiens et britanniques analysent la situation, conscients du fait que cette histoire ternit l'image non seulement de l'Allemagne ou de la France mais aussi celle de l'Europe toute entière. Pensez-y.
Réponse de le 23/09/2015 à 23:19 :
Oui les USA ont une justice puissante qui s'exerce aussi bien sur des groupes nationaux qu'étrangers. Dans le monde, seule l'UE dispose d'une telle puissance, mais elle est trop divisée ou pas assez courageuse pour s'imposer.
Par contre il est faux de dire que la justice américaine ne cible que les groupes étrangers. Un chiffre: les banques US ont payé 60 milliards de dollars depuis la crise des subprimes, soit bien plus que le 5 milliards de l'amende de BNP...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :