Volkswagen : Winterkorn va-t-il toucher plus de 28 millions d'euros ?

 |   |  235  mots
Martin Winterkorn (ici en mars 2010) avait affirmé lors de l'annonce de sa démission, mercredi 23 septembre, ne s'être rendu coupable d'aucun manquement, mais dit prendre la responsabilité du scandale.
Martin Winterkorn (ici en mars 2010) avait affirmé lors de l'annonce de sa démission, mercredi 23 septembre, ne s'être rendu coupable "d'aucun manquement", mais dit "prendre la responsabilité" du scandale. (Crédits : REUTERS/Morris Mac Matze)
Martin Winterkorn, qui a démissionné de son poste de PDG mercredi, pourrait percevoir des millions de dollars d'indemnités s'il n'est pas reconnu responsable du scandale de fraude qui touche Volkswagen, en plus d'une retraite chapeau dépassant les 28 millions d'euros.

Si Volkswagen pourrait devoir payer une amende de 18 milliards d'euros, suite au scandale de fraude aux moteurs diesel, le groupe pourrait aussi se montrer généreux avec son ancien patron. D'après Bloomberg, qui base ses estimations sur le rapport annuel du constructeur automobile allemand, Martin Winterkorn pourrait toucher au minimum 28,6 millions d'euros à la fin de l'année. Cela correspond au montant de la pension que ce dernier a accumulé depuis 2007 - année où il a pris les commandes de Volkswagen.

Et ce n'est pas tout. Ce dernier est susceptible de toucher en sus des millions de dollars d'indemnités, qui équivalent à "deux ans de rémunérations", selon le média économique rappelant que sa rémunération grimpait à 16,6 millions d'euros en 2014.

Winterkorn affirme ne s'être rendu coupable "d'aucun manquement"

Principale condition pour que l'ex-patron touche ce pactole: il ne doit pas être considéré responsable du scandale par le conseil de surveillance qui se réunit vendredi.

Ce qui semble bien parti puisque le comité exécutif du conseil de surveillance expliquait dans un communiqué, mercredi, qu'il n'était pas au courant "de la manipulation des données d'émissions", tout en le remerciant de "son immense contribution" pour le groupe.

Martin Winterkorn avait lui-même affirmé lors de l'annonce de sa démission, mercredi 23 septembre, ne s'être rendu coupable "d'aucun manquement", mais dit "prendre la responsabilité" du scandale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2015 à 12:33 :
Responsable mais pas coupable voilà un beau principe parfois très rémunérateur!
a écrit le 24/09/2015 à 12:12 :
La presse et médias français se donnent à coeur joie au "Volkswagen bashing", c'est tout à fait normal, c'est notre vocation et sport national depuis toujours. Cependant, vous êtes tous quand-même naïfs ! Comment pouvez-vous croire, ne serait-ce qu'une seule seconde, que seul Volkswagen est concerné ! Ils se sont fait prendre parce qu'ils ont été contrôlés par des raisons politiques (le département d'État US se heurte à ce moment à l'opposition de l'Allemagne au déploiement de missiles ICBM en Europe), je suis intimement persuadé que s'ils font des contrôles sur d'autres marques – notamment les nôtres ! – ils obtiendront les mêmes résultats.
Preuve en est il n'y a aucun commentaires des autres constructeurs, ils ont bien trop peur de se faire prendre la main dans le sac ! Que PSA et Citroën fassent gaffe, on en reparlera.
Réponse de le 24/09/2015 à 12:53 :
les calculateurs sont quasi normalisés dans l'automobile en Europe, les
logiciels de programmation idem ,la suite vat être européenne qui vat nous plomber definitivement, il est facile d'étalonnage un capteur en imposant un point 0 qui correspond à -10% en realite,donc des données de -10%

Réponse de le 24/09/2015 à 21:43 :
L'intégrateur final est responsable devant le client du produit qu'il vend. VW est responsable de ce que contient le calculateur dont le logiciel est d'ailleurs spécifique à chaque moteur et doit être approuvé par le constructeur du véhicule qui l'intègre. Même si les autres constructeurs ne sont sans doute pas blanc bleu, cela n'enlève rien à la responsabilité de VW.
a écrit le 24/09/2015 à 11:05 :
C est comme Sarkozy qui chez nous n etait pas au courant d avoir explose le plafond des depenses pour la campagne presidentielle, Lagarde qui n etait au courant de rien pour l arbitrage de Tapie ou Mitterrand qui n etait pas au courant pour le raindow warrior (c est sur que c est les plongeurs qui avaient decide de leur propre initiative de faire sauter le bateau)
Réponse de le 24/09/2015 à 11:49 :
On pourrait également citer la hiérarchie de la société générale qui, bien entendu, n'était pas au courant des agissements de J Kerviel.
En cherchant un peu on pourrait en trouver des exemples.
a écrit le 24/09/2015 à 11:03 :
Et oui, comme quoi d'une époque à l'autre les valeurs changent.
Actuellement, on encense la médiocrité, la fraude, la veulerie et la lâcheté.

Et on prétend apprendre à nos enfants, la morale et l'éducation civique !

MDR
Réponse de le 24/09/2015 à 17:16 :
Le 18ème siècle était celui des lumières le 21ème sera celui de la médiocrité , de la régression morale et culturelle.
a écrit le 24/09/2015 à 9:56 :
Super dans la haute hiérarchie, ils sont jamais au courant - de rien - Alors quel est le ploug chez VW qui sans rien dire aux responsables a juger bon de gruger des états et tous les clients, quand je pense au cirque que l'on nous tient sur la pollution c'est risible et dramatique. A quoi joue les politiciens européens ??
Réponse de le 24/09/2015 à 10:39 :
et oui. c est risibles tous ça et la planète😤

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :