Immobilier : les promoteurs reprennent des couleurs

 |  | 522 mots
Copyright Reuters
En 2010, les ventes de nombre des logements neufs devraient progresser de 8,5% selon la fédération des Promoteurs immobiliers.

La promotion immobilière a tourné la page de la crise. Alors qu?en 2008, les promoteurs avaient connu une annus horribilis, avec seulement 75.000 ventes, celles-ci sont remontées à 106.000 en 2009 et devraient avoisiner les 115.000 en 2010. Mais ce redressement est surtout lié au dispositif Scellier de défiscalisation et seulement dans une faible mesure à l?accession à la propriété, qui n?a pas réellement redémarré. Ce redressement se fait en outre au prix d?une nouvelle augmentation des prix du logement neuf (+6,8% à 4.082 euros/mètre carré en moyenne sur les neufs premiers mois ? 3.858 euros en province, 4.490 euros à Paris).

 

En outre, à ce niveau de 115.000 ventes, la profession est très loin de satisfaire les besoins de logements neufs en France, alors que la population française a cru de près de 6,2 millions d?habitants en vingt ans (7,4 millions en incluant l?outre-mer). Les mises en chantier de logements, tous types confondus (maisons individuelles, logements privés, logements sociaux), devraient tomber cette année à 330.000 alors que le gouvernement avait fixé en 2007 la barre souhaitable à 500.000 et que la crise du logement est de plus en plus prégnante dans notre pays.
Or les promoteurs immobiliers sont de plus en plus pris entre le marteau et l?enclume.

D?un côté, ils ont relancé la machine, revu totalement leur offre pour pouvoir déposer des permis de construire des bâtiments basse consommation (BBC) et jouer le jeu du Grenelle de l?environnement. A tel point que 90% des permis de construire déposés sont désormais BBC, se félicite Marc Pigeon, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

Mais de l?autre, leur action est de plus en plus bridée. Au point qu?ils ont le sentiment de ne plus rien maîtriser : les fouilles archéologiques, légitimes, retardent les travaux. Les architectes décident de l?architecture. Les municipalités décident des terrains et même de la taille des logements, en préconisant de construire des logements familiaux alors que la taille des ménages a tendance à se réduire (étant passée de 2,57 personnes à 2,30 personnes entre 1990 et 2007).

"bon dieu, donnez-nous des terrains !"

Les délais d?instruction des permis de construire atteignent en moyenne 7,5 mois alors que la loi dispose qu?ils ne dépassent pas normalement 3 mois. Les recours contre les permis de construire se multiplient, parfois pour des raisons illégitimes, parfois pour des raisons légitimes, les promoteurs construisant de plus en plus en zone urbaine.

Reste à savoir si à travers ce durcissement des règlementations en tous genres, la promotion immobilière ne paye pas des années de dérive où la profession a privilégié les particuliers qui bénéficient des systèmes d?incitation à l?investissement locatif au lieu de chercher à répondre avant tout aux besoins des accédants à la propriété. Marc Pigeon répond, entre autres, en substance : "bon dieu, donnez-nous des terrains !" En ajoutant qu?il espère qu?à la prochaine fois que l?Etat promettra une simplification du code de l?urbanisme, celui-ci n?augmentera pas? de quatre-vingt pages.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :