Bouygues choisi pour le futur Pentagone français

 |   |  374  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : ecpad)
C'est à Bouygues que l'Etat a décidé de confier le chantier du futur ministère de la Défense près du métro Balard à Paris.

La construction du futur "Pentagone à la française" sera signée Bouygues, a annoncé ce jeudi dans un communiqué le ministère de la Défense. L'Etat a ainsi préféré le projet de Bouygues et le groupement qu'il conduit : Thales pour l'informatique, Sodexo pour les services, Dalkia pour l'énergie ainsi que FIDEPPP - réunissant les Caisses d'épargne et Natixis- et SEIEF comme investisseurs financiers.

Ce projet était en concurrence avec Vinci et Eiffage. Les candidats avaient remis leur offre finale le 11 janvier dernier. Pour expliquer son choix, le ministère dirigé par Alain Juppé précise que "le projet retenu réunit les avantages de l'offre financière la plus basse, d'une bonne adéquation fonctionnelle et technique, et la meilleure qualité architecturale".

Le futur ministère de la Défense, situé près du métro Balard, dans le XVème arrondissement de Paris, doit être livré en septembre pour une mise en service en 2015. Les travaux de construction doivent démarrer l'année prochaine. "Le chantier, qui mobilisera jusqu'à 2.500 ingénieurs, techniciens, agents de maîtrise et ouvriers, débutera en janvier 2012 pour s'achever, pour l'essentiel, en juin 2014", précise le ministère. L'ensemble des états-majors et une quinzaine de services du ministère, soit près de 10.000 personnes seront regroupés sur ce site conçu par les architectes Nicolas Michelin et Jean-Michel Wilmotte.

Un loyer de 125 à 130 millions d'euros

Selon le Figaro, Bouygues touchera chaque année un loyer compris entre 125 et 130 millions d'euros payé par l'Etat pendant la durée de ce partenariat-public privé, soit 27 ans.  La construction du site de Balard va permettre au ministère de la Défense de vendre ses immeubles parisiens notamment situés dans l'îlot Saint-Germain. "La cession des emprises immobilières ne sert pas à financer le projet Balard, qui a son propre équilibre financier", précisait jeudi matin Laurent Teisseire, le porte-parole du ministère de la Défense, lors de son point de presse hebdomadaire.

"La vente de nos emprises immobilières s'inscrira à court terme dans la catégorie de nos entrées exceptionnelles qui entrent dans le budget de la défense pour assurer le bouclage de la Loi de programmation militaire", a-t-il précisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2012 à 13:09 :
attribution des marche en sous traitance par bouygues a des europeens pour un smic polonais alors que ces l argent de nos impots et encore un peu plus de chomage chez nous merçi sarko
a écrit le 20/02/2011 à 11:23 :
Aznar voulait construire un pentagone à Madrid, quand il était au pouvoir, cette idée est reprise de la droite Espagnol....Seulement il n'a pas eu le temps, Sarko aura t'il le temps lui de concrétiser son projet ?

a écrit le 20/02/2011 à 11:10 :
L'article de La Tribune diffère sensiblement de celui ci-dessus. On y comprend qu'au lieu de régler l'investissement total de 600 millions d'Euros HT, de 2012 à 2014, soit 3 fois 200 millions, on préfère payer, à partir de 2014, 27 fois annuellement 100 à 150 millions, soit un total de 2,7 à 4,05 MILLIARDS d'Euros, pour éponger l'emprunt souscrit au départ auprès de Fidepp. Cette mirifique opération est-elle le résultat d'un "lobbying" efficace, ou bien l'actuelle majorité croit-elle si peu à sa reconduction qu'elle se permette un tel cadeau à la suivante ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :