Qatar : Vinci "conservait effectivement les passeports de ces travailleurs"

 |   |  273  mots
Au Qatar, Vinci a décroché des contrats d'un montant global de 2,2 milliards d'euros pour le tramway de Lusail, le métro de Doha et un tronçon d'autoroute de 47 kilomètres, la New orbital Highway.
Au Qatar, Vinci a décroché des contrats d'un montant global de 2,2 milliards d'euros pour le tramway de Lusail, le métro de Doha et un tronçon d'autoroute de 47 kilomètres, la New orbital Highway. (Crédits : © Mohamad Dabbouss / Reuters)
Accusé de travail forcé aux Qatar, le groupe a détaillé, par la voix de son PDG, les conditions de vie de ses milliers de collaborateurs et expliqué que leurs passeports étaient conservés jusque début 2015 mais "pas sous la contrainte".

"Jusqu'au début de cette année, nous conservions effectivement les passeports de ces travailleurs", a admis le PDG de Vinci Xavier Huillard dans un entretien au Figaro daté de jeudi 2 avril, précisant que la pratique ne s'est pas faite "sous la contrainte". Répondant à la plainte pour "travail forcé" et "réduction en servitude" à l'encontre des migrants employés sur ses chantiers au Qatar déposée par l'association Sherpa le 23 mars, il assure ainsi que :

"Leurs titulaires nous les confiaient volontairement, en signant une décharge dans leur langue, pour ne pas prendre le risque de vol ou de destruction. Ils pouvaient bien sûr les récupérer à tout moment."

Des conditions de travail "aux meilleurs standards"

Au Qatar, Vinci a décroché des contrats d'un montant global de 2,2 milliards d'euros pour le tramway de Lusail, le métro de Doha et un tronçon d'autoroute de 47 kilomètres, la New orbital Highway. Celui qui est à la tête du groupe, présent au Qatar depuis 2007, a détaillé les conditions de travail de "milliers de collaborateurs népalais, sri-lankais, indiens, qui vivent dans des conditions qui sont aux meilleurs standards".

"Dans notre nouvelle 'base-vie', ils sont logés dans des chambres climatisées de 4 personnes au plus" et celles-ci sont "dotées de coffres-forts pour conserver leurs effets personnels et leurs passeports."

Jeudi dans un communiqué, l'association Sherpa prend "bonne note de la pertinence de (sa) plainte sur tous les faits dénoncés antérieurs à 2015" et se dit "satisfaite" si cette dernière a "pu améliorer le sort de certains des migrants" travaillant sur ces chantiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2015 à 9:13 :
Donne-moi ton passeport, tu pourrais le perdre...
Ils nous prennent vraiment pour des nazes....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :