Sept millions de Français consomment des médicaments contrefaits

Près de sept millions de Français reconnaissent acheter des médicaments en dehors des circuits autorisés, selon une enquête réalisée à l'initiative du laboratoire Pfizer. Le marché des médicaments contrefaits devrait atteindre 75 milliards de dollars (55 milliards d'euros) en 2010.

1 mn

En France, près de sept millions de personnes reconnaissent acheter des médicaments délivrés uniquement sur ordonnance en dehors des circuits autorisés, tels qu'Internet, mettant ainsi leur vie en danger.

L'enquête « Cracking Counterfeit Europe », réalisée à l'initiative du laboratoire Pfizer, auprès de 14.000 hommes et femmes dans quatorze pays européens, est la première enquête sur la contrefaçon des médicaments. Elle révèle l'ampleur de l'économie parallèle des faux médicaments qui s'élèverait à plus de 10,5 milliards d'euros par an en Europe et à près de un milliard d'euros en France.

Le marché des médicaments contrefaits explose, avec des ventes globales qui devraient atteindre 75 milliards de dollars (55 milliards d'euros) en 2010. Par ailleurs, les saisies aux douanes ont été multipliées par 6 en deux ans.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 24/02/2010 à 13:02
Signaler
nicolas, le probleme de tout systeme, monopoloistique ou bcp plus libre, est qu'il ne peut etre parfait. Il y a toujours une grand nombre gens qui ne rentrent pas dans toutes les cases d'un systeme. Je sais par experience que le passage chez le medec...

à écrit le 17/02/2010 à 17:11
Signaler
Le fait qu'un médicament soit acheté en dehors des circuits monopolistiques par lesquels on veut nous obliger à passer (et selon des modalités précises : trois mois de traitement, délivrés en trois fois...) ne signifie nullement qu'il soit contrefait...

à écrit le 16/02/2010 à 12:50
Signaler
Vente sur internet : voila pourquoi je parlais de site "légaux", vendeur discount bien encadré de droit français; C'est le monopole des pharmas qui empêche ce développement qui est le seul a pouvoir stopper les dérives en fournissant un vraie marché ...

à écrit le 16/02/2010 à 10:36
Signaler
La question est de savoir si ces médicaments sont dangereux ou pas. S'ils le sont, les morts ne percevront ni chômage ni retraite (qui doivent être assez bas pour se fournir ailleurs). S'ils ne le sont pas, on comprend l'inquiétude des laboratoires q...

à écrit le 16/02/2010 à 10:35
Signaler
Très bonne nouvelle pharmapascontent concernant la lutte très active de la contrefaçon. Vous avez été contrefait personnellement, sur vos brevets, combien de fois ? Renseignez-vous, et vous verrez que ce n'est pas aussi simple que cela, quand il s'...

à écrit le 16/02/2010 à 9:54
Signaler
je vais répondre un peu à toutes ces allégations portées à la vas-vite! -inov : le monopole des pharmacie est justement le plus gros frein au développement de la contrefacon de medicament (recherche un peu ce qui se passe en afrique ou la loi n'est p...

à écrit le 16/02/2010 à 9:15
Signaler
pk sé comme sa

à écrit le 16/02/2010 à 9:15
Signaler
pk sé comme sa

à écrit le 16/02/2010 à 8:47
Signaler
Pfizer est très regardant et très actif quand il s'agit de chasser les contrefacteurs de ses produits. En revanche il l'est moins quand il commet des actes de contrefaçons. Faites ce que je vous dis et pas ce que je fais...

à écrit le 16/02/2010 à 8:21
Signaler
Il est plus que temps de faire exploser le monopole des pharmacies et d'ouvrir des sites internet "légaux", autoriser les supermarché à vendre... c'est une question de salut publique! Une vraie concurrence doit être permise. La répression a de tout...

à écrit le 16/02/2010 à 7:38
Signaler
Cette information donne une très mauvaise image de notre pays qui devrait lutter par tous les moyens contre cette dérive.

à écrit le 16/02/2010 à 7:33
Signaler
Au moins ça limite le déficit de la sécurité sociale !!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.