Vente de médicaments en ligne : simple démarche commerciale ou dérive dangereuse ?

 |   |  855  mots
Copyright Alexandre GELEBART/REA
Depuis l'ouverture le 14 novembre d'un magasin virtuel de médicaments, pro et anti commerce de remèdes en ligne s'opposent. La Tribune propose un point pour comprendre les enjeux de la polémique.

La Pharmacie de la Grâce de Dieu à Caen le propose depuis mercredi dernier, la pharmacie centrale de Castelnau-le-Lez dit également vouloir se lancer... La vente de médicaments sur Internet par des officines en est à ses prémices, mais elle fait déjà polémique. D'un coté, ces "pionniers" se défendent d'agir dans la légalité, de l'autre des syndicats de pharmaciens dénoncent une "opération commerciale (...) dangereuse pour le patient".

? Comment cela se passe en pratique et sous quelles conditions ?

Pour comprendre les arguments des deux parties, un rappel des faits s'impose. Le site créé par la pharmacie de la Grâce de Dieu à Caen existe depuis un an mais ne propose des médicaments que depuis le 14 novembre. En pratique, les patients passent commande sur le site après avoir créé leur compte. Pour chaque produit, des informations sur leur morphologie et leur état de santé leur sont réclamées (âge, sexe, poids, taille, pathologies, traitements déjà suivis...) et il leur est demandé de déclarer avoir lu la notice correspondante. Dès lors, deux cas de figure se présentent :

- Soit les médicaments peuvent être délivrés uniquement sur ordonnance : il ne s'agit alors que d'une réservation et le patient est obligé de se rendre à la pharmacie pour récupérer les médicaments et faire tamponner l'original de l'ordonnance. Il s'agit d'ailleurs d'une obligation légale pour tout pharmacien qui délivre ce type de remède.

- Soit ce sont des médicaments sans ordonnance : le paiement peut alors se faire en ligne et le patient recevra sa commande directement à domicile.

Dans les deux cas, les conseils d'un pharmacien travaillant à la Grâce de Dieu sont proposés lors de la commande (par téléphone ou par e-mail) et la commande sera validée et préparée par ces mêmes professionnels caennais.

?  Quel est le cadre juridique qui s'applique ?

Pour l'instant en France, "la vente de médicaments sur Internet n'est pas réglementée" faisait remarquer Philippe Lamoureux, le directeur général du LEEM (Fédération professionnelle des industriels du médicament), dans un communiqué paru fin juillet. Les officines qui se lancent dans ce commerce profitent donc pour l'heure d'un vide juridique. "Cette activité est possible depuis une dizaine d'année" fait d'ailleurs valoir Maître Robert Apéry, l'avocat ayant conseillé Philippe Lailler, le pharmacien de la Grâce de Dieu. Il fait allusion à l'arrêt DocMorris rendu en décembre 2003 par la Cour de Justice des Communautés européennes (CJCE). Cette jurisprudence a ouvert la possibilité, en France, d'une vente légale de médicaments à partir de sites Internet pharmaceutiques, dans le respect du code de santé publique.

? Quels sont les arguments qui s'opposent ?

Une démarche commerciale mais légale :

Selon le pharmacien Philippe Lailler, "le problème numéro 1, c'est la vente par Internet par des sociétés étrangères" et "il vaut mieux que ce soit fait par des officines françaises". "Le marché visé est bien celui de la prescription sans ordonnance" explique-t-il. Son but, et il ne s'en cache pas, est de développer son chiffre d'affaires "mais - prévient-il - il faut le faire de façon honnête". Il envisage d'ailleurs de créer un emploi de plus dédié à la gestion des commandes si l'activité se développe. "Il s'agit d'une nouvelle concurrence pour d'autres pharmaciens" ajoute Maître Robert Apéry. "Les gens peuvent comparer les prix plus facilement, et ceux de la pharmacie de Monsieur Lailler étant très bas, c'est ce qui pose problème" avance-t-il.

Une opération "dangereuse" :

De leur coté, les trois premiers syndicats de pharmaciens français - la Fédération des syndicats de pharmaciens (FSP), l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (Uspo) et l'Union nationale des pharmacies de France (UNPF) - ont unanimement condamné cette initiative qu'ils jugent "illégale et dangereuse". La FSP a dit mercredi envisager un recours contre cette opération commerciale considérant qu'à terme, le patient "n'aura pas les moyens d'identifier les vrais pharmaciens de la contrefaçon".

Contactée par La Tribune, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) dit déconseiller l'achat de médicaments sur Internet, faisant valoir que "normalement le réseau de pharmacies est suffisamment dense pour pouvoir se fournir dans des officines physiques".

L'Ordre national des pharmaciens, auquel l'Etat délègue sa compétence, se refuse quant à lui à tout commentaire. Le pharmacien caennais déclare l'avoir tenu au courant par écrit de son intention début octobre. "La balle est dans le camps des équipes de Marisol Tourraine" conclut Me Apéry.

Pour l'instant, la pharmacie de la Grâce de Dieu revendique une centaine de commandes passées par Internet, en grande majorité de produits non soumis à ordonnance. Reste à savoir si, passé l'effet d'annonce et le buzz médiatique ainsi généré, l'activité va rencontrer le succès, venant éventuellement combler un réel besoin ressenti par les patients devenus...consommateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2013 à 22:20 :
Ce n'est pas la seul pharmacie a vendre des médicaments sur internet. Le site www.pharmashopi.com avait anticipé l'autorisation de la vente en ligne des médicaments !

Aujourd'hui www.pharmashopi.com propose plus de 300 médicaments !
a écrit le 21/11/2012 à 16:58 :
... ça fait déjà des années que je pensais à créer un tel site... je suis certains que le sien sera porteur
a écrit le 21/11/2012 à 15:33 :
Le problème majeur que pose la commercialisation de médicaments non soumis à prescription sur le net est la fragilisation du réseau officinal .Si votre pharmacie de proximité dépose le bilan suite à ce détournement de clientèle, où irez vous chercher les médicaments soumis à prescription ? A Caen ?
Il faut cependant relativiser la portée de la démarche, compte tenu du faible coût des médicaments non soumis à prescription ,génériqués pour certains,des frais de port et des délais de livraison.D'autre part, une pharmacie est un commerce de détail et non une entreprise de VPC . Pour preuve le nombre de pharmaciens exerçant dans une officine est imposé par le Code de la Santé Publique et est proportionnel au chiffre d'affaire global de l'entreprise .Donc ,à partir du moment où cette pharmacie de Caen se livre sur son site internet à la vente de parapharmacie ET de médicaments, tout le chiffre d'affaire réalisé par ce canal doit être réintègré dans celui de l'officine . Il va y avoir de l'embauche de pharmaciens adjoints à la pharmacie de la Grâce de Dieu ... C'est peut être là le vrai scoop que n'avait pas anticipé l'industrieux pharmacien normand !
Réponse de le 17/01/2013 à 9:28 :
Celà fait bien longtemps qu'il y a plus de surcout que de valeur ajoutée par les pharmaciens. Les médicaments sont chargés à 70% par leur revenus et le loyer du local. La vente en ligne doit permettre des économies à la Sécu et faire disparaitre une profession qui a perdu son utilié.
a écrit le 20/11/2012 à 12:14 :
Les articles R. 5125-50 à R 5125-52 du Code de la Santé Publique interdisant la dispensation à domicile des médicaments éliminent par conséquent la possibilité d'expédier les médicaments par internet. Il est donc inexact de parler de
vide juridique. Les avocats de ce pharmacien sont donc de bien mauvais conseil... Il est d'ailleurs ahurissant de lire de tels propos d'un cadre du LEEM... Ceci est encore une preuve de l'incompétence notoire de toutes ces personnes haut placées.
a écrit le 19/11/2012 à 22:11 :
C'est quand même incroyable de lire des phrases comme celles-ci : "la vente de médicaments sur Internet n'est pas réglementée (...) les officines qui se lancent dans ce commerce profitent donc pour l'heure d'un vide juridique." Non, trois fois non ! Il n'y a aucun de vide juridique. En dehors de quelques lois simples de portée générale, la non réglementation des divers commerces devrait être la norme et le recours à une réglementation spécifique l'exception, sur le principe simple que tout ce qui n'est pas interdit est légal.
a écrit le 19/11/2012 à 19:03 :
les médocs sans ordonnance sont-ils moins chers sur internet ?
a écrit le 19/11/2012 à 17:47 :
Lou papet tu peux donner le nom du site
Merci
a écrit le 19/11/2012 à 16:14 :
Je commande mon Viagra sur internet avec ma CB Visa Platinium et je suis livré par la Poste, jamais de problèmes !
Réponse de le 19/11/2012 à 17:07 :
et tu bandes ? ...Moi c ma carte infinite qui me fait bander !
a écrit le 19/11/2012 à 15:07 :
Le site www.LaSante.net propose aussi des médicaments non remboursés et non soumis à prescription.
a écrit le 19/11/2012 à 15:05 :

pharmacie //epicerie bientot !!
Réponse de le 19/11/2012 à 17:09 :
pouquoi bientôt ? déjà chez Lafayette,Leclerc...et surement bientôt sur Amazon !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :