Une "première victoire" pour les salariés R&D de Sanofi

 |   |  441  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Suite à la décision de la Cour d'appel de Paris rendue lundi 11 mars, la direction de Sanofi Recherche voit son plan de restructuration annulé et va devoir reprendre à zéro la procédure d'information des représentants du personnel de la branche Recherche & Développement. D'après elle, le Comité Central d'Entreprise n'a pas eu accès à tous les documents légalement exigibles dans pareille procédure

Voilà une "première victoire" pour  170 salariés de la branche Recherche de Sanofi. Lundi 11 mars, la Cour d'appel de Paris leur a donné raison, l'entreprise pharmaceutique est contrainte de revoir totalement son plan de restructuration de sa branche Recherche & Développement. La décision de la Cour d'appel de Paris "implique de reprendre la procédure info-consultation pour la R&D" lancée en octobre, selon un porte-parole du groupe pharmaceutique, mais "ne remet pas en cause le fondement du projet" de restructuration. "La mise en place d'un nouveau modèle de recherche est indispensable pour Sanofi", insiste le porte-parole. Les syndicats demandaient à la direction que soit annoncée "un plan de sauvegarde de l'emploi détaillé, au lieu d'essayer de faire croire à des départs volontaires".

"Il est reconnu par la Cour d'une part que l'employeur a couvert de façon abusive les informations fournies aux représentants du personnel du sceau de la confidentialité et d'autre part que le plan de suppressions d'emploi est illicite", résume l'avocat du Comité Central d'Entreprise Sanofi Recherche & Développement, Me Emmanuel Gayat. Pour la direction de Sanofi-Aventis, la décision de justice n'invalide pas le projet de restructuration sur son principe. "La mise en place d'un nouveau modèle de recherche est indispensable pour Sanofi" a ainsi déclaré la direction.

914 postes supprimés et 800 autres déplacés ?

Depuis l'annonce en juillet 2012 d'un vaste plan de restructuration par Sanofi, le département Recherche & Développement cristallise les inquiétudes, les syndicats craignant la disparition pure et simple de la recherche sur le site de Toulouse et une saignée sur celui de Montpellier. Le projet de la direction prévoit d'ici à 2015 un total de 914 suppressions nettes d'emplois (dont 170 dans la recherche et développement) et 800 redéploiements par mobilité interne. A Toulouse, 200 salariés sont concernés par des transferts en région parisienne ou lyonnaise.

D'ailleurs dimanche, l'association de salariés la Sanofienne organisait près de Toulouse une après-midi de concerts de soutien aux employés dont le poste est menacé. Quelque 1.500 personnes, des salariés de l'unité de Sanofi de Toulouse menacés par un plan de restructuration, mais également d'autres entreprises en difficulté comme Pilpa, Thalès, Fralib, SFR... ainsi que d'autre toulousains, se sont rassemblés dans la salle de spectacle du Bikini à Ramonville (31). Objectif: passer un moment de convivialité et surtout montrer qu'ils sont "toujours dans l'action" comme l' a déclaré à l'AFP un délégué CFDT, Pascal Delmas. Trois groupes se sont produits sur scène: Los Fralibos, la Bal Républicain et HK et les Saltimbanks.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2013 à 11:28 :
C'est apres une "victoire" comme celle là que le site de recherche de Romainville a été fermé beaucoup plus brutalement que prévu dans le projet intial. Les "victoires", c'est comme les médicaments, ça peut avoir des effets secondaires pas forcément désirés.
Réponse de le 12/03/2013 à 13:33 :
Ce coup-ci c'est la C F D T ! Même en ce domaine il y a de la concurrence ! Ils devaient avoir un coup de retard dans le rendement productif !!!
Réponse de le 12/03/2013 à 14:07 :
Quel plaisir de vous lire.

Si l' on laisse faire la CGT au sein de Sanofi, dans 10 ans la boite sera rachetée pour ses licences vieillissantes par un indien émergeant et désossée sans considération pour ses employés parce que sa marge financière sera passée d'un excessif 20% a un excessif -20.
Réponse de le 16/03/2013 à 9:17 :
Pour info SANOFI fait plus de 30% de marge. Il serait temps d'investir en recherche plutôt que de la suprimer.
a écrit le 12/03/2013 à 11:22 :
Il parait qu'il faut beaucoup de Recherches pour innover ,et il y a là des chercheurs disponibles !!! faut s'en servir et Intelligemment !!! (faudrait surtout que ce soit des Trouveurs ! car ,à bien réfléchir : s'ils étaient de bons Trouveurs , Sanofi les aimerait BIEN ! NON ???
Réponse de le 12/03/2013 à 14:12 :
Le problème c'est que Sanofi peine a renouveler son portefeuille de produits en R&D. De plus en plus long et couteux, les médicaments s?adressent de plus en plus a un public segmente pour des maladies de moins en moins critique. Il faut donc que l'entreprise reussisse a passer un cap difficile ou il va falloir réduire la voilure et se concentrer sur ses produits star. En attendant de nouvelles ouvertures notamment dans le domaine des maladies neuronales et autres trouble physio-psychologiques.
Réponse de le 12/03/2013 à 14:12 :
Le problème c'est que Sanofi peine a renouveler son portefeuille de produits en R&D. De plus en plus long et couteux, les médicaments s?adressent de plus en plus a un public segmente pour des maladies de moins en moins critique. Il faut donc que l'entreprise reussisse a passer un cap difficile ou il va falloir réduire la voilure et se concentrer sur ses produits star. En attendant de nouvelles ouvertures notamment dans le domaine des maladies neuronales et autres trouble physio-psychologiques.
Réponse de le 12/03/2013 à 14:12 :
Le problème c'est que Sanofi peine a renouveler son portefeuille de produits en R&D. De plus en plus long et couteux, les médicaments s?adressent de plus en plus a un public segmente pour des maladies de moins en moins critique. Il faut donc que l'entreprise reussisse a passer un cap difficile ou il va falloir réduire la voilure et se concentrer sur ses produits star. En attendant de nouvelles ouvertures notamment dans le domaine des maladies neuronales et autres trouble physio-psychologiques.
a écrit le 12/03/2013 à 10:58 :
Avec un 1? symbolique, on peut reprendre le site en question et faire un pôle de recherche ultra-moderne et se positionner en tant que fournisseur de Sanofi et autres labo français et étrangers. Rien ne dois se perdre, il faut savoir recycler et moderniser au lieu de se lamenter et courir à l'aide de l'état (désolé pour le é car pour l'instant, ça ne mérite pas un E).
Réponse de le 12/03/2013 à 11:45 :
Exact, vous devriez mettre votre plan à exécution ! Mais ,à la réflexion, si SANOFI s'en débarrasse,il doit y avoir une bonne raison(Ce ne sont pas des crétins !!!) ! alors j'ai peur que dans cette panoplie de ""chercheurs"" il doit manquer quelques ""trouveurs"" ! A vous de le vérifier in vivo !!!
Réponse de le 12/03/2013 à 14:31 :
Le problème des ingénieurs ou chercheurs français c'est qu'ils sont toujours limités à leurs domaines de compétences. Ils ne sont pas larges d'esprit. Pour ces "crétins", ils sont plus dans la vague délocalisation et désindustrialisation qui sont à la mode qu'autre chose : c'est le fait d'être in (oui nous l'avons fait)!
Réponse de le 12/03/2013 à 15:35 :
Un chercheur qui manque de largeur d'esprit, cela me dérange un peu . Si Joliot-Curie avait été obtu, qu'aurait-il fait ? Quant à des "crétins" qui veulent faire du "in" donnez leur une bonne "trouvaille",pourvu qu'il y ait du fric à faire et je crois qu'ils sont "preneurs" même si c'est dans le "Larzac" !!! Enfin,j'ai la naïveté de le croire !
a écrit le 12/03/2013 à 10:16 :
C'est avec des victoires comme celle là que les usines de Goodyear, Petroplus, etc... sont devenues des gouffres dont plus personne ne veut. A commencer par leurs propriétaires actuels qui ne savent pas comment s'en débarrasser.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :