Roche met la main sur la biotech marseillaise Trophos

 |   |  211  mots
Il s'agit de la troisième acquisition de Roche annoncée depuis le début de la semaine.
Il s'agit de la troisième acquisition de Roche annoncée depuis le début de la semaine. (Crédits : © Arnd Wiegmann / Reuters)
Le groupe pharmaceutique suisse a annoncé vendredi investir jusqu'à 470 millions d'euros pour acquérir cette biotech française qui développe un traitement contre une maladie neuromusculaire rare, l'amyotrophie spinale.

Roche a annoncé vendredi 16 janvier sa troisième acquisition depuis le début de la semaine. II va acheter pour 470 millions d'euros la société de biotechnologies marseillaise Trophos. L'opération prévoit que Roche effectue "un versement préliminaire de 120 millions d'euros aux actionnaires de Trophos, ainsi que des versements supplémentaires pouvant atteindre 350 millions d'euros lors du franchissement de certaines étapes prédéfinies", précise le groupe dans un communiqué.

Un traitement pour une maladie neuromusculaire

Roche acquiert ainsi les droits d'utiliser l'olesoxime, une molécule produite par Trophos. Elle a été "développée pour le traitement de l'amyotrophie spinale (AS), atteinte neuromusculaire rare et invalidante d'origine génétique le plus souvent diagnostiquée chez l'enfant", précise le groupe suisse.

Les résultats d'une étude clinique pivot de phase II (testée sur 100 à 200 malades) menée sur l'olesoxime "ont fait état d'un effet bénéfique sur le maintien de la fonction neuromusculaire" et "une réduction des complications médicales associées à la maladie" chez certains patients.

La molécule a obtenu l'appellation de médicament orphelin pour le traitement de l'amyotrophie spinale auprès de l'Agence européenne des médicaments et de son homologue américaine la Food and drug Administration (FDA).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2015 à 15:24 :
paroles, paroles : « Nous sommes reconnaissants envers l'AFM-Telethon pour son soutien financier et son engagement à long terme, mais aussi envers nos autres actionnaires, les patients et leurs familles, ainsi qu’envers les cliniciens qui nous ont permis d’achever cette étude pivot de l'olesoxime », ajoute Christine Placet, Présidente du Directoire de Trophos. « Nous nous focalisons maintenant sur les étapes réglementaires requises pour fournir aussi vite que possible ce médicament important aux patients. Nous étudions actuellement un certain nombre d’options, et notamment des partenariats industriels et l'identification de nouvelles sources de financement. »
a écrit le 16/01/2015 à 15:21 :
L'achat de sociétés ayant bénéficié de subventions publiques ou privées notamment via des telethons et autres donations devrait présenter des restrictions afin de ne pas offrir à des sociétés étrangères ou françaises, gratuitement, le moyen de faire des bénéfices sur ces dons ou subventions.
a écrit le 16/01/2015 à 11:11 :
Un effet collatéral de l'augmentation du FS par rapport à l'Euro. Pourquoi se gêner...
Réponse de le 16/01/2015 à 11:48 :
Exactement , ceux qui ont des reserves en CHF ne vont pas se gêner , ce sont les soldes , tout est à -20% voir -30%.
Réponse de le 16/01/2015 à 14:41 :
ce genre de deal ne se negocie pas en un jour
en plus roche, comme la plupart des multinationales ont surement des instrument de couverture pour les devises -> la hausse du FS ne leur profite pas tant que ca

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :