Bayer-Monsanto : Bruxelles lance une enquête approfondie sur la fusion

 |   |  432  mots
A la Bourse de Francfort, l'action Bayer amplifiait sa progression après l'annonce de la CE et gagnait 1,79% à 108,30 euros.
A la Bourse de Francfort, l'action Bayer amplifiait sa progression après l'annonce de la CE et gagnait 1,79% à 108,30 euros. (Crédits : © Ina Fassbender / Reuters)
La Commission européenne a expliqué craindre "que le projet d'acquisition ne réduise la concurrence sur un certain nombre de marchés différents". Bayer a réagi à l'ouverture d'une enquête approfondie en se disant prêt à poursuivre la coopération avec la Commission et en espérant obtenir son feu vert d'ici la fin de l'année.

La Commission européenne s'inquiète de l'impact de la fusion Bayer-Monsanto sur la concurrence. L'exécutif européen a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête approfondie sur le rachat du spécialiste américain des semences OGM par le groupe allemand de pharmacie et d'agrochimie, craignant "que le projet d'acquisition ne réduise la concurrence sur un certain nombre de marchés différents et n'entraîne ainsi une hausse des prix, une baisse de la qualité, une réduction du choix et un recul de l'innovation", écrit-il dans un communiqué.

Le projet d'acquisition de Monsanto par Bayer pour 66 milliards de dollars (56 milliards d'euros), annoncé en septembre 2016, "entraînerait la création de la plus importante entreprise intégrée du monde dans les secteurs des pesticides et des semences", souligne la Commission. "En outre, l'opération aurait lieu dans des branches d'activités déjà concentrées au niveau mondial", ajoute-t-elle.

Bayer avait auparavant proposé des engagements visant à apaiser les inquiétudes des autorités européennes, mais la CE a refusé d'en préciser la teneur. Le groupe allemand a réagi à l'ouverture d'une enquête approfondie, se disant prêt à poursuivre la coopération avec la Commission et en espérant obtenir son feu vert d'ici la fin de l'année.

A la Bourse de Francfort, l'action Bayer amplifiait sa progression après l'annonce de la CE et gagnait 1,79% à 108,30 euros. Le groupe a dégagé en 2016 un bénéfice net part du groupe de 4,5 milliards d'euros, pour un chiffre d'affaires de 46,8 milliards d'euros. Quant à Monsanto, son bénéfice sur l'exercice décalé 2015/2016 s'élève à 1,34 milliard de dollars (850 millions d'euros), pour un chiffre d'affaires de 13,5 milliards de dollars (11,5 milliards d'euros).

Deux autres méga-fusions autorisées sous conditions

La Commission européenne a déjà autorisé deux méga-fusions dans l'agrochimie depuis le début de l'année, à chaque fois sous conditions :

Les nouvelles entités se sont engagées auprès de l'UE à revendre certaines de leurs activités afin de garantir la concurrence sur le marché européen.

(avec AFP et Reuters)

>> Lire aussi Bayer-Monsanto : à quoi ressemblera le nouveau géant de l'agrochimie ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2017 à 16:22 :
Bayer-Monsanto c'est une fusion ou une acquisition? Si c'est une fusion alors c'est quel type? Fusion création ou fusion absorption?
Je vous remercie de me répondre
a écrit le 24/08/2017 à 0:20 :
On s'inquiète d'abord du diktat de ces groupes, du servage qu'ils mettent en place, et de leur pollution majorée.
a écrit le 23/08/2017 à 14:02 :
J’ai cru lire que la planète ne tournait pas bien rond et que l’UE, Allemagne + France, allaient faire l’effort pour la rendre plus responsable. Nos deux nations se sont offusquées du choix de Trump qui ébrèche sérieusement l’accord de Paris, et sa suite à Marrakech, COP-21/22. Elles ont aussi annoncé un effort pour lutter contre les lobbys. Comment interpréter cette fusion au bénéfice de l’Allemagne, des deux géants de produits souvent reconnus comme toxiques à la planète.
Monsanto et son Roundup + Bayer « tueurs d’abeilles » avec substances de la famille des néonicotinoïdes, quelle belle équipe !
Néonicotinoïdes : insecticides agissant sur le système nerveux central des insectes.
Je n’ai pas entendu de front en France pour dénoncer l’ineptie de cette fusion !
Ces deux là font certainement un très bon CA chez nous chaque année !
Ce qui n’est pas du gout de tous nos acteurs de l’agroalimentaire.
L’Allemagne toujours prompte à refuser les mégas acquisitions, mais pas celles qui sont à son avantage……… ?
Avec l’autre géant allemand dans ce domaine, BASF (1er chimiquier mondial), difficile de croire aux promesses allemandes faites à la COP-21.
L’Allemagne va concentrer 3 des géants du globe, le Suisse Syngenta étant passé chinois.
La France devrait s’opposer fermement à ce projet qui va asservir encore plus nos agriculteurs et nuire à nos semenciers.
Quelle est la position de la FNSEA sur le sujet ?
……
« Les nouvelles entités se sont engagées auprès de l'UE à revendre certaines de leurs activités afin de garantir la concurrence sur le marché européen. »
Du grand cinoche, généralement, les actifs d’un géant sont revendus à d’autres géants, ce qui ne fait que consolider la mainmise sur le marché mondial des géants, dont certains, ceux qui ne sont pas du deal initial, se renforcent ainsi, généralement en élargissant leurs métiers !
a écrit le 22/08/2017 à 23:46 :
Le loup Monsanto (et ses OGM) est dans la bergerie européenne.
Qui demain pour contrecarrer Mme Merkel dans la protection des intérêts industriels allemands face aux intérêts de santé et d'indépendance des agriculteurs européens ?
La position de la Commission va être intéressante à suivre... elle qui finit toujours par se l'écraser devant les gouvernements.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :