Buzyn annonce plus de 1 milliard d'euros d'économies dans le médicament

 |   |  295  mots
Agnès Buzyn ajoutent que les Français contribueront eux aussi à la baisse des dépenses de l'Assurance maladie. Ils doivent être raisonnables, car ils consomment aujourd'hui trop de médicaments.
Agnès Buzyn ajoutent que les Français contribueront eux aussi à la baisse des dépenses de l'Assurance maladie. Ils "doivent être raisonnables, car ils consomment aujourd'hui trop de médicaments". (Crédits : Charles Platiau)
En 2018, les économies sur le médicament devraient passer principalement par un recours accru aux génériques et la baisse du prix des médicaments. La ministre de la Santé évoque un "effort considérable".

Deux jours avant la présentation du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS2018), on commence à y voir plus clair. Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé au micro de RMC, mardi matin que "plus de un milliard d'euros d'économies" reposeront sur les médicaments (sur plus de 4 milliards d'euros d'économies visées au total).

En filigrane, elle explique que cela passera principalement par un recours plus récurrent aux génériques et des baisse de prix. "Cela va demander des efforts considérables aux industriels, aux professionnels de santé pour qu'ils favorisent la prescription de génériques."  Agnès Buzyn ajoute que les Français contribueront eux aussi à la baisse des dépenses de l'Assurance maladie. Ils "doivent être raisonnables, car ils consomment aujourd'hui trop de médicaments".

Rétropédalage annoncé sur la vente de médicaments à l'unité ?

La vente de médicaments à l'unité, qu'Emmanuel Macron avait évoqué durant la campagne présidentielle pour réaliser des économies, ne devrait pas être à l'ordre du jour. C'est une "idée complexe", a fait valoir la ministre. Car avec ce système "on risque de perdre la traçabilité du médicament". Agnès Buzyn a précisé attendre le retour d'une expérimentation menée en Bretagne pour prendre une décision sur ce sujet.

L'effort demandé à l'industrie du médicamentera-t-il plus important qu'en 2017 ? Pas forcément . En comptant l'accroissement des ventes de génériques, les baisses de prix, un fonds de financement de l'innovation, et des contributions indirectes, les économies dépassaient allègrement le milliard d'euros. Le Leem, principal lobby pharmaceutique, l'estimait à 1,7 milliard d'euros, soit près de la moitié des économies inscrites dans le PLFSS 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2017 à 12:29 :
Je propose un médicament unique pour tous distribué par la CNAV, ne souriez pas on y vient, sauf pour ceux qui pourront se payer leur médicament et leur médecin ! les autres si vous voulez etre remboursé dispensaire avec medecin étranger et génerique.
a écrit le 27/09/2017 à 20:31 :
La ministre continu dans les inepties, mensonges, restriction de soins.
Scandale Lévothyrox, un ensemble de mensonges par ses réponses faites lors d'u interview sur RMC
a écrit le 27/09/2017 à 13:29 :
Elle n'a pas voulue dire ou se feront les économies, chez Bourdin, mais elle en fera ? les promesses n'engagent que ceux qui y croient .
a écrit le 27/09/2017 à 9:31 :
"doivent être raisonnables, car ils consomment aujourd'hui trop de médicaments"

Ben oui mais avec les conditions de travail qui se dégradent continuellement il est bien évident que les gens ne sont pas prêt de moins en consommer.

Au lieu de sans arrêt blâmer les français il serait peut-être bon aussi de dire aux laboratoires pharmaceutiques d'arrêter de faire de la publicité pour les médicaments comme si c'était des aliments comme les autres.

Eux ils sont là pour gagner du fric et ont tous les moyens pour ceci et c'est à nous autres qui bossons comme des chiens pour gagner que dalle de faire attention à notre consommation.

Quand on demande autant aux salariés on se remet de temps en temps un minimum en question mais l'oligarchie ne se remet jamais en question, totalement dégénérée elle nous guide à pas de géants vers le néant.
a écrit le 26/09/2017 à 20:49 :
Ce n'est pas la 1è fois que des économies sur le médicament et les prescriptions sont annoncées. Les plans précédents ont ils permis de dégager les économies prévues ?
a écrit le 26/09/2017 à 18:51 :
J'ai un fils qui doit malheureusement prendre des médicaments particuliers que le pharmacien avait substitué par le générique....c'est la même molécule avait il claironné....au bout de 15 jours nous sommes repassés au princeps....les troubles étaient manifestes....au surplus le prix est identique....encore une belle arnaque que ces génériques dont les composants sont fabriqués pour la plupart en Chine....
Réponse de le 26/09/2017 à 20:35 :
Euh... les génériques c'est plutôt l'Inde ou encore Israël.
Réponse de le 26/09/2017 à 20:40 :
La Chine s'est nettement améliorée, par contre le problème actuellement niveau qualité, c'est plutôt l'Inde.
Bref, nos grandes sociétés pharmaceutiques à la recherche du profit ont quasiment toutes délocalisé la production de médicaments, maintenant on s'en mord les doigts (notamment à chaque rupture de stock, et ce n'est que le début des problèmes).
a écrit le 26/09/2017 à 18:45 :
20 euros/jour le forfait hospital, je ne suis pas certain que tout le monde pourra se le payer. Bon, cela poussera les "vieux" vers le précipice, mais pas seulement :-)
a écrit le 26/09/2017 à 17:47 :
Super ! Oui faire des économies sur la santé de la population.... je vous rappelle le grand carnage avec le changement de formule du levothyrox 😡
Réponse de le 26/09/2017 à 20:33 :
Dans l'affaire du Levothyrox c'est la formule du princeps et non d'un générique qui a été modifiée. Rien à voir donc avec une mesure d'économie.
Réponse de le 27/09/2017 à 8:20 :
@Bruno_bd: les femems ont toujours raison et comme un arbre peut cacher la forêt, je suis pour la sylviculture :-) :-)
a écrit le 26/09/2017 à 17:37 :
Comme la cour des comptes a déclaré la semaine dernière qu’il y avait 10400 pharmacies de trop en France, c’est un bon moyen de faire couler un peu plus les petites pharmacies et les pousser à la fermeture sans les indemniser d’un centime...
Et dire que les pharmaciens ont presque tous voté Macron...
Réponse de le 26/09/2017 à 17:54 :
En 2015, une pharmacie fermait tous les deux jours contre une tous les trois jours l'année précédente. Les différents syndicats craignent que plus de 200 officines, sur 22.221 en activité, baissent le rideau en 2016, entraînant à chaque fois des licenciements. Depuis dix ans, près d'un millier a disparu et le rythme s'accélère chaque année. Il y a déjà 50 pharmacies de moins lors du premier trimestre 2016, soit plus d'une fermerture tous les deux jours.Globalement, la situation est compliquée. Le chiffre d'affaires des pharmacies baisse de 2% et la relève semble difficilement assurée: les étudiants se détournent de l'officine pour lui préférer des postes dans l'industrie pharmaceutique. Pour la première fois, l'ensemble des syndicats de pharmaciens, ainsi que l'Ordre des pharmaciens et l'ANEPF, le syndicat des étudiants, ont présenté mardi leur Manifeste pour la pharmacie française. D'autant que la situation difficile des pharmacies s'accompagne parfois d'une grande détresse sociale qui peut déboucher sur des drames. Quatre pharmaciens se sont donné la mort ces deux derniers mois.
Réponse de le 26/09/2017 à 20:47 :
Effectivement, les étudiants se détournent de l'officine, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi... et la seule réponse de nos pouvoirs publics sera bientôt d'imposer aux universités un "quota" minimum d'étudiants en filière officine, donc il faudra imposer à des étudiants qui n'en ont pas envie d'aller travailler en officine.

Très mauvaise solution à mon sens : un étudiant obligé de choisir cette option contre son gré ira faire autre chose. Revaloriser la profession (6 ans d'études, tout de même) serait une option, mais apparemment ce n'est pas à l'ordre du jour ...
a écrit le 26/09/2017 à 17:32 :
Et l'homéopathie ?? Toujours remboursée à 30%? Ca me paraît être la première chose à derembourser, quelque soit leur part dans le budget.
a écrit le 26/09/2017 à 17:09 :
" un recours accru aux génériques"


On peut rappeler que du fait de la mondialisation, la production de matières premières, essentielle à la fabrication des médicaments, s'est complètement recentrée sur l'Asie. Et les génériques, ces copies des médicaments de marque, sont tout particulièrement concernés.
« On estime que 80% des principes actifs des génériques sont maintenant faits en Chine et en Inde, contre 50% pour les princeps. Il s'agit d'un changement majeur survenu au cours des vingt dernières années », nous explique David Simonnet, directeur général du groupe français Axyntis, un industriel fabriquant des principes actifs en France, qui s'appuie sur des données de la Direction européenne de la qualité du médicament.
Le problème, détaillent les sources contactées, c'est que les milliers de sites de production chinois et indiens sont très peu contrôlés. La Direction européenne de la qualité du médicament, selon ses propres données, n'a mené en 2011 que 18 inspections en Asie, qui ont abouti à la suspension d'autorisation de 29 sites. Or, des médecins en France sont confrontés en ce moment à une moindre efficacité des traitements de leurs patients, notamment de l'antibiotique vancomycine, produit dont la matière première est partiellement fabriquée en Chine, sur des sites non inspectés. CQFD.
a écrit le 26/09/2017 à 15:55 :
Ce qui est certain c'est que l'économie prévue ne sera pas obtenue du fait de la super vaccination obligatoire des tout-petits aux 11 maladies (vaccins + rappels) au lieu des 3 actuels.
Regardez donc en plus la composition de cas vaccins sur le net pour avoir une idée sur la question.
Réponse de le 26/09/2017 à 16:17 :
Merci pour ce Troll...Regardez sur internet n'importe quoi, et vous aurez en effet...n'importe quoi.
Mais il est vrai que comprendre la démarche scientifique n'est pas donné à tout le monde.
Réponse de le 26/09/2017 à 17:07 :
@Juliette : sur le net la terre est plate, l'homme n'a jamais mis les pieds sur la Lune, Obama n'est pas américain, Elvis est vivant, j'en passe et des meilleurs,...
Réponse de le 26/09/2017 à 17:11 :
"Mais il est vrai que comprendre la démarche scientifique n'est pas donné à tout le monde".

Faudrait d'ailleurs tester le vaccin sur les gosses des scientifiques puisqu'ils ont l'air de comprendre.
Réponse de le 26/09/2017 à 18:20 :
@Chich

"sur le net la terre est plate, l'homme n'a jamais mis les pieds sur la Lune, Obama n'est pas américain, Elvis est vivant, j'en passe et des meilleurs,..."

T'as quand même réussi à trouver La Tribune, tu vois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :