Maladies mentales : une "pilule connectée" pour s'assurer du bon suivi d'un traitement

 |   |  314  mots
Otsuka Pharmaceutical a développé en association avec Proteus Digital Health, une société de la Silicon Valley, spécialisée dans les solutions numériques.
Otsuka Pharmaceutical a développé en association avec Proteus Digital Health, une société de la Silicon Valley, spécialisée dans les solutions numériques. (Crédits : Reuters)
L'Agence américaine des médicaments (FDA) a autorisé le laboratoire japonais Otsuka à commercialiser l'Abilify MyCite. Cette pilule connectée permet de suivre la médication des personnes touchées par la schizophrénie ou des troubles bipolaires grâce à un capteur connecté à un patch et à une application.

C'est une première. Les Etats-Unis ont approuvé une molécule dotée d'un système de suivi digital. Lundi 13 novembre, la FDA (Agence américaine des médicaments) a donné son feu vert à la société japonaise Otsuka Pharmaceutical pour qu'il puisse commercialiser l'Abilify MyCite, développé avec Proteus Digital Health, société de la Silicon Valley. Ce produit thérapeutique est une pilule à ingérer, dont le principe actif est un l'aripiprazole, un antipsychotique. Elle est destinée aux personnes atteintes de schizophrénie ou de troubles bipolaires. Munie d'un capteur de la taille d'un grain de sable, elle est capable de déterminer si un malade suit correctement son traitement.

Pour ce faire, la pilule transmet un message à un patch fixé sur le corps du patient. L'information est ensuite envoyée à une application gérée par un smartphone. Le patient peut ensuite, s'il le désire, transmettre ces données à un professionnel de santé ou un physicien. Ces derniers peuvent aussi accéder aux données en ligne, toujours avec l'accord du patient. La pilule peut en outre collecter des données sur l'humeur et l'état de fatigue du patient, détaille Otsuka dans un communiqué.

"Ouvrir le dialogue" avec les patients

L'observance (bon suivi d'un traitement) est un enjeu important pour les patients atteints de maladies mentales. Un schizophrène sur deux répondant bien aux médicaments existants ne suit pas son traitement de manière satisfaisante, selon le National center for biotechnology information, un institut national américain pour l'information biologique moléculaire.

Néanmoins, la FDA rappelle que les études cliniques dédiées au développement de cette "pilule numérique" n'ont pas démontré une amélioration du suivi des traitements.  D'après Otsuka, cette innovation permet à travers les données recueillies "d'ouvrir le dialogue" entre les patients et les professionnels de santé

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2017 à 20:13 :
C'est ahurissant, la folie est clairement du côté de ceux qui prétendent la soigner. Comme s'il y avait besoin de cette pilule pour ouvrir le dialogue avec les patients. Du grand n'importe quoi.
a écrit le 14/11/2017 à 22:22 :
D’après des articles sur le web , c’est difficile de poser un diagnostic pour les 2 maladies qui ont tous les deux :
des symptômes ressemblant à des dépressions et changement d’humeur , certains malades peuvent être violents et la cause semblerait pour certains ( la drogue)
D’un côté c’est une bonne solution de suivre les soins ... et recueillir les données pour peut être «  guérir » ces maladies.
Réponse de le 16/11/2017 à 21:38 :
100% d’accord avec vous vive les avancées scientifiques ! Dans de bonnes mains elles seront bénefiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :