Monsanto : Bayer n'exclut pas un changement de nom en cas de fusion

 |   |  172  mots
Le groupe rhénan a mis sur la table quelque 55 milliards d'euros pour s'emparer de son concurrent américain et créer un mastodonte de l'agrochimie, une offre rejetée dans un premier temps par Monsanto même si ce dernier s'est montré ouvert à des discussions.
Le groupe rhénan a mis sur la table quelque 55 milliards d'euros pour s'emparer de son concurrent américain et créer un mastodonte de l'agrochimie, une offre rejetée dans un premier temps par Monsanto même si ce dernier s'est montré ouvert à des discussions. (Crédits : © Brendan McDermid / Reuters)
Le patron de Bayer a laissé entrevoir un changement de nom pour Monsanto en cas de fusion entre son groupe et le géant américain des semences OGM et pesticides, à la réputation sulfureuse, dans un entretien avec un journal allemand paru dimanche.

Interrogé par la version dominicale du quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) sur la possibilité que le nom de Monsanto, fabricant entre autres du pesticide Roundup, disparaisse en cas de rapprochement réussi avec Bayer, son patron Werner Baumann a répondu que l'entreprise allemande déciderait "le moment venu".

"Ce qu'on peut dire aujourd'hui, c'est que la marque Bayer jouit d'une réputation et d'un rayonnement excellents dans le monde", a-t-il enchaîné. Et d'ajouter: "il faut les mettre à profit".

55 milliards d'euros

Le groupe rhénan a mis sur la table quelque 55 milliards d'euros pour s'emparer de son concurrent américain et créer un mastodonte de l'agrochimie, une offre rejetée dans un premier temps par Monsanto même si ce dernier s'est montré ouvert à des discussions.

"Nous avons conscience de la réputation qui précède Monsanto, à tort ou à raison", souligne M. Baumann dans une autre partie de l'interview, avant d'inviter les défenseurs de l'environnement et les ONG au dialogue avec Bayer sur ce sujet.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2016 à 21:08 :
Deux aspects conduisent à refuser une stratégie agricole dans un système "Monsanto" Ces deux vecteurs sont aussi dangereux l'un que l'autre. L'un concerne directement le manque d'étude en dehors des paramètres imposés. Ce qui équivaut à un dirigisme insupportable. Le second se rapporte aux "TAFTA" et la main mise sur les sociétés humaines. L'achat de Monsanto par Bayer devrait solutionner l'aspect commercial pour l'Europe, sans pour autant correspondre à la biodiversité comme choix de société. C'est pourquoi il importe peu qu'on nomme ce système Monsanto ou XXX. Nous devons refuser la mondialisation en matière agricole, comme en production d'énergie. La croissance mondiale doit tenir compte des aspirations des peuples.
a écrit le 30/05/2016 à 14:23 :
Le groupe changerait son nom en MonBaTo pour passer inaperçu, et se reconvertirait dans la marine marchande.
a écrit le 30/05/2016 à 10:59 :
Un moyen pour Monsanto de se refaire une virginité a moindre frais!
a écrit le 30/05/2016 à 9:56 :
IG Farben serait le nom approprié

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :