Quelles sont les dernières avancées majeures contre le VIH ?

 |   |  1036  mots
L'Onusida espère que 90 % des séropositifs soient au courant de leur statut d'ici à 2020. 90 % d'entre eux suivraient un traitement, et 90 % de ces patients ayant accès aux antirétroviraux parviendrait à atteindre une charge virale indétectable.
L'Onusida espère que 90 % des séropositifs soient au courant de leur statut d'ici à 2020. 90 % d'entre eux suivraient un traitement, et 90 % de ces patients ayant accès aux antirétroviraux parviendrait à atteindre une charge virale indétectable. (Crédits : Reuters)
Réduction importante de la charge virale, vaccin potentiel... Plusieurs avancées encourageantes ont été présentées lors de l'IAS 2017, congrès mondial dédié à la lutte contre le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Le congrès mondial de la Société internationale du sida (IAS 2017), démarré dimanche 23 juillet, a mis à l'honneur plusieurs études et initiatives qui pourraient contribuer fortement à la lutte contre l'épidémie de VIH et de sida. Et pourquoi pas à atteindre l'objectif des "90-90-90" d'ici à 2020, fixé par l'Onusida. En clair, l'organisation espère que 90 % des séropositifs soient au courant de leur statut dans trois ans. 90 % d'entre eux suivraient un traitement, et 90 % de ces patients ayant accès aux antirétroviraux parviendrait à atteindre une charge virale indétectable. Revue de détail des dernières avancées et recherche autour de la lutte contre le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) qui pourraient contribuer à atteindre ces objectifs.

Une baisse de la charge virale suffisante pour empêcher le développement du virus ?

C'est l'une des avancées majeures de l'année contre le virus de l'immunodéficience humaine. La biotech française Abivax a présenté début mai de très bons résultats pour l'ABX464, un médicament capable de réduire fortement la charge virale (40 % de diminution en moyenne). La biotech espère parvenir à une "guérison fonctionnelle" du VIH, c'est-à-dire de réduire suffisamment la charge virale pour que celle-ci ne progresse plus. La société a annoncé la présentation de nouvelles données de son essai clinique de phase IIa lors de l'IAS 2017, "confirmant l'impact de la molécule sur les réservoirs du VIH". Néanmoins, la prudence est de rigueur, au vu du nombre de patients testés (29 lors de la première partie de la phase IIa).

Vers des traitements moins lourds ?

Deux leaders dans les traitements contre le VIH, Viiv (une coentreprise de GSK, Pfizer et Shionogi) et Johnson & Johnson se sont associés pour développer un traitement mensuel injectable associant une molécule phare de chaque laboratoire : le cabotegravir et la rilpivirine. Lors de l'IAS 2017, lundi 24 juillet, les deux sociétés ont présenté les résultats d'une étude de phase II démontrant une sûreté et une efficacité d'une injection mensuelle de ces deux traitements combinés similaires à celles d'un suivi quotidien de trithérapie, une réalité pour les personnes touchées par le VIH. La charge virale de 87 % des 230 patients restait indétectable au bout de 96 semaines avec une prise mensuelle, contre 84 % avec un suivi classique. Cette avancée pourrait à l'avenir faciliter la vie des patients touchées par le VIH et aussi réduire les risques de mauvais suivi de traitement, qui peuvent nuire à la maîtrise du virus.

Néanmoins, dans un premier temps, les patients qui pourraient bénéficier d'une telle avancée sont ceux ayant une charge virale déjà indétectable (la personne porte le VIH, mais sa charge est en deça du seuil de 50 copies de virus par ml de sang, ce qui réduit radicalement risque de transmission du virus).

Vaccin contre le VIH : un nouvel espoir

Un vaccin pour protéger du VIH pourrait bien être l'arme ultime d'éradication du virus. Si cette stratégie thérapeutique a connu de nombreux échecs, à l'instar de Mecck dans les années 2000, elle aiguise encore l'appétit de quelques laboratoires pharmaceutiques. Ainsi, Janssen (filiale pharmaceutique de Johnson & Johnson) assure mardi 25 juillet avoir développé un vaccin donnant des résultats "encourageants" pour barrer la route aux infections. Lors d'une phase I/IIa, le produit thérapeutique a été testé sur 393 personnes, en Thaïlande, aux Etats-Unis et dans trois pays africains. Il a entraîné une réponse immunitaire chez ces dernières. Lors de la preuve de concept,le vaccin candidat avait été utilisé sur des singes, et l'infection avait même été bloquée chez deux tiers des animaux testés. Mais pour le moment, il est prématuré de dire si le vaccin bloque la transmission du VIH chez l'homme. La phase IIb, qui doit montrer que le vaccin est capable d'atteindre cet objectif, démarrera en novembre 2017. Et les résultats définitifs sont attendus pour 2021, avec des premières données en 2020.

Un autre produit thérapeutique de ce genre est conçu par Sanofi et GSK avec un objectif similaire à celui du laboratoire américain. Les sociétés française et britannique ont annoncé en octobre 2016 le lancement d'un essai de phase III sur plus de 5.000 personnes sexuellement actives et non infectées. Les résultats finaux sont attendus pour 2021.

 Des progrès dans la prévention

"Une ère de progression sans précédent". C'est de cette façon que Linda-Gail Bekker, la présidente de l'International AIDS Society (IAS), a qualifié les recherches autour de la prévention du VIH. Plusieurs études présentées lors de l'IAS 2017 ont exposé de nouveaux axes prioritaires pour une prévention efficace, et mentionné des initiatives réussies.

Une étude clinique Ipergay menée par l' Agence publique française de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) et l'Inserm assure que l'utilisation des Prep (médicaments comme le Truvada de Gilead visant à réduire le risque de transmission du VIH) est efficace. Les deux organismes se sont intéressés à l'utilisation de Truvada chez 362 homosexuels déclarant des comportements à risque. L'efficacité des Prep grimpe à 97 %, analysent les deux institutions qui s'appuient sur le nombre réduit de transmissions du virus après deux années de suivi. Une autre étude, toujours menée par l'Inserm et l'ANRS, a été élargie à 3.000 personnes. Elle devrait fournir de nouveaux résultats en 2020. 

La prévention, c'est aussi augmenter la fréquence de dépistage du virus. L'université de Californie a mené une expérience en Zambie sur plus de 900 prostituées pour voir quelle était la meilleure stratégie à adopter pour qu'elles se fassent dépister. Un tiers d'entre elles a reçu des tests individuels, un autre tiers des coupons pour effectuer un test en clinique ou pharmacie, et le troisième groupe pouvait requérir la procédure standard de dépistage. L'auto-test a été le plus largement utilisé et de loin, ce qui en fait certainement le meilleur moyen, pour encourager les dépistages, conclut l'étude,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2018 à 4:24 :
Bonjour
Je suis vivian regobert
je poste ce commentaire pour ceux qui ont le VIH et ont besoin de guérison
La cure à base de plantes du Dr Muli Jonathan est une garantie à 100% de vous guérir du VIH.
Il peut guérir tous les types de maladies.
Mon mari et moi avons le VIH depuis plus de 9 ans.
J'étais tellement malade et ma charge virale était> 225 000 copies / ml
J'ai lu en ligne un article sur le Dr Muli Jonathan sur la façon dont il a guéri tant de gens et combien il a aidé de nombreuses personnes en ligne.
donc je l'ai contacté et lui ai expliqué ma situation
Il a promis de m'envoyer son médicament à base de plantes et après 4 jours, j'ai reçu le médicament à base de plantes
Mon mari et moi avons utilisé le médicament à base de plantes pendant 10 jours, puis sommes allés faire un nouveau test.
Et maintenant nous sommes négatifs au VIH
Merci Dr Muli Jonathan pour rétablir la paix dans ma famille
Je partage ce témoignage parce que j'ai promis au Dr Muli Jonathan que je témoignerai après avoir été guéri.
Vous pouvez joindre le Dr Muli Jonathan par:
mulijonathanherbal@gmail.com
Appeler / Whatsapp: +2349038544302
a écrit le 09/10/2018 à 4:56 :
Toutes les deux sont des petite filles n ayant jamais connue un rapport sexelle .
a écrit le 09/10/2018 à 4:53 :
Moi je suis par ce problem de sida. Car ya deux de mes soeurs qui sont victime mais vraiment je cherche une aide pour finir totalement avec ce sida..
a écrit le 04/09/2018 à 14:09 :
Le VIH virus de l’immunodéficience humaine ,n'existe pas ,ce mensonge N'a que trop duré
Retrouver ce genre de baliverne sur un site boursier en dit long sur l'ojectif de ces mensonges .C'est la plus grande manipulation mentale de l'humanité.VIH : la fin des mensonges sur le virus du SIDA par votre engagement à comprendre est possible!

Il était vraiment vital de révéler au grand jour, une bonne fois pour toute, le dogme du SIDA.

Abusant de l’ignorance des gens, le corps médical a détruit un nombre incommensurable de vies par la parfaite méconnaissance du VIH, la fausse séropositivité ,le mythe de la contagion sexuelle, et traitements ultra-toxiques sont autant d’éléments dont nous avions le devoir (éthique et moral) de parler.

Le SIDA et la panique engendrée dans les rapports humains en Afrique de manière violente!

Mentir que le SIDA serait un syndrome contagieux et transmissible par les relations sexuelles est à l’origine d' un nombre effroyable de divorces et d’effondrements de la vie des gens, alors qu’il n’y a aucune raison de s’alarmer de la présence du VIH. Comme l’a lui-même dit Luc Montagnier, une vie saine et équilibrée ainsi qu’une bonne alimentation permettent de se redresser très facilement d’une crise d’immunodéficience: '' https://www.youtube.com/watch… ...

ll est évident qu’il existe des affections qui sont sexuellement transmissibles comme la syphilis, la blennorragie, l’herpès, etc… Mais la contamination du SIDA est plus qu'un mensonge, mais une folie en réalité aussi vrai que beaucoup sont emportés faute de connaissance!.

Je reviens selon vos préoccupations et questions pour vous aider à voir claire et aider les autres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :