Marée noire : l'état d'urgence décrété en Louisiane

 |   |  326  mots
Trois mois seraient nécessaires pour colmater la fuite qui déverse 5.000 barils de pétrole par jour dans le golfe du Mexique. L'état d'urgence a été décrété alors que la nappe devrait toucher les côtes américaines ce vendredi.

Les côtes américaines pourraient être souillées dès ce vendredi par la marée noire provoquée par une fuite sur une plateforme pétrolière qui a coulé le 22 avril dernier dans le golfe du Mexique. Le delta du Mississippi et la Louisiane devraient être les premiers touchés. Les Etats voisins de l'Alabama et de la Floride sont également menacés.

Le gouverneur de Louisiane, Bobby Jindal, a d'ailleurs décrété ce jeudi l'état d'urgence, ce qui lui permettra de solliciter les ressources humaines, matérielles et financière de l'Etat fédéral. Cette marée noire "menace les ressources naturelles de l'Etat, notamment les terres, l'eau, les poissons, la faune sauvage, les oiseaux et d'autres ressources biologiques, et menace également la subsistance des habitants de Louisiane vivant le long des côtes", a-t-il expliqué.

Juste auparavant, Janet Napolitano, la secrétaire à la sécurité intérieure, avait décrété l'état de "catastrophe naturelle". "Nous allons utiliser tous les moyens disponibles, dont éventuellement ceux du département de la Défense", avait précisé Robert Gibbs, le porte-parole de la Maison Blanche.

Cette marée noire a été provoquée par l'explosion d'une plateforme de forage qui a par la suite coulé. Cinq mille barils de pétrole par jour se déverse chaque jour dans les eaux du golfe du Mexique, soit cinq fois plus qu'initialement estimé en raison d'une nouvelle fuite. Et il pourrait falloir 90 jours pour installer une valve de secours et ainsi colmater les brèches, a indiqué un responsable de l'administration Obama.

Le pétrolier britannique BP qui exploitait la plateforme Deepwater Horizon, propriété de la société Transocean, n'a pas réussi pour l'instant à colmater les fuites. "Comme l'a signifié clairement le président et comme le signifie la loi, BP est responsable et doit financer le coût des opérations de dépollution", a averti Janet Napolitano.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :