Découvrez les centrales nucléaires du futur... sous l'eau

 |   |  289  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DCNS)
En partenariat avec Areva, le CEA et EDF, le numéro un mondial du naval de défense DCNS veut développer un concept de centrales nucléaires immergées en mer. Visite virtuelle.

Il suffisait d'y penser : alors que deux tiers de la population mondiale vit à moins de 80 kilomètres de la mer, le fabricant de sous-marins DCNS annonce un projet de centrales nucléaires immergées en mer, entre 60 et 100 mètres de profondeur. Le PDG du groupe naval Patrick Boissier est convaincu qu'il pourra proposer une solution compétitive pour des réacteurs nucléaires de petite et moyenne puissance (entre 50 et 250 MWe) grâce au savoir-faire de son groupe dans la fabrication de sous-marin nucléaires. Ces centrales, présentées sous le nom de code FlexBlue, sont destinées aux pays émergents, aux îles, ou des zones à faible densités dans les pays développés. DCNS estime le marché potentiel pour cette gamme de réacteurs à environ 200 unités dans les 20 ans à venir. Grâce à son nouveau concept de sa division nucléaire civil dirigée par André Kolmayer, DCNS vise « une part significative » de ce marché, notamment parce que cette solution est modulable, c'est-à-dire que des unités peuvent être ajoutée au fur et à mesure des besoins.

DCNS a déjà consacré deux ans et demi d'étude à ce nouveau concept inédit. Les deux prochaines années permettront de valider les options techniques et industrielles. DCNS a décidé de ne pas partir seul dans cette aventure et de s'associer avec Areva, le Commissairiat à l'Energie Atomique (CEA) et EDF. Dans un premier temps, une centaine d'ingénieurs des quatre partenaires vont affiner le projet et l'investissement, qui s'élèvera à « au moins 100 millions d'euros », serait limité à cette mobilisation humaine. Si tout se passe comme prévu, la construction du premier prototype de centrales sous-marines pourrait débuter chez DCNS, à Cherbourg, dans deux ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2014 à 10:27 :
tres bonne idée ! *-*
a écrit le 21/02/2011 à 20:42 :
Il est certain que les ingénieurs de la DCNS savent exactement ce qu'ils font et n'ont aucune envie d'être à la source d'un désastre écologique. D'ailleurs si on accepte d'avoir des sous-marins nucléaires qui parcourent les océans chargés de bombes nucléaires pourquoi se priver d'exploiter cette source d'énergie économique ?

Parce que le feu ça brûle... Parce que quoi que l'on fasse, peu importe les systèmes de sécurité que l'on puisse imaginer un jour où l'autre un concours de circonstances improbables (les exemples sont légions : Tchernobyl, DeepWater..) et que personne n'aurait pu imaginer nous fera regretter écologiquement et économiquement la facilité de jouer avec le feu plutôt que de prendre son temps. Alors d'accord l'éolien et le solaire ce n'est pas la panacée, d'accord les centrales nucléaires ça existent déjà et ça marche plutôt bien mais on gagnera plus à essayer de réduire ses besoins, recycler et exploiter au maximum les énergies renouvelables avant le reste..
a écrit le 24/01/2011 à 12:36 :
Quel que soit le blindage d'une telle usine, je suis certain qu'on inventera un jour la torpille capable de passer au travers, avec pour conséquence la destruction d'une côte, de ses habitants et de sa biomasse.
a écrit le 24/01/2011 à 6:25 :
Moi j'ai une meilleure idee, on enterre les centrales sous les fonds marins, qui dit mieux ??
Réponse de le 28/01/2011 à 18:09 :
Ce n'est pas l'objectif. L'intérêt ici est que l'eau refroidisse le coeur nucléaire sans circuit de refroissement complexe, comme dans un sous-marin nucléaire.
a écrit le 24/01/2011 à 2:54 :
Sachant que nos réserves d'uranium ne dépassent pas 50 ans, c'est une idée qui va faire ... plouf ! De plus, je vous laisse imaginer les problèmes liés à une contamination ou l'entretien. Une fois de plus, nous sommes en plein délire ! Alors que nous sommes en capacité d'user d'énergies durables et propres, voilà le type de projet sur lequel penchent mes collègues ingénieurs. Navrant !
Réponse de le 26/01/2011 à 20:18 :
Ha bon? quel énergie propre?

Quid des nuisances environnementales (sur la faune essentiellement) des éoliennes! Quid du recyclage de ces dernières et de leur courte durée de vie ainsi que du faible rendement des panneaux solaires MADE IN CHINA de 1ere génération plein de silicium qui ne sont PAS recyclables non plus, très polluant en fin de vie et qui représentent la quasi totalité du parc français...

Bref le nucléaire n'est au jour d'aujourd'hui pas pire qu'une autre solution et faire des centrales de petites capacité et immergées est tout a fait appropriée pour les milieux insulaires qui utilisent du pétrole! Enfin un moyen de proposer une énergie bon marché et abondante pour nos chers territoires ultra-marins! :)
Réponse de le 28/01/2011 à 18:15 :
Les réserves d'uranium sont quasi illimitées. Les Japonais commencent à en extraire expérimetalement de la mer, à un prix seulement double du prix du marché. Les réserves de thorium sont encore plus abondantes. Le prix du combustible est un facteur peu important dans le prix de revient de l'électricité nucléaire.
a écrit le 23/01/2011 à 20:10 :
Moi je suis pour la sortie du nucléaire, énergie qui finira un jour par nous tuer tous. C'est une énergie dangereuse, polluante et qui coûte cher. Pourquoi cette folie alors qu'il faut développer et optimiser au maximum l'éolien et le solaire, énergies dont on n'a pa encore tiré le maximum ? Supposons un seul instant un accident dans les fonds sous marins avec ce type d'énergie; une catastrophe avec un grand C.
Réponse de le 24/01/2011 à 0:59 :
L'espèce humaine s'ingénie et s'acharne avec une volonté farouche à rendre la planète inhabitable par tous les produits artificiels créés comme les pesticides qui empoisonnent nos aliments et les nappes phréatiques, les carburants et leurs additifs cancérigènes qui polluent l'atmosphère, les isolants artificiels comme le polystyrène qui est toxique et largue du pentane tant qu'il existe, les centrales nucléaires qui sont un danger permanent avec des déchets dont on ne sait que faire,...La liste est longue et mortifère !
Réponse de le 28/01/2011 à 18:25 :
Le nucléaire est l'énergie qui provoque le moins de décès au kW (même avec Tchernobyl).
Le nucléaire est l'une des énergies les moins chères; certaines énergies renouvellables notamment l'hydraulique sont meilleur marché. Ce n'est pas, en l'état actuel de la technologie, le cas ni du solaire ni de l'éolien.
Le nucléaire est parmi les énergies les moins polluantes, sur le cycle de vie complet (et par kW). Les déchets sont peu nombreux, et localisés sur les sites d'exploitation nucléaires; ils devraient être à l'avenir recyclables dans les réacteurs de génération IV.
a écrit le 23/01/2011 à 16:17 :
Je donne mon avis en tant qu'ingénieur et je considère quette idée est farfelue car c'est augmenter les problèmes et les risques de tous ordres.
Réponse de le 23/01/2011 à 18:00 :
Prouvez que vous êtes ingénieur dans le domaine concerné au lieu de vous cacher derrière un nom farfelu. En tant qu'ingénieur vous savez sans doute que le risque zéro n'existe pas. Cessez de traverser la rue, vous pourriez être tué par un véhicule encore plus dangereux, statistiquement, qu'une usine nucléaire.
Réponse de le 24/01/2011 à 0:20 :
Le risque zéro n'existe pas en effet mais ce n'est pas une raison pour augmenter les risques qui deviennent démentiels en étant immergés dans l'eau de mer. Pour ce qui est de mon statut annoncé, je figure en effet au BO de la république française, mais le principe des commentaires veut que nous ayons un pseudo qui est en fait phonétiquement mes initiales : F. L.
Réponse de le 24/01/2011 à 1:01 :
En fait, il n'est pas nécessaire d'être ingénieur car le simple BSP, (bon sens paysan) suffit pour comprendre qu'une telle idée relève de la folie !
Réponse de le 24/01/2011 à 12:48 :
Moi aussi je suis ing et j'estime que cette idée mérite d'être exploitée. Quand à l'entretien, il pourrait se faire en émergé, non ? Il faut être inventif ! J'ai travaillé pendant plus de 16 ans en centrale nucléaire et aujourd'hui mon fils - aussi - y travaille, et franchement, je pense très sincèrement que les risques - s'ils ne sont pas nuls (mais pour quelle industrie le sont-ils ?) sont maîtrisés. Et qu'en travaillant dans le nucléaire, la santé des agents est prise très au sérieux et est très suivie (plus que dans n'importe quelle autre industrie).
Réponse de le 24/01/2011 à 16:51 :
Dans les entrepôts pétroliers on mettait des tuyaux en souterrains, il y a 40 ans. Aujourd'hui, la mise au norme exige de l'aérien pour une détection immédiate et sécurisée des installations. Certe si on veut ignorer les fuiites et polluer l'eau de mer, pas de problème, l'immergé convient. J'invite tous les écologues dont je fais aussi partie, les écologistes, tous les citoyens de ce pays qui teinnent à la vie, à manifester bruyamment leur opposition à un projet suicidaire !
Réponse de le 24/01/2011 à 18:47 :
Je connais un peu l'énergie nucléaire et je la défend. Mais, là, c'est n'importe quoi, non seulement des risques de fuites, de terrorisme, mais surtout ces petites centrales seraient destinés à des pays sans culture ni infrastructure adaptée. J'espère que l'idée va être oubliée, sinon c'est toute l'industrie nucléaire qui en pâtira.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :