Besson promet de ne pas fermer la porte aux gaz de schiste

 |   |  294  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
"Aujourd'hui, il y a des risques incontestablement qui ne sont pas bien maîtrisés. En même temps, la science va progresser, et il faut se donner les moyens que peut-être un jour, dans deux ans-trois ans, on trouve que l'exploitation peut être faite" a déclaré le ministre de l'Industrie sur France Info.

Le gouvernement avait espéré clore la polémique sur les projets d'exploration et d'exploitation des gaz de schiste en France - essentiellement dans le Sud-Est et le Bassin parisien - en annonçant l'abrogation des permis, mais un rapport d'étape rendu public jeudi préconise de poursuivre la recherche et de réaliser des forages expérimentaux. Le document, signé du Conseil général du développement durable et du Conseil général de l'industrie, souligne que la France, dans ce domaine, est parmi les pays "les plus prometteurs" en Europe.

 

Un rapport largement commenté par le ministre de l'Industrie, qui s'exprimait ce vendredi sur France Info. "Aujourd'hui, il y a des risques incontestablement qui ne sont pas bien maîtrisés. En même temps, la science va progresser, et il faut se donner les moyens que peut-être un jour, dans deux ans-trois ans, on trouve que l'exploitation peut être faite" a insisté Eric Besson. Et le ministre de se féliciter que la France ne ferme "pas définitivement la porte" à cette richesse potentiellement présente dans son sou Le gaz naturel dans la roche, peut-être que ce sera un jour une source d'énergie intéressante. C'est le cas des Etats-Unis".

Les députés examineront le 10 mai plusieurs textes, dont celui de Christian Jacob, député-maire de Provins (Seine-et-Marne) et président du groupe UMP à l'Assemblée, visant à abroger les permis déjà accordés. "En l'état actuel des connaissances scientifiques, notre responsabilité est d'être d'une extrême prudence. Si, à l'avenir, on nous démontre, par une évaluation des risques, que la loi d'interdiction générale mérite des évolutions, nous en discuterons", déclare Christian Jacob dans Les Echos.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :