Anne Lauvergeon doute que l'Allemagne ait définitivement tourné la page du nucléaire

La présidente d'Areva a estimé ce lundi que la décision allemande de fermer ses derniers réacteurs nucléaires en 2022 était "totalement politique", n'excluant pas un retournement de situation d'ici cette échéance.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

"C'est une décision totalement politique. Il n'y a pas eu de référendum, ni d'appel à ce que pensait l'opinion publique, même si les sondages montrent l'émotion des Allemands." Sans surprise, Anne Lauvergeon n'apprécie pas la décision de Berlin d'annoncer la sortie du nucléaire pour 2022. Invitée de BFM Radio, la présidente d'Areva a reconnu qu'elle s'attendait à "une réaction allemande spécifique" après la catastrophe de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima en mars, soulignant que la situation du nucléaire dans ce pays "n'a pas d'équivalent dans le reste du monde".

Mais Anne Lauvergeon ne croit pas caractère "irréversible" de cette décision. "D'ici 2022, il peut se passer beaucoup de choses" prévient-elle. La patronne d'Areva a notamment évoqué une incertitude juridique, après que le numéro deux allemand de l'énergie RWE a porté plainte contre la fermeture forcée de l'un de ses réacteurs nucléaires dans le pays. Selon elle, la fermeture déjà effective de sept réacteurs en Allemagne a "entraîné un renchérissement significatif des coûts de l'électricité en Allemagne, avec des conséquences pour la base industrielle installée".
La présidente d' Areva , à qui l'on demandait si le plan de charge du groupe de 45 EPR vendus d'ici 2020 était maintenu, a répondu qu'il était en train d'être "réévalué".

"Par rapport à ce scénario, nous pensons que Fukushima va créer quelque chose comme 6-9 mois de délai, lié au fait que les autorités de sûreté, la plupart d'entre elles, sont en train de faire une revue des différentes données sur la sûreté et la sécurité, a-t-elle détaillé. "Nous ne changeons pas significativement notre plan de charge", a-t-elle insisté, ajoutant que les orientations du groupe nuclaire allaient à nouveau être exprimées "dans les tout prochains jours ou semaines".

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 08/06/2011 à 18:18
Signaler
En France, on aime bien parier sur des paries perdants comme le nucléaire ou le textile!! A force de plaire à des AREVA, TOTAL, EDF..on hypothèque notre avenir technologie et économique!!

à écrit le 31/05/2011 à 13:00
Signaler
L'Allemagne consomme relativement déjà moins d'électricité que la France : 586 milliards de kw/h contre 556 alors que la population est plus importante. Soit 3,797 kw/h par habitant contre 4,134. Le contexte est différent, le pays représente à peine ...

le 07/06/2011 à 17:09
Signaler
@corso.L' Allemagne et la France sont à peu près semblable dans la production d'énergie.La connsommation que vous évoquez n'est pas exacte la consommation par foyer est de 7300 à 7400 kwh pour les 2 pays.(environ)

à écrit le 31/05/2011 à 11:57
Signaler
Les Allemands sont passes de 4 a 16% d'electricite renouvelable grace a l'eolien, biogaz et au photovoltaique. Ils ont deja prouve que les EnR pouvaient remplacer le nucleaire pour une partie, ils prouveront a l'avenir que les EnR peuvent remplacer n...

à écrit le 31/05/2011 à 7:20
Signaler
Quand les Allemands disent quelque chose, ils le font. Nous devons les prendre pour modèles et faire baisser comme eux notre consommation d'électricité en économisant, en développant les énergies renouvelables et en limitant notre population tout com...

le 01/06/2011 à 13:50
Signaler
Eiffel Tu part d'un article sur la consommation énergétique allemande, pour finir sur l'immigration clandestine... Totalement déplacé, mais surement obsédé par ce sujet, de toute façon tes commentaires portent beaucoup les immigrés. Encore un mi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.