Electricité  : et si le courant ne passait plus entre la France et l'Allemagne ?

 |   |  619  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La France pourrait manquer d'électricité dès cet hiver, prévient Capgemini. L'importation d'énergie en provenance d'Allemagne , nécessaire pendant les pics de consommation, souffrirait des fermetures de réacteurs décidées au printemps après la catastrophe de Fukushima.

La fermeture de plusieurs réacteurs en Allemagne pourrait avec des conséquences en France dès cet hiver. Une étude sur le marché de l'énergie en Europe, publiée ce mercredi par l'entreprise de conseil et de services informatiques Capgemini, s'inquiète en effet du risque d'approvisionnement en courant. "Il existe une réelle menace sur la continuité de la fourniture électrique pendant l'hiver 2011-2012 et les hivers suivants", notent les auteurs de cette enquête dans un communiqué.

Comme la consommation augmente régulièrement - de 4,7% en 2010 -,  la France doit parfois importer de l'électricité, notamment d'Allemagne. Cette année, la production pourrait en outre souffrir des conditions météorologiques marquées par une forte sécheresse. "Lors des pics de consommation, surtout à midi ou vers 19h", l'énergie risque de manquer, explique Colette Lewiner, chargée de cette étude pour Capgemini. "Pour un degré de moins par rapport aux normales saisonnières, il faut importer 2.300 Mw/H", poursuit-elle.

Or, outre-Rhin, après la catastrophe de Fukushima, sept réacteurs ont été arrêté et un autre n'a pas été remis en marche, ce qui réduit les capacités d'exportations de 8.000 Mw/H. Parallèlement, la consommation d'électricité augmente (de 9,5% en 2010). Conséquence : l'Allemagne sera peut-être contrainte d'importer elle aussi, et, la France devra trouver à se fournir ailleurs.

La Bretagne et la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur seraient particulièrement touchées. "Les industries pourraient être priées de réduire leur consommation ou de mettre en marche des sources d'énergies alternatives. Quand aux Français, comme cela a déjà été le cas par le passé, ils seront peut-être incités à retarder certaines activitées gourmandes en électricité comme les lessives par exemple", détaille Colette Lewiner.

Du côté du gouvernement, ces inquiétudes sont prises au sérieux. "Nous devons être vigilants", a ainsi affirmé Eric Besson le ministre de l'Energie qui répondait aux questions des députés. Il a aussi indiqué qu'une réunion afin de "prendre toutes les précautions nécessaires". Ces discussions auront lieu le 11 novembre, au lendemain de la remise d'un rapport sur le sujet par le Réseau de Transport Electrique, qui gère les infrastructures en France.

Une nuance de taille toutefois, le ralentissement économique pourrait atténuer ces risques de coupure de courant s'il s'accompagne d'une baisse de consommation d'électricité et de gaz nécessaires à la production de biens et services.

Plus de 1.000 milliards d'euros nécessaires d'ici 2020

A long terme également, le bureau de recherche prévoit  "des conséquences négatives sur la sécurité d'approvisionnement" en électricité en Europe. Premier effet probable : une augmentation des prix de l'énergie susceptible de remettre en question les tarifs de l'électricité actuellement en vigueur dans l'Hexagone.

"Si les autorités de régulation de l'énergie et les gouvernements ne mettent pas en place un nouveau cadre réglementaire incitant les acteurs à réaliser les 1.100 milliards d'euros - d'ici à 2020 - d'investissements nécessaires dans l'Union européenne, la continuité de la fourniture pourrait être menacée ", note l'Observatoire européen de l'énergie. Cette évaluation ayant été faite avant la catastrophe de Fukushima, c'est même 1.300 milliards d'euros d'investissement qui pourraient être nécessaires.

La décision de l'Allemagne d'abandonner progressivement la production de l'énergie nucléaire jusqu'en 2022, devrait "accroître sa dépendance vis-à-vis du gaz russe", est-il également pointé.

En revanche, Capgemini semble plutôt confiants concernant le développement du nucléaire sur le reste du continent. "La grande majorité des réacteurs nucléaires en construction sera terminée, probablement avec du retard par rapport au planning initial".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2011 à 21:00 :
Des choix s'imposent.
Les énergies nouvelles peuvent dans un premier temps permettre cet ajustement, en association avec un encouragement à l'isolation. On réduit les aides.
Si l'on veut le service, il faut en accepter les servitudes.
On rappeler qu'une petite laine est plus utile qu'un degré de plus. Et, on peut étaler la demande de courant en poussant le chauffage dans la nuit au lieu de la soirée avec les TV, PC, et repas, etc...
a écrit le 27/10/2011 à 1:00 :
On importe aussi pas mal d'Espagne depuis des années, pays qui a de plus en plus d'excédents grâce à l'éolien et au solaire...
Réponse de le 27/10/2011 à 8:25 :
pour l'excédent, on verra cet hiver.La France possède un tranche de nucléaire en Espagne et l'importation est cotractuelle.
a écrit le 26/10/2011 à 19:26 :
ou sont passés les 20% de réserve qu'on avait dans les années 90, ils les ont vendus à l'allemagne et a l'italie, maintenant on a des problemes. bon, il faut 10 centrales nucleaire supplementaire. sinon tout le monde va gueuler partout facon corse. Mais il faut faire une politique d'economie et d'optimisation d'energie, les lampadaire peuvent avoir des ampoule basse consommation alimenter par des panneau solaire, l'alimentation electrique restant complementaire. Renforcer l'isolation des immeubles, double vitrage, isolation.
a écrit le 26/10/2011 à 15:44 :
La popularité des écolos va en prendre un coup !
Réponse de le 31/10/2011 à 7:51 :
je propose ,uniquement pour les ecolos,des pedalos geherateurs d'interieur avec l'obligation de pedaler de 17h00 a 22h 30 .ainsi ils seront en pleine forme et serviront enfin a quelque chose !
a écrit le 26/10/2011 à 15:31 :
Intox, la France revend de l'élec. à d'autre pays.
Réponse de le 26/10/2011 à 16:10 :
Oui, mais pas aux heures de pointe durant lesquelles nous importons...
Réponse de le 26/10/2011 à 16:16 :
Ah la croyance populaire...
C'est pas parce que la France revend de l'électricité à d'autres pays qu'elle n'est pas obligée d'en importer. Un réseau électrique ne fonctionne pas à la manière de vases communicants. De plus, si elle en revend en période "normale", lorsque les températures chutent elle doit en importer.
Réponse de le 27/10/2011 à 10:26 :
cf le commentaire du poulpe .
a écrit le 26/10/2011 à 14:28 :
bonjour,
la première phrase de l'article n'a pas de sens.
Réponse de le 27/10/2011 à 8:46 :
mon commentaire est soumis à une validation, il n'y a pas d'insulte ou autre, juste une remarque sur une phrase qui n'a pas de sens, mais que vous conservez malgré tout ?
a écrit le 26/10/2011 à 13:43 :
Et si les communes se calmaient un peu sur les éclairages publics, SURTOUT à Noël ?
Et si les zone commerciales éteignaient leurs pubs entre 21h et 06h par exemple ?

Le problème ne vient pas d'un manque de production mais d'une surconsommation inutile.
Réponse de le 26/10/2011 à 16:49 :
+1
Réponse de le 27/10/2011 à 7:44 :
+10 même !!
Réponse de le 27/10/2011 à 9:12 :
100 fois raison le poulpe
a écrit le 26/10/2011 à 13:32 :
Le courant passera, mais pas au même prix.. pour toutes les énergies, c'est pareil. Je viens de faire le plein de fuel: +27.11% au litre par rapport à l'an passé..Je chauffe partiellement au bois..
a écrit le 26/10/2011 à 13:26 :
Si décaler l'huere des lessives suffisait... Etonnat ces chiffres de progression de consommation d'electricité: 9%? 4,6% ? Nous revindrions aux chiffres des trentes glorieuses lorsque c'étaient 7% annuel de progression qui étaient la norme? Pas rassurant pour les économies d'énergie.... mais bon pour EDF et GDF Suez!!
a écrit le 26/10/2011 à 13:03 :
"MAIS quand vient l'hiver et que la population veut se chauffer que se passe-t-il ?? "

Elle se chauffe au gaz, au bois (neutre en CO2 s'il ne vient pas de loin), à l'héliogéothermie (eau chauffée l'été par les capteurs thermiques d'une centrale, stockée sous terre et récupérée l'hiver), au solaire thermique de complément individuel (serres accolées, 50% du besoin annuel), mais surtout on isole très fort les locaux, pour diviser par 4 les besoins.
Toutes choses que le choix nucléaire français ne permet pas, car il capte l'investissement et fait croire à l'énergie facile (éclairer son jardin, l'église, vitrines débordantes etc.)
Passer par la complexité, le risque fou nucléaire (risque faible à conséquence folle), pour chauffer sa maison à 20° est désespérant.
En France, comme en Allemagne, le chauffage des locaux représente presque 50% des besoins en énergie (source : "Global Chance").

Delphin (écolo à immoler)
a écrit le 26/10/2011 à 12:21 :
C'est trop facile de se faire passer pour des écolos et de vouloir en terminer avec l'énergie Nucléaire MAIS quand vient l'hiver et que la population veut se chauffer que se passe-t-il ?? on va pomper l'energie du voisin qui lui est le mechant non ecologique car il possède des centrales nucléaires qui fonctionnent correctement...
L'Allemagne veut de l'electricité qu'on leur vende une centrale clé en main ou bien qu'ils s'attendent à passer un hiver rigoureux avec leur snaps ...
Réponse de le 17/11/2011 à 16:56 :
En fait, l'article dit le contraire : la France ne va plus pouvoir importer de l'électricité d'Allemagne cet hiver parce que l'Allemagne a arrêté des centrales nucléaires.
a écrit le 26/10/2011 à 11:54 :
La geothermie est le chauffage le plus naturel , non destructeur d' energie fossile. La geothermie est trés peu développée dans notre pays, qu'attends t on pour le faire ?
a écrit le 26/10/2011 à 10:12 :
Faire de l'électricité à partir du gaz... c'est n'importe quoi!!! ca engendre des pertes de rendement terribles !!: Electricité: les pertes d'acheminement sont énormes (génération / lignes / transformateurs / chauffages) alors que le gaz n'a pas ce problème: 1mc envoyé = 1 mc reçu sauf fuites.. rendement maximal. Alors pourquoi détruire ce rendement en produisant de l'électricité à partir du gaz (pertes à la production qui s'ajoutent aux pertes "naturelles" de l'électricité) .... Pourquoi de tels choix débiles ???....
Réponse de le 26/10/2011 à 18:13 :
OK, on supprime les producteurs d'électricité (seulement EDF en France car elle a le monopole) et chacun s'achète une centrale à gaz personnelle comme il peut.
Réponse de le 26/10/2011 à 21:43 :
Trop facile de transporter du gaz, il faut juste creuser des trous partout et exproprier les habitants autour des pipelines... et en plus je ne savais pas que le gaz circulait sans y mettre d'énergie (les compresseurs tournent tout seul bien entendu)
a écrit le 26/10/2011 à 10:04 :
ok alors on fait comment?
Réponse de le 26/10/2011 à 12:59 :
Simple, on demande a cecile duflot et a eva joly de pedaler!!!!
a écrit le 26/10/2011 à 10:04 :
Cette affirmation est tout à fait surprenante. Grâce à ses centrales nucléaires, la France a toujours exporté de l'électricité et n'a du en importer (un peu) qu'une seule fois lors de très importants retards de maintenance de plusieurs centrales nucléaires l'année dernière. Ces retards n'étaient dus qu'à une grève très longue des services de maintenance de l'EDF. Vont-il prendre l'habitude de faire des grèves chaque hiver ?
Réponse de le 26/10/2011 à 13:26 :
tout a fait... cela est bizarre ...en electricité nous avons toujours ete excedentaire, et vendons a l'etranger... vendons moins a l'exterieur . . . .
Réponse de le 26/10/2011 à 16:26 :
C'est une légende urbaine : chaque hiver la France doit importer parce que nous ne produisons pas assez. C'est pendant les autres saisons que nous exportons pour la simple raison qu'un réacteur nucléaire ne s?arrête pas comme une centrale à gaz. L'été par exemple, ils sont en fonctionnement, produisant plus que nécessaire. Cette électricité est exportée mais l'hiver la capacité de production actuelle ne couvre pas les besoins.
Réponse de le 26/10/2011 à 20:20 :
Donc ce n'est pas une légende mais une tromperie de la part des autorités de l'énergie et des médias qui racontent n'importe quoi pour rassurer le quidam avant les élections.
a écrit le 26/10/2011 à 9:52 :
ca va etre encore plus problematique quand Electrabel-Suez aura ferme 2 reacteurs en belgique, suite aux intelligentes propositions du gvt ( une taxe de 1 milliard , et achat de l'electricite ' a prix coutant')........... et moi qui croyais qu'il n'y avait que la france pour abriter des abrutis finis...
a écrit le 26/10/2011 à 9:40 :
La seule issue véritablement acceptable serait une Allemagne dans le noir. S'ils choisissent de fermer leurs réacteurs, pourquoi Diable devrait-on en payer le prix ??
Réponse de le 26/10/2011 à 12:58 :
On vous repondra....par solidarite europeenne.....Pas marre d etre pris pour des C....
Réponse de le 26/10/2011 à 20:28 :
On vous répondra... que c'est la loi de l'offre et de la demande, dans un marché libre et non biaisé, etc. Et le "smart grid", c'est pour quand? Doit-on attendre que l'Europe soit par terre pour l'envisager?
Réponse de le 17/11/2011 à 17:01 :
Sauf que c'est la France qui risque de se retrouver dans le noir faute de pouvoir importer l'électricité Allemande cet hiver...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :