Anne Lauvergeon réclame 1,5 million d'euros à Areva

 |   |  318  mots
Anne Lauvergeon, ancienne présidente du directoire d'Areva. Copyright Reuters
Anne Lauvergeon, ancienne présidente du directoire d'Areva. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'ex-patronne d'Areva a fait savoir, par l'intermédiaire de son avocat, avoir assigné le groupe nucléaire en référé devant le tribunal de commerce de Paris afin d'obtenir ses indemnités de départ. L'audience se tiendra le 3 février.

"Nous avons assigné Areva devant le juge des référés du tribunal de commerce de Paris pour le 3 février", a fait savoir Jean-Pierre Versini-Campinchi, avocat d'Anne Lauvergeon, l'ex-patronne d'Areva. "L'objet de cette demande, sous astreinte, a-t-il expliqué à l'Agence France Presse, est que le président du directoire d'Areva formalise l'accord qui avait été arrêté sur les indemnités de départ". Indemnités de départ évaluées à 1,5 million d'euros.

Après plus de dix ans à la tête du groupe nucléaire français, le mandat d'Anne Lauvergeon était arrivé à échéance à la fin juin. Sa candidature à un troisième mandat n'avait pas été retenue par le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy. Elle a été remplacée à la présidence du directoire par l'ancien numéro deux du groupe, Luc Oursel. Après son éviction révélée en juin 2011 par La Tribune, "il y a eu un accord irrévocable auquel il manque la formalisation par la signature d'Areva", plaide encore l'avocat de l'ex-dirigeante.

"En l'état, l'accord n'a pas pu être transmis au ministre de l'Economie et des Finances et Anne Lauvergeon n'est pas en mesure de recevoir ses indemnités", composées de 1 million d'euros d'indemnités de départ et de 500.000 euros au titre d'une clause de non-concurrence, a dit Me Versini-Campinch.

L'enquête sur les écoutes téléphoniques se poursuit

Anne Lauvergeon et son mari Olivier Fric, consultant dans le secteur énergétique, se disent victimes d'écoutes illégales réalisées par des enquêteurs privés dans le cadre du rachat par Areva en 2007 d'une société d'extraction d'uranium, UraMin. Leur plainte contre X, déposée fin décembre, a donné lieu à l'ouverture par le parquet de Paris d'une enquête préliminaire pour "complicité et recel de violation de secret professionnel". La police a entendu le couple la semaine dernière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2012 à 9:59 :
Encore une bobo de gauche...
a écrit le 13/01/2012 à 9:55 :
D'accord avec Carlier : Je dirais même plus, ce sont les "élites" de gauche qui sont, et de très loin, les plus riches (et les plus à l'abri du fisc).
De plus, Anne Lauvergeon devrait se faire discrète étant donné le bilan d'Areva sous sa présidence.
a écrit le 13/01/2012 à 9:37 :
après,30 ans dans la même entreprise, j'ai été licencié d'Areva Alstom (Mme Lauvergeon) en 2004 comme une moins que rien comme 9 autres de mes collègues (fermeture d'agence) avec une indemnité 6 mois de salaires et une carotte de 12000 euros si nous retrouvions un CDI dans un délai de 3 mois !!! (a + de 50 ans dans la situation dans laquelle se trouvait déjà le marché de l'emploi) c'était d'après leur dire cadeau, et une énorme chance pour nous ??? aujourd'hui, c'est a son tour mais avec bien sur des conditions toutes autres - cela n'a même pas besoin de commentaires - je lui suggère seulement, si elle réussi à obtenir une telle indemnité d'en faire don à de bonnes oeuvres - le prix du beefteack (encore faut-il pouvoir se l'offrir) est pour tout le monde pareil -
a écrit le 13/01/2012 à 8:46 :
Elle confond Areva avec un tiroir caisse, on peut être de gauche et aimez l argent de façon exagérée
Réponse de le 13/01/2012 à 9:36 :
Pierre BILGER, Ancien Président d'Alstom avait renoncé à son parachute doré.
Par respect pour les 1 500 salariés d'AREVA qui seront licenciés, du fait des difficultés de la société, elle devrait avoir la correction de les abandonner ou de les reverser à ces salariés dans la difficulté.
a écrit le 13/01/2012 à 8:07 :
C'est beaucoup 1.5 milions d'euros, non ? Surtout par les temps qui courent. Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond dans ce pays. Vivement un gouvernement démocratique en 2012, avec Marine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :